Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog de Jean-Luc ROMERO-MICHEL - Page 6

  • Extrait de mon intervention sur l'IVG en Commission Permanente de la région Ile-de-France

    CPsept2O18.JPG

  • Commission permanente à la région Ile-de-France

    Ce mercredi, se déroule la commission permanente de la région Ile-de-France où sera individualisée de nombreuses subventions.

  • Retrouvez ma chronique hebdo "Sexy News" dans l'émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio vers 14H20

    Comme tous les mardis, vous pourrez retrouvez ma chronique hebdo "Sexy News" dans l'émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio vers 14H20. Je parlerai aujourd'hui de la relation compliquée des élus avec les questions LGBTQI.

  • Retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi à 12H sur Périscope

    LeTalkDuLundi.JPG

  • "Love Simon" Ce film fait du bien. Ce film c’est celui de l’amour et de l’acceptation ! A ne pas rater...

    « Love Simon », ce film n’a pas eu le très grand retentissement qu’il
    aurait mérité lors de sa sortie en France, mais de nombreux amis, qui l’ont vu, sont tombés sous le charme de cette comédie romantique réalisée par Greg Berlanti ...
    En cherchant dans la sélection des films sur un vol, qui me menait au Cap pour le congrès mondial des ADMD, je suis tombé sur le fameux « Love Simon ».
    Je l’avais raté ! Il J’avais enfin une session de rattrapage !
    Et je peux vous dire que je ne l’ai pas regretté !
    J’avais même honte des larmes d’émotion et/ou de joie qui ont souvent coulé pendant ce merveilleux film. Mes voisins d’avion me regardaient avec étonnement et compassion ...
    Le pitch en quelques mots. Simon est lycéen et cache son homosexualité à tous ses proches. Un jour, il correspond avec un mystérieux gay ,Blue, qui est dans son école mais qui veut garder son anonymat et bien sûr le secret de son identité.
    Cette correspondance virtuelle rend fou amoureux Simon de ce garçon mystère. Malheureusement, un de ses collègues de lycée surprend cette correspondance et l’enregistre. Il la publie ensuite sur un site public obligeant Simon à faire son coming out.
    Sans jouer trop sur la fibre pathétique, le film montre à quel point, il n’est pas simple pour un ou une jeune LGBTQI de dire sa vérité. Même en 2018...
    Je ne vous raconterai ni le détail ni évidemment la fin, car ce film mérite d’être vu et notamment le merveilleux moment où la maman de Simon après son coming out lui dit : « Il faut que tu sois PLUS toi... »
    Ce film fait du bien. Ce film c’est celui de l’amour et de l’acceptation !
    A ne pas rater... Vraiment !!

    love simon,jean luc romero,lgbtqi

  • Ma 2ème Chronique pour l’émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio

    Bonjour Brigitte, Bonjour à toutes et à tous,

    Vous vous rappelez, chère Brigitte et chers auditeurs, la semaine dernière, j’évoquais la révision des lois bioéthiques qui ont fait l’objet d’un débat citoyen qui est loin d’avoir eu l’impact qu’il aurait dû avoir. Je n’y reviendrai pas, je vous l’ai expliqué mardi dernier.
    Nous nous étions arrêtés sur deux des thèmes de ces révisions, la fin de vie et la procréation médicalement assistée.
    Je voudrai aujourd’hui dire quelques mots sur la place de l’humain au cœur du système de santé et sur la gestation pour autrui.
    Il n’est pas anodin que, durant les débats citoyens, le peu de Français qui y ont participé se soient inquiétés de la place de l’humain au cœur du système de santé comme la place du citoyen usager par rapport à l’administration ou les équipes soignantes.
    C’est aujourd’hui une question essentielle.
    Depuis les années 80, les militants de la lutte contre le sida ont revendiqué le doit d’être acteurs de leur propre santé. Le développement d’Internet fait qu’aujourd’hui, les malades ou futurs malades se renseignent directement et sont parfois mieux informés que leurs propres soignants. Pourtant, à l’hôpital, il est difficile de se faire entendre. On a l’impression que dès que l’on franchit les portes de l’hôpital, nous ne sommes plus un citoyen ou une citoyenne à part entière.
    La démocratie sanitaire, dont on parle tant, reste embryonnaire en France. Tout le monde admire son médecin mais on ne peut plus entendre ceux qui n’ont comme seule explication en nous donnant un nouveau traitement : c’est pour votre bien. On attend désormais d’un soignant qu’il nous dise les avantages et les inconvénients du traitement, qu’il nous propose et que nous décidions ensuite si nous voulons ou pas de ce traitement. Espérons que la parole citoyenne sur ce point sera entendue.
    Autre thème pour le moins controversé, la Gestation Pour Autrui (GPA) faisait partie du débat. Je rappelle que la GPA est une pratique sociale de procréation dans laquelle une femme, appelée mère porteuse, est inséminée par des embryons et accouche d’un enfant qui est remis aux parents à l’origine de cette GPA.
    Aujourd’hui, un certain nombre de pays l’autorisent ou ne l’interdisent pas notamment l’Afrique du Sud, le Royaume-Uni, la plupart des États des États-Unis, l’Inde, la Grèce, la Belgique, les Pays-Bas ou encore la Russie...
    La France l’interdit et d’après le Conseil consultatif national d’éthique, le débat citoyen aurait rejeté de manière massive sa légalisation.
    Quel que soit l’opinion qu’on ait sur la question, il faut regretter qu’un vrai débat en France n’ait jamais eu vraiment lieu sur la GPA qui, malgré nos lois, est une réalité en France où de nombreux enfants français sont nés d’une GPA à l’étranger.
    En fait, en France, le débat est faussé depuis le départ puisque les adversaires ont réduit la GPA à une question exclusivement LGBT, à la question de ces horribles couples gays richissimes qui iraient, paraît-il, acheter des enfants à l’étranger.
    Sur cette question, il faut être clair, elle concerne tout le monde et principalement les hétérosexuels. L’immense majorité des GPA sont le fait de couples hétéros dont la femme a une pathologie qui l’empêche malheureusement d’enfanter. Ce serait bien ne ne pas l’oublier d’autant que l’immense majorité des pays, qui l’autorisent, la refusent pour les couples LGBTQI. Imaginez la Russie accueillant des gays pour une  GPA...
    En tous cas, cette question mérite un vrai débat dans le pays en partant sur cette base et en arrêtant ce focus aussi malsain qu’absurde sur les homosexuels.
    Ce vrai débat n’aura pas eu lieu pendant la consultation citoyenne. Pourtant, une question mérite d’être réglée rapidement celle de l’établissement d’un état-civil français pour ces enfants nés par GPA à l’étranger. Ces enfants existent et sont français de par leurs parents.
    Ce serait bien d’arrêter de sanctionner ces enfants à qui personne n’a demandé s’ils voulaient naître.
    Mais, en attendant le vrai débat qu’on s’occupe au moins et enfin de l’intérêt de ces enfants. C’est en fait une urgence.
    A la semaine prochaine.

    IMG_0323.JPG

  • 2ème chronique chez Brigitte Lahaie sur Sud Radio vers 14H20

    Retrouvez-moi pou ma seconde chronique hebdo dans l'émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio vers 14H20. Je continuerai, cette semaine, à parler de bioéthique.

  • Conseil d'arrondissement de Paris 12

    Pas le temps de défaire les valises en rentrant ce lundi du Congrès international des ADMD, qu'il me faut partir au conseil d'arrondissement de Paris 12 qui se déroule dès 19H sous la présidence de Catherine Baratti-Elbaz avec notamment plusieurs dossiers culturels qui sont dans ma délégation. Je vous rappelle que le conseil est public...

    Conseilardt.JPG

  • Plan de mon intervention au Congrès mondial des ADMD

    ADMD-F strategy in regards with end of life campaign in France.
    Jean-Luc Romero-Michel,
    President de l’ADMD-France

    Introduction
    Présentation de l’ADMD France

    • Près de 70 000 adhérents répartis dans 120 délégations, un CA de 14 personnes, une trentaine de délégués nationaux et 9 salariés,
    • Une implication très forte des jeunes depuis 10 ans avec l’ADMD Jeunes qu’a piloté le regretté secrétaire général de l’ADMD Christophe Michel-Romero à l’origine de l’ADMD Tour sur lequel je reviendrai,
    • Un service d’écoute, ADMD Écoute, un fichier national des directives anticipées
    1. La situation en France sur la fin de vie

    L’état de l’opinion
    Les sondages sur les 20 dernières années et les plus récents donnent 9 Français sur 10 favorables à l’euthanasie et/ou le suicide assisté

    La situation légale
    3 lois en France en 11 ans (2005 – 2010 – 2016) faite par le même député conservateur totalement hostile à toute légalisation de l’euthanasie.
    La loi permet la sédation terminale, reconnaît les directives anticipées, mais donne toujours le pouvoir aux médecins. La sédation terminale a été limitée au cas de fin de vie par la loi de 2016 et est différemment appliquée par les équipes médicales.

    La situation politique actuelle
    Le nouveau président français Emmanuel Macron, élu en 2017, n’a pris aucun engagement sur la fin de vie mais a dit qu’il souhaiterait décider de sa propre fin de vie. Il est le premier président à avoir organisé un dîner à l’Élysée sur la fin de vie où une douzaine de personnalités dont le président de l’ADMD France ont pu débattre. Malheureusement son inclinaison pour les religions est un peu inquiétante.
    L’Assemblée nationale, élue en juin 2017, ne nous a jamais été autant favorable avec sûrement une majorité en faveur du droit de mourir dans la dignité et déjà 3 propositions de loi déposée dont une par des députés du groupe soutenant le président Macron

    Le Conseil économique, sociale et environnemental, 3èmechambre de notre République, s’est prononcé en faveur de l’euthanasie en avril dernier.

    Un comité citoyen, créé dans le cadre des débats sur les lois bioéthiques, s’est prononcé en mai aux 2/3 en faveur de l’euthanasie …

    A l’opposé, les positions de la Ministre de la santé et de la HAS, à l’encontre de celle de plus de 89% des français et des derniers cas médiatisés bons exemples de l’échec de la loi Claeys-Leonetti.

    le cap,jean luc romero,admd

    II.            Notre stratégie : occuper les terrains politiques, médiatiques et des réseaux sociaux

    Notre stratégie au niveau politique :
    Rencontre des instances nationales avec les députés mais aussi demande à tous les 120 délégués de rencontrer leurs parlementaires dans les départements
    Demande à nos adhérents de leur écrire et d’aller dans les permanences (un kit a été fait à cet effet pour les adhérents)
    Organiser de grands meetings en invitant les élus partout en France
    Répondre aux invitations nombreuses d’associations et de partis pour présenter nos positions
    Une semaine de mobilisation sur les marchés a été organisée en avril

    Au niveau médiatique
    Sortie de mon nouveau livre Lettre Ouverte à Brigitte Macron avec notamment la plus frosse émission de débat On n’est pas couché, interview d’une page dans le Monde, etc.… et rencontres dans le pays

    Diffusion de communiqués de presse presque chaque semaine

    Le 4èmeADMD tour en juillet 2018 a permis une couverture de la presse quotidienne régionale à un moment de l’année où les délégations ne font plus de réunions

    La journée mondiale sera l’occasion d’organiser 100 manifestations en France

    Au niveau des réseaux sociaux

    L’ADMD est très présente sur Twitter, Instagram et Facebook et toutes les 120 délégations ont un compte Twitter : tous les jours nous publions des témoignages

    L’action des jeunes ADMD spécifiques au public jeunes et aux actifs est développée sur les réseaux sociaux avec de nombreux GIF

    Une newsletter est envoyée chaque semaine à tous les décideurs

    Conclusion
    Que pouvons-nous espérer en 2018/2019 ?

    2018, 2019 seront cruciales
    Les députés ont une fenêtre de tir entre octobre 2018 et mars 2019 car pares une série. D’éle ction empêcheront toute réforme sociétale.
    Mais, nos adversaires sont mobilisés : église, manif pour tous, mandarins

    L’ADMD met tous les moyens en œuvre pour arriver à une loi d’Ultime Liberté. Tout est désormais possible.

    le cap,jean luc romero,admd

  • Plan de mon intervention en anglais au Congrès mondial des ADMD

    ADMD-F  Strategy regarding the end of life campaign in France
    Jean-Luc Romero-Michel
    President of ADMD France

     

    Introduction
    I am Jean-Luc Romero-Michel, president of Right to die France (ADMD), regional MP of Ile-de-France region and deputy-mayor of Paris 12.
    Presentation of ADMD France

    • Our Association is close to 70 000 ( Seventy thousands ) members in 120 (one hundred and twenty) delegations, an Administrative Council counting 14 (fourteen) members,  around 30 (thirty) National delegates  and  a staff of 9 (nine) people.
    • Over the last 10 (ten) years we have noted the growing involvement of the younger generations, Thanks mainly to the creation of ADMD Jeunes by the late Secretary General of the Association, Christophe Michel-Romero.  Christophe initiated the ADMD Tour which I will talk about later.
    • A counseling service - referred to as ADMD Ecoute -, a national register of advance directives.

    Let me tell you first the position of France, my country, about the issue of end of life, and, then our strategy to obtain a law of ultimate liberty.

    le cap,jean luc romero,admd

    1. Position in France as regards end of life

    Public opinion
    Opinion surveys over the last 20 years up till the most recent surveys show that 9 French people out of 10 are in favor of euthanasia and/or assisted suicide.

    Legal aspect
    There have been 3 successive laws in France over the last 11 years  (2005,2010 and 2016);  these were drawn up by the same Member of Parliament, a conservative who is  totally opposed to legalizing euthanasia.
    The law allows terminal sedation and acknowledges advance directives or living wills. However power still rests with physicians.  According to the 2016 law, terminal sedation is limited to end of life cases and is diversely applied, depending on the treating medical staff.

    Present political situation
    The new President of France, Emmanuel Macron, who was elected in 2017, has made no commitment on the issue of end of life, but he did say that he would like to be able to make the decision on his own end of life.  For the first time ever, this President organized a dinner, on the topic of end of life, at the Presidential residence (Elysée Palace). Guests were about a dozen people among whom the President of in ADMD who had the opportunity to discuss the issue. Unfortunately, the President is favorably  inclined towards religions,  which is not an asset for us.
    The National Assembly, elected in June 2017,  is more supportive than it has ever been;  no doubt the majority of members are in favor of the right to die in dignity.  Three draft laws have already been put forward, one of which by the group supporting the President.
    The Economic, Social and Environmental Council, 3rdChamber of the French Republic, expressed itself in favor of euthanasia, in April 2018.
    The Citizens Committee, formed in the context of the laws on bioethics expressed itself on euthanasia in May this year;  two-thirds of the members were in favour of this measure.
    In the opposition are the positions held by the Minister for Health  and the HAS(High Authority on Health) who  run counter the  opinion of 89% of the population;  also  a few cases highlighted in the Press  stand as evidence of the failure of the Claeys-Leonetti law.

    1. Our strategy: To be on the field,  in the political arena, the media and on social networks

    Our strategy at the political level:
    Meetings with the relevant National Bodies, with MPs;  our 120 delegates all over the country are requested to meet with the Government representatives in the various regions
    Call on our members to write to MPs and attend meetings to meet party officials ( a media kit has been prepared to this effect).
    Hold large meetings to which MPs from all over the country are invited
    Take the opportunity of invitations from the many Associations and political groups to present our position.
    In April a wide campaign was launched leafleting, distribution of flyers on French market places.

    At the Media level
    Issue of my latest book “Lettre Ouverte à Brigitte Macron”  (Open Letter to Brigitte Macron) and participation in the very high audience TV Talk Show  “On n’est pas couchés” ,  a one-page interview in  the daily newspaper “Le Monde”…… +  many meetings all over the country.
    Press releases almost weekly
    The 4thADMD Tour organized in July 2018 was the opportunity for regional press coverage daily, at a time of the year when delegations do not hold meetings
    On the World Day we will be organizing 100 events in France.

    At the level of social networks
    ADMD has a strong presence on Twitter, Instagram and Facebook. All delegations (120) have an account on Twitter;  daily we post testimonies
    The action of our Young ADMD section, addressing specifically young and active members is widely developed on the social networks with many  video clips.
    A newsletter is sent out to all decision-makers every  week.

    Conclusion
    What can we expect over 2018 (two thousand and eighteen) /and 2019 (two thousand and nineteen)?
    2018 and 2019 will be crucial years
    Members of Parliament have a window of opportunity between October 2018 and March 2019 because we don’t have elections
    After, it will be more complicated.
    However, our opponents are mobilized:  the Church, the huge group opposed to Gay marriage (referred to as Manif pour tous), mandarins.
    ADMD is implementing all ways and means to reach our goal which is that of Ultimate Freedom.  Today, it can be achieved.

    le cap,jean luc romero,admd

     

     

  • Intervention en ouverture du Congrès mondial des ADMD au Cap

    Ce matin, j'interviendrai en ouverture du Congrès mondial des ADMD qui se déroule jusque dimanche au Cap en Afrique du Sud. J'évoquerai notamment la stratégie de l'ADMD France pour obtenir une loi d'Ultime Liberté.

    le cap,jean luc romero,admd

  • Podcast de #LeTalkDuLundi du 3 septembre 2018 !

  • Ma 1ère chronique pour l’émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio

    Bonjour Brigitte et chers auditeurs,
    D’abord merci, chère Brigitte, de me donner cette opportunité d’intervenir régulièrement dans votre émission dont l’utilité n’est plus à démontrer.
    Pour cette première chronique, si vous le voulez bien, j’ai souhaité me pencher sur les états généraux de la bioéthique qui se déroulent cette année.
    En effet, le législateur, depuis la 1ère loi bioéthique en 1988, a souhaité que ces lois soient révisées régulièrement pour tenir compte des progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé.
    Un débat public doit avoir lieu avant ces révisions et le Comité consultatif national d’éthique est chargé de ce débat.
    Neuf thèmes ont été identifiés et soumis aux citoyens : d’une part, sept domaines où les progrès scientifiques ont été constants comme l’embryon humain et les cellules souches, l’intelligence artificielle ou encore la santé et l’environnement.
    D’autre part, deux thèmes qui font l’objet de grands débats dans le pays ont aussi été abordés : la procréation et la question de la fin de vie.
    De janvier à avril, 21 000 citoyens ont participé aux 271 événements organisés par le CCNE, plus de 29 000 ont donné leur avis sur un site web dédié et enfin un comité citoyen composé de 22 personnes représentatives de la diversité de la population française a accompagné le processus.
    Le CCNE se réjouit de cette participation, mais force est de constater que moins de 50 000 citoyens, si on ajoute artificiellement les participants aux réunions et ceux qui ont contribué au site, ont donné leur avis sur ... plus de 65 millions de Français. Pas de quoi faire cocorico...
    Le débat n’a pas eu la publicité qu’il méritait et l’organisation a pu poser de sacrées questions. Les réunions devaient être animées par des personnes neutres et, au final, pas mal de militants souvent peu progressistes ont été choisis. Par exemple, et comme l’a dénoncé l’association SOS Homophobie, à Lyon, un membre d’Alliance Vita a animé un débat sur la procréation médicalement assistée. Pour nos auditeurs qui ne connaitraient pas Alliance Vita, c’est une association opposée au mariage pour tous, à l’avortement, et à une fin de vie choisie... Vous imaginez l’objectivité.
    Je ne peux évoquer les 9 thèmes. Quelques mots sur la fin de vie et surtout sur la procréation...
    La fin de vie, un des rares thèmes qui concerne 100% d’entre nous.
    J’espère ne pas vous l’apprendre, chers auditeurs, mais nous allons toutes et tous mourir. Désolé pour cette mauvaise nouvelle !
    Les politiques ont beaucoup de mal à avancer sur ce thème où les lobbys des mandarins et des religieux ont réussi à se faire entendre jusqu’à présent. Dans notre pays, ce n’est pas souvent le mourant qui décide ce qui est le mieux pour lui ou pour elle, mais celles et ceux qui sont autour du lit.
    Le comité citoyen l’a d’ailleurs constaté et aux 2/3 de ses membres s’est prononcé pour que la loi aille plus loin que l’actuel laisser mourir où l’on vous endort et après avoir arrêté de vous alimenter et de vous hydrater, on attend votre mort qui peut mettre des semaines à arriver.
    Espérons que sur cette question, les parlementaires seront un peu courageux et vont voter les propositions de loi dont ils sont à l’origine...
    Le thème de la procréation a été celui qui a, une fois encore, été au cœur des polémiques car la Manif pour Tous s’est mobilisée pour s’opposer à la PMA ouvertes à toutes les femmes et bien sûr à la gestation pour autrui qu’on évoquera une prochaine fois.
    Emmanuel Macron a fait une seule promesse sociétale lorsqu’il était candidat aux élections présidentielles : celle de permettre aux femmes seules d’accéder à la PMA, cette procréation étant actuellement réservée aux seuls couples hétérosexuels.
    Le CCNE s’est d’ailleurs prononcé, il y a quelques temps, en faveur de cette promesse électorale. On se demande d’ailleurs pourquoi ce thème a été remis en débat alors que l’élection de Macron a donc au final validé cette promesse.
    La Manif pour tous s’est engouffrée dans ce débat et a mobilisé les siens pour s’opposer à cette proposition en essayant de réussir, une nouvelle fois, ce qu’elle a obtenu en 2013.
    En effet, rappelez-vous, François Hollande s’était engagé à accorder la PMA aux femmes seules. Face à la mobilisation de la Manif pour tous, il avait cédé sur ce point faisant une demie réforme en autorisant certes le mariage pour tous et l’adoption mais sans accorder aux femmes et donc aux lesbiennes la possibilité de bénéficier d’une PMA. Dans son dernier livre, François Hollande reconnait que son recul était une erreur...
    En effet, après avoir expliqué que tous les couples doivent avoir les mêmes droits, que l’amour homosexuel ne peut être inférieur à l’amour hétérosexuel, comment ne pas aller au bout de ce raisonnement ?
    Les sondages montrent que les Français y sont favorables. La majorité parlementaire de Emmanuel Macron aussi. Reste donc maintenant au Président de la République à nous dire s’il tiendra cet engagement et montrer que les promesses électorales sont enfin faites pour être tenues et qu’elles n’engagent pas seulement celles et ceux qui les entendent. Mais surtout, celles et ceux qui les font !
    C’est d’autant plus urgent, qu’on ne peut continuer à avoir des femmes qui sont contraintes de partir en Espagne ou en Belgique - les fameux bébés Thalys - pour bénéficier d’une PMA. Une fois de plus, cela favorise les plus aisées, ce qui est, vous en conviendrez, injuste au pays des droits de l’homme et de la femme et celui qui prétend défendre l’égalité.
    En fait, la loi n’est donc plus respectée.
    Donc il est temps de mettre le droit en conformité avec la réalité sociétale et les évolutions familiales...
    La balle est donc dans le camp du gouvernement et de la majorité et, si vous le voulez bien Brigitte, on suivra cela dans les semaines qui viennent...
    Je vous remercie...

     

     

  • Chronique sur Sud Radio dans l'émission de Brigitte Lahaie à 14H15

    Brigitte Lahaie m'a proposé de faire une chronique hebdo dans son émission. Ce sera donc une première pour moi ce mardi et vous pourrez entendre ma 1ère chronique vers 14H15 sur Sud Radio...

    brigitte lahaie,jean luc romero,sud radio

  • Retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi à 12H sur Périscope

    LeTalkDuLundi.JPG

  • Retour aux sources... A Béthune !

    24 heures dans ma ville de naissance. Un retour aux sources toujours salutaire en plein rentrée. Prolonger encore quelques heures l'atmosphère estivale !
    Bon week-end à toutes et à tous !

    IMG_6001.JPG



  • Back to Paris 12 !

    Les vacances sont désormais terminées. A bientôt la Thaïlande qui m'a aidé à retrouver une certaine sérénité... Heureux de retrouver Paris 12 et la mairie où je serai dès ce vendredi.
    Bonne rentrée à toutes et tous...

    IMG_6838.JPG

  • Trois mois... Trois mois déjà, trois mois seulement que Chris nous a quittés.

    Trois mois... Trois mois déjà, trois mois seulement que Chris nous a quittés...
    Certains voudraient que, désormais, tout soit rentré dans l’ordre. Que je fasse semblant d’aller formidablement bien. Pour un militant, de surcroit élu, la dignité exigerait de passer à autre chose...
    Aujourd’hui, j’ai envie de pousser un coup de gueule.
    Car comment, après trois petits mois, après un tsunami qui a dévasté ma vie au point de m'en demander désormais le sens, il faudrait reprendre une vie personnelle, militante, élective « normale ».
    La mort de Chris a non seulement des conséquences personnelles évidentes, mais aussi militantes quand on se rappelle tout ce qu’il a fait avec tant d’abnégation contre le sida, pour une fin de vie digne et pour l’égalité. Il faudrait rayer tout cela d’un trait. Et dès maintenant...
    Au bout de trois mois, oui, je suis choqué de recevoir des messages de gens souvent bien attentionnés qui me disent qu’il faut enfin avancer. Que le temps du deuil est désormais terminé.
    Si je les écoutais, ce serait en quelques semaines le reniement des 11 années de vie commune avec Chris. Ce serait faire peu de cas de ce qu’il était, des combats qu’il a menés avec tant de détermination.
    Dans nos sociétés, le deuil semble interdit et j’ai reçu beaucoup de témoignages émouvants allant dans ce sens. Au-delà de ma douleur, il faudrait en plus la cacher. En avoir honte !
    Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas pour moi, ni pour celles et ceux qui ont perdu un être très cher, de ne vivre que dans la nostalgie. Mais il faut que notre société entende que faire son deuil est le seul moyen de rester ou de revenir dans le monde des vivants. Et que cela prend forcément du temps.
    Faire son deuil ne veut pas dire se plaindre.
    Faire son deuil veut dire que chacun comprenne que cette étape mérite d’être respectée et surtout comprise.
    Depuis la mort de Chris, je n’ai jamais cessé mes activités notamment militantes. Je le fais pour lui, pour nous et pour ces causes qui nous dépassent.
    Mais comme toutes celles et tous ceux qui sont choqués, je demande le simple respect de nos propres cheminements, de nos acceptations.
    J’écris cela non pour demander une quelconque indulgence. Je suis un battant Demander seulement que je puisse à mon rythme accepter l’inacceptable : la mort de mon mari, de ma moitié d’orange. Est-ce tant demander ?
    Car croyez-le bien, comme tous ceux qui sont frappés par la mort d’un être cher, nous ne souhaitons que faire nôtre cette merveilleuse citation d'Albert Camus :
    « Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été. »
    Mais pour y arriver, il faut qu’on m'en laisse le temps et qu’on respecte mon cheminement.
     
    IMG_1412.JPG
     
     
     

     

  • Au Musical « Aladdin » à Londres, la magie opère…

    Évidemment, quand Disney produit une comédie musicale, c’est toujours très professionnel. Parfois trop même.
    Il y a quelques temps, j’allais donc voir Aladdin à Londres avec cette petite inquiétude mais aussi celle d’assister à un spectacle pour enfants.
    En fait, cette comédie musicale est vraiment un spectacle pour tous.
    Bien sûr, les enfants se régaleront de ce spectacle coloré, vivant, de ce conte de fées. Mais les adultes ne seront pas en reste.
    Les décors sont exceptionnels, les effets spéciaux à la hauteur du défi – le tapis volant est exceptionnel – et bien sûr les artistes sont incroyables. Quel talent !
    Cela finira bien par être joué à Paris, mais, en attendant, si vous passez à Londres ou à New York, n’hésitez pas à y aller.
    Un bon moment assuré. Et soyez-en sûr, la magie opère !

    aladdin,jean luc romero,londres,christophe michel

    aladdin,jean luc romero,londres,christophe michel

  • Back to Bangkok

    Avant de terminer ces vacances en Thaïlande, je passerai quelques jours à Bangkok, où nous allions si souvent avec Chris.
    C'est d'ailleurs dans cette ville et dans l'hôtel où nous séjournions toujours lors de nos passages à Bangkok que nous avions fait notre merveilleux voyage de noces en décembre 2013... J'y serai encore. Mais sans lui, du moins physiquement...