Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes lectures - Page 8

  • Gay Vinci Code, plus drôle que l’original !

    medium_Livre_Gay_Vinci_Code.jpgAprès « Du bon usage de la guerre civile » et « Père comme les autres », je me suis attaqué à un vrai livre de vacances « Gay Vinci Code » [Editions Chiflet&Cie – 15e].
    Son auteur, Pascal Fioretto, avait eu la gentillesse de m’envoyer son livre et de m’inviter à sa soirée de lancement. Sans avoir lu son roman, j’avais eu les mots d’usage de félicitations que l’on a pour un livre qu’on n’a pas lu et qu’on ne lira sûrement pas. A vrai dire, je n’étais pas convaincu, mais vraiment pas, de lire ce livre n’aimant guère les pastiches qui surfent sur des best seller.
    Mais je dois l’avouer, j’ai adoré.
    Je me vois encore au bord de la piscine de mon hôtel très familial de Fort Lauderdale. Les gens me regardaient avec un certain mépris lisant un livre à couverture rose et dont le titre ne laisse aucun doute. Mes éclats de rire intempestifs n’ont pas amélioré mon image dans cet hôtel qui ne semblait connaître qu’une chaîne de télé « Fox », la très conservatrice télé des pro-guerre et pro-Bush.

     

     

    Lire la suite

  • Père comme les autres

    medium_Livre_Christophe_Girard.gifChristophe Girard a publié un très bel opuscule « Père comme les autres » en mai dernier [Hachette littératures – 93 pages – 8€].
    Je viens de le lire s’un seul trait.
    Ce livre qu’il m’a gentiment adressé avec cette dédicace malicieuse « Pour Jean-Luc, à un élu peu comme les autres et pas du tout comme les autres dans sa famille politique », n’est, lui non plus, pas comme les autres.
    Avec pudeur, en faisant attention scrupuleusement aux mots employés, et sans voyeurisme, Christophe nous explique comment - presque par miracle -, il est devenu père. Mais ce père qu’il est devenu, lui, n’était pas le fruit du hasard, car il a toujours voulu être père. Et même grand-père…
    Au fil de la lecture, j’ai évidement été particulièrement touché à l’évocation de ses anciens amis morts du sida.
    Je pensais tellement à mon Hubert en le lisant.

     

    Lire la suite

  • Demain, la guerre civile ?

    medium_Livre_Jacques_Marseille.jpgDemain la guerre civile, c’est un peu ce que nous pronostique Jacques Marseille dans son dernier opus « Du bon usage de la guerre civile en France. » [Perrin – 14€]
    J’aime bien lire régulièrement les chroniques de Jacques Marseille dans Le Point. Ce professeur à la Sorbonne, historien, essayiste est un esprit brillant et éclairé.
    En découvrant sur la 4 de couv’ son prémonitoire (?) « Ca va pêter », j’ai immédiatement eu envie de lire le livre de Marseille. Ma vie débordante de ces derniers mois en a décidé autrement. Mais durant ces quelques jours de vacances, j’ai enfin pu lire ce livre… au titre et à la couverture convaincants.
    J’en sors partagé. Ebloui par l’analyse historique lumineuse, déçu par le diagnostic final qui s’apparente plus à une litanie de reproches déjà rabachés et faits à notre actuel système politique. Sans qu’aucune proposition convaincante ne soit avancée par l’auteur « pour nous en sortir » et empêcher ces guerres civiles récurrentes qui ont souvent permis d’avancer, mais qu’on préférerait vraiment s’éviter à l’avenir !

     

    Lire la suite

  • "Mémoires d'Hadrien", chef d'œuvre de Marguerite Yourcenar à lire, ou à relire...

    Je ne sais pas combien de fois, j'ai lu les Mémoires d'Hadrien, mais cet été, quand le rythme militant s'est un peu ralenti, j'ai eu le besoin irrésistible de relire le chef d'œuvre de la si remarquable, Marguerite Yourcenar.
    Ce livre me désintoxique, à chaque lecture, de la vie à cent à l'heure que je vis, que nous vivons dans nos sociétés modernes.
    On n'a plus le temps de se poser, de se questionner sur l'essentiel, sur le but de nos vies.
    Ce roman historique se veut être les mémoires - très documentées - d'un grand empereur qui perdant, peu à peu, ses dernières forces se penche sans concessions sur ce qu'a été son œuvre, sur son héritage politique et plus globalement sur le sens de sa vie et celui de sa mort qu'il veut apprivoiser mais qu'il laissera venir pour ne pas déroger à son devoir de chef d'Etat.
    Ces mémoires d'un des empereurs romains les plus humanistes - il n'hésitait pourtant pas à éliminer physiquement ses adversaires ! - sont une leçon.
    Une leçon de réflexion, une leçon que nous devrions tous avoir sur le sens de notre vie. Et pas seulement au moment de déposer les armes.
    Ce texte ciselé par notre première académicienne oblige à penser à réfléchir sur l'amour, l'amitié, au sens de nos actions, à l'importance du plaisir et au sens à donner à notre mort.
    Durant ces jours que je passais dans la chaleur tropicale de la Floride, cette lecture m'a procuré de merveilleux moments. Des moments qui m'ont permis, à mon tour, de réfléchir au sens de la vie... de ma vie.
    Première décision : je ne me séparerai plus de ce livre. Il sera toujours à mon chevet pour me rappeler que pour bien mourir, il faut avoir bien vécu...
    Un chef d'œuvre à lire ou relire ...