Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

usa - Page 2

  • Un été sur Twitter !

    Même si la période estivale est propice pour faire un long break et se reposer, difficile cependant de ne pas suivre l’actualité et de ne pas se tenir informé de l’état du monde et de notre pays. Force est de constater que Twitter est devenu un moyen efficace de suivre l’actu car désormais c’est souvent là que sont annoncées les bonnes ou mauvaises nouvelles, importances ou futiles.
    Même si ce réseau n’échappe pas à la désinformation, il est devenu bien plus réactif que le réseau traditionnel d’informations qui réagit souvent bien après – vérification de l’info oblige…
    Loin de la France, je me suis très souvent connecté sur Twitter pour connaître les dernières news, suivre le macabre feuilleton de la Syrie, commenter la conférence internationale sur le sida à Washington, me réjouir des résultats de nos champions aux JO… Rassurez-vous, je n’ai pas non plus passé tout mon temps libre sur ce réseau. Mais j’en ai aussi profité pour répondre plus régulièrement aux twittos qui m’interpellent. Ce ne fut pas le moins intéressant ! D’ailleurs, pour me suivre, retrouvez mon profil (ici). A tout de suite sur Twitter !

    twitter,jean-luc romero,usa,france

     

  • Un peu de repos...

    Après une année bien chargée, je vais prendre une quinzaine de jours de repos. Comme je suis l'un des deux présidents d'honneur de la Marche des Fiertés LGBT de Montréal, début août, je vais passer ces moments de détente ici aux USA et éviter un aller-retour aussi fatiguant qu'inutile.
    Je vous souhaite à toutes et tous un bel été.

    washinton, jean-luc romero, miami, usa

  • 8ème chronique pour Yagg : Merci !

    Ce vendredi s’est achevée la XIXème conférence internationale sur le sida qui se déroulait depuis une semaine à Washington. Une séance de clôture presque franco-américaine puis qu’outre Bill Clinton et Nancy Pelosi y intervenaient les Français Françoise Barré-Sinoussi, Michel Kaztchkine et Bertrand Audoin.
    Flashback. A la sortie de l’avion, la première impression fut forte de se retrouver dans la capitale américaine pour de nombreux activistes - relire ma 1èrechronique -, qui, il a y a deux ans encore, n’avaient pas encore le droit de fouler le sol américain… D’ailleurs, la plupart des orateurs en ouvrant leurs interventions se félicitaient systématiquement que les Etats-Unis aient enfin mis fin aux discriminatoires mesures d’entrée et d’installation imposées aux 35 millions de personnes séropositives qui vivent dans le monde. Cependant les travailleurs du sexe et les usagers de drogues n’ont pas eu le droit de rejoindre les USA pour participer à ce congrès : une honte ! Et une tâche à la réussite de cette grande manifestation.

    washington,jean-luc romero,yagg,sida,aids,bilel clinton,politique,santé,france,usa


    Cette chronique pour Yagg était une vision personnelle et subjective de ce congrès. Elle n’évoquait pas l’aspect très médical et scientifique. C’était un choix car j’estime qu’il y a des gens bien plus compétents qui s’exprimaient à ce sujet comme Charles Roncier de Vih.org sur Yagg. J’ai essayé de vous relater ce qui me marquait avec un prisme sur les événements liés à notre pays car mes équipes du CRIPS animaient le stand France.
    Alors quelles conclusions de cette semaine à Washington alors que je reviens de la séance de clôture ?
    1)      D’abord les chiffres. Insolents de cruauté. Il faut les marteler pour que personne ne relâche la garde.
    34,2 millions de personnes vivent avec le sida dans le monde. 8 millions ont un traitement mais 7 millions qui en ont un besoin urgent en sont privés et meurent dans l’indifférence de bien des pays riches. En 2011, 2,5 millions de personnes ont été contaminées à travers le monde dont 330 000 enfants comme l’a rappelé la prix Nobel Françoise Barré-Sinoussi. Encore 1,7 million de personnes sont mortes l’année dernière…

    washington,jean-luc romero,yagg,sida,aids,bilel clinton,politique,santé,france,usa


    2)      Au-delà des chiffres insupportables, ce congrès a été marqué par le retour du politique.
    On sait qu’aujourd’hui, on peut inverser la tendance de l’épidémie voire la faire disparaitre dans 30 ou 40 ans. Pour cela, il faut de la volonté politique et des moyens. Hilary Clinton en annonçant l’augmentation de la contribution américaine contre le sida a donné un signe à la communauté internationale. Le discours du président français annonçant qu’une partie de la taxe sur les transactions financières serait affectée au développement et au sida est une autre bonne nouvelle comme cela a encore été souligné à la séance de clôture de la conférence. Bémol : à ce jour, comme l’a confirmé Marisol Touraine seuls 9 pays ont annoncé leur volonté de suivre la France.
    La France justement, outre le message vidéo du président de la République qui a été très apprécié, la présence de deux ministres à cette conférence est une  première. La France reprend sa place dans les grandes nations engagées, car le sida se soigne aussi par la politique. Même si les activistes auront été très déçus que la ministre de la santé ne lève toujours pas l’interdiction des soins conservation opposée aux morts du sida…
    La fin des restrictions d’installation des personnes séropositives aura souvent été abordée et, encore, durant la séance de clôture avec Bill Clinton et la leader des Démocrates à la chambre des représentants Nancy Pelosi.

    washington,jean-luc romero,yagg,sida,aids,bilel clinton,politique,santé,france,usa

    Avec ELCS, j’ai porté cette question depuis des années. Longtemps dans une grande indifférence. Le fait que cette conférence se passe dans un pays qui avait ce genre de restrictions a rappelé que cela constitue une terrible atteinte aux droits humains. Durant cette conférence, Michel Sibidé a annoncé que la Moldavie et la Corée du Sud levaient ces interdictions. Il faudrait bien vérifier que cela est effectif car des activistes de ces pays en doutent…
    3)      Durant cette semaine, on a aussi beaucoup parlé prévention combinée, TASP, PREP, dépistage rapide.
    4)      Enfin, la question des droits humains a fait l’objet d’un traitement prioritaire.
    Sérophobie, transphobie et homophobie sont  clairement des obstacles à une prévention efficace, pragmatique et non-idéologique. Tout comme les lois répressives concernant les travailleurs du sexe ou les usagers de drogue. Soyons clairs, la situation à l’international mais aussi en France est dramatique : on a plus peur du malade que de la maladie ! Cela doit être notre priorité !
    A la fin de cette conférence, en écrivant ces lignes, je me dis décidemment que tout est politique. On se rend compte que c’est au politique de porter les choses, d’accompagner les acteurs de cette lutte. Le VIH/sida se nourrit clairement de l’absence de volontarisme politique, sachons ne jamais l’oublier ! Les activistes n’oublient pas !
    Tout est politique : si on veut en finir avec le sida, c’est possible. Pour arriver à cet objectif qui, il y a quelques années, paraissait totalement impossible, il est nécessaire qu’une mobilisation politique de très grande ampleur se fasse jour ; personnellement j’y crois. Ce sera d’ailleurs le thème des prochains Etats Généraux des Elus Locaux Contre le Sida : « les politiques veulent-ils vraiment en finir avec le sida ? ».
    Je quitte cette conférence avec énormément d’idées en tête, de la fatigue et surtout le moral gonflé à bloc. La conférence, c’est vraiment un concentré de militantisme et d’activisme, un lieu qui bouillonne, qui créée, qui échange, qui vit et crie. Moi qui suis touché depuis près de plus de 25 ans, je vous avoue que c’était très fort. Mais rassurez-vous je ne verse pas dans l’euphorie. Pourquoi ? Parce que La 20eConférence est annoncée en juillet 2014 en Australie, soit dans un pays qui discrimine les séropositifs en restreignant leur liberté d’établissement. Bien évidemment, comme je l’ai écrit hier sur Yagg, j’ai interpellé l’IAS afin de savoir quelles démarches avaient été entamées auprès du gouvernement australien afin que cette discrimination cesse. Il serait très étonnant que l’IAS, dont je sais bien tout l’intérêt qu’elle porte à cette question, ne se saisisse pas très vite de cette question.

    washington,jean-luc romero,yagg,sida,aids,bilel clinton,politique,santé,france,usa


    Voilà, merci encore à Yagg et à Christophe Martet de m’avoir permis de m’exprimer et de vous faire vivre  cette Conférence ! Dès demain, cela va me manquer de ne plus m’adresser à vous !
    Un dernier mot avant de clôturer ; un mot qui vient du cœur : merci aux militants, merci aux activistes, merci à celles et ceux qui savent leur cause juste, merci à celles et ceux qui rendent ainsi hommage à nos morts. Merci.

    washington,jean-luc romero,yagg,sida,aids,bilel clinton,politique,santé,france,usa

  • 4ème chronique pour Yagg : Une journée d’engagements politiques : une génération sans sida ? Les promesses seront-elles tenues…

    A la XIXème conférence internationale sur le sida, ce lundi a été marqué par deux interventions importantes de responsables politiques. Déterminantes même parce qu’elles venaient des deux principaux pays contributeurs au Fond mondial contre le sida : la France et les Etats-Unis.
    Comme je vous l’annonçais dans ma précédente chronique sur Yagg, le président français François Hollande est intervenu ce matin par le biais d’un message vidéo.

    Hollandefun.JPG


    Le chef de l’Etat français s’est voulu, à l’image de beaucoup de congressistes,  carrément optimiste, commençant son intervention par « Arrêter l’épidémie, dans le monde, c’est possible. » Il aurait pu rajouter, c’est maintenant… Tout en réaffirmant que la France a pris sa part dans l’accès aux traitements, François Hollande a rappelé que notre pays « est le deuxième contributeur financier du Fonds mondial » et que la France « entend poursuivre sa participation et la diversifier. » Si jusque là, rien de nouveau, ce qui a marqué les congressistes c’est que le président a rappelé avec force que « nous voulons créer des financements innovants supplémentaires. » Ajoutant : « C’est le sens de la taxe sur les transactions financières que mon pays a décidé de mettre en place dès le 1eraoût 2012. » « Au somment du G20 et de Rio, j’ai proposé d’élargir cette taxe à l’échelle de l’Europe et du monde de façon à ce que nous puissions verser des sommes nouvelles à la lutte contre le sida. » Cette annonce a bien sûr enthousiasmé beaucoup d’entre nous même s’il n a pas encore été précisé le pourcentage de la taxe qui sera effectivement affecté au développement et à la lutte contre le sida.

    yagg,jean-luc romero,françois hollande,sida,aids2012,politique,france,usa,hillary clinton


    Autre annonce forte dans la journée, celle du pays qui est le plus gros contributeur financier à la lutte contre le sida : les Etats-Unis. La secrétaire d’Etat Hillary Clinton a promis « une génération sans sida » et a d’ores et déjà annoncé plus de 150 millions de dollars supplémentaires de la part des Etats-Unis. Un bon signal dans un contexte où nombre de pays riches baissent leur contributions au prétexte de la crise économique. Bien sûr, bien des activistes ont  - ils ont tellement été trompés par le passé ! -  trouvé ces annonces insuffisantes. Ainsi Act Up Paris, tout en reconnaissant des aspects positifs au nouvel engagement français, a regretté le manque d’engagements clairs sur la question des génériques ou sur des affaires plus françaises comme l’interdiction de soins de conservation pour les morts du sida en France.
    Ce sera à la ministre de la santé, qui rencontrera les associations françaises mercredi, de préciser la pensée présidentielle et, je l’espère, de nous rassurer sur la pérennisation des fonds alloués à la lutte contre le sida.
    En attendant des promesses importantes ont été faites. Une fois de plus, il faudra être vigilent car avec 35 millions de personnes mortes du sida depuis le début de l’épidémie, il est vraiment temps que les politiques mettent enfin les moyens pour éradiquer ce terrible virus affamé de vie !

     

  • La Géorgie, 4è Etat américain à légaliser le suicide assisté

    Après les Etats de Washington, de l’Oregon et du Montana, la Géorgie est le 4ème Etat américain à autoriser le suicide assisté tel qu’il se pratique aussi en Suisse. Par une interprétation de la loi, le procureur général de la Cour suprême de Géorgie a assuré qu’un médecin pouvait désormais prescrire un médicament létal à un patient malade qui choisit de mettre un terme à ses souffrances.
    Peu à peu, le droit de mourir dans la dignité et le choix de son Ultime Liberté avancent. Espérons qu’en 2012, une loi légalisera en France euthanasie et suicide assisté !

  • La dérive religieuse des Républicains américains

    L’émergence du Tea Party a changé le paysage politique de la droite aux Etats-Unis. Le parti Républicain, totalement débordé par les militants Tea Party, dérive vers une droite de plus en plus dure et surtout de plus en plus religieuse. A cette allure-là, on pourrait presque craindre un retour à la théocratie dans ce pays… j’exagère à peine !
    Cet été, Rick Perry, puissant gouverneur du Texas et potentiel candidat à l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle de 2012, n’a pas hésité à réquisitionner le stade de Houston et à y réunir 30000 partisans pour… prier pour l’Amérique. En présence des mouvements les plus pro-life et des mouvements très anti gays ou anti avortement, le gouverneur Républicain a menacé : « Nous avons oublié qui nous protège et qui nous bénit. »  Poursuivant : « Pour toutes ces raisons, nous vous demandons pardon. » Le pire, c’est qu’aux côtés des deux autres égéries du Tea party, le gouverneur du Texas est aujourd’hui un des favoris des sondages… Quel retour en arrière, ce serait si cet élu mormon dirigeait l’Amérique après le progressiste Obama.
    En France, la laïcité tient encore le coup, mais prenons garde à la dérive de certains élus de la droite Populaire de l’UMP et au parti chrétien de Christine Boutin… Ce qui arrive aux Etats-Unis nous revient toujours… Alors mobilisons-nous pour défendre notre laïcité…

  • 823 couples gays se marient aujourd’hui à New York

    Jour de joie pour les homosexuels de New York : aujourd’hui seront célébrés les premiers mariages de conjoints de même sexe. En effet, New York est devenue, le 24 juin dernier, le sixième Etat américain à légaliser le mariage gay.
    Selon la ville de New York : « les demandes indiquent que le nombre de personnes souhaitant se marier ce dimanche pourrait être quatre fois plus élevé que le record jamais atteint dans la ville en un jour ! » New York avait reçu en début de semaine 2661 demandes de mariages dont 1728 de couples LGBT…
    La ville ne pouvant assumer plus de 764 mariages a dû procéder à un tirage au sort et les heureux gagnants ne devaient savoir que vendredi qu’ils pourraient convoler s'unir ce dimanche. Revirement de la mairie face à cette journée exceptionnelle : elle a finalement décidé de célébrer tous les mariages demandés. Au final, ce sont 823 couples LGBT qui convoleront aujourd'hui en juste noce.
    Je me réjouis pour nos amis homosexuels new yorkais qui, après de longues luttes, ont enfin obtenu l’égalité des droits.
    Cette bataille pour les droits civiques, nous avons moins d’un an pour la gagner en France. En 2012, ne votons pas pour des candidats qui s’opposent à l’égalité homos/hétéros. Nous ne sommes pas des sous citoyens : à nous de le rappeler à celles et ceux qui rêvent de diriger notre pays…

  • Fin des vacances !

    C’est cet après-midi que je reprends un avion pour rentrer à paris. C’est 15 jours de vacances, entrecoupés d’un déplacement de soutien à Florence Cassez au Mexique, sont passés à une vitesse incroyable. Plus je vieillis, plus je comprends mieux ma mère qui trouve que le temps file de plus en plus en vieillissant.

    Les meilleures choses ont une fin. Il est temps de retrouver la capitale !

  • Bonne rentrée !

    N’étant parti que le 16 août, j’ai encore deux jours de vacances à Miami que je savoure pleinement, tant ma rentée s’avère déjà chargée.

    Pour beaucoup d’entre vous, ce dimanche sonne la fin des vacances. Demain, retour au boulot et en milieu de semaine, rentrée des classes pour les plus jeunes.

    Alors que vous profitez sûrement de vos dernières heures de repos, je voulais souhaiter une belle rentrée à toutes celles et à tous ceux qui me suivent, depuis tant d’années, sur ce blog mais aussi sur Facebook et Twitter. Et bon courage !

  • A quand « You don’t know Jack. » sur la télé française ?

    Lorsque j’étais à New York, début avril, d’immenses publicités (voir ma photo) pour le téléfilm « You don’t know Jack » interprété par Al Pacino recouvraient nombre de panneaux à Times Square et ailleurs dans Big Apple. Ce téléfilm, qui est passé fin avril sur la chaine HBO, relate l’histoire du docteur Jack Kevorkian qui a aidé 130 personnes gravement malades à se suicider avant d’être envoyé en prison. Pour mémoire, le suicide assisté est seulement autorisé dans trois Etats américains : l’Oregon, Washington et l’Etat de Montana – il pourrait l’être prochainement au Massachussetts.

    kervokian.JPG

    Ce film a suscité de grands débats aux Etats-Unis et le centre de Bioéthique de l’université de Minnesota révèle que sur 2,4 millions de décès qui surviennent aux USA annuellement, 85% sont précédés d’une décision de limiter ou débrancher les soins qui maintiennent un mourant en vie. Alors que comme en France, les sondages montrent une immense majorité d’Américains favorables à l’euthanasie, le lobby religieux réussit à empêcher toute loi de liberté. Le film, magistralement interprété par Al Pacino, a de nouveau ébranlé bien des Américain et vraiment relancé le débat au grand dam des extrémistes religieux.

    A quand « You don’t know Jack » sur la télé française ?

  • Communiqué de presse sur l'entrée des séropos aux USA

     

    Communiqué de presse du 5 janvier 2010

     

    Jean-Luc Romero salue la fin effective de l’interdiction d’entrée des personnes séropositives sur le sol américain et demande que les séropositifs ayant été dans l’obligation de mentir pour entrer aux Etats-Unis ne soient plus inscrits sur le fichier des interdits de séjour.

     

     

     

    Depuis quelques heures, les personnes séropositives peuvent se rendre aux Etats-Unis sans risquer d’être expulsées du fait de leur état sérologique. Cela faisait plus de 20 ans que les personnes touchées par le VIH/sida ne pouvaient fouler le sol américain !

     

    Jean-Luc Romero, président d’Elus Locaux Contre le Sida, accueille avec joie la fin effective de cette interdiction inhumaine et intolérable, concrétisation d’une loi votée il y a plus d’un an et qui n’avait pas été appliquée jusqu’alors. La fin de l’interdiction constitue une victoire pour les 33 millions de personnes séropositives dans le monde, une victoire sur les préjugés et l’ignorance : en effet, comme cela est démontré par de nombreuses études internationales, ce genre de législations discriminatoires restreignant la liberté de circulation des personnes touchées par le VIH/sida sont, outre intolérables humainement, inefficaces sur le plan économique et très dangereuses sur le plan de la santé publique !

     

    Jean-Luc Romero tient cependant à rappeler les scandaleuses déclarations de Donald Wells, alors consul des Etats-Unis à Paris, qui avait affirmé par voie de presse le 1er décembre 2006, que les séropositifs qui souhaiteraient entrer sur le territoire américain en mentant seraient « inscrits sur la liste des personnes interdites de séjour aux Etats-Unis à vie ». Le président d’ELCS demande que les personnes séropositives concernées par ce fichier et ayant été obligées de mentir pour entrer sur le sol américain ne soient plus considérées comme des menaces à l’ordre public ou des délinquants et soient, en conséquence désinscrites au plus vite de ce fichier. Jean-Luc Romero attend des garanties sur ce point de la part de l’ambassadeur des Etats-Unis en France.

     

    Globalement, cette décision, attendue et longue à se concrétiser, est un évènement majeur pour ce combat contre les restrictions à la liberté de circulation des personnes touchées par le VIH/sida, combat qu’ELCS mène depuis la conférence internationale de Toronto en 2006. Jean-Luc Romero estime que le fait qu’un pays aussi important sur la scène internationale mette enfin un terme à ces intolérables discriminations, fait naître beaucoup d’espoir et constituera sans nul doute un levier important pour faire plier d’autres pays comme la Chine ou la Russie qui sont des pays qui interdisent  aussi bien l’installation des personnes séropositives que toute entrée sur leur territoire aux personnes touchées par le VIH/sida.

     

    Ce combat pour l’égalité et la dignité sera long et difficile. Ce combat est une vraie priorité pour Elus Locaux Contre le Sida !
    Lire aussi Yagg (ici), La France gaie et Lesbienne (ici), Actu Politique (ici).

     

  • Babycakes de Maupin, à consommer sans modération…

    Mes nombreux déplacements sont l’occasion de passer un peu de temps à lire ou plutôt à relire les livres qui m’ont marqués.

    Je viens de terminer le quatrième épisode des Chroniques de San Francisco du génial Armistead Maupin. Je dois l’avouer : dans ces moments d’intenses activités, Maupin est l’un des rares auteurs qui me permette de m’évader et qui me donne l’impression d’être au cœur de San Francisco, au 28 Barbary Lane, accueilli par Madame Madrigal et le beau Michael. Mona, Brian voire Dee Dee sont presque devenus des amis qu’il devient pénible de quitter à chaque fin de roman.

    Livre Chroniques San F4.jpg


    A celles et ceux qui ne connaissent pas ces chroniques, et qui ont une certaine nostalgie des années 80 ou de la ville libérée qu’était San Francisco, qu’ils n’hésitent pas à se plonger dans cet univers où mêmes les choses les plus  imporpables se produisent. Dans ce quatrième opus où le sida fait son apparition, la magie opère plus que jamais. Et me donne une furieuse envie de retourner à San Francisco… Et ce sera possible dès 2010 puisque Obama a enfin levé les interdictions d’entrée aux USA faites aux séropos !

  • Interview sur I-Télé sur l'entrée des séropos aux USA

  • Dépêche AFP sur ma réaction à la décision de B. Obama sur l'entrée des séropos aux USA

    Dépêche AFP USA.JPG

  • Communiqué d'ELCS sur la levée de l'interdiction d'entrée des séropos aux USA

    Communiqué de presse du 30 octobre 2009

     

    Enfin la fin de l’interdiction d’entrée sur le sol américain

    pour les personnes séropositives!

     

    Une victoire pour les 33 millions de personnes touchées par le VIH/sida dans le monde

     

     

     

    Jean-Luc Romero, président d’Elus Locaux Contre le Sida, accueille avec beaucoup de plaisir l’annonce faite aujourd’hui par Barack Obama de la fin effective de l’interdiction d’entrée des personnes séropositives sur le sol américain, interdiction appliquée depuis plus de 20 ans !

     

    Une loi avait été votée il y a maintenant plus d’un an sans être appliquée effectivement. La prise de position du président des Etats-Unis va évidemment dans le bon sens et représente une victoire pour les 33 millions de personnes séropositives dans le monde. Toutefois, le président d’ELCS regrette que le cas des personnes séropositives ayant la volonté de s’installer aux Etats-Unis n’ait pas été abordé et souhaite l’extension de la fin de l’interdiction à ces personnes.

     

    Cette décision, attendue et longue à se concrétiser, est un évènement majeur pour ce combat contre les restrictions à la liberté de circulation des personnes touchées par le VIH/sida, combat qu’ELCS mène depuis la conférence internationale de Toronto en 2006. Jean-Luc Romero estime que le fait qu’un pays aussi important sur la scène internationale mette enfin un terme à ces intolérables discriminations, fait naître beaucoup d’espoir, l’espoir que cette annonce fasse effet « boule de neige ». Cette décision du président des Etats-Unis peut notamment inciter des pays comme la Russie ou la Chine à remettre en cause eux-aussi leurs politiques discriminatoires, comme d’ailleurs ils ont pu s’y engager à plusieurs reprises.

     

    Le combat, mené depuis plusieurs années par Elus Locaux Contre le Sida, sera long mais il reste une vraie priorité !
    Lire aussi Le Monde (ici), Le Figaro (ici), (ici) et Le Point (ici).

  • Sur TPS Star jeudi à 19h40

    A l'occasion de la sortie du magnifique film « Harvey Milk » dont je vous ai déjà parlé sur ce blog, je participe à un débat intitulé « Où en est le militantisme gay ? » dans l'émission quotidienne Starmag présentée par Eric Naulleau et Nicolas Rey.Harvey milk 2.jpg
    Ce débat aura lieu en clair jeudi 12 mars de 19h40 à 20h30 sur la chaine de cinéma de Canal Plus, TPS STAR. Pour mémoire, je suis invité de Jean-Luc Delarue ce mercredi de 14h00 à 15 heures dans "Toute une histoire" sur France 2.

  • L’espoir Obama

    L’élection de Barack Obama a suscité un énorme espoir bien au-delà des frontières américaines. Si les Américains, après les années Bush, ressentaient aussi le besoin de se réconcilier avec le monde, il en de même de bien de bien des peuples, notamment le peuple français.BarackObama2005portrait.jpg

    Avec la guerre en Irak et les deux mandats Bush, les Français qui ont toujours aimé et admiré les Etats-Unis s’en étaient éloigné. L’investiture du nouveau président américain sera suivie avec intérêt par beaucoup de Français. L’espoir est de nouveau là. Mais pour ne pas être déçus trop rapidement, n’attendons pas non plus des miracles… Barack Obama n’est pas un magicien…surtout dans le contexte économique actuel. S’il renoue avec un politique internationale moins manichéenne, plus juste et moins isolationniste, s’il crée, dans son pays, un vrai système d’assurance maladie pour les Américains, notamment les plus pauvres, ce sera déjà un immense changement par rapport ce qu’on a connu ces dernières années. Bonne chance Mr President !

  • Obama, président !

    On l’espérait, on y croyait mais jusqu’au bout les partisans du candidat démocrate ont eu peur que la couleur de peau du nouveau chef de l’Etat américain l’empêche d’être élu.Barack_and_michelle_.jpg
    L’Amérique nous donne une belle leçon et beaucoup d’espoir. Barack Obama est un symbole de la nouvelle Amérique mais aussi un espoir pour une nouvelle gouvernance mondiale.
    Tout commencera en janvier quand il sera officiellement investi. Mais en attendant, ne cachons pas notre joie de voir enfin l’administration républicaine quitter bientôt la Maison blanche et d’assister enfin à l’arrivée d’un homme qui symbolise le renouveau et la réconciliation.

  • Obama, vite !

    Plus que quelques heures avant les résultats des élections américaines. Quoique disent les sondages, ce sont les Américains et eux seuls qui vont désigner leur Président.ObamaSouthCarolina.jpg
    Pourtant, on sent bien que l’élection de Barack Obama pourrait être un signal très fort pour endiguer cette crise économique et financière qui submerge le monde. Aujourd’hui aucun leader politique, et sûrement pas l’actuel président américain, n’est apte à redonner la confiance. L’élection d’un jeune président qui a séduit les dirigeants et les populations de presque toute la planète est peut-être le signal qu’attendent bien des décideurs… De là, à penser qu’il permettra de briser la crise de confiance…

  • Interview au journal de la santé