Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

twitter

  • Retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi à 12H sur Périscope et Twitter

    LeTalkDuLundi.JPG

  • Retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi à 12H sur Périscope et Twitter sur la fin de vie !

    LeTalkDuLundi.JPG

  • La haine ordinaire sur Twitter ... Encore et toujours !

    Encore un tweet haineux et menaçant sur Twitter...

    tweetmenande2018.JPG

    Bien sûr, pour un «pseudo» chrétien anonyme sur Twitter, rien d’anormal à vouloir souhaiter accélérer ma mort. C’est même charitable de proposer de m’exécuter lui-même. 
    Le pire est que 9000 personnes suivent les tweets haineux de ce compte, dans l’indifférence totale de Twitter. 
    Mais, cet être égaré n’aura même pas ma haine, juste ma pitié...

     

  • Intervention à Reputation Time

    En fin d'après-midi, je quitterai la région et la discussion budgétaire pour intervenir à la conférence Réputation Time sur le thème "les réseaux sociaux, le meilleur et le pire pour faire avancer une cause."

    twitter,jean luc romero,facebook

    twitter,jean luc romero,facebook

  • #LeTalkDuLundi à 12 h

    LeTalkDuLundi.JPG

  • L'été, suivez-moi sur Twitter, Facebook, Instagram, Snapchat et Mastodon

    Même si comme beaucoup d'entre vous, je vais me déconnecter souvent durant ces deux semaines de vacances, je garderai cependant le contact avec vous sur les réseaux sociaux.
    Vous êtes déjà plus de 100 000 à me suivre sur Twitter et de plus en plus ombreux sur Facebook, Snapchat et Instagram.
    Depuis peu, j'ai aussi investi le nouveau réseau Mastodon.
    Hormis si l'actualité est cruelle, ce sera l'occasion d'avoir des posts plus légers et de belles photos à partager.
    A très vite donc sur les réseaux sociaux ! Et bel été ...

    twitter,jean luc romero,facebook,snapchat,instagram,mastodon

  • Retrouvez-moi à 12h sur Périscope pour #LeTalkDuLundi !

    Comme chaque semaine, retrouvez-moi à 12h sur Périscope pour #LeTalkDuLundi pour tout savoir sur l'actualité de la fin de vie. Le talk va prendre un peu de vacances et vous le retrouverez le dernier lundi d'août.
    En attendant, adhérents ADMD, n'oubliez pas de voter pour renouveler notre conseil d'administration... Les votes sont à adresser à notre huissier et le matériel de vote est arrivé depuis quelques jours chez vous avec les rapports d'activités et les candidatures...

    LeTalkDuLundiPaques.JPG

  • #LeTalkDuLundi à 12h sur Périscope

    Comme tous les lundis, retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi à 12h sur Périscope et Twitter ! Nous parlerons de l'actualité de la fin de vie.

    Le Talk du lundi avec Jean-Luc Romero.png

  • Retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi à 12h00 sur Périscope

    Pas de pont cette fois-ci, mais toujours présent... Retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi à 12h00 sur Périscope pour parler fin de vie.
    A tout à l'heure.

  • #LeTalkDuLundi à 12h sur Périscope et Twitter

    Comme tous les lundis, je vous retrouve à 12h pour #LeTalkDuLundi sur périscope. L'occasion de revenir sur notre grand meeting du Cirque d'hiver et du sondage qui indique que 9 Français sur 10 souhaitent une loi légalisant l'euthanasie.

    LeTalkDuLundi.JPG

  • #LeTalkDuLundi à 12h sur Périscope et Twitter

    Un nouveau lundi, un nouveau #LeTalkDuLundi à 12h00 sur Périscope et Twitter.
    Une nouvelle occasion aussi pour vous mobiliser pour le 18 mars où l'on vous attend nombreux pour interpeller les candidats au présidentielles. a voir en direct ou plus tard sur YouTube.

    Le Talk du lundi avec Jean-Luc Romero.png

  • Retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi sur Périscope et Twitter à 12h00 !

    Vous êtes de plus en plus nombreux à suivre - souvent en différé - #LeTalkDuLundi à 12h00 sur Périscope et Twitter. Je vous en suis reconnaissant. Je réfléchis à faire évoluer ce Talk pour évoquer à terme d'autres sujets que la fin de vie.
    Mais avec l'actu de l'ADMD, je dois, ces prochaines semaines, continuer à vous mobiliser pour notre interpellation des candidats.
    Mais dès aujourd'hui, vous retrouverez une nouvelle rubrique... A tout à l'heure ou plus tard si vous ne pouvez suivre en direct !

    Le Talk du lundi avec Jean-Luc Romero.png

  • Retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi à 12h sur Périscope

    Comme tous les lundis, vous pouvez me retrouver pour #LeTalkDuLundi à 12h00 sur Périscope.

    IMG_8004.JPG

  • "Le Talk du Lundi" sur la fin de vie à 12h00

    Comme tous les lundis, retrouvez-moi à 12H pour #LeTalkDuLundi sur Périscope sur la fin de vie et l'ADMD. N'hésitez pas à poser vos questions sur mon site www.jeanluc-romero.com et bien sûr en direct sur Périscope. A tout à l'heure.

  • #LeTalkDuLundi sur Périscope à 12h00

    Comme tous les lundis, retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi à 12h00 sur Périscope. Il s'agira une nouvelle fois de vous parler de la fin de vie et de l'ADMD au lendemain du départ de l'ADMD Tour.

    Le Talk du lundi avec Jean-Luc Romero.png

  • #LeTalkDuLundi à 12h00 sur Périscope et Twitter

    Comme tous les lundis, je vous retrouve à 12h00 sur Périscope et Twitter pour parler fin de vie dans #LeTalkDuLundi.
    Et n'hésitez pas à poser vos questions !

    LeTalkDuLundi.JPG

  • Notre Lettre ouverte avec Jérôme Beaugé à Damien Viel, DG de Twitter France #twitterishomophobic

    Monsieur le directeur général,

    Cette lettre, nous vous l’écrivons à titre personnel. Elle n’engage bien sûr pas les structures que nous représentons.
    L’homophobie tue. Alors que l’émotion et la colère suscitées par le massacre d’Orlando sont immenses, jamais cette phrase n’aura eu un sens aussi fort et dramatique.
    Les LGBTphobies sont une réalité vécue au quotidien. La lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie tuent tous les jours : devons-nous vous rappeler que les jeunes homosexuel-le-s ont au minima trois fois plus de risques de commettre une tentative de suicide que les jeunes hétérosexuel-le-s ? A cela, Monsieur le directeur général, vous y contribuez par votre inaction.
    Ces actes infâmes nous rappellent que, de la parole aux actes, il n’y a qu’un pas.
    Combien de fois nous vous avons alerté sur la réalité des LGBTphobies, que vous pouvez vous-même constater, sur Twitter ? Combien de fois nous vous avons transmis des injures et autres menaces de mort dont nous sommes victimes comme des milliers d’autres ? Combien de fois nous vous avons informé des conséquences dramatiques de cette homophobie, de cette lesbophobie, de cette biphobie, de cette transphobie ?
    Face à cela, votre réponse fut en tout point fort construite et explicite : le silence et le mutisme. Sans doute pensez-vous que le silence est d’or. De notre côté, militants de la lutte pour la promotion des droits humains, nous pensons que le silence est méprisant. Le vôtre l’est. Pire, il est dangereux.Comment comprendre que vous laissiez agir un compte dont le nom est « antigayPD » ?

    Peut-être considérez-vous les associations de lutte pour les droits LGBT comme des paillassons ? Les personnes lesbiennes, gay, bisexuelles ou trans comme des sous-citoyen-ne-s, seules bonnes à freiner l’utilisation toujours plus large de Twitter ? Est-ce là votre opinion ou celle de professionnels de quelques agences de communication peu soucieuses des ravages sociétaux que l’homophobie provoque ? Croyez bien que tout cela n’est en rien une formule de pure communication, nous nous posons réellement la question. Et pour dire vrai, votre attitude nous laisse peu de doute sur la réalité de la réponse.
    Twitter est un formidable outil de communication, de transmission, d’information. Cela ne l’est plus à partir du moment où vous le laissez polluer, sans réagir, alors que vous connaissez la réalité des choses.
    Oui, Monsieur le directeur général, vous laissez perdurer sans réagir une parole LGBTphobe d’ampleur sur Twitter. Est-ce un procès d’intention ? Non. Au-delà des formules et de la protection des actionnaires, votre bon sens ne peut que vous amener à voir la réalité comme elle est.
    Dans quelques jours aura lieu la Marche des Fiertés LGBT de Paris. Vous le savez puisque, fort hypocritement, vous vous fendrez sûrement d’un tweet de soutien. Au-delà de la posture, nous imaginons déjà le déferlement de violence qui se constatera sur votre réseau et votre absence - fort prévisible - de réaction.
    Alors peut-être que le lancement d’un hashtag #twitterishomophobic serait intéressant. Nous y réfléchissons, aussi bien sur le plan français qu’international. Par politesse et courtoisie, nous préférons vous en informer. N’allez pas nous dire que vous pourriez le censurer ? Twitter n’est il pas un vaste Far West sans loi ? Les militant-e-s des droits humains seraient censuré-e-s et pas celles et ceux qui appellent au meurtre ? Nous n’osons y croire…
    Nous sommes en colère, Monsieur le directeur général …
    Croyez bien, Monsieur le directeur général, en l’assurance de notre détermination.

     

    Jean-Luc Romero-Michel est
    Conseiller régional d'Ile-de-France, Maire-adjoint de Paris 12
    et Président d'Elus Locaux Contre le Sida (ELCS)

    Jérôme Beaugé est co-président de l’Inter-LGBT

  • #LeTalkDuLundi sur Périscoope et Twitter à 12h

    Retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi à 12h sur Périscope et Twitter à 12h00. Vu les circonstances, je parlerai bien sûr de l'attentat d'Orlando et redirai ma compassion pour les victimes ainsi que ma solidarité avec la communauté LGBT américaine et les Américains.

    LeTalkDuLundi.JPG

  • NoHomophobes.fr : rendre visible l'homophobie sur Twitter (notre tribune avec Sylvain Girault, président de Mousse)

    NoHomophobes.fr : rendre visible l’homophobie sur Twitter !

     

    Signataires :

    • Jean-Luc Romero-Michel, président d’Elus Locaux Contre le Sida
    • Sylvain Girault, président de Mousse

     

    Des coups, du sang, des passages à tabac et des visages tuméfiés : les agressions physiques à caractère homophobe alertent ponctuellement l’opinion sur le problème de l’homophobie. Mais cette violence ne représente qu’une faible partie des manifestations de la haine homophobe.

    NoHomoPhobes visuel 1.jpg

     

    Selon le rapport annuel 2016 de SOS homophobie, 48% des actes homophobes se manifesteraient au moyen d’insultes. Les propos homophobes constitueraient la forme de discours de haine la plus couramment proférée sur internet, d’après une étude du Conseil de l’Europe. 80% des jeunes homosexuels et bisexuels rapporteraient en avoir déjà été la cible.

    NoHomoPhobes visuel 2.jpg

     

    Afin de rendre perceptible cette violence invisible, l’association Mousse, en partenariat avec Elus Locaux Contre le Sida (ELCS) et le Centre de recherche sur l’homophobie de Montréal, et avec le soutien de Deshoulières Avocats, a décidé de lancer le site NoHomophobes.fr à l’occasion de la journée internationale contre l’homophobie. Ce site web permet d’afficher en temps réel les insultes homophobes publiées sur Twitter.

    NoHomoPhobes visuel 3.jpg

     

    Conçu comme un miroir social, le site www.nohomophobes.fr met en évidence la fréquence de l’emploi de propos homophobes dans le langage courant. Des termes et des expressions comme « pédé », « gouine », « je suis pas une tapette » ou « c’est pas un truc de tarlouze », sont traqués sur Twitter en temps réel, puis affichés sous forme de fils d’actualité.
    Durablement ancrée dans le langage, l’insulte homophobe est citée. Elle est reprise de conventions linguistiques passées pour être réexploitée dans une situation contemporaine. Au moment de son énonciation, l’homonégativité historique est invoquée. L’insulte agit ainsi comme un argument d’autorité. Elle manifeste du même coup la persistance des schèmes produits par la domination masculine, fonctionnant comme des matrices de perception et de représentation du monde social.
    L’injure homophobe révèle ainsi un système de dispositions dévalorisant la féminité et interdisant les rapports sexuels entre personnes de même sexe. Cette ségrégation verbale déploie ses effets bien au-delà du langage. Les victimes de propos homophobes souffrent de symptômes physiologiques et de troubles émotionnels tels que honte, cauchemars, difficultés respiratoires, hypertension, psychose et, enfin, suicide. Pour échapper à cette violence, les victimes quittent leur travail, s’éloignent de leur famille, évitent certains lieux publics, dissimulent leur souffrance à leurs proches. Plus qu’une simple blessure passagère, le mépris homophobe induit une restriction de la liberté individuelle, une atteinte à la dignité et une menace pour la sécurité physique et mentale.
    Ce qui est finalement en jeu dans le débat sur les propos homophobes est une certaine vision de la société. Il ne s’agit pas seulement de mettre en balance la liberté d’expression et le droit de ne pas être injurié. Il s’agit d’un débat bien plus profond sur ce que nous comprenons du concept d’égalité.