Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique - Page 5

  • CP de l'ADMD : fin de vie, l'ADMD déplore qu'une fois encore le malade soit oublié !

    Fin de vie, l’ADMD déplore qu’une fois encore le malade soit oublié.

    Après plusieurs mois de débats, la commission mixte paritaire (CMP) composée de députés et de sénateurs a statué sur la proposition de loi Claeys-Léonetti « créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie ».
    Jean-Luc Romero, président de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité, déplore le manque d’ambition des parlementaires, pire le manque d’humanité dont ils ont fait preuve pour traiter ce sujet majeur. Une fois encore, les parlementaires sont déconnectés des réalités et ne répondent pas aux attentes de 96% de leurs concitoyens, favorables à la légalisation de l’euthanasie, en refusant de mettre le malade au centre de la décision.
    La commission mixte paritaire a finalement adopté le texte retenu par l’Assemblée nationale, qui ne représente en rien une avancée réelle pour les patients en fin de vie et leur famille.
    Comme solution ultime, fruit d’un consensus mou, le texte prévoit pour seule issue la déshydratation et la dénutrition…
    Pour l’ADMD et Jean-Luc Romero, ce n’est pas acceptable, et ils entendent plus que jamais poursuivre leur combat en faveur d’une loi réelle loi d’ultime liberté, d’une loi respectueuse des volontés des patients et de leur dignité.

  • Mon Edito au Journal 135 de l'ADMD

    Nous avons probablement perdu une partie, mais nous n’avons ni perdu la foi, ni perdu la bataille : le combat continue pour cette dignité en fin de vie que nous réclamons depuis 1980.
    Quel étrange paradoxe… Parce que l’ADMD a agi efficacement pour que la fin de vie soit discutée au cours de la campagne présidentielle de 2012, parce que nous avons milité, manifesté, écrit, pétitionné pour que la loi sur la fin de vie soit modifiée, parce que nous sommes intervenus auprès du législateur, le président de la République, sitôt élu, a initié un processus législatif pour réformer la loi de 2005 et des parlementaires ont amendé le texte proposé pour légaliser l’euthanasie et le suicide assisté.
    Certes, nous n’avons pas obtenu la loi à laquelle nous aspirons.
    Bien sûr, nous avons eu raison d’essayer, de travailler, de mobiliser. Bien sûr nous sommes déçus. Vous, fidèles adhérents de l’ADMD, autant que les administrateurs, autant que moi.
    Mais ce travail, c’est notre capital. Demain, nous poursuivrons notre action. Avec trois leçons – au moins – tirées de notre expérience : la première, est qu’il faudra sans doute encore plus agir – comme des lobbyistes – auprès du législateur. La deuxième, c’est qu’il faudra mieux mettre en lumière, avec les affaires en cours, les insuffisances et la cruauté de la loi actuelle. La troisième, c’est qu’il sera plus que jamais nécessaire que nos 65.000 adhérents se transforment en autant de militants.
    Cette séquence aboutit à une grande déception, mais nous devons nous rappeler cette phrase de Sénèque : « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. »
    Et c’est le sens de l’Histoire, cette ultime liberté, nous allons la gagner…

    admd,jean-luc romero,politique

  • Réunion publique à Bourges à 15h00

    Ce samedi 31 octobre, à 15h00, j'animerai une réunion publique de l'ADMD à Bourges.
    Cette réunion, ouverte à toutes et à tous, sera suivie d'une dédicace de "Ma mort m'appartient - 100% des Français vont mourir, les politiques le savent-ils ?"

    Bourges.jpg

    bourges,jean-luc romero,admd,santé,politique,euthanasie

    bourges,jean-luc romero,admd,santé,politique,euthanasie

    bourges,jean-luc romero,admd,santé,politique,euthanasie

    bourges,jean-luc romero,admd,santé,politique,euthanasie

     

  • Ma lettre aux adhérents ADMD suite au vote du projet fin de vie

    117 députés ont été cosignataires de l’amendement n°64 de Jean-Louis Touraine, pour le Parti socialiste (amendement  travaillé conjointement avec les Ecologistes, dont Véronique Massonneau, et les Radicaux, dont Roger-Gérard Schwartzenberg), visant à légaliser une assistance active à mourir (pièce jointe). Les Radicaux ont déposé le même amendement, le n°84, cosigné par 14 députés. Ces deux amendements, identiques, ont fait l’objet d’une discussion commune.
    Pourtant, seuls 26 députés ont voté cet amendement (pièce jointe ou  http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/14/(num)/1166). Comparez les noms…
    18 députés ont été cosignataires de l’amendement n°257 de Véronique Massonneau visant à légaliser une assistance au suicide (pièce jointe).
    Pourtant, seuls 11 députés ont voté cet amendement (pièce jointe ou http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/14/(num)/1165). Comparez les noms...
    A l’issue de la discussion en 2ème lecture de la proposition de loi Claeys/Leonetti, le 6 octobre, le texte a été adopté (à noter que les Radicaux ont refusé de prendre part au vote en raison de l’absence de scrutin public).
    Le texte doit retourner à présent au Sénat, mais nous connaissons d’ores et déjà l’issue de ce très long processus législatif entamé depuis 2012 par l’engagement 21 du président de la République. L’engagement ne sera pas tenu et les Français – nous – continueront à mal mourir !
    Plus de trente-cinq années que nous revendiquons le droit, pour nous même, à une bonne mort. Plus de 90% des Français y sont favorables. Malgré cela – et les belles promesses faites – le pouvoir exécutif a fait le choix de maintenir notre fin de vie sous l’autorité des médecins et sous la tutelle de Jean Leonetti.
    Pouvons-nous laisser faire cela sans réagir ? Que devons-nous dire à présent à ceux qui, au printemps 2017, viendront demander notre vote pour se faire élire président de la République ou députés ? Je vous laisse le choix de votre réponse…
    Pour ma part, je continuerai à interpeller nos élus et je demanderai des comptes sur cette question aux candidats qui se présenteront aux prochaines élections.
    Plus que jamais, restons mobilisés. Soyons fiers des valeurs que nous portons. Soyons fiers de nous battre pour un nouveau droit.
    Avec mon amicale considération,
    Jean-Luc Romero
    Président de l’ADMD

     

  • Avec L'ADMD, au Salon du livre du Mans !

    A l’invitation de Philippe Jamet, délégué ADMD de la Sarthe, je serai au salon du livre du Mans, ce samedi 10 octobre 2015 de 10 à 17h.
    L’ADMD a souhaité avoir un stand associatif à cet événement important et je dédicacerai sur notre stand « Ma mort m’appartient – 100% des Français vont mourir, les politiques le savent-ils ? ».
    Le midi, j’en profiterai pour rencontrer les délégués ADMD de la région.
    Je vous attends nombreux !

    LeMans.JPG

    le mans,jean-luc romero,admd,santé,politique,euthanasie,ma mort m'appartient

    le mans,jean-luc romero,admd,santé,politique,euthanasie,ma mort m'appartient

    le mans,jean-luc romero,admd,santé,politique,euthanasie,ma mort m'appartient

  • Dans La Dépêche du Midi...

    la depeche26sept2015.jpg

  • Invité du JT de France Inter à 13h

    Ce lundi 5 octobre, alors que s’ouvre de nouveau le débat sur la fin de vie à l’Assemblée nationale, je serai l’invité du JT de France Inter à 13h00.

    admd,jean-luc romero,politique

  • Réunion publique à l’Université d’Auch à 18h00

    Je continue ma mobilisation pour l’ADMD dans le Sud-Ouest.
    Après Agen, vendredi dernier, je suis ce vendredi à Auch à 18h00 à l’université.
    Cette réunion ouverte à tous sera suivie d’une dédicace de « Ma mort m’appartient. »
    Je vous attends nombreuses et nombreux.

    Auch.jpg

     

    auch,jean-luc romero,admd,politique,france,santé

  • Conseil d’administration et AG du CRIPS

    Faute de quorum, le dernier CA du Crips a dû être reporté à ce mardi soir.
    Cette réunion sera l’occasion de faire les rapports annuels et de préparer les manifestations de fin d’année dont le traditionnel 1er décembre.

     

  • L'#AdmdTour à Toulouse dans La Dépêche du Midi

    Sans titre.jpg

  • Session du conseil régional d’Ile-de-France ce vendredi !

    LogoIledeFrance.pngDemain, vendredi, aura lieu la session du conseil régional d’Ile-de-France qui sera présidée par Jean-Paul Huchon.
    La trêve estivale, ce n’est, heureusement, pas encore pour les élus… En cette veille de fête nationale, sur le pont !

     

  • Avec l’arrêt de la Cour Suprême des USA, le mariage pour tous, bientôt ailleurs ?

    En décidant par 5 voix contre 4, que le mariage pour tous devait être étendu aux 50 Etats, la Cour Suprême des Etats-Unis a fait des USA le 21ème pays consacrant l’égalité entre homosexuels et hétérosexuels. Une énorme avancée pour les droits civiques.
    Barack Obama a immédiatement réagi « la décision d’aujourd’hui nous donne l’espoir qu’un vrai changement est possible ! »
    Cette décision est bien sûr importante pour les Etats-Unis car elle supprime une inégalité entre Etats car seuls 36 Etats sur 50 donnaient jusqu’alors les mêmes droits aux couples gays.
    Au-delà des USA, cette décision aura aussi un impact international.
    Les Etats-Unis sont la plus grande puissance mondiale. Que ce pays dise que l’égalité devant le mariage ne souffre pas d’exceptions est un signal fort. Très fort !
    Un signal fort aux pays qui continuent à pénaliser l’homosexualité - bravo au Mozambique qui vient de dépénaliser l’homosexualité ! – voire condamnent à mort pour homosexualité !
    Un signal fort aux pays démocratiques qui continuent à discriminer les LGBT. L’évolution de l’Allemagne sera d’ailleurs intéressante à suivre !
    Il est en effet possible que cette décision fasse boule de neige et entraine de nouveaux pays dans la voie de l’égalité.
    Cette décision doit, en tous cas, être l’occasion de relancer le débat sur la dépénalisation universelle de l’homosexualité qui avance beuin trop longuement à l’ONU…

     

  • Célébration de mariages à la mairie de Paris 12

    Ce vendredi, j’aurai le plaisir de célébrer de nouveaux mariages à la mairie du 12ème arrondissement.
    C’est toujours pour moi un immense plaisir d’unir des couples. Célébrer des mariages est sûrement l’une des plus belles tâches d’un élu municipal…

    paris,jean-luc romero,politique

     

  • Mon édito à la newsletter du CRIPS Ile-de-France de juin

    Voilà ce que j’ai pu, non pas seulement ressentir mais constater, avec un réel et sincère plaisir, lors de la cérémonie de présentation des projets du concours « On s’engage, on passe le message : le concours des jeunes pour les jeunes », un concours de prévention par les pairs organisé par le pôle scolaire du Crips. Concrètement, pendant plusieurs semaines, plusieurs mois, les jeunes de 7 lycées et CFA de la région francilienne ont travaillé sur la thématique de la prévention des addictions et, avec une créativité remarquable, ont produits des jeux, des affiches, des tests, des flyers, des vidéos etc. Une multitude de créations portées par une vraie démarche de prévention par les pairs, une réelle démarche d'élaboration collective et participative. Alors, bien sûr, comme il se doit dans tout concours il fallait désigner un vainqueur : après délibérations du jury, c’est le lycée Jean-Baptiste Poquelin de Saint Germain en Laye qui a gagné, mais je crois que, plus largement, c’est bien bel et bien l’esprit d’engagement et de partage qui a triomphé !
    L’engagement. La croyance en l’égalité et la solidarité.
    Voilà ce que sera sûrement notre état d’esprit lors de la Marche des Fiertés LGBT de Paris, le 27 juin prochain, nous qui nous battons au quotidien contre les discriminations via la déconstruction des préjugés et autres fausses idées. Assurément, si cet évènement est éminemment festif et populaire, il est surtout une manifestation porteuse de sens et de messages. Le nôtre sera, en mettant à l’honneur la nouvelle application du Crips Île-de-France « Tony, jeune gay », de porter un message d’information et de soutien aux jeunes gays qui, bien souvent, trop souvent, doivent vivre leur sexualité en se cachant, avec comme conséquences de subir un mal-être préjudiciable à leur santé. La fête ne doit pas faire oublier les réalités, réalités qu’il nous appartient de faire évoluer !
    L’énergie. La volonté de faire bouger les lignes.
    Comme chaque année, lors des Solidays, nous animerons le stand de la Région Île-de-France de la manifestation, une manifestation qui regroupe plus de 150.000 jeunes qui ont envie de faire bouger les choses dans la lutte contre le sida. Cette édition des Solidays est titrée : « Keep on dreaming » : au Crips, on souscrit et on partage !
    L’altruisme. L’envie. Le partage. L’engagement. La croyance en l’égalité et la solidarité. L’énergie. La volonté de faire bouger les lignes… tout ça, ça fait du bien !

  • Article de Presse Océan sur ma dédicace de Nantes

    presse romero nantes.jpg

  • Ma Tribune dans Le Monde des 14/15 juin sur la fin de vie

    Les sénateurs vont discuter, à partir du mardi 16 juin, de la proposition de loi Claeys-Leonetti visant à réformer la législation française sur la fin de vie en créant de nouveaux droits pour les personnes malades et les personnes en fin de vie ; ce texte voté en première lecture à l’Assemblée nationale le 17 mars dernier.
    Mais alors que les Françaises et les Français demandent la légalisation de l’aide active à mourir grâce à un geste (euthanasie comme aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg, au Canada ou suicide assisté comme en Suisse, dans l’Orégon) qui permettrait de mettre un terme à une agonie longue, douloureuse et dégradante, il est proposé de légaliser la sédation terminale, c'est-à-dire une anesthésie accompagnée d’une dénutrition et d’une déshydratation.
    Pourquoi nos élus – et nos gouvernements – ne veulent-ils pas entendre cette revendication presque unanime d’une liberté de choix en fin de vie ?
    Certains nous répondent que, par son serment, le médecin doit rechercher le soulagement de la douleur et non aider à mourir. Pourtant, le médecin qui sédate puis retire les sondes qui hydratent et alimentent artificiellement un patient sait bien que le corps va lâcher. Ce qu’il ne sait pas, c’est à quel moment.
    D’autres nous répondent que le « laisser mourir » ou le « faire dormir » serait plus humain que l’administration d’un produit létal. Que dire alors des médecins français qui pratiquent déjà illégalement l’euthanasie dans notre pays (0,8% des 571.000 décès annuels, selon une étude de l’Institut national des études démographiques – Ined – soit plus de 4.500 euthanasies par an). Et que dire aussi des médecins néerlandais, belges, luxembourgeois, qui ont le même serment d’Hippocrate, font ce geste de compassion et ne sont pas moins humains que les médecins français qui s’y opposent ; au contraire, même, puisqu’ils savent qu’une vie a naturellement une fin et qu’il ne sert à rien de s’acharner…
    D’autres, encore, nous disent que la vie serait sacrée. Mais dans notre démocratie laïque, la vie n’appartient qu’à nous-mêmes. Et à personne d’autres. Les femmes ont su obtenir le droit de disposer de leur propre corps en obtenant le droit à l’IVG ; nous devons obtenir pour tous le droit de mourir dans la dignité ; un droit, et non une obligation.
    Plusieurs parlementaires favorables à l’euthanasie – et notre premier ministre auteur d’une telle proposition de loi en 2009 – recherchent le consensus pour ne pas opposer les Français. Certes. Mais selon les sondages, entre 86 et 96% des Français se prononcent en faveur de la légalisation de l’euthanasie. Le jury citoyen réuni en décembre 2013 à l’initiative du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a demandé que soit appliqué un geste létal à toute personne en fin de vie qui en ferait la demande, que ce geste soit accompli par le patient lui-même ou par un tiers, médecin ou accompagnant. S’il doit y avoir consensus, il doit se faire sur la légalisation de l’euthanasie.
    Quant au président de la République – signataire de cette proposition de loi en 2009 – il souhaite obtenir un accord de la représentation nationale…Heureusement qu’on n’a pas attendu un accord sur le droit de vote des femmes, un accord sur le divorce par consentement mutuel, un accord sur l’IVG, un accord sur l’abolition de la peine de mort, un accord sur la dépénalisation de l’homosexualité, un accord sur le mariage pour tous… Nous vivrions encore au moyen-âge ! L’accord de toutes les parties, c’est le plus petit dénominateur commun.
    Alors que Vincent Lambert est balloté entre la perspective d’une longue mort de faim et de soif sous le régime de la sédation, et les recours juridiques en cascade intentés par une étrange mère, les parlementaires doivent ouvrir un nouveau droit à ceux qui, librement et en conscience, le demandent. Ils doivent autoriser ceux pour qui la vie n’est plus qu’une survie illusoire à partir dignement. Ils doivent légaliser, comme le demandent les Français, une véritable aide active à mourir, humaine et responsable.
    Jean-Luc Romero
    Président de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité

  • Débat sur la fin de vie à 19h10 sur Public Sénat

    Alors que le Sénat a débuté, cet après-midi, la discussion sur la proposition de loi sur la fin de vie, je débattrai de ce texte sur Public Sénat ce mardi, à partir de 19h10.

    PublicSénat2015TV.JPG

    sénat,jean-luc romero,admd,fin de vie,politique,france

    sénat,jean-luc romero,admd,fin de vie,politique,france

  • Conférence-dédicace à la Librairie Coiffard de Nantes à 11h00

    Après ma réunion de La Roche-sur-Yon d’hier soir, je serai ce samedi matin à Nantes pour une conférence dédicace à la librairie Coiffard – 7, rue, de la Fosse – à 11h00.
    Je vous espère nombreuses et nombreux pour vous faire découvrir notre combat à l’ADMD et mon nouveau livre « Ma mort m’appartient – 100% des Français vont mourir, les politiques le savent-ils ? »

    nantes,jean-luc romero,librairie coiffard,admd,euthanasie,politique,santé,france

     

    nantes,jean-luc romero,librairie coiffard,admd,euthanasie,politique,santé,france

    nantes,jean-luc romero,librairie coiffard,admd,euthanasie,politique,santé,france

    nantes,jean-luc romero,librairie coiffard,admd,euthanasie,politique,santé,france

    nantes,jean-luc romero,librairie coiffard,admd,euthanasie,politique,santé,france

  • Réunion publique ADMD à La Roche-sur-Yon à 17h30

    A l’invitation de la déléguée de la Vendée, Maryse Kalsh, j’animerai une réunion publique de l’ADMD à l’hôtel Kyriad de La Roche-sur-Yon à 17h30.
    Cette réunion publique ouverte à tous sera suivie d’une dédicace de « Ma mort m’appartient – 100% des Français vont mourir, les politiques le savent-ils ? »
    Je vous attends nombreuses et nombreux !

    la roche sur yon,jean-luc romero,admd,euthanasie,politique,vendée

    la roche sur yon,jean-luc romero,admd,euthanasie,politique,vendée

    la roche sur yon,jean-luc romero,admd,euthanasie,politique,vendée

    la roche sur yon,jean-luc romero,admd,euthanasie,politique,vendée

    la roche sur yon,jean-luc romero,admd,euthanasie,politique,vendée

     

  • Invité de France Bleu Loire Océan à 7h40

    A l'occasion de mon déplacement à La Roche-sur-Yon (ce vendredi) et Nantes (samedi) pour l'ADMD et pour mon livre "Ma mort m'appartient - 100% des Français vont mourir, les politiques le savent-ils ?", je suis l'invité de France Bleu Loire Océan ce vendredi à 7h40.

    france bleu océan,jean-luc romero,admd,politique,nantes