Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes lectures

  • « Les enfants endormis » de Anthony Passeron, mon coup de coeur des romans de la rentrée !

    Je ne remercierai jamais assez Anthony Passeron d’avoir eu la gentillesse de m’envoyer son roman « Les enfants endormis » avant sa sortie. Il a illuminé ma fin d’été !
    Pour un premier roman, c’est un coup de maître, un des plus beaux livres que j’ai lu ces dernières années !
    Les enfants endormis, c’est l’histoire intime et dramatique d’une famille de commerçants cossus de province confrontée au drame du sida à une époque où les traitements n’existaient pas.
    C’est une famille qui lutte pour soutenir ses trois membres infectés, mais aussi contre la stigmatisation qui les terrifie. Une famille pourtant qui ne croyait pas se sentir concernée par le drame que fut le sida en France dans les années 80/90.
    Ce livre, c’est aussi l’histoire du VIH/sida que j’avais tenté d’esquisser dans mon livre « SurVivant, mes 30 ans avec le sida » en y mêlant, comme Anthony, ma propre histoire.
    Cette  tragédie racontée par le neveu de cette famille anéantie par le virus est universelle. Elle nous parle de vie, de mort mais au final surtout d’amour.
    Ne ratez vraiment pas ce livre en cette rentrée. Aux surVivants dont je fais partie, il donne plus que jamais envie de VIVRE !
    Merci Anthony Passeron.
    Mon coup de coeur des romans de la rentrée !

    anthony passeron,jean luc romeor michel,sida,aids

    anthony passeron,jean luc romeor michel,sida,aids

  • Denis Quinqueton, à lire pour tout savoir !

    Denis Quinqueton publie un petit livre d’une soixantaine de pages, « Loi du août 1942, après son café au lait et sa tartine, Pétain réprima l’homosexualité ». Un livre très utile au moment où l’on célèbre les 40 ans de la dépénalisation totale de l’homosexualité.Je vous conseille sa lecture car on y apprend beaucoup de choses. D’abord que si cette pénalisation a été signée par Pétain, elle aurait pu l’être plus tôt sous la 3ème République agonisante.Il nous rappelle aussi qu’avant la loi du 4 août 1982 qui abrogeait enfin la pénalisation de l’homosexualité – 9000 personnes seront condamnées au titre de la précédente loi -, sous le gaullisme flamboyant, l’obsession anti LGBTQI fonctionnera à plein avec notamment le vote, en 1960, de l’homosexualité parmi les fléaux sociaux au même titre que la tuberculose ou l’alcoolisme… Sans oublier, en 1968, la reconnaissance de la classification de l’homosexualité dans les maladies mentales…Ce livre nous rappelle aussi qu’il fallut après l’élection de François Mitterrand interdire les descentes de police dans les lieux gays, les fichiers et bien sûr ne plus considérer l’homosexualité comme une maladie mentale.Au moment où des pays se radicalisent, notamment en Afrique avec le Cameroun, le Sénégal et peut-être le Mali prochainement, ce livre basé sur les travaux d’historiens et la presse de l’époque, s’avère particulièrement utile et démontre, une fois de plus, que le progrès n’est pas toujours linéaire et qu’il faut continuer à se battre pour défendre les libertés. Toutes les libertés.
    A lire pour tout savoir…

    denis quinqueton,jean luc romero michel,homosexualité,pétain

     

     

  • Changer l’eau des fleurs de Valérie Perrin, ou comment accepter l’inacceptable ?

    Mon ami, le grand militant de la lutte contre le sida, Grégory Bec, m’a gentiment offert ce roman de Valérie Perrin « Changer l’eau des fleurs » pour mon récent anniversaire.Il a fait un choix judicieux, car je me suis totalement immergé dans ce roman de … 667 pages. Pas une minute pendant laquelle je me suis ennuyé à sa lecture.J’ai ri, j’ai beaucoup pleuré, j’ai souvent été très ému.Je ne vous raconterai pas l’histoire – je vous laisse la découvrir. Juste un petit pitch pour vous donner envie d’acquérir ce livre qui est désormais disponible au Livre de poche.Madelaine Toussaint est garde d’un cimetière de province. Mais cette femme a vécu un drame, dont on ne se remet jamais, la perte d’un enfant.
    Dans ce roman, fait de belles histoires parallèles qui s’entrecroisent, on y apprend comment accepter l’inacceptable… Comment survivre à un drame et continuer à vivre…
    Une belle leçon de vie que je vous conseille particulièrement en cette fin d’été…

    valérie perrin,jean luc  romero michel,mort,roman

     

  • Sans auteurs, les livres n'existeraient pas...

    Sans auteurs, les livres n'existeraient pas.
    Un monde sans livre est un monde privé de sa culture. En pleine transition numérique, il est indispensable de pouvoir vivre de sa création et il faut garantir la propriété intellectuelle et un revenu décent à celles et ceux qui créent.

    ED5EB9E4-9C0C-4D87-941B-E233B45FAB42.jpeg

    3F2F9842-83B8-4892-9EDD-1B2CABF4C7EA.jpeg

  • L’ecrivain sénégalais Mohamed MBougar Sarr recoit le prix Goncourt.

    L’ecrivain sénégalais Mohamed MBougar Sarr recoit le prix Goncourt.
    Une récompense tant méritée !
    Plume d’exception, c’est aussi un écrivain courageux qui, dans son 2ème livre « De Purs Hommes », y décrit l’homophobie au Sénégal où la situation des personnes LGBTQI y est dramatique.

    IMG_4183.JPG

    IMG_4184.JPG

     

  • Orléans, de Yann Moix, l’humiliation en guise de résilience !

    Yann Moix est un écrivain brillant, un polémiste parfois emporté par ses démons. Qui ne l’est jamais ? Mais ce n’est pas le monstre que décrivent avec facilité beaucoup trop de ses détracteurs.
    L’ecrivain est tout simplement un homme qui essaie de se construire après avoir vécu le pire dans son enfance : être un enfant détesté !
    Son livre, Orleans, que j’achève en cet été 2021 - même s’il s’agit d’un roman - nous laisse imaginer l’horreur que fut son enfance. Chez lui, mais aussi à l’école.
    Yann est un incompris pour beaucoup même si, reconnaissons-le, l’auteur écorché vif a souvent été à l’origine de polémiques qu’il n’aurait jamais dû alimenter !
    Chacun devrait lire Orléans pour mieux cerner l’homme trop souvent provocateur - j’insiste - mais surtout le grand écrivain qu’il est.
    Même si ses parents et son frère contestent la version de sa jeunesse présentée dans ce livre, sa grand-mère et ses amis en attestent : Yann fut un enfant maltraité et bien sûr mal aimé !
    Cela donne à ce « roman d’humiliation », comme il aime à l’écrire, une force narrative forte.
    Son écriture est comme toujours vive, acérée, violente parfois. Elle est tout simplement à l’image de notre société.
    En tous cas, oubliez vraiment tout que vous avez lu sur Yann Moix en ouvrant ce livre.
    Plongez-vous dans ce roman comme on entre dans la vie. Celle d’un homme qui a le droit d’être écouté. Celle d’un romancier génial et à fleur de peau …
    Croyez-moi : vous ne regretterez pas la lecture de ce roman d’humiliation en guise de résilience !

    FFA54C14-6A33-494D-A1CA-F3B82E0BABED.jpg

     

  • Vivre avec nos morts, de Delphine Horvilleur, une ode à la vie et à l’espoir …

    Pour mon anniversaire, Ariel Weil m’a gentiment offert le dernier livre de son épouse le rabbin Delphine Horvilleur avec une dédicace touchante de l’auteure.
    Coïncidence, je voulais acheter ce livre pour l’emmener en vacances… Les coïncidences sont souvent étonnantes. Hasard ?
    Mais j’avais autant envie de lire ce livre que j’en redoutais la lecture, car je vis toujours dans le deuil de Chris et de maman. Le deuil notamment brutal est un très long chemin et nos sociétés modernes ne nous laissent pas le temps d’avancer, même pas d’accepter.
    En fait, ce livre n’est pas un énième livre sur la mort, un livre désespérant… Bien au contraire, il parle d’espoir et de vie.
    Il nous rappelle que vie et mort sont toujours interdépendantes.
    Même si c’est souvent difficile à comprendre pour beaucoup d’entre nous, car la mort est désormais totalement éloignée de nos vies. Enfant, j’ai vu mourir mon père. Mais, aujourd’hui très peu de gens ont simplement vu un mort.
    La fréquentation quotidienne de la mort par l’auteure n’est évidemment pas toujours aisée. Même quand on est rabbin.
    Mais, si on ne l’apprivoise au final que rarement, Delphine Horvilleur nous convainc que « la vie et la mort se tiennent continuellement la main » et même « dansent. »
    Je vous conseille la lecture de ces belles histoires. Elles nous parlent de nous. De nous toutes et tous. De nos morts et de nos vies.
    Une ode à la vie et à l’espoir…

    267C93F9-D1DC-4800-994C-D2C983C957E4.jpg

  • La cerise sur le gâteau de Aurélie Valognes, pour revenir à l’essentiel !

    Avec La cerise sur le gâteau, c’est le premier roman que je lis d’Aurelie Valognes et je n’ai pas été déçu.
    Une écriture fluide et agréable pour une histoire pleine de bienveillance.
    Autant dire qu’en cette période de confinement et de deuil, ce livre tombait à pic pour moi.

    Sans trop révéler l’intrigue, sachez que c’est la belle histoire d’un couple qui doit apprendre à vivre une nouvelle étape de sa vie après la retraite.
    Pas facile cette période si on ne sait pas se remettre en cause et ouvrir une nouvelle page de son existence et de son couple.
    Avec ce livre plein d’humour, on est rassuré : la retraite peut être le plus merveilleux moment de la vie.
    A lire sans aucune modération.
    On a tant besoin d’espoir et de bienveillance !

    491B4217-D620-41AA-946A-8419D48EAFE3.jpg

  • « Sex macht frei » de Jack Keller, un roman exaltant sur l’amour en temps de chemsex...

     

    L’auteur Jack Keller m’a gentiment envoyé son roman « Sex macht frei » qui est paru en même temps que mon livre « Plus Vivant que jamais », en juin dernier.
    Avec délicatesse, Jack me précisait que ce livre résonnerait particulièrement chez moi car il évoquait une histoire d’amour et de chemsex.
    J’ai mis du temps à l’ouvrir et à m’y plonger, car la mort tragique de Chris me hante toujours. Je n’avais vraiment pas envie de m’immerger dans le milieu de la fête, de la drogue et du sexe. 
    J’avais tort car cette belle histoire d’amour à Berlin, basée sur une vraie histoire, m’a totalement scotché.

    C’est certes un roman, mais on y apprend énormément sur le milieu de la fête à Berlin et sur les marathons sexuels que certains pratiquent. Et donc sur la pratique du chemsex et la longue descente aux enfers de certains et notamment d’un des héros du roman.
    Je vous conseille ce livre qui vous apprendra beaucoup sur un drame qui se déroule actuellement et dans l’indifférence des pouvoirs publics...

    Lire la suite

  • Cupidon a des ailes en carton de Raphaëlle Giordano, un beau roman d’été mais aussi un guide pour mieux aimer !

    J’avais adoré « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » de Raphaëlle Giordano. J’ai tout autant aimé son « Cupidon a des ailes en carton ».
    C’est vraiment le livre d’été.
    Mais pas que ...
    Le livre d’été, car cette histoire d’amour se lit facilement et, sans vous révéler l’histoire, se termine bien.
    Typiquement le genre d’histoire dont nous avons besoin en cette période de covid19 si anxiogène pour toutes et pour tous.
    Mais ce livre est aussi utile, car il vous donne de nombreux conseils concrets pour faire vivre une histoire d’amour.
    Il oblige celles et ceux qui ont la chance d’aimer et d’être aimés à se poser des questions. Les bonnes. A faire le bilan. Un bilan aussi utile qu’exaltant !
    Vous l’aurez compris, je vous conseille ce livre, un très beau roman d’été, mais aussi un véritable guide pour mieux aimer !

    32AB5C2E-FCC9-4FA8-B6AB-ECBE4578CDF0.jpg

     

     

  • La rafle des notables de Anne Sinclair, un livre bouleversant à lire pour ne pas oublier ! Jamais...

    Anne Sinclair a eu la gentillesse de m’envoyer son dernier livre « la rafle des notables ».
    Ce n’est certes pas une lecture d’été légère mais c’est un témoignage personnel et bouleversant sur la rafle de 743 juifs français en décembre 1941. Un épisode de la déportation pas assez connu.
    Une rafle qui emmènera des avocats, écrivains, magistrats, patrons au camp de Compiègne d’ou partira en mars 1942 le premier convoi de déportés de France vers Auschwitz. Quelques mois avant la Rafle du Vel’ d’Hiv de juillet 42.
    L’auteure avec pudeur et émotion nous raconte la vie épouvantable de ses notables dans ce camp de concentration auxquels ont été adjoints 300 juifs étrangers.
    Un hommage bouleversant a ces héros de Compiègne qui ne doivent pas être oubliés.
    Un livre bouleversant à lire pour ne jamais oublier ! Jamais...

    065E95A2-5617-4D58-B65C-C4CFF8D0C95F.jpg

  • Retour vers la sagesse de Geneviève Delpech, une leçon de vie universelle !

    J’ai terminé le dernier livre de mon amie Geneviève Delpech, Retour vers la sagesse. L’épouse du chanteur populaire Michel Delpech est une grande médium qui a aidé à résoudre beaucoup d’enquêtes policières.
    Celles et ceux d’entre vous qui ont lu mon livre « Plus Vivant que jamais » auront reconnu celle que ses amis appellent Nine. Elle m’a effectivement beaucoup aidé pendant ce long chemin que sont le deuil et la résilience.
    Dans ce livre particulièrement bien écrit, Nine revient sur une expérience qui a bouleversé sa vie.
    Les problèmes ne lui ont été épargnés ces dernières années : décès de son grand amour,,. le chanteur Michel Delpech, ennuis matériels et difficulté à se positionner, elle qui ne fut longtemps  considérée que comme la femme de
    C’est pourtant une artiste accomplie : peintre et écrivaine. Et médium…
    Même si vous êtes comme je le suis un rationaliste, ce livre va vous passionner. Car cette quête de la sagesse est universelle. Elle nous concerne toutes et tous.
    Je vous conseille vivement ce livre qui est une véritable leçon de vie universelle !

    875CC6E1-69EF-4652-809A-9991855C69CB.jpg

     

  • « Je te promets la liberté » de Laurent Gounelle, à lire car c’est en soi que résident toutes les solutions... Toutes.

    Comme beaucoup d’entre vous, j’ai adoré L’homme qui voulait être heureux, Le jour où j’ai appris à vivre ou encore Et tu trouveras le trésor qui dort en toi de Laurent Gounelle.
    A la fin du deconfinement, j’ai entrepris la lecture de « Je te promets la liberté » du meme auteur.
    Comme pour ses précédents ouvrages, j’ai été totalement emporté par l’univers toujours positif de Laurent Gounelle.
    Je ne vous ferai pas le pitch de ce roman, car il vous faut le lire.
    Sachez juste que l’employeur de l’héroïne du roman lui laisse 15 jours pour sauver son poste et, le soir même, son conjoint émet des doutes sur la longévité de leur couple.
    S’en suit une course pour changer sa personnalité qui vous réservera bien de belles surprises.
    A lire, car c’est en soi que résident toutes les solutions... Toutes.
    Un livre qui aide, qui questionne. Un roman qui nous entraîne et nous fait du bien.

    3D4B7506-0506-4D83-8E11-E2D74C5EBF9D.jpg

     

  • Plus vivant que jamais ! Merci à Tatiana de Rosnay !

    Merci à Tatiana de Rosnay pour son très gentil commentaire sur mon livre Plus Vivant que jamais ! Cela me touche d’autant plus que j’admire la merveilleuse écrivaine qu’elle est mais aussi la femme de conviction et d’engagements ! Merci Tatiana !

    fullsizeoutput_d1af.jpeg

    1071CF80-644B-49B1-A601-5060EB6C4014.jpg

     

  • ‪A lire le livre passionnant de mon amie  Julie Nouvion « Naître au calme »

    ‪A lire le livre passionnant de mon amie  Julie Nouvion « Naître au calme » sur son long combat pour développer les maisons de naissance.
    Un beau livre très utile à l’attention des futurs parents et des professionnels !
    Merci Julie ...‬

    IMG_2514.JPG

  • La puissance de l’acceptation de Lise Bourbeau, utile. Indispensable même !

    J’avais déjà lu « Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » de la canadienne Lise Bourbeau. 
    Ce livre - un best seller - m’avait aidé a prendre conscience de certaines de mes failles. 
    Je viens donc d’achever la lecture de la puissance de l’acceptation.
    Ce livre qui pose souvent les bonnes questions interroge. Certes, je ne partage pas les références divines qu’exprime parfois l’auteure, mais elle pointe le doigt sur l’une des questions essentielles de la vie : comment arriver à s’accepter ? Pas simple...
    S’appuyant sur l’histoire de certains des patients qu’elle suit, Lise Bourbeau nous donne des clés pour arriver à trouver la voie de l’acceptation.
    Je vous conseille sa lecture. Vraiment.
    Un livre utile. Indispensable même...

    IMG_2369.JPG

  • « Dans le murmure des feuilles qui dansent » de Agnès Ledig car la vie et l’amour sont plus forts que tout !

    « Dans le murmure des feuilles qui dansent » de Agnès Ledig, encore un nouveau livre positif qui mérite vraiment d’être lu en ces temps si anxiogènes de Covid19.
    Quatre histoires, quatre destins parallèles que tout sépare.
    Anaëlle, suite à un accident est handicapée et doit abandonner ses rêves professionnels. Un menuisier Thomas consacre son temps à son jeune frère Simon atteint d’une grave maladie. Hervé, enfin, un procureur qui s’ennuie de sa vie totalement réglée. Trop réglée…
    S’en suivent de beaux mais aussi tristes rebondissements, à l’image de nos vies jamais lisses et jamais parsemées d’un lit de roses.
    Malgré les malheurs de nos héros, l’auteur nous dresse des portraits attachants et positifs. Une histoire pleine de bienveillance.
    Un roman qui nous rappelle qu’il faut profiter pleinement des petites choses de la vie. Que la vie peut être belle et l’amour une réalité. Et que, bien sûr, la vie et l’amour sont plus forts que tout !

    B6913304-E083-416E-BACE-3566394A92AD.jpg

  • « Tout ce qui nous répare » de Lori Nelson Spielman pour comprendre ce qui compte dans la vie…

    Pendant ce confinement, comme beaucoup d’entre vous, j’ai besoin de lectures positives.
    J’avais lu « Demain est un autre jour » de Lori Nelson Spielman et j’avais, comme tant de lecteurs, dévoré ce livre. C’est donc tout naturellement que j’ai eu envie de lire son dernier roman « Tout ce qui nous répare. »
    Erika Blair, l’héroïne de ce livre a tout pour être heureuse quand sa vie bascule avec la mort de sa fille. La culpabilité l’envahit comme pour son autre fille Annie. Une incompréhension naît entre les deux femmes avec son cortège de malentendus. Je ne vous ferai pas le pitch de ce livre. Ce serait dommage de connaître l’histoire si vous ne l’avez pas encore lu.
    Et ce serait triste de passer à côté d’une telle pépite.
    Ce livre sur l’acceptation de la mort d’un être aimé aidera bien des personnes qui ont été affectés par un deuil brutal. En cette période où le COVID-19 fait tant de victimes et empêche aux survivants de rendre un dernier hommage à leur bien aimé, il est plus que jamais utile. Indispensable même.
    A lire pour comprendre ce qui compte dans la vie…

    lori nelson spiel man,jean luc romero michel,lecture

     

  • Tout ce qui nous répare...

    "L’épreuve de la douleur. On ne peut pas passer en-dessous. Ni au-dessus. Il faut la traverser."
    J'ai aimé cette citation de Nori Nelson Spielman dans son très beau livre, "Tout ce qui nous répare". A lire et d'actualité...

    IMG_1425.JPG

  • Moi, Valentina née par GPA de Valentina Menesson, pour écouter enfin la parole des enfants concernés !

    Il y a des livres qui vous marquent par leur évidence. Cet essai « Moi, Valentina née par GPA » de Valentina Menesson en fait partie. On a jusqu’à présent peu donné la parole à ceux et à celles qui sont les plus concernés : les enfants nés de GPA.
    Dans ce livre paru chez mon fidèle éditeur Yves Michalon, on est saisi par la simplicité, la clarté et l’évidence des propos de Valentina.
    Cette jeune femme, âgée à peine de 18 ans, nous explique avec des mots simples mais clairs ce que fut sa vie et celle de sa jumelle. Rien ne les distingue des autres adolescentes si ce n’est que la France ne veut pas les reconnaître comme ses enfants. Comme des enfants français à part entière. Et malgré son intelligence, elle n’arrive pas à comprendre comment un État qui se doit de défendre les droits des enfants, préfère plutôt les considérer comme les fantômes de la République.
    Dans ce récit, on comprend que Valentina, ou sa sœur Fiorella, à qui la vérité a été dite dès qu’elles ont été en âge de comprendre, sont des jeunes filles comme les autres. Totalement comme les autres.
    Que ce que disent tant d’opposants à la GPA n’est qu’un ramassis de contre-vérités et même d’insultes.
    Il serait donc temps que notre pays aborde la question de la GPA avec sérénité et qu’on écoute enfin les premiers concernés les enfants.
    Ce livre donne bien des éléments pour un tel débat. C’en est une pierre essentielle.
    A lire pour enfin comprendre !

    IMG_6243.JPG