Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes lectures - Page 5

  • A dévorer le dernier roman de « La petite fêlée » Nadine Monfils !

    Le 16 février dernier, aux éditions Belfond, est sorti le dernier roman de Nadine Monfils « La petite fêlée aux allumettes. »
    Inutile de dire que le fan (et ami) de Nadine que je suis s’est immédiatement plongé dans son nouvel opus. Et je ne suis pas déçu. Avec Nadine Monfils, c’est toujours plus déjanté, plus intriguant, plus drôle.
    Thriller après thriller, Nadine démontre qu’elle est une écrivaine totalement à part, avec un univers noir mais plein d’humour décalé. Ces romans se dévorent et quand on a fini de les lire, on tombe dans une déprime tant on a envie de continuer l’aventure avec cette auteure atypique mais si touchante et si entrainante.
    Si vous êtes moroses en cette fin d’hiver, alors n’hésitez pas, dévorez le dernier roman de Nadine Monfils… et vous retrouverez la pêche !

    nadine monfils,jean-luc romero,belfond

  • Escapade à Berlin

    Un petit break dans ce rythme intense depuis la rentrée : je pars ce week-end à Berlin. C’est le journaliste Bernard Thomasson qui m’a donné envie de revoir cette capitale bouillonnante grâce à son magnifique roman « Ma petite Français » dont j’ai parlé cet été sur mon blog.

    berlin,jean-luc romero,bernard thomasson

  • « Le fils » de Michel Rostain… Parce qu’on peut vivre avec ça…

    Parce qu’on peut vivre avec ça…C’est ainsi que Michel Rostain conclut son émouvant récit « Le fils » paru chez « Oh Editions » et dont je viens d’achever la lecture. Le célèbre metteur en scène d’opéras a vécu le pire drame qu’un père puisse connaître : la mort de son jeune fils. Comme une thérapie, il a donc couché sur le papier le long cheminement qui mène de l’inacceptable décès, à la vie sans l’être tant aimé et, à ce qu’il appelle, le « vivre avec ça. » Ce récit est poignant car fait par le fils décédé ce qui donne une force émouvante considérable. Sans jamais tomber dans le pathos, l’auteur nous émeut bien sûr, mais nous fait aussi rire. On peut presque rire de tout quand on a connu un tel drame ! On vit toujours et le bonheur revient aussi, même malgré soi. Mais rien n’est plus jamais pareil… A lire pour se rappeler l’essentiel…

  • « Le bûcher des vanités », comme un goût de déjà vu…

    Je viens de terminer le long pavé - 920 pages ! - de Tom Wolfe « Le bûcher des vanités. » Ce livre, paru en 1990, est un roman/thriller captivant. Je n’avais jamais lu ce journaliste-écrivain et je n’ai pas été déçu par cette haletante aventure littéraire.
    920 pages, c’est pourtant long, surtout quand on ne peut s’accorder que quelques dizaines de minutes le soir avant d’aller dormir après une très longue journée de travail et de militantisme. Mais, ce livre a bien raccourci mes nuits car il me tenait tellement en haleine que je repoussais sans cesse l’heure de rejoindre les bras de Morphée…
    Ce roman qui narre la longue chute d’une des stars montantes de Wall Street m’a beaucoup fait penser à DSK. Le pouvoir du procureur, les influences bizarre, le rôle des medias qui se jettent en meute sur un dossier et jettent en pâture des hommes et des femmes, tout cela est édifiant et rappelle bien des faits divers.

    tom wolfe,jean-luc romero,le bûcher des vanités,new york


    En tous cas, cela ne donne pas envie de copier le système de justice américain.
    Ce livre est aussi une belle histoire sur New  York, sur ses mœurs, sur les intrigues qui s’y déroulent. Bien des frontières existent entre les riches habitants de Manhattan et ceux du Bronx, c’est évident mais ça se conçoit encore mieux grâce à ce livre. A lire ou relire sans hésitation…
    [A noter la diffusion ce dimanche soir à 20h40 sur Arte de l'adpation au cinéma du "Bucher des vanités" réalisé par Brian de Palma avec Tom Hanks, Bruce Willis et Melanie Griffith]

  • « Mary Anne en automne » d’Armistead Maupin : pour la nostalgie !

    Je vous ai souvent parlé des « Chroniques de San Francisco » du génial Armistead Maupin, une de mes lectures de chevet… Armistead Maupin a récemment publié le huitième opus de cette série intitulé « Mary Ann en automne. » Inutile de vous dire que ce livre a été une de mes lectures favorites de l’été… Même, s’il faut reconnaître que bien que la magie soit toujours là avec Maupin, le filon s’essouffle quand même un peu. Mais celles et ceux qui, comme moi adorent l’univers d’Armistead Maupin et son San Francisco interlope, ne seront vraiment pas déçus. Toute la famille des chroniques est toujours là même si elle vieillit : de Michael à Anna sans oublier Mary Ann qui fait un retour en fanfare dans ce numéro dont elle est la vedette. Aux fans de Maupin, la lecture de ce nouvel épisodeentretient la nostalgie. Alors, n’hésitez pas…et bonne lecture.

    armistead maupin,jean-luc romero

  • « Ma petite Française » de B. Thomasson, une invitation à connaître Berlin…

    Le lecteur de « Ma petite Française » du célèbre journaliste de France info, Bernard Thomasson, qui ne connaît pas Berlin avant de lire ce roman à suspens, n’aura qu’une envie en fermant ce livre : connaître enfin et vite Berlin.
    Ce roman, que Bernard Thomasson m’a gentiment offert alors qu’il m’interviewait fin juin, m’a littéralement emporté et bouleversé. « Ma petite française », Hélène devenue Ellen, est un personnage attachant dont on apprend au bout de la centième page qu’elle aime les femmes alors qu’on la catégorise naturellement dans les femmes hétérosexuelles tant le suspens est bien porté par l’auteur. D’ailleurs, à la fin du livre, on ne sait plus très bien…

    bernard thomasson,jean-luc romero,france info


    L’intrigue de ce livre est vraiment bien menée. Premier roman de Bernard Thomasson, on retrouve la patte du journaliste qui raconte cette histoire sans jamais trahir la grande et tragique histoire de Berlin pendant la guerre mais surtout ce Berlin coupé en deux par le mur de la honte. Je ne peux que vous recommander ce livre qui est, comme l’écrit son auteur, « une réflexion sur certaines barrières invisibles qui nous enferment parfois. » Même si je connais Berlin, ce livre m’a aussi donné une envie irrésistible d’y retourner…

  • Itw dans VSD

    VSD Romero 9 juin 2011.JPG

    Lire aussi l'itw (ici).

  • Les vacances d’un sérial killer, à lire sans modération !

    J’ai déjà parlé sur ce blog des livres de Nadine Monfils, cette romancière belge bourrée de talent et à l’imagination sans bornes.
    Comme toujours, elle a eu la délicatesse de m’envoyer son dernier livre un peu avant sa sortie. Ce livre « les vacances d’un serial killer » vient de paraître chez Belfond. J’ai donc pu me régaler en avant première des tribulations de la famille Destroopper en villégiature sur les plages de la mer du Nord… Des endroits qui n’ont plus de secrets pour l’auteure.
    Je ne vous raconterai pas cette histoire : je vous laisse vous y plonger.
    Mais tout ce que je peux vous assurer, c’est que des 20 polars qu’a écrit Nadine, celui-ci est un de ses meilleurs. Alors, n’hésitez pas à lire sans modération ce livre plein d’horreur mais aussi et surtout plein d’humour !

    Livre Monfils2011.jpg

     

     

  • «Travail au bord de la crise de nerfs » d’Anne Hidalgo et Jean-Bernard Senon, à lire absolument !

    Je viens de finir la lecture du livre d’Anne Hidalgo et de Jean-Bernard Senon « Travail au bord de la crise de nerfs », paru fin octobre, aux Editions Flammarion.
    On l’oublie souvent, mais Anne Hidalgo, avant d’être 1ère adjointe au maire de Paris et conseillère régionale d’Ile-de-France, était inspectrice du travail et fut aussi collaboratrice de Martine Aubry, la dame des 35 heures. La question du travail est donc une question plus que familière pour Anne Hidalgo, mais aussi pour Jean-Bernard Senon, son fidèle et efficace collaborateur.
    Ce livre très documenté place la question du travail dans une vision historique. Une vision qui permet de mieux comprendre les évolutions actuelles que dénoncent souvent les auteurs avec beaucoup de pertinence et bien sûr avec beaucoup d’arguments.

    Livre AnneHidalgo.jpg


    Ce livre, qui se lit très facilement, est important à quelques mois d’échéances démocratiques importantes ; il donne des pistes au PS et plus globalement à celles et à ceux qui ont envie d’un autre discours et surtout d’une autre politique sur le travail que celle très matérialiste que défendent le gouvernement et sa majorité. A lire absolument !

  • « Invisible », de Paul Auster, belle variation sur la disparition

    Je n’avais pas encore l’occasion de lire de livres de l’écrivain américain, originaire du New Jersey, Paul Auster. Grâce à Bertrand Delanoë, qui a eu l'excellente idée de m’offrir « Invisible » pour mon anniversaire, j’ai pu découvrir ce livre récemment paru aux Actes Sud et donc de m’initier à l’univers de Paul Auster.
    Pour être honnête, j’étais un peu déconcerté à la lecture des premières pages  de ce roman à tiroirs. J’ai eu du mal à m’intégrer dans le monde d’Auster. Mais peu à peu, au fil des pages, je me suis laissé emporter par l’histoire étrange, déconcertante et émouvante d’un jeune étudiant qui rencontre un énigmatique mécène et sa maîtresse.
    Mieux, ce livre sur la disparition, les amours impossibles et sur la recherche de la justice vous interroge sur vous-même, sur vos valeurs. Sur qui vous êtes vraiment… A lire !

    LivrePaulAuster.JPG
  • « Liberté, Egalité, sexualités », à relire…

    Je viens de relire l’essai de Clarisse Fabre et Eric Fassin, « Liberté, égalité, sexualités », paru aux éditions 10/18. Ce livre qui démontre à quel point les questions sexuelles - parité, homosexualité, harcèlement, prostitution, pornographie, violences, etc… -  font partie de l’actualité politique.

    Livre ClarisseFabre.jpg


    Cet échange vif entre la journaliste du Monde qui a suivi les débats du PaCS et Eric Fassin est revigorant intellectuellement. Il démontre, comme je le dis depuis bien longtemps, à quel point les questions de société, dont les questions sexuelles sont partie intégrante, sont aujourd’hui des questions centrales de notre vie politique. Des questions sur lesquelles le politique a encore tout pouvoir. A lire ou relire…

  • Oui, tiens pourquoi ? de Philippe Vandel, une lecture d’été

    En cette période de vacances, on a souvent envie de lire des choses légères et amusantes. Le dernier livre de Philippe Vandel, "Oui, tiens pourquoi?" paru chez Oh ! Editions entre parfaitement dans cette catégorie.

    livreouitienspourquoi.jpg

    En 256 pages qui se lisent d’un trait au bord de la mer ou de la piscine, on y apprend pourquoi il est si difficile d’enlever le plastique autour d’un cd ou même d’une brosse à dents ; pourquoi on ne croise jamais les filles des magazines dans la rue, pourquoi il faut nettoyer à sec les imperméables, etc...

    Bref on y apprend plein de choses inutiles mais drôlement amusantes.

    Après avoir lu ce livre de Vandel, on se demande pourquoi l’on se pose si souvent tant de questions inutiles !
    A lire, cet été !

  • Les dossiers noirs du Vatican, un livre dont on ne sort pas indemne !

    En mai dernier, Paul Williams, enseignant américain et consultant du FBI durant 7 ans, a publié un livre stupéfiant sur les côtés sombres du Vatican « Les dossiers noirs du Vatican » chez H&O. Avec plus de 50 milliards de dollars en titres, des réserves en or qui dépassent celles de nombreuses nations, des biens immobiliers dans le monde, l’église catholique est aujourd’hui immensément riche.

    livre Dossiersnoirsvatican.jpg


    Ce qui trouble dans ce livre c’est de constater qu’en 1929, le Vatican est au bord de la faillite. Grâce à un accord avec Mussolini « Les accords du Latran », l’Eglise va se refaire ! Dans ce livre, on y découvre par le détail les rapports troubles entre Pie XI et l’Italie fasciste puis les accords avec l’Allemagne nazie. Les passages sur les rapports entre mafia et Vatican sont étonnants. Le sandale de la pédophilie sans oublier la mort mystérieuse de Jean-Paul 1er qui voulait mettre de l’ordre dans les compromissions de nombreux prélats font de cet essai un véritable roman qui se lit d’un trait. On finit ce livre en comprenant mieux le bandeau qui l’accompagne : « L’Eglise peut-elle encore dicter sa morale ? » Question plus que jamais pertinente !

  • La descente aux enfers d’« un homo dans la cité ».

    Le jour de la Marche des Fiertés LGBT de Paris, j’ai fini de lire l’émouvant témoignage de Brahim Naït-Balk « Un homo dans la cité » paru l’année dernière chez Calmann-Lévy.
    Un livre fort qui démontre à quel point certains caïds des cités sont homophobes et font de jeunes de culture maghrébine de vrais souffre-douleur. L’histoire de Brahim, actuel entraîneur de l’équipe du Paris Football Gay et animateur d’une émission de radio « Homomicro », est vraiment bouleversante. Elle rappelle à quel point il reste difficile pour les jeunes vivants dans les cités de banlieue de vivre leur homosexualité. Un livre qui montre que l’homophobie reste, pour une partie de la population, une terrible réalité. Un ouvrage à lire pour comprendre et surtout entendre la douleur de certains jeunes gays vivants aux portes et en marge des confortables quartiers gays s’étendant dans nos grandes villes.

    Livreunhomodanslacité.JPG
  • Armistead Maupin et sa « voix dans la nuit ».

    Bien sûr les amoureux des « Chroniques de San Francisco » qui espèrent toujours qu’un huitième tome viendra un jour, pourront être déçus à la lecture d’« une voix dans la nuit » du génial Armistead Maupin. Pourtant, ils y retrouveront des références aux chroniques avec l’évocation de certains personnages récurrents de cette série. Mais ce livre est plein de suspens et reste dans cet univers « Maupinien » que j’aime tant. Le héros est bien sûr écrivain et ressemble à Armistead. Il est gay et a un compagnon séropositif. Les habitués des chroniques retrouveront donc leur marque dans cette histoire étrange entre un écrivain et un gamin atteint du sida. Des rebondissements à attendre et de beaux sentiments à retrouver. Comme toujours avec Armistead. Un beau livre pour l’été !

    Livre Une voix dans lanuit.JPG
  • Rencontre avec Rudolf Brazda, dernier Triangle rose survivant

    Grâce à l’éditeur de mon livre « Les voleurs de liberté », Florent Massot, j’aurai la chance ce lundi, avant de partir pour Lille, de rencontrer Rudolf Brazda, dernier survivant des déportés pour homosexualité. A 97 ans, Rudolf a décidé de témoigner dans un magnifique livre « Itinéraire d’un Triangle rose », livre récemment paru chez Florent Massot. C’est avec une immense émotion que je rencontrerai cet immense monsieur.

    livre rudolf triangle rose.JPG

     

  • James Purdy nous retourne dans ses « Chambres étroites » !

    Je vous ai déjà écrit que lors d’une dédicace des « Voleurs de liberté », le parton de la librairie du Divan à Paris m’avait offert « Je suis vivant dans ma tombe » et m’avait ainsi permis d’entrer dans l’univers noir mais fulgurant de l’écrivain américain James Purdy. La lecture de ce livre m’a donné envie d’aller plus loin dans la connaissance de cet écrivain controversé mort à 94 ans en 2009… un vendredi 13 !

    Cet écrivain assuma son homosexualité à une époque où cela aurait pu nuire à sa carrière prometteuse et aurait surtout pu sonner comme un arrêt de mort social.

    Livre Jamespurdy chambresétroites.JPG

    Avec « Chambres étroites » (Editions Le serpent à plumes), les pudibonds trouveront de bonnes raisons de détester Purdy qui va loin, je le reconnais, dans la provocation. Meurtre, amour, sado-masochisme se mêlent dans ce récit tragique d’un amour fou qui se termine dans un bain de sang. Mais ce roman, magnifiquement écrit et plein de suspens, est au final un acte militant face à une société trop pudibonde qui fait du plus beau sentiment, un sentiment interdit pour celles et ceux qui aiment autrement… A lire absolument ! Vraiment…

  • Le regard perçant de Jean-Bernard Raimond sur le monde

    Comme l’annonce son éditeur : « Le regard d’un diplomate sur le monde, 1960-2010, s’inscrit dans la lignée des trois premiers ouvrages de Jean-Bernard Raimond. Ce ne sont pas des mémoires, mais le récit des temps forts de l’histoire contemporaine qui ont contribué à transformer radicalement le monde dans lequel nous vivons: les événements de 1968, la révolution polonaise de Solidarnosc, la chute du mur commémorée le 9 novembre, la question des Balkans, au cœur de l’actualité, en raison même de l’espoir pour la Serbie et le Kosovo d’une stabilité retrouvée grâce à la progression des institutions européennes, les conséquences de la guerre d’Irak, les problématiques nouvelles d’une Chine en plein essor, éclairées par les mémoires secrets publiés en mai 2009 de Zhao Ziyang le dirigeant chinois inventeur de la réforme économique de Deng Xiaoping. »

    LivreJBRaimon.JPG


    J’ai connu Jean-Bernard Raimond, ancien ministre des affaires étrangères, quand il était député. C’est un homme d’une qualité rare, un érudit et un humaniste. Ses livres sont toujours enrichissants et nous permettent de comprendre comment fonctionne la diplomatie d’un pays mais aussi d’entrer dans l’intimité de certains personnages comme encore dans ce livre avec Georges Pompidou, Jacques Chirac, François Mitterrand, Mikhaïl Gorbatchev et bien d’autres. Un livre à dévorer pour les passionnés d’histoire contemporaine !

  • « Itinéraire d’un Triangle Rose »… pour tout savoir sur le tabou de la déportation homosexuelle

    Mon éditeur [Virus de vie et Les voleurs de liberté], Florent Massot, vient de publier un livre bouleversant de Rudolf Brazda, le dernier survivant déporté pour homosexualité, « Itinéraire d’un Triangle Rose ». Ce livre, co-écrit avec Jean-Luc Schwab, est, comme le rappelle son éditeur, « un témoignage exclusif sur les 10.000 déportés homosexuels. »

    LivreTriangleRoseHDef.JPG

    Détenu dans le camp de Buchenwald, Rudolf Brazda semble être le dernier survivant des Triangles Roses et témoigne 65 ans après du martyr que vécurent aussi de nombreux gays durant la seconde guerre mondiale.

    Ce livre sort alors que le 15 mai, une plaque a été inaugurée en l’honneur de Pierre Seel qui osa, le 1er, témoigner de ce que vécurent les homos durant l’époque nazie. Au delà de l’histoire personnelle de Rudolf Brazda, ce livre traite sans tabou de la vie en camp, du vécu quotidien des déportés, des sévices qu’ils subissaient et cela sans négliger l’ultime tabou : la question de la sexualité dans les camps de concentration.

    Un livre à lire pour mieux comprendre et pour aider toujours et encore à la prise de conscience du mal absolu que certains hommes sont capables de commettre au service d’une idéologie perverse et meurtrière.

  • Suivez « Les cœurs fêlés » de Gayle Norman !

    A priori, « Les cœurs fêlés » le dernier roman de Gayle Norman, récemment paru chez Oh édition, par celle qui est l’auteur du best seller « Si livre coeurs f^lés 2.jpgje reste », n’était pas un livre qui aurait dû m’attirer. A priori… Une histoire de teenagers écrites pour des ados fans de Twilight, ce n’était vraiment pas pour moi. Pourtant et incontestablement, j’ai bien fait de dépasser ma première impression et ma réticence instinctive car j’ai adoré ce livre. L’écriture vivante, l’histoire crédible, haletante et qui interroge, la psychologie des héros : tout m’a séduit dans ce roman.

    Décrire l’enfer quotidien de jeunes filles, qui se retrouvent injustement dans une espèce de maison de correction, « Red Rock », digne du XIXème siècle, est enrichissant car, au-delà de la belle histoire d’amitié et d’amour que Gayle Forman nous raconte merveilleusement bien, c’est une dure question de société qu’elle décrit et dénonce. Car pour écrire son roman, l’écrivaine s’est beaucoup renseignée sur le suivi des adolescents dits difficiles. Des maisons, comme Red Rock, existent toujours aujourd’hui et on y mate les ados dits difficiles, comme le raconte l’auteur en fin de livre dans une postface, plutôt que de les aider. A la psychologie est préférée la matraque. Bref, suivez « les cœurs fêlés » pour la belle histoire, mais aussi pour réfléchir sur notre société qui n’entend pas toujours le drame de ses plus jeunes.