Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2015

Une semaine de mobilisation pour la fin de vie !

Cette semaine comprendra plusieurs temps forts sur le débat de la fin de vie.
La semaine dernière, on a assisté à un débat sans vote à l’Assemblée nationale qui a, une fois de plus, montré les atermoiements du gouvernement sur la question du droit de mourir dans la dignité.
En attendant la discussion du texte de M. Leonetti en mars prochain, deux temps forts auront lieu cette semaine autour de cette question.
D’abord, la discussion de la proposition de loi du groupe Europe-Ecologie/Les-Verts jeudi prochain.
Ensuite, les journées des délégués de l’ADMD du 30 au 31 janvier 2015 avec une manifestation le 31 janvier à 13h30 Porte de Charenton suivi d’un grand meeting à 14h00 à l’Espace Charenton à Paris.
Je reviendrai ces jours-ci sur ces temps forts mais je compte sur vous pour notre mobilisation du 31 janvier. Nous devons être nombreux à réclamer notre Ultime Liberté ! 

 

24/01/2015

La réunion de Beziers avec J.C. Gayssot dans Midi Libre

Midi Libre euthanasie vendredi 16 janvier 2015.jpg

23/01/2015

Rencontre avec Damien et Nicolas Delmer

Ce vendredi, avec Christophe Michel, co-président de la commission Jeunes de l’ADMD, j’irai rencontrer Damien Delmer autre co-président de notre commission.
Damien, atteint d’une grave maladie ne peut plus venir ces temps-ci à Paris mais continue à militer et à agir pour le droit de mourir dans la dignité. Avec son frère Nicolas, ils sortent un livre à la fin du mois.

 

22/01/2015

Mon Edito à la newsletter du Crips de janvier 2015

Il y a quelques jours, quelques semaines, se tenait la Journée mondiale de lutte contre le sida. Une des journées internationales parmi les plus suivies et un moment de mobilisation évidemment essentiel pour lequel le Crips Île-de-France a pris toute sa part : fort de son rôle de rassembleur et comme il le fait désormais depuis plusieurs années, le Crips a été à l’initiative d’un village interassociatif à Paris permettant ainsi à une vingtaine d’acteurs de la lutte contre le sida et contre les discriminations d’informer le grand public, de communiquer et d’échanger. Un village qui a connu un vif succès avec la venue de très nombreuses personnes, parmi elles, notamment, la maire de Paris, le directeur exécutif de l’ONUSIDA, des représentants de collectivités étrangères etc.
Pour cette journée mondiale de lutte contre le sida, le Bus Info Prévention était également de la partie puisque, pendant plus d’une semaine autour du 1er décembre, le BIP a sillonné le territoire francilien à la rencontre des jeunes ! Un maillage territorial indispensable alors que l’égalité des territoires et des personnes devant la prévention doit indéniablement être une de nos priorités qui doit guider l’ensemble de nos actions.
Quelques jours après, c’était la Journée mondiale des droits de l’homme : à cette occasion, le Crips accueillait des militants LGBT d’Afrique sub-saharienne réunis à l’initiative de Thomas Fouquet-Lapar. Le but de ce rassemblement ? La création d’une plate-forme francophone sur les droits LGBT, une plate-forme de plaidoyer : un beau projet et un projet nécessaire face aux terribles réalités de terrain !
Voilà comment s’est terminé l’année 2014 : d’une bien belle manière vous en conviendrez. Alors, plutôt que de céder à cette sympathique coutume des bonnes résolutions de début d’année, résolutions aussi clairement déclamées main sur le cœur que vite oubliées, faisons cette fois-ci plus simple. Disons-nous que cette fin 2014 trace la route pour 2015 : des échanges, du plaisir, l’envie de faire évoluer les choses et de l’engagement! Voilà ce que je veux vous souhaiter à toutes et à tous pour 2015.

 

 

21/01/2015

Nous réclamons une loi de liberté, maintenant ! (Tribune pour LeFigaro.fr)

Alors que le dossier de Vincent Lambert montre une nouvelle fois que la loi actuelle n’est pas adaptée aux situations des personnes dont les organes vitaux ont été épargnés par un accident ou une maladie et qui demandent à mourir pour ne plus connaître un destin de grabataire, alors que le dossier de Jean Mercier montre une nouvelle fois que des personnes en fin de vie et très âgées ne savent pas comment, dignement et sans brutalité, tirer leur révérence et quitter cette vie qui n’en est plus une, alors que le dossier de Nicolas Bonnemaison montre une nouvelle fois que les médecins sont désarmés devant des cas de fin de vie difficiles et ne disposent pas de moyens légaux et humains pour abréger dignement les souffrances, un nouveau débat, sans suites législatives, va s’ouvrir à l’Assemblée nationale ce mercredi 21 janvier 2015.
Et c’est ainsi que de rapports en missions, de Jurys citoyens en avis d’experts, les pouvoirs publics jouent la montre pour ne pas prendre la seule décision qui vaille : autoriser chaque citoyen majeur et responsable, dans notre pays, à bénéficier de son ultime liberté lorsque la vie n’est plus que de la survie ; son droit d’éteindre lui-même sa propre lumière, le droit de bénéficier d’une aide active à mourir, suicide assisté ou euthanasie active. Ce droit dont nos amis néerlandais, belges, luxembourgeois disposent depuis de nombreuses années. Cette faculté accordée aux citoyens suisses. Cette loi qui existe dans plusieurs états des Etats-Unis d’Amérique.
Cette situation serait risible, tant l’acharnement déraisonnable des gouvernements à ne rien faire est évident et signe d’une forme de lâcheté ; ce serait risible si ce n’était les gens que nous aimons et qui, durant ce temps, infiniment trop long, pâtissent de cette mauvaise mort que tout le monde reconnaît caractériser notre système mais que personne n’a l’humanité de changer.
Ainsi donc, ce mercredi 21 janvier 2015, nos députés vont évoquer à l’Assemblée nationale la question de la fin de vie, en s’appuyant sur le rapport de MM. Claeys et Leonetti, spécialistes autoproclamés du sujet. Un débat sans vote, a-t-on annoncé… A quoi cela va-t-il servir ? Réaffirmer des principes, voire des convictions dont certaines n’ont rien à voir dans le cadre de notre République laïque ? Inutile… Le législateur n’est pas mandaté pour philosopher. Il est là pour agir et pour prendre des décisions. Il est là pour améliorer nos vies.
Le dimanche 11 janvier dernier, les Français ont manifesté en très grand nombre pour dire « oui » à la liberté, « non » à l’immiscion de la religion dans la gouvernance de notre République et rappeler leur attachement à la laïcité.
La loi que l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité réclame depuis 35 ans, que plébiscitent 96% des Français selon un dernier sondage, n’est pas une loi qui oblige, qui force. A l’image de la loi sur l’avortement, c’est une loi qui, suivant la seule volonté de la personne en fin de vie, permet de choisir les conditions de sa propre fin de vie. Non pas parce que nous n’aimons pas la vie et sommes des adorateurs de la mort. Non ! Simplement parce que nous aimons tellement la vie que nous ne voulons pas, lorsque celle-ci n’est plus qu’une survie rendue possible par des machines, être maintenus dans un état qui ne correspond plus à notre propre conception de notre dignité.
Je me rappelle, en écrivant ce texte, les mots de l’actrice Maïa Simon, décédée en septembre 2007 d’un suicide assisté en Suisse, grâce à l’association Dignitas : « Moi j’ai toujours été une nomade, toujours entre deux voyages. L’extérieur, c’est le champ de découvertes, de rencontres. A partir du moment où je n’ai plus la liberté d’aller caracoler à l’extérieur, de prendre le train, de prendre l’avion, de partir, je m’étiole comme un oiseau qu’on maintient dans une cage. Même s’il siffle, il n’est pas heureux… » Frappée d’un mal incurable, Maïa Simon a préféré l’exil suisse au spectacle de sa propre déchéance.
Mais l’exil en Suisse, payant et possible aux seules personnes encore capables de se déplacer, n’est pas la solution pour tous nos concitoyens.
Il faut donc qu’enfin une loi républicaine accorde à chacun le droit de choisir. Une loi de liberté, une loi d’égalité et une loi de fraternité.
Nul ne doit avoir le droit de choisir pour moi-même comment je devrai mourir. Fut-il médecin. Et je n’ai nullement le droit d’imposer à quiconque ma conception de sa propre mort. Liberté…
Nul ne peut disposer de moyens, confidentiels et clandestins, dont d’autres, la grande majorité, seraient privés, faute de savoir ou de relations. Egalité…
Nul, enfin, ne doit se résigner à laisser mourir un être humain, dans la souffrance et les supplications, parce que sa conviction personnelle est autrement ou que des principes obsolètes, hérités d’un autre temps, sont mal interprétés. Fraternité…
Et à ceux qui pensent que le sujet est si compliqué qu’il faut le confier à des experts, je dis que les citoyens sont les seuls experts de leur propre vie, les meilleurs connaisseurs de leurs propres limites et de leur acceptation de la souffrance. Je leur dit que ce sujet ne souffre pas de grands principes et que chacun d’entre nous, fort de son expérience, de ce qu’il a vécu auprès de proches arrivés en fin de vie, doit savoir ce qu’il désirerait vivre lorsque ce moment inexorable de la mort sera arrivé.
La mort est la seule certitude de notre vie. Personne ne doit plus avoir le droit de nous confisquer ce moment.
Nous réclamons une loi d’ultime liberté, maintenant !
Jean-Luc Romero, président de l’ADMD
Lire sur le site du Figaro (ici).

Réunion Publique de l'ADMD à la mairie du 10ème arrondissement

Ce mercredi, à 18h30, je participerai à la réunion publique de l'ADMD, organisée par son nouveau délégué Rémi Chauvet.
Cette réunion se déroulera en présence du maire du 10ème arrondissement de Paris, Rémi Féraud et de l'adjointe à la maire de Paris, Alexandra Cordebard.

rémi féraud,jean-luc romero,admd,paris,politique,france,santé,euthanasie

rémi féraud,jean-luc romero,admd,paris,politique,france,santé,euthanasie

rémi féraud,jean-luc romero,admd,paris,politique,france,santé,euthanasie

Invité de France Bleu Nord à 7h10

A l’occasion du débat sans vote sur la fin de vie qui se déroule ce mercredi à l’Assemblée nationale, je serai l’invité de France Bleu Nord à 7h10.

20/01/2015

Galette du Refuge dans le 12ème ardt de Paris

A 18h30, je passerai à la galette du Refuge qui est organisée à la maison des associations du 12ème ardt de Paris.
Il s’agit d’apporter mon soutien à cette association qui aide les jeunes homosexuels rejetés par leurs familles et leurs proches.

 

Inauguration d’exposition aux Ateliers de Paris

Ce soir, j’assisterai à l’inauguration de la nouvelle exposition des Ateliers de Paris qui sont situés dans le 12ème arrondissement. Cette exposition est le fruit d’une collaboration engagée entre les designers des Ateliers de Paris et des artisans de la ville de Kyoto.

2ème Petit-déjeuner parlementaire sur la fin de vie

Ce matin, comme jeudi dernier, j’ai invité des députés, qui s’étaient engagés en faveur de la légalisation de l’euthanasie, à discuter des futures échéances sur la fin de vie, notamment le débat sans vote du 21 janvier et la proposition des Verts discutée en fin de mois.
Il est important de rappeler aux députés les engagements qu’ils ont pris devant les électeurs et leur demander d’amender les textes qui seront proposés par le gouvernement.

 

19/01/2015

Conseil d’administration du CRIPS Ile-de-France

Ce vendredi, je présiderai le conseil d’administration du Crips Ile-de-France.
Ce sera l’occasion de faire le bilan de la mobilisation du 1er décembre et du village associatif et de valider les actions 2015.
Plus que jamais, la mobilisation contre le sida est essentielle dans une région qui rassemble plus de la moitié des cas de VIH/sida de tout le pays…

crips,jean-luc romero,sida,ile-de-france,aids,vih,hiv,santé,politique

 

18/01/2015

Mariage pour tous - 35 000 : le bonheur comme rempart contre l'extrémisme ! (Tribune parue dans The Huffington Post)

10.000 mariages entre conjoints de même sexe ont été prononcés sur l’ensemble du territoire français en 2014, selon les derniers chiffres révélés ce jour par l’INSEE (4% de l’ensemble des mariages prononcés). A Paris, 1 331 unions homosexuelles ont été conclues, soit 13% de l’ensemble des mariages parisiens. En tout, ce sont 17.500 mariages entre couples de même sexe qui ont été célébrés depuis la loi Taubira. Soit 35.000 personnes qui ont pu faire reconnaître leur couple et leur amour par la République. 35.000 raisons que notre civilisation bascule dans le pire selon les dires de certains. 35.000 raisons que le peuple française se soulève et que notre contrat social se délite sous les coups de boutoir d’un lobby homosexuel aussi puissant qu’invisible (sauf bien sûr dans les médias, dans la mode etc, etc). En lieu et place de tout cela et ces inepties tout aussi irresponsables que dangereuses, voilà réellement ce que nous avons pu constater : 17.500 fêtes, 17.500 projets de vie, 35.000 bonheurs, et bien plus encore de sourires ! 35.000 raisons d’être fier pour notre pays. Oui j’ai bien dit d’être fier ! Fiers de vivre dans un pays qui sait que nous sommes égaux en droits et qui promeut cette égalité, fiers de vivre dans un pays qui sait que la démocratie ne se paie pas que de mots mais mérite qu’on s’engage pour elle. Car c’est bien de cela dont il s’agit. Passons vite sur l’éphémère mode politicienne de (très) bas étage visant à affirmer vouloir démarier les couples mariés ou à mettre en place un mariage au rabais - tout cela est bien peu digne d’intérêt et bien peu digne tout court d’ailleurs. Passons encore plus vite sur la réaction indigne de Christine Boutin à l’annonce de l’extraordinaire mobilisation des Français dans toutes leurs différences pour ces Marches républicaines : ah la vulgaire « gueguerre » des chiffres … Futilité … Non aujourd’hui, et au regard du terrible contexte que nous vivons, la vraie question c’est bien le « vivre-ensemble ». Il faut nous interroger sur notre « vivre-ensemble », notre contrat social qui nous fait vivre en démocratie selon les valeurs de notre République : « Liberté, Egalité, Fraternité ». Les extrémismes, tous les extrémismes, voilà l’impasse, une impasse empruntée bien souvent et le plus souvent par ignorance. La solution réside dans notre démocratie, dans nos valeurs, dans leur défense et dans leur promotion. Notre pays en a la capacité et nous en avons le devoir. Alors bien sûr, le contexte rend compliqué le fait de parler de bonheur mais je vais être franc : je crois profondément que, oui, le bonheur est un vrai rempart contre tous les extrémismes !

2662 homosexuels mariés en 2014 à Paris !

13,48% des mariages célébrés à Paris, en 2014, sont des mariages de couples homosexuels !
C’est donc 1331 mariages pour tous qui ont unis 2662 homosexuels dans la capitale. En ce qui me concerne, j’en ai célébré une dizaine à la marie du 12ème arrondissement.
Durant le débat, nombre d’élus, notamment de droite, assuraient que les gays n’étaient pas intéressés par l’idée de se marier.
Les faits leur démontrent, une fois de plus, leur total décalage avec la société et la réalité quotidienne des homosexuels.
Sachant que dans une société, il y a entre 4 et 6% d’homosexuels, les chiffres parisiens démontrent que le mariage ouvert aux conjoints de même sexe répond à une demande forte… Un demande légitime et … républicaine car l’égalité ne peut être le fait que d’une partie de la société, fut-elle majoritaire !
Vive les mariés ! Tous les mariés !

 

17/01/2015

Meeting de l’ADMD à Montpellier à 14h00

J’animerai une réunion publique de l’ADMD, ce samedi 17 janvier, à 14h, à l’hôtel Pullman de Montpellier Centre.
Il s’agira de mobiliser dans le cadre du débat actuel sur la fin de vie car nous ne pouvons accepter qu’une loi Leonetti de gauche soit votée.

montpellier,jean-luc romero,admd

 

Réunion des délégués ADMD du Languedoc-Roussillon

Ce matin, j’animerai la réunion des délégués ADMD du Languedoc-Roussillon pour faire le point dans le cadre de notre mobilisation pour avoir enfin une loi d’Ultime Liberté. Cette réunion sera suivie d’un déjeuner.

16/01/2015

Débat sur la fin de vie à Béziers à 18h30

A l’invitation de l’ancien ministre Jean-Claude Gayssot, j’évoquerai la question de la fin de vie et mes positions sur le débat actuel au Centre universitaire Duguesclin ce vendredi 16 janvier à Béziers à 18h30.
Ce débat est ouvert au public.

béziers,jean-luc romero,jean-claude gayssot,euthanasie,admd,santé,politique

béziers,jean-luc romero,jean-claude gayssot,euthanasie,admd,santé,politique

béziers,jean-luc romero,jean-claude gayssot,euthanasie,admd,santé,politique

 

15/01/2015

Vœu au personnel de la mairie du 12ème arrondissement de Paris

Après les vœux à la population la semaine dernière, la maire du 12ème arrondissement Catherine Baratti-Elbaz invite aujourd’hui les personnels de notre mairie pour les remercier pour leur dévouement et leur souhaiter une belle année 2015.
La maire de Paris, Anne Hidalgo, nous fera l’honneur d’être présente aux côtés des élus du 12ème arrondissement.

 

Petit-déjeuner parlementaire sur la fin de vie

Ce matin, j’ai invité des députés, qui s’étaient engagés en faveur de la légalisation de l’euthanasie, à discuter des futures échéances sur la fin de vie, notamment le débat sans vote du 21 janvier et la proposition des Verts discutée en fin de mois.
Il est important de rappeler aux députés les engagements qu’ils ont pris devant les électeurs et leur demander d’amender les textes qui seront proposés par le gouvernement.

 

14/01/2015

Débat à ISC Solirace à 18h00

Ce mercredi soir, à 18h00, je participerai au débat sur le sida organisé par la première association étudiante de prévention sur le sida, ISC Solirace.
Ce débat se déroulera au sein de l'école ISC à Levallois-Perret.

sida,jean-luc romero,elcs,crips

13/01/2015

Rassemblement de soutien à Jean Mercier à Saint-Etienne

Alors que le procès de Jean Mercier reprend aujourd’hui, je rejoindrai les adhérents de l’ADMD qui se rassembleront sur les marches du palais de justice de Saint-Etienne ce mardi à 13h30.
Il s’agit de dire notre amitié et notre soutien à Jean Mercier qui n’a fait que soutenir son épouse en fin de vie et respecter ses dernières volontés. Sa comparution devant un tribunal est injuste et inhumaine.

jean mercier,jean-luc romero,politique,admd

jean mercier,jean-luc romero,politique,admd

jean mercier,jean-luc romero,politique,admd