Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coup de gueule

  • On ne peut accepter que 2000 personnes meurent encore du sida chaque jour !

    Dans le cadre de #LaBoucleduRubanRouge du CRIPS Ile-de-France, j’ai rappelé à Angoulême sur France 3 Aquitaine qu’il faut se mobiliser pour que les pays riches mettent enfin les moyens pour éviter la mort, chaque jour, de plus de 2000 personnes du sida dans le monde.

    IMG_1615.JPG

  • Pour qui se prend M. Le Graet ???

    Pour qui se prend M. Le Graet ???
    Certes, le football est un sport populaire, mais ça ne permet pas de violer les lois.
    Le racisme et l’#homophobie dont des délits !!! Les deux !!! Même sur un terrain de foot, n’en déplaise à Noël Le Graet !

    fullsizeoutput_afc6.jpeg

  • Toute ma sympathie à Brigitte Macron !

    Quel niveau et quelle honte que de s’attaquer si violemment à Brigitte Macron !
    Je plains le fier peuple brésilien d’avoir un pouvoir autoritaire aussi vulgaire, méprisant et insultant. Pas digne de ce grand et si merveilleux pays. Toute ma sympathie va évidemment à Brigitte Macron...

    IMG_1598.JPG

  • Mon itw dans Nice Matin sur l'homophobie dans les stades

    A lire mon interview dans Nice Matin : Homophobie dans les stades: Jean-Luc Romero-Michel suggère d'arrêter définitivement les matches : (Ici)  

  • Solidarité avec la communauté transgenre américaine.

    Solidarité avec la communauté transgenre américaine.
    Le président américain souhaite donner la possibilité aux employeurs de virer une personne au prétexte qu'elle est transgenre...
    Jusqu’où ira t-il dans la haine et la #transphobie ? 
    A vomir...

  • Je vous envoie de la sérénité et de la bienveillance de Thaïlande : merci de me suivre...

    83b0841f-1861-483c-bef2-d462b5e81e1a.jpg

  • L'homophobie ordinaire quotidienne...

    Hier soir, je me suis violemment fait prendre à partie au métro Bastille par un militant gilet jaune prétendant que Alain Soral a raison et que les pratiquants de Sodome et Gomorrhe comme moi devraient être brûlés et exterminés ! Beau retour à Paris, moi qui rentrais de ma ville d'enfance Béthune !
    L’homophobie ordinaire quotidienne...

  • Connaissez-vous des Belges, des Suisses ou des Hollandais qui viennent en France pour mourir dans la dignité ?

    Blogde %22Contrairement aux Français, on ne voit pas de Hollandais ou de Belges fuir leur pays pour mourir dans la dignité!%22.PNG

  • Sur France 3 Normandie : une loi qui légalise l’euthanasie est plus humaine !

    france 3,jean luc romero michel,rouen,admd

    Sur France 3 Normandie, j'ai rappelé qu’une loi qui légalise l’euthanasie est plus humaine qu’une sédation terminale dans laquelle on arrête de vous alimenter, de vous hydrater et qui peut durer des semaines !!! 

  • « Les derniers jours de la vie » au 100 Charenton : Un must !

    100 charenton,jean luc romero,théâtre

    « Les derniers jours de la vie » : très émouvant spectacle de Christophe Guichet et de la compagnie Gaby Théâtre au 100 Charenton à Paris 12 !
    Des sujets très lourds traités avec légèreté et humour. Une déambulation théâtrale exceptionnelle !
    Un must... Vraiment !

    IMG_4072.JPG

  • Rencontre avec le Premier ministre d’Arménie, Nikol Pachinian

    Dans le cadre du déplacement d’élus régionaux d’Ile-de-France à Erevan avec la présidente Valérie Pécresse, nous avons été reçus par le Premier ministre d’Arménie, Nikol Pachinian.
    Nous le rencontrons dans un moment particulier car il assure l’intérim après avoir démissionné de son poste et s’apprête à mener campagne pour être réélu dans le cadre des élections législatives qui se dérouleront début décembre.
    A la fin de l'entretien, je lui ai demandé de pas oublier, dans sa politique de réformes, ses concitoyens LGBTQI et de faire qu'ils deviennent enfin des citoyens à part entière. beaucoup sont en danger aujourd'hui !

    IMG_1735.JPG

    arménie,jean luc romero

    arménie,jean luc romero

  • Signez la pétition adressée au 1er ministre sur change.org : Faisons de la lutte contre le sexisme et les LGBTQI-phobies Grande cause nationale 2019 ! (déjà 22 000 signataires en 24 heures !)

    Durant mes combats politiques, comme dans ma lutte individuelle et collective contre le Sida, je me suis toujours levé contre les LGBTQI-phobies, même dans les périodes les plus difficiles où l’homosexualité était bien moins acceptée qu’aujourd’hui. Je ne pensais pas à l’époque qu’en 2018, j’aurais encore à écrire pour dénoncer la haine de l’autre.
    C’est donc avec cette même consternation qui m’habitait autrefois que j’ai observé la multiplication inquiétante des agressions homophobes en France – des actes de haine et de violence qui sont devenus quasi-quotidiens ces dernières semaines.
    A cela s’ajoute la libération de la parole homophobe et transphobe ces dernières années, surtout lors du débat sur l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe. Les chiffres confirment froidement ce constat. Plus d’un homosexuel sur deux a fait face à des discriminations en raison de son orientation sexuelle d’après un sondage de l’IFOP réalisé au printemps dernier.
    Avec l’ouverture du débat tant attendu sur la PMA, je redoute en conséquence, comme la plupart des associations de défense et de promotion des droits des personnes LGBTQI, que suite à des propos irresponsables de certains, de nouvelles agressions aient lieu dans les prochaines semaines en proportion toujours plus croissante.
    Aux pouvoirs publics, avec Elus Locaux Contre le Sida (ELCS), nous lançons un appel pour lutter activement contre les LGBTQI-phobies.
    Tout ceci interpelle notre responsabilité à toutes et à tous et nous intime de nous dresser contre ces intolérables actes de haine et de violence. Nous devons mêler nos voix pour que cesse une forme de hiérarchisation des discriminations qui n’a que trop longtemps duré. Être sexiste, homophobe ou transphobe, c’est trop souvent interprété comme une forme de liberté d’expression ! Nous devons cesser avec ce deux poids, deux mesures.
    Cela passe par la mobilisation de la société dans son ensemble. L’école a un rôle important à jouer, car au-delà des différences qui peuvent nous distinguer les un.e.s des autres, l’institution scolaire reste le dénominateur commun de tous les Français.e.s. Aujourd’hui des associations comme SOS Homophobie, le MAG, Contact ou le CRIPS Ile-de-France font un travail remarquable sur la sensibilisation de nos jeunes. Ce genre de dispositifs doit être généralisé sur tout le territoire. Nous devons le concevoir avant tout comme un service public et pas uniquement comme la mobilisation volontaire de quelques associations.
    L’heure est donc à la mobilisation générale. Tout le monde doit être impliqué et, en première ligne, nos institutions car elles sont le miroir de notre société, une société qui pointe du doigt, qui raille, qui brutalise. Les témoignages de personnes victimes de discriminations en raison de leur orientation sexuelle et qui peinent à porter plainte ne manquent pas. C’est pourquoi nous devons sensibiliser celles et ceux dans la police qui assurent l’accueil des victimes. Si depuis 2017, tous les policiers en formation initiale bénéficient d’un module de deux heures, nous regrettons que cela ne soit pas suffisant et ne corresponde pas à la réalité du terrain. La formation des policiers en poste depuis plusieurs années est par ailleurs peu, voire pas du tout traitée. L’association des policiers et gendarmes LGBTQI, Flag, tente de combler ce manque. Mais c’est avant tout à l’Etat de s’en saisir.
    Ouvrir un long et rigoureux débat sur les LGBTQI-phobies.
    Aussi, nous remarquons que le débat actuel sur les LGBTQI-phobies, bien qu’il alerte l’opinion publique, ne produit pas assez d’informations pertinentes pour la compréhension de ce phénomène. La dernière étude parlant du profil des agresseurs remonte à 2011. Il s’agissait alors du rapport annuel de SOS Homophobie.
    Il est donc aujourd’hui plus que jamais nécessaire de mettre la lumière sur ces comportements et d’organiser un grand débat national. Pour ce faire, nous vous proposons que la lutte contre le sexisme et les LGBTQI-phobies soit déclarée Grande cause nationale 2019.
    Il est en effet important de prendre le temps d’impliquer tous les secteurs sociaux : éducation, justice, santé, sécurité, mais aussi les affaires étrangères et consulaires dans un travail de réflexion collective, et ce en employant une approche innovante et orientée sur la formulation de solutions concrètes et rapidement déployables. La Grande cause nationale oblige les pouvoirs publics de manière transversale à se mobiliser une année durant.
    Si notre proposition n’était pas retenue pour 2019, alors ne lâchons rien ! Poursuivons le combat pour 2020.
    Le débat est aujourd’hui indispensable. Sans mobilisation générale, nous ne parviendrons pas à faire respecter la dignité et les droits les plus élémentaires des personnes LGBTQI !
    Vous pouvez signer (ici).

    edouard philippe,jean luc romero,lgbtphobies,change.org

     

  • "L'homophobie est un délit et non une forme de liberté d'expression !"

  • Ma lettre au 1er ministre pour que la lutte contre les LGBTQIphobies et le sexisme soit la Grande Cause nationale 2019

     

    Monsieur le Premier ministre,

    Vous avez-vous-même dénoncé, à juste titre, la multiplication inquiétante des agressions homophobes à Paris et en province. Pas plus tard que mardi, le président d’Urgence Homophobie a été brutalisé à la sortie d’un restaurant. La semaine dernière, c’est un couple de femmes qui était agressé. Sans oublier le terrible meurtre d’une personne transgenre, il y a quelques semaines. Ces actes de déferlement de haine et de violence sont devenus des épisodes quasi quotidiens. Devant ces faits, nous ne pouvons garder le silence. Nous devons condamner et agir sans plus attendre.

    Nous constatons également que la parole homophobe s’est généreusement libérée depuis l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Un sondage de l’IFOP réalisé au printemps dernier nous informe en ce sens que plus d’un homosexuel sur deux a dû faire face à des discriminations en raison de son orientation sexuelle. Nous redoutons que de nouvelles agressions aient lieu, en proportion toujours plus croissante.

    Tout ceci interpelle notre responsabilité à tous, élus locaux, parlementaires et Gouvernement, et nous intime l’ordre de mettre la puissance publique au service de tous les citoyens. Nous avons, en effet, trop longtemps établi une hiérarchie entre les discriminations. Être raciste et antisémite, c’est heureusement grave. En revanche, être sexiste, homophobe ou transphobe, c’est vu comme une forme de liberté d’expression ! Nous devons cesser avec ce deux poids, deux mesures.

    Cela passe par la mobilisation de la société dans son ensemble. L’école a un rôle important à jouer, car au-delà des différences qui peuvent nous distinguer les uns des autres, l’institution scolaire reste le dénominateur commun de tous les Français. Aujourd’hui des associations comme SOS Homophobie font un travail remarquable dans la sensibilisation de nos jeunes. Ce genre de dispositifs doit être généralisé sur tout le territoire. Nous devons le concevoir avant tout comme un service public et pas uniquement comme la mobilisation volontaire de quelques associations.

    L’heure est donc à la mobilisation générale. Tout le monde doit être impliqué et, en première ligne, nos institutions car elles sont le miroir de notre société, une société qui pointe du doigt, qui raille, qui brutalise. Les témoignages de personnes victimes de discriminations en raison de leur orientation sexuelle et qui peinent à porter plainte ne manquent pas. C’est pourquoi nous devons sensibiliser celles et ceux dans la police qui assurent l’accueil des victimes. Si depuis 2017, tous les policiers en formation initiale bénéficient d’un module de deux heures, nous regrettons que cela ne soit pas suffisant et ne corresponde pas à la réalité du terrain. La formation des policiers en poste depuis plusieurs années est par ailleurs peu, voire pas du tout traitée. Certaines associations comme SOS Homophobie ou encore Flag tentent de combler ce manque. Mais c’est avant tout à l’Etat de s’en saisir.

    Aussi, nous remarquons que le débat actuel sur les LGBTphobies, bien qu’il alerte l’opinion publique, ne produit pas assez d’informations pertinentes pour la compréhension de ce phénomène. La dernière étude parlant du profil des agresseurs remonte à 2011. Il s’agissait alors du rapport annuel d’SOS Homophobie.

    Il est donc aujourd’hui plus que jamais nécessaire de mettre la lumière sur ces comportements et organiser un grand débat national. Pour ce faire, je me permets de vous proposer que la lutte contre le sexisme et les LGBT phobies soit déclarée Grande cause nationale 2019.

    Il est en effet important de prendre le temps d’impliquer tous les secteurs sociaux : éducation, justice, santé, sécurité, mais aussi les affaires étrangères et consulaires dans un travail de réflexion collective, et ce en employant une approche innovante et orientée sur la formulation de solutions concrètes et rapidement déployables.

    Je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, en l’expression de ma haute considération.

    Jean-Luc ROMERO-MICHEL

     

  • Débat sur les Violences homophobes sur CNEWS : "Pour certains être homophobes c'est la liberté d'expression..."

  • Extrait de mon intervention sur l'IVG en Commission Permanente de la région Ile-de-France

    CPsept2O18.JPG

  • Trois mois... Trois mois déjà, trois mois seulement que Chris nous a quittés.

    Trois mois... Trois mois déjà, trois mois seulement que Chris nous a quittés...
    Certains voudraient que, désormais, tout soit rentré dans l’ordre. Que je fasse semblant d’aller formidablement bien. Pour un militant, de surcroit élu, la dignité exigerait de passer à autre chose...
    Aujourd’hui, j’ai envie de pousser un coup de gueule.
    Car comment, après trois petits mois, après un tsunami qui a dévasté ma vie au point de m'en demander désormais le sens, il faudrait reprendre une vie personnelle, militante, élective « normale ».
    La mort de Chris a non seulement des conséquences personnelles évidentes, mais aussi militantes quand on se rappelle tout ce qu’il a fait avec tant d’abnégation contre le sida, pour une fin de vie digne et pour l’égalité. Il faudrait rayer tout cela d’un trait. Et dès maintenant...
    Au bout de trois mois, oui, je suis choqué de recevoir des messages de gens souvent bien attentionnés qui me disent qu’il faut enfin avancer. Que le temps du deuil est désormais terminé.
    Si je les écoutais, ce serait en quelques semaines le reniement des 11 années de vie commune avec Chris. Ce serait faire peu de cas de ce qu’il était, des combats qu’il a menés avec tant de détermination.
    Dans nos sociétés, le deuil semble interdit et j’ai reçu beaucoup de témoignages émouvants allant dans ce sens. Au-delà de ma douleur, il faudrait en plus la cacher. En avoir honte !
    Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas pour moi, ni pour celles et ceux qui ont perdu un être très cher, de ne vivre que dans la nostalgie. Mais il faut que notre société entende que faire son deuil est le seul moyen de rester ou de revenir dans le monde des vivants. Et que cela prend forcément du temps.
    Faire son deuil ne veut pas dire se plaindre.
    Faire son deuil veut dire que chacun comprenne que cette étape mérite d’être respectée et surtout comprise.
    Depuis la mort de Chris, je n’ai jamais cessé mes activités notamment militantes. Je le fais pour lui, pour nous et pour ces causes qui nous dépassent.
    Mais comme toutes celles et tous ceux qui sont choqués, je demande le simple respect de nos propres cheminements, de nos acceptations.
    J’écris cela non pour demander une quelconque indulgence. Je suis un battant Demander seulement que je puisse à mon rythme accepter l’inacceptable : la mort de mon mari, de ma moitié d’orange. Est-ce tant demander ?
    Car croyez-le bien, comme tous ceux qui sont frappés par la mort d’un être cher, nous ne souhaitons que faire nôtre cette merveilleuse citation d'Albert Camus :
    « Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été. »
    Mais pour y arriver, il faut qu’on m'en laisse le temps et qu’on respecte mon cheminement.
     
    IMG_1412.JPG
     
     
     

     

  • L'homophobie crasse, même à l'ADMD ...

    Je sais que l'homophobie n'épargne aucun milieu.
    Depuis quelques années, à l'ADMD, notamment pendant le mariage pour tous et lors des dernières élections internes, j'avais pu constater qu'une infime minorité d'homophobes sévissaient aussi à l'ADMD.
    Ils l'exprimaient d'une manière subtile et toujours avec une intelligence cynique pour éviter toute poursuite.
    Aujourd'hui, quand on sait à quel point mon mari Christophe Michel-Romero a fait avancer notre association - l’#AdmdTour en est un exemple - recevoir ce mot homophobe que je reproduis ci-dessous d’un adhérent de l’Admd me fait me demander si tout ce temps bénévole consacré à cette cause en vaut la peine.
    J’ai la nausée. Même la mort ne les arrête pas.
    J'ai été ma vie entière un militant et je ne laisserai pas ces homophobes imposer leurs idées nauséabondes dans une belle association humaniste comme l'ADMD... Qu'ils en soient certains !

    Adhérentadmdhomophobe.JPG

  • La haine homophobe ne gagnera pas à Paris : l'amour gagne toujours !

    La haine anti LGBTQI a frappé au cœur du symbolique Marais de Paris.
    Des arriérés ont recouvert les passages piéton arc-en-ciel et taggé «Les #lgbt hors de France !» voulant faire de nous des apatrides !
    Notre réponse ce sera samedi,des centaines de milliers de personnes défileront pour la Marche des Fiertés !

    PiétonVandalisé.JPG