Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes discours - Page 5

  • Mon discours de Londres (version complète en anglais)

    Speech of Jean-Luc Romero
    Dignity in Dying – London – May 21st

    Dear friends,
    I am delighted to be at DID’s Annual Meeting today. Thank you for inviting me here to speak.
    As was said, I am the president of ADMD-France (Right to die in Dignity – France). ADMD-France was founded in 1980 to get a law of Ultimate Liberty.
    Our target : to gain a law in France which will permit the universal access to palliative care and, at the same time, which will legalize euthanasia and assisted suicide.
    Now, ADMD-France has more than 50.000 members. I am pleased to say that over 90% of French Citizens are in favor of the law that we want, particularly the young generation and I am happy to be accompanied by the assistant General Secretary of ADMD, Christophe Michel, who is also responsible for the youth commission and the youngest board member, which our society has ever had. He is 26 years old.
    I have divided my short presentation into three main parts.

    dignity in dying,jean-luc romero,euthanasia,admd,politics,france,united kingdom


    Firstly, a few words about the current French law concerning the End of the Life.
    Secondly, the campaigns we have done in France to get the support of the politicians and the reaction from our opponents.
    Finally, I’ll tell you what I think - I hope! - will happen in France this autumn.
    My presence here, as with Rowena Ironside during our Paris meeting at the Hotel de Ville in January 2013, shows the similarity of our societies and how identical our struggle is.
    It is a struggle for human rights, for equality in facing Death, for compassion.
    We have a lot to learn from each other. Your sense of organization and your legendary discipline, our frenzy and our near permanent rebellion. Our main difference is that our king has been beheaded and that your queen wears many hats.

    Allow me now, after this short introduction, to look at my first point and describe the situation in our country.

    Lire la suite

  • Intervention à 15h00 au Rassemblement national citoyen de Corinne Lepage

    Entre mes déplacements à Toulouse et à Carcassonne, pas vraiment de repos ce week-end car j’interviendrai à 15h00 dans une table ronde du colloque organisé par Corinne Lepage, ancienne ministre et députée européenne.
    Corinne Lepage lance aujourd’hui un Rassemblement national citoyen et à cette occasion de nombreuses personnalités interviendront dont mon amie Anne Hidalgo.
    Ironie du sort : en ce qui me concerne, je parlerai égalité des droits pour les LGBT au moment où celles et ceux qui refusent cette égalité défileront à Paris dans un rassemblement hétéroclite qui ira de l’UMP au FN…

    photo.JPG

     

  • Mon discours de l'Hôtel de ville du 26 janvier 2013

    Discours de Jean-Luc Romero
    Réunion publique – Hôtel de Ville
    Paris – samedi 26 janvier 2013

     

     

    euthanasie,jean-luc romero,anne hidalgo,paris,politique,santé

     

     

     

     

     

     

    Chère madame le Maire et chère Anne,
    Mesdames et Messieurs,
    Chers amis, militants et sympathisants de l’ADMD,

    Permettez-moi tout d’abord de vous dire – de nous dire – combien je suis fier que nous soyons si nombreux dans ces magnifiques salons de l’Hôtel de Ville de Paris, ce samedi. Nous devons remercier chaleureusement le maire de Paris, Bertrand Delanoë, et Anne Hidalgo, sa première adjointe qui nous soutient si fidèlement et qui est, avec Alain Fouché, sénateur de la Vienne, notre conseiller politique. Ce n’est pas rien. Les délégués de l’ADMD qui sont présents dans cette salle, aujourd’hui, après avoir passé presque deux jours en formation, le savent bien. Obtenir une salle municipale n’est pas toujours une chose aisée. Mais une salle de cette splendeur est un honneur pour nous et une reconnaissance de la légitimité de notre combat et de la justesse de notre revendication. Non, nous ne portons pas un message de désespoir et de mort. Nous portons le message de la laïcité et de la liberté. Ce message, il est porté par vous tous qui êtes présents aujourd’hui dans ce lieu magnifique, par tous ceux qui – j’en suis très sincèrement désolé – faute de place, n’ont pas pu accéder jusqu’à nous ; c’est la rançon du succès et nous devons nous en réjouir. Et, au-delà, par tous ceux qui, à travers la France, composent cette force de 50 000 adhérents actifs et motivés qui forme l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité.

    euthanasie,jean-luc romero,anne hidalgo,paris,politique,santé


    Nous voulons une loi maintenant.
    Un seul mot d’ordre, aujourd’hui. Respect de la proposition 21.
    La proposition 21, c’est celle faite par le candidat Hollande, élu à la présidence de la République en mai dernier, afin que « toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité. »
    Cette proposition, qui converge évidemment vers la proposition de loi que les adhérents de l’ADMD ont votée en juin 2011 lors de notre 32èmeassemblée générale, qui converge également vers les législations néerlandaises, belges et luxembourgeoises, est un engagement fort que le président de la République, maintenant élu, doit entendre et mettre en œuvre. D’ailleurs, 89% des Français – 9 Français sur 10 – selon un sondage Ifop d’octobre 2012, demandent la mise en œuvre sans délai de cette réforme.

    euthanasie,jean-luc romero,anne hidalgo,paris,politique,santé


    Alors, j’ai entendu ici ou là que l’ADMD, son président, roulait pour François Hollande. Non ! L’ADMD ne roule pour personne. Démocrate, respectueuse du vote des électeurs, oui ! Partisane, non ! L’ADMD soutient et soutiendra, au niveau national comme au niveau local, tout élu qui s’engagera sur ce chemin de notre liberté, de celle de chaque Française et chaque Français qui, le moment venu, ne veut pas se faire imposer sa fin de vie par des mandarins éloignés de leurs patients, et qui revendiquent la primauté de leur science sur nos souffrances, ou par des idéologues qui pensent que les citoyens ne seraient que des sujets entre les mains d’une puissance supérieure.
    Pour répondre rapidement à ces deux points, je citerai l’ancien président de la République, Nicolas, Sarkozy : « La souffrance appartient à celui qui est dans le lit, et non à celui qui le regarde ». Quant aux extrémistes religieux de tout poil, je crois pouvoir leur dire qu’aucun Dieu honnête ne demanderait à ses fidèles de souffrir. Tout ceci n’est que le maquillage d’une peur face à la mort. Face à notre propre mort.

    euthanasie,jean-luc romero,anne hidalgo,paris,politique,santé


    J’ai entendu aussi, durant cette période électorale, que l’ADMD ne devrait pas faire de politique. Mais c’est une obligation qu’elle en fasse. Elle ne peut pas être autre chose, si nous souhaitons faire évoluer la loi dans le sens que nous souhaitons depuis bientôt 33 ans, qu’une association politique, citoyenne. Sinon, comment imaginer convaincre les parlementaires de la nécessité d’une législation plus moderne, plus laïque, plus démocratique, plus à l’écoute des citoyens ? L’ADMD n’est pas une association aux petits arrangements entre amis qui permettrait d’aider tel ou tel, et pas tel autre, au seul motif que l’un est connu et l’autre pas. Notre association, fidèle à ses initiateurs, Michel Landa, Mireille Jospin et d’autres encore, souhaite qu’une solution soit trouvée pour l’ensemble des Français en fin de vie, dans la transparence, la liberté, l’égalité et la fraternité. Je reçois parfois des lettres me disant que nous sommes trop mous et que les Droits de l’Homme, sans la révolution de 1989 et la prise de la Bastille, n’existeraient pas. Certes. Mais combien d’entre nous, assis ici, cette après-midi, sous ces lambris dorés d’un palais qui a lui-même connu tant de révolutions, de destructions et de reconstructions, sont prêts à mourir pour défendre notre cause ? Nous attendons toujours celui ou celle qui accepterait de faire de son combat personnel un combat collectif. Mais il ne vient pas. Je le comprends parfaitement, tant la fin de vie est une période difficile à affronter sur le plan physique et psychologique.
    Cette proposition 21, c’est notre mot d’ordre depuis que le candidat vainqueur l’a faite. Ce sera le nôtre jusqu’à juin 2013.

    Lire la suite

  • Mon discours d'ouverture au 1er séminaire de la réduction des risques

    Intervention de Jean-Luc Romero
    Conseiller régional d’Ile-de-France
    Président du Crips-Ile-de-France
    1er séminaire de la réduction des risques
    "Au-delà de l’ouverture de salles de consommation,
    quels accompagnements des injections et autres consommations ?"
    Conseil régional d’Ile-de-France / 11 janvier 2013

     

     

     

    Mesdames, Messieurs, Chers amis,
    J’ai le grand plaisir de vous accueillir ici au nom de Jean-Paul Huchon, président du Conseil régional d’Ile-de-France. Celui-ci ne pouvant malheureusement être à vos côtés ce jour, il m’a demandé de le représenter ce que je fais bien sûr avec grand plaisir.
    Le thème qui va être discuté tout au long de la journée est le suivant : « Au-delà de l’ouverture de salles de consommation, quels accompagnements des injections et autres consommations ? ».
    Alors, la RDR où en est on en 2013? Une légalisation en 2004, une centaine de CAARUD créés, la Déclaration de Vienne qui érige le RDR comme solution face à des politiques répressives coûteuses et inefficaces… Autant d’éléments qui pourraient laisser penser que tout va bien. Mon introduction serait courte mais heureuse ! Malheureusement ce n’est pas le cas : prévalence très forte du VHC, absence de la RDR en milieu carcéral, vulnérabilité sociale …  Autant de défis pour lesquels il était et, il est nécessaire, que les acteurs de la RDR fassent preuve d’une valeur moteur, d’une valeur qu’ils mettent en œuvre au quotidien : le sens de l’innovation. Sens de l’innovation qui, je le crois, n’a pas été freiné par la professionnalisation du secteur, ou qui, dans tous les cas, ne doit pas l’être.
    L’expérimentation des salles de consommation à moindre risque est une revendication déjà ancienne et on ne peut que se féliciter que cela soit enfin en très bonne voie aussi bien à Paris, à Marseille qu’à Bordeaux. Je ne vais pas revenir sur l’utilité de ce type de structure, leur efficacité notamment au regard de ce qui se passe à l’étranger, le rapport de l’INSERM, du CNS... Je crois que nous avons ici tous les spécialistes pour nous expliquer cela mieux que moi. Les acteurs du secteur étaient convaincus par ce dispositif, restait à convaincre le politique qui, on le sait, dès qu’il s’agit de drogues, est très prudent, d’autant que nous avons eu la malchance d’avoir M. Apaire pendant quelques années à la tête de la MILDT. Heureusement les choses ont changé et Mme Daniele Jourdain Menninger a une posture équilibrée et, je pense, une vraie vision des choses.
    Je voudrais rappeler que la région Ile-de-France a porté avec détermination ce dossier et a joué un vrai rôle en apportant un soutien financier dès 2010 aux études sur les SCMR. Je crois que c’est tout à l’honneur de la région d’avoir su avoir une vision juste des choses, de ne pas tomber dans la gueguerre de mots et d’avoir porté politiquement dès le début ce dossier avec pragmatisme, humanité et efficacité.

    Lire la suite

  • Mon discours d'ouverture sur "Prévention du VIH/sida et discriminations au CRIPS

    Discours de Jean-Luc Romero
    Président du Crips Ile-de-France
    85e rencontre du Crips - Prévention du VIH/sida et discriminations
    10 décembre 2012 – Paris

     

    Madame, Monsieur, Chers amis,

    La 85e rencontre du Crips Ile-de-France est consacrée à ce thème: « Prévention du VIH/sida et discriminations ». Thème essentiel qui méritait bien que l'on y passe une journée entière. Bien sûr nous n'épuiserons pas ce thème en une seule journée mais nous lancerons des pistes de réflexions, nous confronterons nos opinions, nos expériences, c'est bien là l'objet de ces rencontres.
    Cette thématique « Prévention du VIH/sida et discriminations » est un axe fort d'action pour le Crips, thème désigné comme prioritaire pour l'année 2012. Ce thème a été au cœur de nos actions du 1er décembre via donc un parcours sur la sérophobie au Cybercrips, parcours décliné en lycées et via une campagne de communication que je trouve particulièrement pertinente et qui d'ailleurs sera diffusée sur le plan régional mais aussi national par l'association AIDES.
    Nous le savons tous, aucune maladie ne peut être pris sous l’angle exclusif du combat médical tant les représentations liées et attachées à une maladie impacte les malades et la réaction de la société. Si l’on ne doit prendre qu’un exemple, prenons celui de la lèpre avec  des  représentations fortes et très négatives à l’encontre du malade mais une méconnaissance réelle de la maladie.  Mais qui peut nier que le VIH/Sida emporte un nombre particulièrement  élevé de préjugés et de fausses idées, de jugements moraux ? Tout ceci a une conséquence simple mais dramatique : la stigmatisation, la discrimination, le rejet. Globalement quand on ne connaît pas quelque chose, on a peur de son porteur. C’est cet aspect social de la maladie qui va nous intéresser au plus haut point aujourd'hui et ses conséquences sur la prévention.

    crips,jean-luc romero,sida,aids,politique,santé,sérophobie,discriminations

    Lire la suite

  • Mon discours aux 17èmes Etats Généraux d'Elus Locaux Contre le Sida

    Discours de M. Jean-Luc Romero
    Président d’Elus Locaux Contre le Sida
    « Les politiques veulent-ils vraiment en finir avec le sida ? »
    26 novembre 2012 – Palais du Luxembourg
    XVIIe Etats généraux d’Elus Locaux Contre le Sida

    sénat,jean-luc romero,françois hollande,sida,aids

     

      

    Mesdames, Messieurs, Chers amis,

    Les politiques veulent-ils vraiment en finir avec le sida ?
    C’est le thème des 17e Etats généraux cette année, thème que certains, peut-être, pourraient avoir perçus comme quelque peu racoleur, un peu comme une mauvaise « Une » de magazine.
    Rassurez-vous, à ELCS, nous ne tombons pas dans le sensationnalisme. Par contre, oui et nous le proclamons, les études le prouvent, la fin du sida, c’est enfin possible !
    C’est possible grâce notamment à l'avènement du traitement comme outil de prévention, révolution toute aussi importante que l’arrivée des ARV. Mais cela peut aussi être enfin envisageable grâce à une politique de lutte contre le VIH/sida humaine, digne, solidaire, innovante et pragmatique. Une politique que j'appelle de mes vœux, une politique que nous appelons, j’en suis sûr, toutes et tous de nos vœux.
    Ce thème des Etats généraux, il est à rapprocher de la campagne d'ELCS intitulée : « L'inaction tue » dont vous avez l’affiche ici même comme dans la lettre d'information d'ELCS que vous avez dû recevoir. Vous l'avez tous bien compris, cette campagne se sert des codes visuels d'un paquet de cigarettes, le « bla bla bla» étant la cigarette qui provoque plaisir mais aussi accoutumance ! Cette campagne volontairement assez grinçante n'en reste pas moins constructive : elle renvoie à un site que je vous encourage à aller consulter où nous vous listons certaines actions simples que l'élu local peut décliner dans sa collectivité, aussi bien en termes de prévention que de soutien aux personnes touchées.

    sénat,jean-luc romero,françois hollande,sida,aids

    Lire la suite

  • Mon discours de Lille :"Innover, une nécessité sanitaire et sociale, un devoir politique."

    Discours de Jean-Luc Romero
    Président d’Elus Locaux Contre le Sida
    « Innover : une nécessite sanitaire et sociale, un devoir politique »
    Vendredi 23 novembre 2012 – Lille

     

     

    Mesdames et Messieurs,
    Chers amis,

    « Innover : une nécessité sanitaire et sociale, un devoir politique » voilà le thème de mon intervention aujourd’hui. Je prétends évidement pas en faire le tour aujourd’hui, il s’agit simplement d’ouvrir et de proposer quelques pistes de réflexion.
    Je vais tout d’abord m’intéresser à la première partie du thème : la nécessité sanitaire et sociale. Après tout pourquoi vouloir innover quand tout va bien ? La politique de réduction des risques (RDR) basée sur l'information, l'accès au matériel stérile et les traitements de substitution a été légalisée par la loi du 13 août 2004. Une centaine de CAARUD ont été créés depuis 2005. Au niveau international, la déclaration de Vienne de 2010 a clairement élevé la RDR comme solution face à des politiques répressives dont les impacts sont très limités sur le plan sanitaire et social.
    Bien évidemment, j'aimerai m'arrêter là et vous dire que tout va bien. Mon intervention aurait été assez courte mais efficace ! Mais voilà, la politique sur les toxicomanies en France n'a pas entraîné une baisse de l'usage. Je vous renvoie à toutes les études notamment Espad en 2011. Que constate-t-on ? Que les Français sont les premiers consommateurs de cannabis par rapport à nos voisins européens, ce qui est, en partie, à mettre au tableau d'honneur d'un Etienne Apaire, ancien président de la MILDT. On constate également que la cocaïne se banalise, que l'héroïne est de plus en facile à trouver et disponible, que les drogues de synthèse sont de plus en plus nombreuses, que les prix de toutes les drogues ont baissé régulièrement depuis 10 ans.
    Au-delà de la question quantitative de l'usage, il se pose un autre défi important : la situation des usagers. Bien sûr on cite souvent en exemple la politique de RDR sur l'impact qu'elle a eue sur les contaminations au VIH, mais concernant le VHC ! Aujourd'hui, la prévalence au VHC s'établit à près de 60% d'après l'enquête Coquelicot de 2004 et la prévalence de la co-infection VIH/VHC est une des plus élevées en Europe. Plus largement, la situation sociale d'une partie des usagers de drogues est extrêmement problématique: ce sont près de 250.000 personnes que l'on considère comme usagers de drogues dit problématiques, c'est-à-dire en situation de vulnérabilité sociale. 
    Voilà pourquoi, au regard de ces éléments, l'innovation est nécessaire. Pas souhaitable. Nécessaire !

    Lire la suite

  • Mon discours de clôture de la 32ème AG de l'ADMD à Marseille

     

    Mesdames et Messieurs,
    Chers amis, militants et sympathisants de l’ADMD,

    Vous êtes impatients, je le sais. Moi aussi, je le suis tout autant que vous. Depuis que François Hollande a inscrit dans son programme de campagne la légalisation d’un droit à mourir dans la dignité, vous percevez que nous semblons arriver au bout de trois décennies de lutte acharnée – et parfois désespérante – afin d’obtenir cette liberté individuelle de mettre un terme à notre vie, quand cela nous semble bien, pour la seule et indépassable raison que nous sommes arrivés au bout de cette vie.

    Vous êtes impatients, je le sais, car vous trouvez aussi que les choses semblent patiner, depuis que nous avons obtenu ces deux débats publics inédit sur l’euthanasie – le premier le 24 novembre 2009 à l’Assemblée nationale et le second le 25 janvier 2011 au Sénat – , depuis que la campagne présidentielle a mis ce sujet, aussi grâce à nous et à notre campagne, au cœur des débats et des projets de société.
    Je ne peux pas, bien sûr, vous donner tort.

    Comme vous, je déplore la lenteur qui semble animer, en cette matière, le sommet de l’Etat. Je regrette la création d’une énième mission et, qui plus est, confiée encore une fois à un professeur de médecine alors que la question de la fin de vie devrait rester dans le champ unique de la citoyenneté, même si le concours d’un médecin, respectant en cela la volonté de son patient, est important pour la mise en œuvre de notre Ultime Liberté. Pour l’IVG, a-t-on réservé le débat aux seuls médecins ? Non. Pourtant leur intervention est nécessaire mais on a privilégié à juste titre la position de la femme concernée. Je conteste que sur les huit membres de cette mission, deux au moins soient membres du comité exécutif du mouvement pro-life Plus digne la vie piloté par Emmanuel Hirsch, celui-là même qui disait des horreurs sur l’ADMD lors des deux discussions parlementaires de novembre 2009 et de janvier 2011, celui-là même qui s’opposait à la présence de notre association au sein de la Maison des Usagers de l’hôpital européen Georges-Pompidou. Je regrette enfin qu’en créant une nouvelle mission sur ce sujet, on dépouille les parlementaires de leurs prérogatives. Certains, déjà, nous ont confié leur amertume d’être dessaisi de cette grande question de société qui remporte l’adhésion de la quasi-totalité des Françaises et des Français.

    marseille,jean-luc romero,admd,politique,france,santé,euthanasie



    Comme vous, j’ai peur que du fait de la lenteur de nos gouvernants à agir pour ouvrir ce droit – un droit, pas une obligation – ce droit à choisir les conditions de notre propre fin de vie, je termine mes jours dans des circonstances que je n’aurai pas choisies. Comme beaucoup d’entre vous ici, ce samedi, j’ai peur de me faire voler ma mort, de gâcher ces instants graves et magiques, uniques évidemment, où des personnes qui s’aiment peuvent, sans pudeur, se préparer à une séparation : dernières larmes, derniers baisers, dernières caresses.

    marseille,jean-luc romero,admd,politique,france,santé,euthanasie

    marseille,jean-luc romero,admd,politique,france,santé,euthanasie

    Lire la suite

  • Cocktail communautaire de la marche des fiertés Montréal 2012 à 18h00

    A 18h00, j’interviendrai au cocktail communautaire de la marche des Fiertés qui clôturera la journée communautaire de la rue Sainte Catherine à Montréal.

  • Plan de mon intervention : l'homophobie, une discrimination ordinaire ?

    Plan d’intervention de Jean-Luc Romero
    Conseiller régional Ile-de-France
    Président d’Elus Locaux Contre le Sida et du CRIPS
    Fierté Montréal - 14 août 2012

    L’homophobie : une discrimination ordinaire ?

     

    Rappel historique
    En France, il y a tout juste 30 ans, l'homophobie n'était pas une discrimination, c'est bel et bien l’homosexualité qui constituait un délit.
    Ces dernières décennies, dans les pays occidentaux, nous sommes passés d’un délit à une sexualité comme les autres... Presque !

    Quelques dates en France:
    1960 : l’homosexualité est un fléau social au même titre que la tuberculose et l’alcoolisme,
    1968 : l’homosexualité est classée dans la catégorie des maladies mentales,
    1981 : l’homosexualité est retirée des maladies mentales,
    1981 : le fichier policier des LGBT est supprimé,
    1982 : dépénalisation en France,
    1991 : suppression par l’OMS de l’homosexualité de la liste des maladies mentales.
    30 ans seulement que l’homosexualité est dépénalisée en France !

    Comment se manifeste l’homophobie ?
    Au-delà des cas dramatiques, comme plus récemment celui de Bruno Wiel laissé pour mort, l’homophobie se manifeste par toutes les attitudes de rejet du quotidien, les insultes, les remarques discriminantes de la famille, du voisinage, au travail (homophobie du quotidien).
    Conséquence de l'homophobie  = 6 à 13 fois plus de risques pour un jeune homosexuel de faire une tentative de suicide (par rapport à un jeune hétérosexuel) selon les études françaises et canadiennes.

    L’homophobie vue comme une discrimination ordinaire
    Le plus souvent, les remarques homophobes sont « couvertes » par plusieurs prétextes : l'humour, l'existence d'une prétendue norme, etc. : l'homophobie est vue comme une discrimination trop ordinaire
    On ne naît pas homophobe, on le devient / influence du contexte familial, éducatif, socioculturel.

    Comment changer les choses ?
    - par l'octroi des mêmes droits à tous, l'Etat reconnaissant ainsi que l'orientation sexuelle n'est pas une justification à un statut de sous-citoyen. Un signal fort et clair pour la société.
    - par l'éducation qui permet, plus que la simple tolérance, l'acceptation de l'autre via l'apport d'informations et le non jugement.
    - par la répression pénale, l'Etat reconnaissant l'homophobie comme contraire aux valeurs fondamentales de notre société.
    - lutter contre l’homophobie, c’est aussi lutter contre le sida.

    Lire la suite

  • Mon discours sur le "Sport et Vih"

    Colloque « Sport et VIH »
    Discours de Jean-Luc Romero
    Conseiller régional d’Ile-de-France
    Président du Crips Ile-de-France
    CNOSF – 4 avril 2012

     

     

    Mesdames, Messieurs, Chers amis,

    Avant tout, je voudrais excuser l’absence de Jean-Paul Huchon, président de la RégionIle-de-France, qui comme vous le savez a toujours voulu que la région Ile-de-France soit très mobilisée dans la lutte contre le sida. Il ne peut être des nôtres pour l’ouverture de ce colloque et m’a demandé de le représenter ce que je fais bien sûr avec grand plaisir.
    Aux côtés d'Alain Calmat et du professeur Sobel, j’ai le plaisir d’ouvrir cette journée d’études sur Sport et VIH/sida, sujet extrêmement intéressant, trop peu traité jusqu’à alors. C’est pour cela que l’étude de l’équipe de recherches SANTESIH est vraiment très intéressante.
    Alors, je ne vais pas vous parler des bienfaits du sport en population générale. Ils sont bien connus. Qu’en est-il pour les personnes touchées par le VIH/sida ? La pratique régulière d’un sport a bien sûr des effets physiques évidents reconnus par tous ; si je ne dois citer qu’une source, ce serait bien sûr le rapport Yeni qui détaille les bienfaits du sport pour les personnes séropositives notamment en cas d’anomalies lipidiques ou glucidiques mais pas seulement. La pratique régulière d’un sport permet une prévention efficace du risque cardio-vasculaire, car, je cite ce rapport, « elle améliore les paramètres glycémiques et lipidiques, et est susceptible de réduire les signes de lipodystrophie ». De même, puisque le sport favorise la minéralisation osseuse, sa pratique permet également la prévention des complications osseuses.

    paris,jean-luc romero,sport,vih,sida,aids,santé,région ile-de-france,jean-paul huchon

    Lire la suite

  • Mon discours au Cirque d'Hiver sur l'Ultime Liberté - 24 mars 2012

  • Mon discours sur l'Ultime Liberté au Cirque d'hiver le 24 mars 2012

    Monsieur le maire de Paris, Mesdames et messieurs les parlementaires et les élus,
    Chers amis, militants et sympathisants de l’ADMD,

    Inutile de vous dire ma fierté et mon immense joie de voir ce Cirque d’Hiver bourré à craquer de celles et de ceux qui, dans le respect de leur conscience, demandent que la liberté individuelle de chacun soit respectée par les pouvoirs publics lorsque la fin de vie est là et que la mort pointe le bout de son nez. De celles et ceux qui demandent que les pouvoirs publics leur garantissent leur droit élémentaire de disposer de leur propre vie, de leur propre corps.
    Car la question centrale de notre combat est bien la suivante : A qui appartient notre propre corps ?
    Ce n’est pas faire insulte à nos amis franciliens de féliciter particulièrement celles et ceux d’entre vous qui ont fait un long et parfois laborieux voyage pour être ici cet après-midi, qui se sont levés aux aurores et se coucheront à des heures indécentes pour venir revendiquer cette Ultime Liberté qui est dans nos cœurs. J’ai croisé des militants de Midi-Pyrénées, du Nord-Pas-de-Calais, cette région qui m’a vu naître et pour laquelle j’ai bien sûr une affection particulière. D’autres des Alpes-Maritimes. Le centre de la France est bien représenté, également. Je vois des amis bretons. Je salue aussi nos amis d’outre-mer : Guadeloupe, Réunion, Martinique, Guyane. Merci. Merci à vous tous de montrer que l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité est résolument du côté de la vie, que nous aimons la fête, car c’est une fête que nous célébrons aujourd’hui.
    Merci aux Jeunes de l’ADMD - notamment à Geoffroy et Christophe qui ont beaucoup travaillé à la réussite de notre mobilisation - de nous rappeler que la fin de vie ne concerne pas que les plus âgés d’entre nous et que militer, c’est prévoir, anticiper, penser aux autres avant de penser à soi-même. Agir pour les autres. Nous avons tant besoin des jeunes, des forces vives pour convaincre, lutter, défendre nos positions en face d’obscurantistes liberticides.
    Cet après-midi, après avoir manifesté - une première pour notre association ! - nous avons entendu des paroles. Certaines nous ont plu. Certaines nous ont flattés. D’autres nous ont laissés circonspects. Ces mots vont nous permettre de comprendre ensuite, en fonction des résultats de la toute prochaine élection présidentielle mais aussi la législative qui va suivre, le sort qui sera réservé aux citoyens de ce pays qui arriveront en fin de vie. Liberté de choisir les conditions de sa propre mort ? Ou bien infantilisation du patient en fin de vie et solutions clandestines – transgressives diront certains parlementaires-médecins – pour trouver des petits arrangements plus ou moins compassionnels ?

    paris,jean-luc romero,crique d'hiver,admd,euthanasie,politique,france,santé

    paris,jean-luc romero,crique d'hiver,admd,euthanasie,politique,france,santé

    paris,jean-luc romero,crique d'hiver,admd,euthanasie,politique,france,santé

    paris,jean-luc romero,crique d'hiver,admd,euthanasie,politique,france,santé

    Lire la suite

  • Mon message à la rencontre du Crips "Sexualités et personnes en situation de handicap physique"

    Message de Jean-Luc Romero
    Président du Crips Ile-de-France
    19 mars 2012
    83ème rencontre du Crips Île-de-France
    « Sexualités et personnes en situation de handicap physique »

     

     

    Mesdames, Messieurs, Chers amis,

    La 83ème rencontre du Crips Ile-de-France sera consacrée à ce thème : « sexualités et personnes en situation de handicap physique ».
    Liberté, égalité, fraternité, dignité, solidarité… Voilà une liste de valeurs, non-exhaustive bien évidemment, qu’on aimerait ne pas être que de jolis mots. Ces valeurs, il est relativement simple de les lancer, le verbe haut. Mais quelle est leur réalité, leur application, leur concrétisation, aujourd’hui, dans notre société ?
    Je pense important d’avoir cette question et cette grille de lecture en tête quand nous allons aborder cette thématique, cet après–midi.
    Je vais vous dire une évidence : toute personne, tout être humain aime et désire. Evidence ? Pas tant que ça … il y a encore peu la sexualité des personnes handicapées était totalement niée. La personne handicapée comme objet de soins mais non comme sujet de désirs. Le handicap comme facteur d’effacement de tout désir : voilà une bien mauvaise vision des choses ! Triste. Réductrice. Discriminante.
    Encore aujourd’hui, malheureusement, quand on parle de la sexualité des personnes en situation de handicap, que peut-on entendre souvent ? De la gêne, de la pitié, des silences, des jugements moralisateurs ou infantilisants.
    Il faut faire changer les choses ! La vie affective et sexuelle est un droit pour les personnes en situation de handicap, comme pour n’importe quel autre citoyen !
    Si l’on prend du strict point de vue juridique, il n’existe pas réellement et directement de droit opposable à la sexualité mais bon nombre de textes nationaux ou internationaux font référence au respect, pour tout individu, de sa dignité et de sa vie privée, comme par exemple la Convention des Nations-Unies sur les droits des personnes handicapées de 2006.
    Bien sûr, je ne doute pas qu’un point central du débat sera consacré à l’accompagnement sexuel des personnes en situation de handicap.
    Je voudrais quand même rappeler que, même si cela n’autorise évidemment pas tout, on a tous le droit à l’amour, on a tous le droit au plaisir ; il ne s’agit pas d’envisager le plaisir comme la simple libération d’une tension sexuelle mais bel et bien pour ce qu’il est : un facteur d’épanouissement.
    Les personnes en situation de handicap ont des droits comme par exemple un accès à la scolarité et au monde professionnel non-discriminants alors pourquoi pas une reconnaissance des spécificités dues au handicap quant à leur vie affective et sexuelle ? Quid du droit à la compensation affirmé par la loi du 11 février 2005 ?
    Les questions que soulève le thème de cette rencontre dépassent clairement la question de l’accompagnement sexuel des personnes en situation de handicap. Il faut aussi se poser la question de la prévention auprès des personnes en situation de handicap, donc de l’information et de la sensibilisation des personnes en elles-mêmes mais aussi de leurs familles et de la formation des personnels du médico-social.
    Globalement, c’est bien plus largement le rapport à l’autre qui doit être réfléchi, c’est la question du regard qui doit être discutée. C’est aussi la question de la reconnaissance de la capacité de la personne en situation de handicap d’être responsable de ses choix de vie et de son vécu. Autant de questions et bien d’autres qui seront discutées cet après-midi.
    Je vous remercie de votre attention et souhaite des débats riches, engagés et constructifs.

  • Mon discours au Forum "Pansons le monde"

    Forum “Pansons le Monde”
    25 janvier 2012
    Intervention de Jean-Luc Romero
    Conseiller régional d’Ile-de-France
    Président du Crips Ile-de-France

     
    Mesdames, Messieurs, Chers amis,
    J’interviens, ici, dans ce forum en ma qualité de conseiller régional en Ile-de-France et c’est pourquoi mon intervention sera dans premier temps centrée sur le rôle du conseil régional dans la lutte contre le sida.
    Clairement, ce combat est une priorité pour la région Ile-de-France. Evidemment tout d’abord sur le territoire francilien où la moitié des nouvelles contaminations y sont découvertes et un quart sur Paris. En Ile-de-France, la région a créé un organisme associé : le Centre régional d’information et de prévention du sida, le Crips. Cette association, dont j’assure la présidence, œuvre pour la mise en place de la politique de lutte contre le sida via des actions d’information, d’éducation et de prévention. Refermons cette parenthèse.
    De manière claire et visible, la région a fait de la lutte contre le sida à l’international une réelle priorité car n’oublions pas qu’en 2012, 34 millions de personnes vivent avec le sida et 1,8 millions en sont mortes en 2010.
    Tout d’abord, la région agit via l’action du Crips qui, notamment, coordonne les stands internationaux dans certains grands congrès comme ceux de l’International Aids Society ou qui forme et soutient les militants du sud, action d'ailleurs que je compte développer fortement dès cette année.
    Mais l’essentiel de l’action de la Région ne passe pas que par le Crips mais plus en direct. Cela fait plus de 11 ans que la Région s’investit dans cette lutte et cet engagement a été affirmé solennellement en 2000 via l’amendement [dit “Romero”] que j’avais déposé et qui a été, il faut le noter car ce n’est pas si fréquent, voté à l’unanimité. Cet amendement prévoit la possibilité d’un volet sur le VIH/sida dans tout accord de coopération décentralisée de la région. De là ont découlé bon nombre d’actions et d’accords qu’il me semblerait quelque peu fastidieux de vous énumérer dans la totalité. Juste quelques exemples peut-être: un centre de traitement ambulatoire à Nouakchotte en Mauritanie, un centre de prévention du sida à Santiago du Chili (CRIAPS), un grand programme de soutien aux associations dans la Province du Gauteng en Afrique du Sud, où 20% de la population vit avec le sida, mais aussi des financements pour le CTA de Dakar au Sénégal, le soutien aux actions communautaires à Kayes au Mali, au service d’écoute téléphonique, Sida info Afrique, et cette semaine encore 45 000 € votés pour le dépistage prénuptial à Khayes, etc. Globalement, le montant des financements pour le volet coopération décentralisée dans le domaine VIH/sida s’élève, pour la région Ile-de-France, à près de 1.350.000 euros sur la période 2004/2011. Une somme importante sachant que le budget total du secteur international est de 10 millions.
    Au-delà de ce volet sur la coopération décentralisée, la Région s’est engagée fortement dans le fonds Solidarité Sida Afrique, créé par Solidarité Sida. Elle fut la première collectivité à s’y engager et elle en est aujourd’hui le premier contributeur. Au final entre 2004 et 2011, ce sont près de 2.500.000 euros qui ont été consacrés par la région à la lutte contre le sida à l'international.

    jean-paul huchon,jean-luc romero,santé,politique,france

    Lire la suite

  • Mon discours "Vivre et vieillir avec le VIH/sida"

    Vivre et vieillir avec le VIH/sida
    Intervention de Jean-Luc Romero
    Président d’Elus Locaux Contre le Sida
    23 janvier 2012 - Mairie du 9ème arrondissement de Paris

     

    Mesdames, Messieurs, Chers amis,

    Un tiers des personnes vivant avec le VIH/sida ont plus de 50 ans et 10% plus de 60 ans. Voilà, c’est cela la réalité en France en 2012. C’est la réalité, plus de 30 ans après que le sida ait été découvert.
    30 ans … c’est bref et long à la fois. Bref, si l’on regarde les extraordinaires progrès thérapeutiques. Dans très peu de pathologies, les avancées ont été aussi rapides. Aujourd’hui, même si le sida reste une maladie obstinément mortelle, on peut vivre avec le virus, on peut faire des projets, chose complètement impossible il y a quelques années où le seul horizon imaginable était simplement le lendemain. Les multithérapies permettent aujourd’hui de vivre, de vieillir avec le VIH, d’espérer. Ce droit, ce droit à l’espoir, il y a quelques années, nous était interdit. Aujourd’hui, globalement, l’espérance de vie d’une personne touchée se rapproche de celle d’une personne séronégative.
    Vivre et vieillir oui, c’est possible biologiquement, mais dans quelles conditions? La question que je vais poser, elle est bien sûr au cœur de cette rencontre: quelle qualité de vie pour les personnes contaminées depuis longtemps et qui donc vieillissent avec la maladie? Qui dit qualité de vie sous-entend aussi : quelle insertion dans la société, quelle prise en compte des besoins des personnes par les pouvoirs publics ? Quelles structures d’accueil pour ces personnes, notamment en maison de retraite, surtout quand on connaît le manque de formation du personnel de ces structures au VIH ? Les différentes études dont les intervenants vont sûrement vous parler dressent un constat assez négatif tant sur la précarité des personnes que sur la stigmatisation dont elles font l’objet.

    elcs,jean-luc romero,politique,sida,aids,santé

    Lire la suite

  • Mon message sur la RDR à la 82ème rencontre du CRIPS

     Message de Jean-Luc Romero
    Président du Crips Ile-de-France
    82ème rencontre du Crips Ile-de-France
    Paris - 12 décembre 2011

     

    Mesdames, Messieurs, Chers amis,

    Je ne peux malheureusement être des vôtres pour cette 82ème rencontre du Crips et je vous prie de bien vouloir m’en excuser. Cette édition sera centrée sur les nouveautés en matière de réduction des risques liés à l’injection. Un thème évidemment très riche avec notamment des intervenants qui vont nous livrer des résultats d’enquêtes sûrement très intéressants et qui vont nourrir les réflexions et les débats.
    Je voudrais déjà faire une remarque liée au titre que nous avons choisi pour cette rencontre notamment l’emploi du terme « nouveautés ». Certains ont pu dire que l’institutionnalisation de la RDR via sa légalisation en 2004 aura ou aurait pu avoir un effet pervers, celui de freiner l’innovation et l’expérimentation qui sont des principes centraux et fondateurs de la politique de RDR. Peut-être que certains dans l’assistance le pensent encore.
    Aujourd’hui, un des défis majeurs dans la RDR est clairement le VHC, virus dont on connait très bien la forte transmissibilité. Nous le savons tous : alors que, concernant le VIH, les choses se sont améliorées de façon très importante au point que les usagers ne représentent plus que 1 à 2% des nouvelles contaminations au VIH, la situation concernant le VHC est beaucoup plus problématique: 60% des usagers contaminés au VHC, 27% qui pensent être négatifs mais qui sont en fait positifs au virus de l’hépatite C, plus de 40% qui ne connaissent pas tous les risques de transmission du VHC notamment quant au petit matériel … Ces seuls chiffres suffisent à démontrer l’urgence à agir et à innover !

    Lire la suite

  • Mon discours aux 16è Etats Généraux d'Elus Locaux Contre le Sida

    Mesdame les ministres,
    Madame le maire,
    Mesdames et messieurs les parlementaires,
    Mesdames et messieurs les élus,
    Mesdames, Messieurs, Chers amis,

    Je suis très heureux de vous retrouver pour cette 16e édition des Etats généraux d’Elus Locaux Contre le Sida. Je suis heureux mais aussi touché. Touché par tous les témoignages que nous avons entendus. Cette année, comme vous le savez, les Etats généraux sont centrés sur vivre avec le VIH, sur le vécu des personnes, sur la vie quotidienne avec le virus et ce, dans la continuité de l’opération « Paroles et vies au positif ». Il y a 16 ans, en créant cette association, je n’aurais jamais imaginé être encore là. Ici devant vous. Je n’aurais pas imaginé organiser un débat sur le vivre avec alors que toutes les personnes atteintes par le virus étaient immuablement condamnés à mort faute de traitements.
    Aujourd’hui, cette question du vivre avec le VIH est fondamentale, bien évidemment pour les personnes en tant que telles, mais également pour l’efficacité des politiques d’information, de prévention et de dépistage. J’en reparlerai dans quelques minutes.

    paris,jean-luc romero,sida,aids,elcs,hiv,vih


    Vous le savez, 2011, c’est l’année des 30 ans du sida. 30 ans ! 150 000 personnes vivant avec le VIH, 6000 découvertes de séropositivité par an en France et 40 à 50 000 personnes qui s’ignorent séropos. Des dizaines de millions de morts dans le monde. En 2011, 30 ans après l’apparition des premiers cas, que peut-on constater ? D’extraordinaires progrès thérapeutiques. Une vraie révolution qui a permis aux malades de vivre. Evidemment - faut-il encore le rappeler ? -, même si le VIH/sida reste une maladie obstinément mortelle, pour autant, elle est presque devenue une maladie chronique. Désormais, médicalement parlant, il est possible de vivre, de travailler, d’avoir des enfants, de s’imaginer un futur même si cela reste toujours difficile avec ces traitements qui ne vous laissent jamais de répit. Je vous livre cette liste comme si la situation était belle mais n’allez surtout pas croire que je minimise les effets de la maladie. Je la vis au quotidien ! Et je vois trop de situations dramatiques de personnes en situation d’échec thérapeutique pour verser dans la naïveté d’un portrait idyllique de la réalité. Mais je vous le dis et tous les acteurs de la lutte seront d’accord avec moi: sur le plan médical, les choses sont allées très vite dans la lutte contre le VIH/sida. Et si enfin, les pays riches trouvent les 10 milliards qui manquent à la lutte contre le sida, on peut imaginer aujourd’hui son éradication totale de notre planète.

    paris,jean-luc romero,sida,aids,elcs,hiv,vih


    On sait aujourd’hui qu’une personne séropositive sous traitement ARV depuis 6 mois, sans charge virale détectable et sans IST a très peu de risques de contaminer son partenaire. Le traitement utilisé dans la prévention est presque devenu aussi sûr et efficace que le préservatif. C’est donc une urgence que de trouver ces 10 petits milliards qui permettent de faire enfin disparaître ce virus qui a dévoré tant de vies. Ici et dans le monde.

     

    Lire la suite

  • Discours de Tours sur les maladies chroniques

    Mesdames, Messieurs, Chers amis,

    Tout d’abord permettez-moi de remercier les organisateurs du Forum de m’avoir invité et au premier rang desquels le docteur Dailloux. C’est toujours un plaisir de venir intervenir à cet événement. D’autant plus que le thème qui nous intéresse aujourd’hui est large, exigeant mais extrêmement intéressant : l’évolution du droit sur les maladies chroniques. Inutile de vous dire que nous ne pourrons pas en faire le tour aujourd’hui, vous le comprendrez aisément.
    Avant toute chose, je pense qu’il est important de bien définir le terme de maladie chronique. On pourrait mettre en exergue deux critères : une thérapeutique particulièrement coûteuse et un traitement prolongé. Je vous avoue préférer la définition de l’OMS : un problème de santé qui nécessite une prise en charge de plusieurs années ou décennies.
    Sur ce thème de l’évolution du droit sur les maladies chroniques, je voudrais insister sur trois points : en premier lieu, le dispositif ALD, le problème du reste à charge et les attaques continuelles sur le 100%. En second lieu, les rapports entre les malades et le monde du travail. En dernier lieu : le regard global porté sur le malade.
    Je ne vais pas m’étendre sur le système français en la matière, le principe nous le connaissons tous: un patient en ALD doit pouvoir bénéficier d’une prise en charge complète par l’assurance maladie à 100% de toutes les dépenses de santé liées à cette ALD.
    Ce n’est ni un confort, ni un privilège : le 100% est totalement légitime car les médicaments et traitements sont absolument nécessaires pour la santé de la personne et, suivant le principe de solidarité, la société doit payer.
    C’est la base. C’est la base de la solidarité. Alors bien évidemment, tout ceci a un coût important. En effet, 9 millions de personnes sont en ALD en France, ce qui engendre 65% des dépenses de santé. Il est donc important de se pencher sur cette question d’autant plus que le nombre de personnes en ALD ne peut qu’augmenter à cause, d’une part, du fait de l’amélioration du diagnostic - on met des noms sur des maladies -, et, d’autre part, de l’amélioration des traitements et donc l’augmentation de l’espérance de vie des personnes en ALD.

    Lire la suite

  • Mon discours-hommage à Rudolf Brazda

    Hommage à Rudolf Brazda
    par Jean-Luc Romero
    Paris – 28 septembre 2011

     

    Monsieur le ministre,
    Cher Jean-Luc,
    Monsieur le président des oubliés dela Mémoire, cher Philippe,
    Mesdames, messieurs, chers amis,

    C’est pour moi un émouvant honneur de rendre hommage à Rudolf Brazda à la demande de Jean-Luc et de Philippe des Oubliés de la mémoire. C’est aussi un grand plaisir d’associer à mon discours Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France, qui m’a demandé de le représenter ce soir.
    Rudolf Brazda était un enfant de Bohème né tout juste avant la 1ère guerre mondiale. Il a franchi le sinistre portail du camp de Buchenwald. Il y a survécu trois années dans des conditions que nul ne peut imaginer, où l’insoutenable le disputait à l’abject. Il en est revenu. Il est alors devenu un jeune homme qui aimait la danse, les rires. Et les hommes. L’amour des hommes, voilà le crime qui lui a valu de franchir le Styx vers un enfer insondable d’où il n’aurait jamais dû revenir. Mais sa résistance et son intelligence l’ont sauvé.
    Entendons alors l’ignominie du chef de la sinistre SS, Heinrich Himmler, qui affirme en 1940 que « l’homosexuel est un homme radicalement malade » et qu’« Il faut abattre cette peste par la mort ».
    Oui, mesdames et messieurs qui êtes ici réunis, peut-être ne le saviez-vous pas avant les déclarations de Rudolf, les nazis ont déporté des hommes, seulement en raison de leur amour d’une personne du même sexe. Il n’y a pas de honte à l’ignorer, les livres d’histoires abordent peu cette déportation. Pourquoi donc ? Les larmes d’un homosexuel auraient-elles moins de valeur que les larmes d’une autre femme ou d’un autre homme ?
    Car dans ces sinistres camps, à l’humiliation de porter un triangle rose comme la couleur des petites filles, s’ajoutait un traitement particulièrement odieux qui consistait en une tentative chimérique de rééducation. Expériences pseudo-médicales, viols, castration brutale, lobotomie. Comme un tigre conserve sa fourrure tachetée, l’homosexuel conservait pourtant son attirance singulière.
    Malgré tout cela, il a fallu près de soixante ans àla Républiquefrançaise pour reconnaître cette vérité historique. Soixante années… Aujourd’hui, encore, il est des hommes, parfois des élus de notre Nation, qui considèrent que certains comportements humains sont inférieurs aux autres. Aujourd’hui, encore, il est des hommes qui, par leur absence de protestation devant de telles affirmations, sont coupables de complicité.
    Rudolf Brazda, pour lutter contre cette autre forme de la barbarie, ce meurtre de la mémoire, a souhaité durant les dernières années de sa vie témoigner de ces crimes, se dépensant sans compter, malgré la fatigue, pour faire connaître la vérité. C’est aussi pour rendre hommage à ce travail quela Républiquea souhaité le distinguer par les insignes de chevalier dela Légiond’honneur qui lui furent remis le 28 avril dernier.
    Malgré mon émotion, je pourrais parler des heures durant de sa vie, de son combat, de son humanisme. Malgré mon angoisse, je pourrais également parler des heures durant de la honte qu’en tant qu’homme j’éprouve au souvenir de ce que d’autres hommes ont commis. J’ai eu, moi, le privilège de deux émouvantes rencontres avec Rudolf Brazda. Je lui ai dit cela. Je lui ai dit mon admiration aussi pour ce combat qu’il a mené pour tous ceux qui sont morts. Pour tous ceux qui n’ont pu parler.
    Aujourd’hui, alors que nous rendons hommage à Rudolf Brazda, je souhaite associer à cet instant magnifique la présence d’Edi, ce jeune homme à qui il a scellé sa vie durant plus de cinquante années, et dire à la face du monde, à la face de ses tortionnaires, à la face de ceux qui nous insultent encore, combien je suis fier de célébrer, malgré son absence aujourd’hui, la vie et l’amour.
    Toutes les vies et tous les amours.
    Je vous remercie.