Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes loisirs

  • Très beau week-end de Pâques et pensées pour les malades

    Je vous souhaite un merveilleux week-end de Pâques et de bien profiter des vôtres.
    Comme à chacun de ces moments, j'ai une pensée pour celles et ceux qui sont malades ou seuls car ces moments sont toujours plus difficiles.
    Merci enfin à celles et ceux qui travaillent pour nous permettre de passer le meilleur des ponts...

  • Au royaume des crapauds fous surgit un merle blanc » de Yves Michalon, merveilleux récit de notre histoire collective

    Je viens de terminer le merveilleux récit de mon ami et éditeur Yves Michalon « Au royaume des crapauds fous surgit un merle blanc » qui parait ce 1er mars.
    Cet éditeur par vocation raconte ce qu’a vécu la génération du baby-boom, ces enfants de l’après-guerre qui ont connu les bouleversements gigantesques de ces six dernières décennies.
    Yves n’est pas un simple observateur, c’est réellement un citoyen engagé.
    Son action pour favoriser la démocratisation de l’Europe de l’Est est singulière et admirable.
    Après avoir été une des stars du monde de la publicité - milieu ou l’argent est roi - il a voulu mener une autre vie, lui donner du sens. Il abandonne le confort de cette vie professionnelle où il brille pour devenir un éditeur. L’amoureux de la littérature réalise enfin son rêve à cinquante ans. Un gros risque pour qui connaît le monde de l’édition et ses aléas.

    yves michalon,jean luc romero,livre

    Rien ne le détournera plus de cette passion et malgré les vicissitudes lié à ce milieu, il est toujours là, entouré d’auteurs fidèles. Sa maison qui porte son nom est même devenue une vraie référence pour ses confrères.
    Ce livre, à travers l’histoire personnelle et les combats de Yves, nous raconte au final notre histoire collective. Elle nous rappelle nos joies mais aussi nos doutes.
    Ce récit est merveilleusement bien écrit. J’avoue être jaloux du talent littéraire de Yves Michalon qui nous entraîne dans une farandole de mots choisis et qui touchent leurs lecteurs.
    Amoureux de notre langue, fin lettré, Yves n’avait pas écrit depuis trop longtemps : de grâce qu’il reprenne immédiatement la plume et nous entraîne toujours dans son univers, celui de l’humanisme et du don de soi.
    A lire d’urgence !
  • « Le jour où les lions mangeront de la salade verte » de Raphaëlle Giordano ou comment devenir bienveillant !

    Pour Noël, Aline, une amie, m’a offert les deux romans de Raphaëlle Giordano. J’ai déjà publié un post sur « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » qui m’avait littéralement enthousiasmé. Ce 2ème roman « Le jour où les lions mangeront de la salade verte » ne m’a pas déçu. Bien au contraire !
    319 pages bien écrites qui se lisent aussi presque d’un trait. Pari réussi pour l’auteure.
    Le pitch. Romane a une société qui propose aux personnes totalement égocentriques de sortir de cet état et d’abandonner ce que l’auteure appelle la burnerie, ces comportements odieux quotidiens que nous pouvons avoir chez soi comme au boulot.

    JourOuLes lions.jpg

    À la tête d’un groupe de cinq personnes à « deburner », elle va se rendre compte que ce n’est pas si simple dans une société aussi auto centrée que la nôtre !
    Ce livre est bien sûr un roman.
    Mais il vous interroge et nous montre la violence et la stupidité de bien de nos comportements de tous les jours.
    Un livre qui nous fait réfléchir et nous conduit à plus de bienveillance !
  • « L’art du calme intérieur » de Eckhart Tolle, un peu de sagesse dans ce monde si violent...

    J’ai récemment fait deux posts sur les livres de l’enseignant spirituel et auteur à succès Eckhart Tolle, notamment sur son best seller « Le pouvoir du moment présent. »
    Dans la même veine, je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans son opuscule « L’art du calme intérieur. »
    Ce n’est certes pas un livre à proprement parler, mais une suite de réflexions et de conseils de sagesse. De véritables « soutras » que l’Inde millénaire ne renierait pas !
    Cet opus a vraiment sa place sur votre table de nuit. Vous pouvez l’ouvrir, lire quelques conseils ou citations au hasard - la chronologie n’est pas essentielle - puis n’y revenir que quelques jours plus tard.
    J’ai bien sûr été très sensible au chapitre « la mort et l’éternel » et je termine par une citation de l’auteur à ce sujet : « Une culture qui nie la mort finit par devenir superficielle, préoccupée uniquement par la force extérieure des choses. Lorsque l’on nie la mort, la vie perd sa profondeur. »
    Parcourez ce livre qui vous amène un peu de sagesse dans ce monde bien trop souvent si violent !

    L'art ducalmeintérieur.JPG

  • Back to London...

    londres,jean luc romero,christophe michel,london

    C'est presque devenu une tradition. Sans s'en rendre compte...
    Autour de la Saint Valentin, comme fin septembre pour notre anniversaire de mariage, nous faisons toujours une courte escapade à Londres.
    Cette ville que nous aimons tant...
    Bon week-end à toutes et tous et belles vacances à c eux d'entre vous qui en prennent.

  • « Coming in » de Robert Branche, un roman autobiographique fort et bouleversant !

    Mon éditeur Yves Michalon m’avait adressé ce livre paru dans son autre maison d’édition « Fauves. »
    Le livre s’est malencontreusement retrouvé sous la pile des livres en attente et j’avais fini par l’oublier. Pardon Yves, désolé cher Robert Branche...
    Heureusement, en triant mes piles de livres, je suis tombé sur ce roman autobiographique « Coming in » de Robert Branche.
    Ce livre, souvent surprenant et parfois cru, raconte le long - très long - cheminement d’un homme qui niera une grande partie de sa vie son homosexualité. Comment faire face à « cet Allien qui le dévore de l’intérieur ? »
    Arriver à s’assumer passera par une première étape, un voyage, seul, en Inde pour mener son introspection.
    Entre vie de famille avec sa femme et ses enfants et les escapades dans des lieux anonymes de consommation sexuelle gay, sa vie devient de plus en plus insupportable jusqu’au jour où une belle histoire d’amour avec un jeune homme va tout chambouler ! Vraiment tout.
    Ce roman est merveilleusement bien écrit. La plume est vive et les références littéraires fréquentes et toujours bienvenues.
    Robert Branche décrit courageusement et sans aucun tabou sa quête désespérée de sexe afin de ne pas se poser la seule question qui vaille : celle de sa véritable identité sexuelle.
    Ce roman autobiographique est fort et émouvant !
    Ne faites pas comme moi, n’attendez pas trop longtemps pour le découvrir...

    robert branche,jean luc romero,coming in,coming out,gay,lgbtqi

  • Cérémonie d'ouverture du Festival mondial du cirque de demain à Paris 12

    Encore un merveilleux événement qui se déroule à Paris 12... le Festival mondial du cirque de demain.
    Organisé au cirque Phénix, ce festival se déroule tous les ans pelouse de Reuilly. Durant quatre jours, les plus beaux numéros au monde seront en compétition. Un spectacle hors norme. Un must...

  • Grand Prix d'Amérique l'hippodrome de Paris 12

    Ce dimanche aura lieu le Grand Prix d'Amérique à l'hippodrome de Paris.
    On oublie souvent que ce qu'on appelle l'hippodrome de "Vincennes" est situé en fait sur le territoire de Paris 12. Je serai donc heureux de participer à cet événement national mais donc aussi ... local ...

    grand prix d'amérique,jean luc romero,vincennes

  • Lire «Ta 2ème vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » de Raphaëlle Giordano pour bien commencer 2018 !

    J’ai lu d’un trait «Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » de Raphaëlle Giordano ! Une drogue dure, impossible de m’arrêter.
    Ce livre m’a été offert par mon amie Aline et je lui en voue une grande reconnaissance.
    Comment être passé à côté de ce roman, de ce best seller sorti en 2015 ?
    Il y a longtemps que je m’intéresse à la pensée positive et à la méditation que je pratique régulièrement.
    Mais ce livre, dans cet univers de positivité, est unique. Tout en étant léger, ce roman est fort et rempli d’enseignements de vie. Sans oublier les nombreuses citations bien utiles et qui souvent interpellent.
    Je ne vous en dirai pas plus si ce n’est que l’univers de Raphaëlle Giordano mérite le détour.
    Un bon moyen de commencer 2018 avec de belles et fortes résolutions et d’apprécier d’abord la seule richesse que nous possédions : le moment présent...

    raphaëlle giordano,jean-lui romero,livre

  • Les Bodin's au Zenith !

    Mon ami Claude Cyndecki, producteur de l'époustouflante comédie musicale "Priscilla, folle du désert", est aussi le producteur des Bodin's, qui se produisent actuellement au Zenith.
    Ce spectacle hilarant, un peu boudé par certains médias, est un immense succès populaire. A l'invitation de Claude, c'est avec un immense plaisir que j'irai donc applaudir les Bodin's cet après-midi !

    banniereBodin.jpg

  • « L’homme qui voulait être heureux » de Laurent Gounelle, une belle leçon de vie !

    Mener des combats militants, qui ne font pas toujours l’unanimité, vous expose souvent à de violentes attaques. Elles sont bien sûr souvent dues à la peur. Mais, elles peuvent faire mal. Même à un vieux militant comme moi !
    J’essaye donc, dans mes lectures, de trouver des livres ou des romans positifs, loin de toute haine.
    Je n’ai donc pas été déçu à la lecture de « L’homme qui voulait être heureux » de Laurent Gounelle.
    Un beau roman qui donne une belle et vraie leçon de vie.

    laurent gounelle,jean luc romero,pocket,pensée positive

    Ce livre dépayse car son intrigue se déroule à Bali, cette île magnifique qui nous fait tous rêver. Les paysages que décrit l’auteur et la vie à Bali ne font qu’alimenter nos fantasmes sur ce lieu de rêve.
    Mais, c’est surtout l’expérience que va vivre le héros, un jeune professeur, qui ne sait pas qu’il va mal, qui est à la fois passionnante et riche d’enseignements.
    Comme toujours dans ces courts posts que j’aime vous offrir sur mes lectures je ne vous raconterai pas l’histoire.
    Je veux juste vous convaincre que ce livre vous fera réfléchir positivement sur votre vie, vos décisions et trop souvent nos non décisions...
    Prenez ce livre pour le roman qu’il est d’abord... Mais un roman qui enrichit ! Vraiment.
    Belle lecture.
  • "Cent ans de solitude" de Gabriel Garcia Marquez, un classique de la littérature à lire ou à redécouvrir : une saga incroyable et hors-normes.

    Je reconnais que je n’avais lu aucun livre du Nobel de littérature de l’année 1982, l’écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez. Impardonnable !
    J’ai donc voulu remédier à cela fin 2017 et j’ai entamé la lecture de ce que le Times considère comme « un chef-d’œuvre et l’un des meilleurs romans latinos-américains à ce jour » « Cent ans de solitude. »
    Sachez-le d’emblée : ce n’est pas un livre que l’on lit sans concentration, à la légère, entre deux stations de métros. Vous en rateriez l’essence.
    Il est d’abord conséquent : 461 pages écrites en petits caractères dans sa version poche.
    Ensuite, il relate l’histoire tumultueuse de la famille Buendia condamnée à cent ans de solitude par la prophétie d’un gitan.

    gabriel garcia marquez,jean luc romero,cent ans de solitude

    Enfin, avec moults détails, il narre l’épopée de ces 100 ans. Un siècle entier !
    Cela nécessite donc une sacrée concentration pour ne pas se perdre dans les dizaines de personnages de cette saga incroyable et totalement hors-normes.
    Ce livre, comme le dit d’ailleurs un des protagonistes, n’est « qu’un engrenage d’inévitables répétitions, une roue tournante qui aurait continué à faire des tours jusque l’éternité... »
    Ce grand auteur d’Amérique latine mérite vraiment d’être lu.
    « 100 ans de solitude » est la meilleure des introductions à son univers et, je crois, à son œuvre.
    Bonne lecture !
  • Angels in America, drôle, bouleversant. Exceptionnel !

    Le dimanche 10 décembre, j’ai assisté au Théâtre de l’Aquarium (à Paris 12) à la pièce en deux parties « Angels in America » de l’américain Tony Kushner.
    Au final 4h30 qui passent très très vite.
    J’avais peur de m’ennuyer car près de 5 heures de spectacle, ça peut être long.
    Mais, magie du texte, de la mise en scène remarquable par Aurélie Van Den Daele et de comédiens exceptionnels, j’ai passé un merveilleux moment !
    Cette pièce se situe au milieu des années 80 dans l’Amérique conservatrice de Reagan qui prône le retour à la « morale. » Le sida fait de terribles ravages aux Etats-Unis. Prior, Roy - avocat proche du pouvoir et prêt à tout -meurent du sida. Autour d’eux se joue une drôle de comédie forcément tragique.
    Cette fresque historique est menée habilement et le recours à la mythologie, aux anges, ajoute un côté allégorique à cette pièce subtile. Et, on y rit même aussi souvent qu’on pleure.
    Au final, on assiste à une pièce drôle, bouleversante. Exceptionnelle même !

    F4CC09B4-4C52-487D-8385-140377E9988F.jpg

  • « Le pouvoir du moment présent » de Eckhart Tolle, utile pour changer notre regard sur la vie !

    Celles et ceux qui lisent mes posts sur mes sites ou les réseaux sociaux se rappelleront que j’ai évoqué récemment le livre « Mettre en pratique le pouvoir du moment présent » du même auteur. En fait, j’ai commencé par la suite avant de lire le livre fondateur de la pensée positive de Todde. Pas très judicieux...
    En tous cas, je ne regrette vraiment pas d’avoir lu cet opus qui m’a permis de mieux comprendre comment vivre « autrement » sans s’enfermer dans le passé ou rêver d’un futur forcément hypothétique. Forcément !
    Je lis depuis peu des ouvrages de ce type, mais je dois reconnaître que sans tout approuver, un tel livre vous oblige à réfléchir à votre façon de vivre, d’appréhender la vie et de ... penser.
    Il est impossible de synthétiser en quelques lignes l’enseignement de ce livre mais sachez qu’il vous apprendra sûrement à comprendre pourquoi vivre dans le moment présent est le seul moyen de se sentir bien et de s’accomplir.
    Je ne peux donc que vous inciter à le lire au moins pour changer ... votre regard sur la vie !

  • « Les 4 accords Tolteques » de Don Miguel Ruiz, un condensé de principes de bon sens !

    J’essaie de lire régulièrement des livres de philosophie positive qui s’intéressent notamment aux meilleurs chemins pour avoir une vie la plus harmonieuse possible. Je ne partage pas forcément la vue de tous ces auteurs que je lis, mais chacun de ces livres contient toujours des conseils pertinents et vraiment utiles.
    C’est le cas du petit livre « Les 4 accords Tolteques » écrit par Don Miguel Ruiz, ce médecin mexicain qui, après avoir failli mourir, a décidé de consacrer sa vie à la maîtrise de la sagesse ancestrale.
    Ce livre est issu des chamans mexicains inspirés par la tradition tolteque.
    4 accords simples y sont développés : 1. Que votre parole soit impeccable ; 2. Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle ; 3. Ne faites pas de supposition et, enfin, 4. Faites toujours de votre mieux.
    En fait, ce livre est un condensé de principes de bon sens.
    À avoir toujours en tête !

  • Un peu de vacances...

    Ce jeudi, nous partons pour un peu de vacances. 
    Avant une année 2018 encore très chargée à tous niveaux, ce sera l'occasion de faire une recharge d'énergie et de bonnes résolutions.
    Belles vacances à ceux qui en prennent et courage aux autres...

    IMG_0194.JPG

  • Escapade annuelle avec ma jeune maman de ... 87 ans !

    Cela fait plus de 15 ans que j'emmène tous les ans ma jeune maman de ... 87 ans pour Noël. Seuls, juste nous deux. Quelques jours à côté de Tunis pour fêter Noël. Nous profitons intensément du moment présent...
    Profitez bien de vos proches pendant ces fêtes !

  • Les 20 ans de Qweek : bel anniversaire !

    Je serais heureux de participer aux 20 ans du magazine gay de Paris Qweek. Pas si souvent l'occasion de faire la fête en cette période ! Je ne bouderai donc pas mon plaisir de passer à la soirée organisée "Au diable des Lombards", qui est, en plus, un lieu important dans mes jeunes et belles années...

    week,jean luc romero,lgbtqi,paris

  • Le film « Ma vie avec Liberace », une belle histoire d’amour interdit...

    Adoré par un public âgé et très conventionnel, Liberace, originaire du Wisconcin, est né en 1919. Ce pianiste star de Las Vegas fut très connu et très médiatique dans les années 50 à 70.
    Son univers scénique et personnel très kitsch - il meublait son univers de candélabres - ne l’empêcha pas d’être, à son époque, l’un des artistes les mieux payés au monde, même s’il ne fut réellement célèbre qu’aux USA.
    Pourtant, cet artiste efféminé a toujours lutté contre les rumeurs concernant son homosexualité par peur de perdre son public de mamies qui l’adulait.
    Sorti en 2013, le film de Steven Soderbergh se concentre justement sur la relation amoureuse qui durera cinq ans entre Liberace - interprété par Michael Douglas - et Scott, joué par un magistral Matt Damon. Un Damon au sommet de sa beauté et de sa jeunesse...
    Une relation forte qui mènera Scott à accepter une opération esthétique à la demande de Liberace et pour lui ... ressembler !!! Le poussant aussi à prendre de dangereux médicaments pour maigrir mais qui, en fait, vont le rendre totalement dépendants aux drogues.
    La relation entre les deux hommes finit par dégénérer et le film montre la fin sordide de cette relation qui fut certainement la plus forte que connut cet artiste excentrique et talentueux.
    Avant de mourir du sida en 1987 - tiens une année qui me rappelle aussi malheureusement quelque chose ! -, Liberace veut revoir Scott pour lui confesser qu’il fut son grand amour. Cette scène est d’ailleurs la plus émouvante et forte du film. La mort ne se pare pas d’inutiles artifices.
    Mort, son équipe tenta, comme elle le fit, à tant d’autres occasions pour son homosexualité, de cacher le sida de Liberace. Les autorités ne l’entendirent pas de cette manière et une autopsie confirma bien la mort du sida de l’artiste.
    Un film toujours d’actualité car, 30 ans plus tard, beaucoup de malades ne peuvent toujours pas dire souffrir du VIH ... qui demeure malheureusement une maladie honteuse. Et encore taboue...
    Un film touchant sur la difficulté d’assumer une vie différente et la maladie de l’amour. Mais, surtout un film sur une merveilleuse histoire d’amour... une belle histoire d’amour interdit...

  • Viceroy’s house, l’histoire tragique de la création de l’Inde et du Pakistan

    Un long vol pour San Francisco a au moins l’avantage de me permettre de visionner des films récents que, vie militante oblige, je n’ai jamais le temps de voir en cinéma. J’ai donc pu apprécier le bouleversant film historique Viceroy’s house réalisé par Gurinder Chadha !
    Le pitch, est-ce besoin de vous le rappeler ? Après 300 ans en Inde, les Anglais annoncent qu’ils vont enfin quitter cette colonie.
    Un nouveau vice-roi a été nommé pour assurer le changement.
    Arrière-petit-fils de la reine Victoria, Lord Mountbatten, est ce vice-roi - il a déjà libéré la Birmanie.
    Après tant d’années de lutte pour abolir le joue anglais, à la veille de cette partition, la haine entre Hindous, Sikhs et musulmans est à son comble ! Le vice-roi a donc la responsabilité immense de décider les conditions de la partition entre Inde et Pakistan.
    Ce film retrace magistralement la complexité de cette indépendance avec un vice-roi humain et compréhensif magistralement interprété. Face aux meurtrières luttes communautaires, et pas informé que Churchill a en fait prévu de longue date la partition, Lord Mountbatten accélère le processus et malgré la désapprobation du sage Ghandi.
    Au delà de la fidèle fresque historique, ce film narre aussi une émouvante histoire d’amour entre une musulmane et un hindou. Une histoire impossible qui rend ce film attachant et déchirant.
    14 millions de personnes furent déplacées. Un million de personnes tuées.
    Au final, un film sur la naissance de deux États sur fond d’immenses drames humains.