Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog de Jean-Luc ROMERO-MICHEL - Page 4

  • Débat sur France 3 Limousin sur la fin de vie dans "Dimanche en Politique" le 4 novembre à 11H30

    france 3,jean luc romero,admd

  • 17H à République à Paris : mobilisez-vous pour la 11ème journée pour le droit de mourir dans la dignité 8

    C'est à 17h que nous nous retrouverons, place de la République, à Paris, pour le traditionnel rassemblement à l'occasion de la journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité.
    Si vous n'êtes pas à Paris, 100 rassemblements se dérouleront dans nos régions.
    Mobilisons-nous pour notre Ultime Liberté !

    2NovGIF animé.gif

    admd,jean luc romero,paris

  • #LeTalkDuLundi sur la #findevie ! (Édition du 39 octobre 2018)

  • SurVivant sort chez Reader's Digest, l'occasion de toucher un autre public...

    Mon livre "SurVivant - mes 30 ans avec le sida" sorti en 2016 chez mon éditeur Yves Michalon vient de paraître dan sua célébré revue Reader's Digest. L'occasion de toucher un autre public.

    ReadersDigest.JPG

    ReadersDigest2.JPG

    ReadersDigest4.jpg

    readersDigest3.JPG

  • Ma 8ème chronique pour l’émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio

     

    Bonjour Brigitte, Bonjour à votre invité et à tous les auditeurs,

    Dimanche, des milliers de Parisiennes et de Parisiens se sont rassemblés place de la République pour dénoncer la recrudescence d’actes homophobes ou transphobes qui ont même mené, cet été, à la mort d’une femme trans, la jeune Vanessa.
    Il y a quelques jours, un couple gay était insulté par un chauffeur de VTC au cœur du 12èmearrondissement, arrondissement où je suis élu. Il y a une semaine exactement, c’était le président d’Urgence Homophobie à la sortie d’un restaurant. Juste avant, un couple de femmes agressé ou, encore, Arnaud et Rémi, il y a 3 semaines. J’arrête cette énumération à la Prévert.
    Mais, ces actes de déferlements de haine et de violence sont devenus des épisodes quotidiens au point qu’ils se banalisent même. Déjà, en 2017, selon SOS Homophobie, les agressions avaient augmenté de 14%...
    Tout ceci interpelle notre responsabilité à toutes et à tous, élus, médias et, bien sûr, citoyens.
    On le sent bien, il y a souvent une hiérarchisation dans les discriminations : être sexiste ou LGBTQIphobe, c’est presque devenu acceptable pour certains. Et les réseaux sociaux ne sont pas les moins responsables de cette situation tant le laxisme de leurs dirigeants, derrière de belles paroles, y est trop souvent évident.
    Pour certains, comme c’est le cas aux USA, ça ferait même partie de la liberté d’expression. Comment s’étonner, dans ces conditions, que sale pédésoit toujours, en 2018, la principale insulte entendue dans les cours d’école ??? Avec la résonnance que cela a pour de jeunes enfants qui se sentent différents.
    Alors que faire ?
    D’abord et nous en avons déjà longuement parlé dans cette chronique, l’école doit être en première ligne. Sur tout le territoire, une éducation à la sexualité doit être enfin menée.
    La police qui a fait de grands efforts ces dernières années grâce notamment à l’association LGBT Flag doit vraiment former tous les policiers sur ces questions comme celle d’ailleurs du sexisme.
    Mais on le sent bien, c’est un travail à long terme qui doit être mené. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai écrit au 1erministre pour lui proposer de faire de la lutte contre les LGBTQIphobies et le sexisme la grande cause nationale 2019.
    Ca n’a jamais été le cas pour ces combats. Il est urgent d’y remédier car, un an d’actions contre les LGBTQIphobies et le sexisme, alors que nous serons en plein débat sur la PMA, je ne pense pas que ce soit réellement un luxe. C’est un geste fort et j’espère qu’Édouard Philipe y sera sensible…
    En terminant cette chronique un petit mot sur une autre cause à laquelle je suis attaché : le droit de mourir dans la dignité.
    On apprenait hier, dans le journal Libération, qu’une femme de 102 ans a été virée d’un service d’hospitalisation de long séjour de Paris car l’équipe ne supportait pas la décision de cette dame de partir prochainement en Belgique pour se faire euthanasier. Incroyable non ?
    Le 2 novembre, ce sera la 11ème journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité et c’est donc l’occasion de rappeler l’urgence d’avoir une loi humaniste sur la fin de vie dans notre pays.
    A Paris, rendez-vous est donné à 17H00, place de la République.
    Auditrices et auditeurs de Sud Radio, je vous y attends nombreux !
    Belle semaine… 

  • Philippe Gildas nous a fait partager ses fous rire, son élégance mais aussi ses indignations. Nostalgie...

    Philippe Gildas nous a fait partager ses fous rire, son élégance mais aussi ses indignations.
    Comment ne pas penser à son complice Antoine de Caunes et au mythique Nulle part ailleurs ? Un modèle...
    Mille pensées pour Maryse. Quelle couple merveilleux ! Nostalgie...

  • Retrouvons-Nous pour #LeTalkDuLundi à 12h sur Périscope et Twitter

    LeTalkDuLundi.JPG

  • Pensées pour les victimes et Pittsburg: l'antisémitisme tue toujours en 2018..

    Pensées pour toutes les victimes de Pittsburgh et leurs proches. Solidarité avec la communauté juive américaine qui subit une nouvelle fois une haine irrationnelle et meurtrière.
    L’antisémitisme tue encore et toujours.
    #PittsburghSynagogueShooting 

    pittsburgh,jean luc romero,antisémitisme

  • #LeTalkDuLundi sur la #findevie ! (Édition du 22 octobre 2018)

  • Compte rendu de la remise du label d'ELCS à Marseille dans La Provence

    fullsizeoutput_89cd.jpeg

  • Retrouvons-nous pour une Réunion publique ADMD à Marseille

    Marseille.JPG

  • Marseille reçoit le label "ville engagée contre le sida" de ELCS

    Ce vendredi, en fin d'après-midi, j'aurai le plaisir de remettre le label ville engagée contre le sida à Marseille. Depuis très longtemps la cité phocéenne est très engagée dans ce combat pour la vie.

    ELCS logo 2012.jpg

    marseille,jean luc romero,elcs,sida

    marseille,jean luc romero,elcs,sida

  • « Mon autre famille » de Armistead Maupin, c’est aussi notre histoire collective !

    Les Chroniques de San Francisco ont rythmé la vie des gays de ma génération. Mais aussi les précédentes générations et même celles qui nous ont suivi. Finalement, elles ont fédéré les générations successives de LGBTQI.
    Le succès littéraire de Maupin n’est pas un hasard.
    Il a vécu la libération de la fin des années 60, la terrible épidémie de sida et l’avènement de l’égalité des droits.
    San Francisco est, avec New York, l’une des capitales de la libération des homosexuels. La ville du premier élu ouvertement homosexuel Harvey Milk ...
    Les mémoires de Maupin, « Mon autre famille », sont bien sûr l’histoire de ce grand écrivain mais aussi celle d’un militant qui, avec ses livres, a fait peut-être bien plus avancer la cause LGBTQI que de nombreuses manifestations.
    Je retiens de ce livre le rapport émouvant et ambigu de l’auteur avec ses parents ultra conservateurs.
    La lettre qu’il envoie à sa mère pour lui dire son identité aura inspiré le coming out de son héros des chroniques. Cette lettre aura été reproduite par bien des générations de gays. Elle aura été beaucoup d’entre nous le début du chemin de l’acceptation !
    Ce livre que tout homosexuel devrait lire est plus que les mémoires d’un écrivain engagé, c’est aussi notre histoire collective...

    MémoiresAmirsteadM.JPG

     

  • "L'homophobie est un délit et non une forme de liberté d'expression !"

  • Ma lettre au 1er ministre pour que la lutte contre les LGBTQIphobies et le sexisme soit la Grande Cause nationale 2019

     

    Monsieur le Premier ministre,

    Vous avez-vous-même dénoncé, à juste titre, la multiplication inquiétante des agressions homophobes à Paris et en province. Pas plus tard que mardi, le président d’Urgence Homophobie a été brutalisé à la sortie d’un restaurant. La semaine dernière, c’est un couple de femmes qui était agressé. Sans oublier le terrible meurtre d’une personne transgenre, il y a quelques semaines. Ces actes de déferlement de haine et de violence sont devenus des épisodes quasi quotidiens. Devant ces faits, nous ne pouvons garder le silence. Nous devons condamner et agir sans plus attendre.

    Nous constatons également que la parole homophobe s’est généreusement libérée depuis l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Un sondage de l’IFOP réalisé au printemps dernier nous informe en ce sens que plus d’un homosexuel sur deux a dû faire face à des discriminations en raison de son orientation sexuelle. Nous redoutons que de nouvelles agressions aient lieu, en proportion toujours plus croissante.

    Tout ceci interpelle notre responsabilité à tous, élus locaux, parlementaires et Gouvernement, et nous intime l’ordre de mettre la puissance publique au service de tous les citoyens. Nous avons, en effet, trop longtemps établi une hiérarchie entre les discriminations. Être raciste et antisémite, c’est heureusement grave. En revanche, être sexiste, homophobe ou transphobe, c’est vu comme une forme de liberté d’expression ! Nous devons cesser avec ce deux poids, deux mesures.

    Cela passe par la mobilisation de la société dans son ensemble. L’école a un rôle important à jouer, car au-delà des différences qui peuvent nous distinguer les uns des autres, l’institution scolaire reste le dénominateur commun de tous les Français. Aujourd’hui des associations comme SOS Homophobie font un travail remarquable dans la sensibilisation de nos jeunes. Ce genre de dispositifs doit être généralisé sur tout le territoire. Nous devons le concevoir avant tout comme un service public et pas uniquement comme la mobilisation volontaire de quelques associations.

    L’heure est donc à la mobilisation générale. Tout le monde doit être impliqué et, en première ligne, nos institutions car elles sont le miroir de notre société, une société qui pointe du doigt, qui raille, qui brutalise. Les témoignages de personnes victimes de discriminations en raison de leur orientation sexuelle et qui peinent à porter plainte ne manquent pas. C’est pourquoi nous devons sensibiliser celles et ceux dans la police qui assurent l’accueil des victimes. Si depuis 2017, tous les policiers en formation initiale bénéficient d’un module de deux heures, nous regrettons que cela ne soit pas suffisant et ne corresponde pas à la réalité du terrain. La formation des policiers en poste depuis plusieurs années est par ailleurs peu, voire pas du tout traitée. Certaines associations comme SOS Homophobie ou encore Flag tentent de combler ce manque. Mais c’est avant tout à l’Etat de s’en saisir.

    Aussi, nous remarquons que le débat actuel sur les LGBTphobies, bien qu’il alerte l’opinion publique, ne produit pas assez d’informations pertinentes pour la compréhension de ce phénomène. La dernière étude parlant du profil des agresseurs remonte à 2011. Il s’agissait alors du rapport annuel d’SOS Homophobie.

    Il est donc aujourd’hui plus que jamais nécessaire de mettre la lumière sur ces comportements et organiser un grand débat national. Pour ce faire, je me permets de vous proposer que la lutte contre le sexisme et les LGBT phobies soit déclarée Grande cause nationale 2019.

    Il est en effet important de prendre le temps d’impliquer tous les secteurs sociaux : éducation, justice, santé, sécurité, mais aussi les affaires étrangères et consulaires dans un travail de réflexion collective, et ce en employant une approche innovante et orientée sur la formulation de solutions concrètes et rapidement déployables.

    Je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, en l’expression de ma haute considération.

    Jean-Luc ROMERO-MICHEL

     

  • faisons de la lutte contre le sexisme et les LGBT phobies la Grande cause nationale 2019 ! (ma tribune dans le Huffington Post)

    Recrudescence des actes homophobes : faisons de la lutte contre le sexisme et les LGBT phobies la Grande cause nationale 2019 !

     

    J’ai observé avec consternation la multiplication inquiétante des agressions homophobes en France. Pas plus tard que mardi, le président d’Urgence Homophobie a été brutalisé à la sortie d’un restaurant. La semaine dernière, c’est un couple de femmes qui était agressé. Sans oublier le terrible meurtre d’une personne transgenre, il y a quelques semaines. Ces actes de déferlement de haine et de violence sont devenus des épisodes quasi quotidiens. Devant ces faits, nous ne pouvons garder le silence. Nous devons condamner et agir sans plus attendre.
    Nous constatons toutes et tous également que la parole homophobe s’est généreusement libérée depuis l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Un sondage de l’IFOP réalisé au printemps dernier nous informe en ce sens que plus d’un homosexuel sur deux a dû faire face à des discriminations en raison de son orientation sexuelle. Je redoute que de nouvelles agressions aient lieu, en proportion toujours plus croissante.
    Mettre la puissance publique au service de tous les citoyens
    Tout ceci interpelle notre responsabilité à toutes et à tous, élus locaux, parlementaires et Gouvernement, et nous intime l’ordre de mettre la puissance publique au service de tous les citoyens. Nous avons, en effet, trop longtemps établi une hiérarchie entre les discriminations. Être raciste et antisémite, c’est heureusement grave et intolérable. En revanche, être sexiste, homophobe ou transphobe, c’est vu comme une forme de liberté d’expression ! Nous devons cesser avec ce deux poids, deux mesures.
    Cela passe par la mobilisation de la société dans son ensemble. L’école a un rôle important à jouer, car au-delà des différences qui peuvent nous distinguer les uns des autres, l’institution scolaire reste le dénominateur commun de tous les Français. Aujourd’hui des associations comme SOS Homophobie ou le CRIPS Ile-de-France font un travail remarquable dans la sensibilisation de nos jeunes. Ce genre de dispositifs doit être généralisé sur tout le territoire. Nous devons le concevoir avant tout comme un service public et pas uniquement comme la mobilisation volontaire de quelques associations ou quelques collectivités locales.
    L’heure est donc à la mobilisation générale. Tout le monde doit être impliqué et, en première ligne, nos institutions car elles sont le miroir de notre société, une société qui pointe du doigt, qui raille, qui brutalise. Les témoignages de personnes victimes de discriminations en raison de leur orientation sexuelle et qui peinent à porter plainte ne manquent pas. C’est pourquoi nous devons sensibiliser celles et ceux dans la police qui assurent l’accueil des victimes. Si depuis 2017, tous les policiers en formation initiale bénéficient d’un module de deux heures, nous regrettons que cela ne soit pas suffisant et ne corresponde pas à la réalité du terrain. La formation des policiers en poste depuis plusieurs années est par ailleurs peu, voire pas du tout traitée. Certaines associations comme SOS Homophobie ou encore Flag tentent de combler ce manque. Mais c’est avant tout à l’État de s’en saisir en coordination avec les associations.
    L’urgence d’un long et rigoureux débat national.
    Aussi, chacun peut remarquer que le débat actuel sur les LGBT phobies, bien qu’il alerte l’opinion publique, ne produit pas assez d’informations pertinentes pour la compréhension de ce phénomène. La dernière étude parlant du profil des agresseurs remonte à 2011. Il s’agissait alors du rapport annuel de SOS Homophobie.
    Il est donc aujourd’hui plus que jamais nécessaire de mettre la lumière sur ces comportements et organiser un grand débat national. Pour ce faire, j’ai proposé au Premier ministre que la lutte contre le sexisme et les LGBT phobies soit déclarée Grande cause nationale 2019.
    Il est en effet important de prendre le temps d’impliquer tous les secteurs sociaux : éducation, justice, santé, sécurité, mais aussi les affaires étrangères et consulaires dans un travail de réflexion collective, et ce en employant une approche innovante et orientée sur la formulation de solutions concrètes et rapidement déployables.

  • Retrouvez ma Chronique "Sexy news" chez Brigitte Lahaie sur Sud Radio vers 14H20

    Vignette Sud Radio version 2.png

  • Ma 7ème chronique pour l’émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio (16 octobre 2018)  

    Bonjour Brigitte, Bonjour à votre invité et à tous les auditeurs,

    La semaine dernière, rappelez-vous chère Brigitte, j’avais évoqué ce parlementaire, le député Hervé Saulignac, qui avait fait adopter, en commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, un amendement supprimant la discrimination qui existe entre hétérosexuels et homosexuels pour le don du sang.
    En effet, depuis le début des années sida, les gays sont exclus du don du sang. Cela pouvait bien sûr s’entendre au début de la pandémie où l’on manquait d’informations et où les tests n’avaient pas la même fiabilité.
    Mais, aujourd’hui, un hétéro qui lui a pris des risques avant de donner son sang, n’est interdit de don du sang que pendant quatre mois alors que, depuis juillet 2016, les gays peuvent certes enfin donner leur sang mais, après… un an d’abstinence !
    Le député Saulignac avait, dans un premier temps, convaincu ses collègues de tous les groupes politiques – rare pour le dire ! – de supprimer cette discrimination et d’interdire le don du sang aux seules personnes qui ont une conduite à risques et, cela pendant quatre mois, cessant ainsi de stigmatiser un groupe entier de la population. Pour mémoire, 85% des gays ne sont effectivement pas séropositifs…
    Ce député n’avait fait que proposer ce qui est en vigueur en Espagne et en Italie et cela depuis 2001 – c’est-à-dire, depuis plus de 17 ans.
    Malheureusement, la ministre de la santé ne l’a pas vu ainsi.
    Au lieu de se réjouir que des députés dépassent enfin les clivages habituels, elle a demandé le rejet pure et simple de l’amendement. Ce qui a été fait mais de très peu de voix. Il faut dire qu’il y avait bien peu de députés en séance.
    Certes, pour être honnête, la ministre a annoncé qu’elle attendait une étude qui sort en novembre et qu’il valait mieux changer cette réglementation de manière réglementaire, c’est-à-dire par le gouvernement. Ce qui lui paraît le plus efficace et, ajoute-t-elle, le plus rapide.
    Elle ne ferme donc pas la porte à une évolution prochaine.
    Mais, en évoquant une étude et sans préciser ni les conditions de la future réglementation ni le calendrier, il est un peu dommage de ne pas savoir saisi l’opportunité de voir des parlementaires de toutes tendances voter la fin d’une discrimination que l’exigence absolue de la sécurité transfusionnelle n’explique plus vraiment en 2018.
    C’est si rare d’entendre des députés allant des Républicains à la France Insoumise s’accorder pour affirmer que la distinction entre des hétéros et gays ayant des conduites à risques n’avait plus de sens à l’aune de l’amélioration des tests et de ce qui est mené, depuis presque deux décennies, dans d’autres pays voisins.
    Baser une interdiction, qui est légitime – je le rappelle ! - pour assurer la sécurité transfusionnelle, ne peut l’être pour une population entière, mais pour les personnes qui ont réellement un comportement à risques. C’est en fait du bon sens.
    On a donc plus qu’à espérer que la ministre respecte son engagement.
    C’est possible, faisons confiance, mais cela nécessite une fois de plus d’être vigilant et que les politiques cessent de penser comme le disait si bien, mais avec un cynisme certain, Jacques Chirac, que les promesses ne sont faites que pour celles et ceux qui les entendent.
    En politique, et ça devrait être ça le fameux nouveau monde politique dont on nous parle tant, les promesses doivent être faites pour être enfin tenues.
    Comptez en tous cas pour moi, chère Brigitte, pour suivre l’évolution de ce dossier et vous dire si l’on peut faire confiance en la promesse ministérielle ! Novembre, c’est demain…
    C’est d’autant plus important qu’on n’a jamais assisté à autant d’agressions homophobes, en province mais aussi à Paris, que ces dernières semaines. Supprimer cette discrimination dans ce contexte, ce serait bien sûr un symbole fort.
    A la semaine prochaine.

     

     

  • Retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi à 12H sur Périscope !

    LeTalkDuLundi.JPG

  • Manifestation contre l'homophobie et la transphobie à 17H00 : venez nombreuses et nombreux !

    A l'appel de SOS Homophobie et de l'Inter-LGBT, une manifestation contre l'homophobie et la transphobie aura lieu ce dimanche à 17H00 place de la République.
    Elus Locaux Contre le Sida s'est associée à cet appel.
    Venons nombreuses et nombreux !

    homophobie,jean luc romero michel,transphobie