Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lutte contre le sida, ELCS, CNS et CRIPS - Page 4

  • Mobilisation contre le sida à Strasbourg

    Après Paris 12 et Le Mans, mercredi; Toulouse hier, je serai aujourd'hui à Strasbourg avec mon amie Elisabeth Ramel pour mobiliser encore et toujours contre le sida.
    A 16H30, nous inaugurerons l'expo Portraits de VIHES d'Elcs avec Alexandre Feltz, maire adjoint à la santé. A 18H, je participerai à la conférence débat vivre avec le VIH. Nous vous attendons nombreuses et nombreux.

    strasbourg,jean luc romero,elcs,sida

  • Débat dans Droit de Suite sur LCP-AN sur le sida vers 21H25

    Suite au documentaire sur les Solidays, je participerai au débat sur LCP-AN, Droit de suite avec Luc Barruet, Maïtena Biraben et Jean-Louis Touraine vers 21H25 jusque 22h00.
    Nous y parlerons bien sûr des 20 ans des Solidays mais aussi de la situation du VIH/sida et des défis pour arriver un monde sans sida !

    5ae697f4-a832-41a6-b6fc-aa5241e39636.jpg

    lcp an,jean luc romero,sida,elcs

  • Exposition Portraits de VI(h)ES à Toulouse à 19H00

    Avec Laurent Lesgourgues, conseiller municipal délégué à la Santé de Toulouse, je lancerai l'exposition d'ELCS Portraits de Vi(h)es ce jeudi à 19H00.
    Vous êtes tous et toutes les bienvenus à cette manifestation qui a lieu à la veille du 1er décembre, journée mondiale contre le sida.

    071dbbda-323b-4a89-9304-0c9c2f5f0231.jpg

    elcs,jean luc romero,sida,toulouse

  • Le Mans, ville engagée contre le sida et expo Portraits de Vihes

    Je serai ce mardi en fin d'après-midi pour signer avec le maire du Mans le label ville engagée contre le sida. Le Mans sera ainsi une des nouvelles villes à entrer dans ce réseau de cités qui ont décidé d'agir pour en finir avec le VIH/sida.
    D'autre part, grâce à Homogène et la Fnac, l'exposition Portraits de Vihes sera inaugurée ce mercredi soir.

    expo.jpg

    le mans,jean luc romero,elcs,sida

    le mans,jean luc romero,elcs,sida

    le mans,jean luc romero,elcs,sida

    le mans,jean luc romero,elcs,sida

    le mans,jean luc romero,elcs,sida

  • Mobilisation contre le sida à la mairie de Paris 12 !

    Ce matin, avec la maire et ma collègue Fadila Taïeb, nous avons accueilli Eve Plenel, directrice de Paris sans sida qui est venue rencontrer les acteurs de jeunesse et Santé du 12ème pour leur parler de la mobilisation de Paris contre le sida.
    Merci à Eve pour sa mobilisation quotidienne !

    eve plenel,jean luc romero,sida,paris

  • Soirées de Solidarité Sida et du Refuge

    Ce soir, je passerai aux deux soirées de gala de Solidarité Sida et Le Refuge pour témoigner de mon soutien à ces deux grandes associations.

    le refuge,jean luc romero,solidarité sida

    le refuge,jean luc romero,solidarité sida

    le refuge,jean luc romero,solidarité sida

  • Ma chronique numéro 11 pour l’émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio

    Bonjour Brigitte, Bonjour à votre invité et à tous les auditeurs de Sud Radio,

    Ce jeudi, à l’hôtel de ville de Paris, en présence de la maire Anne Hidalgo et de la ministre de la santé, se dérouleront les 23èmes états généraux d’Elus Locaux Contre le Sida pour mobiliser les élus et toute la société sur la nécessité de tout mettre en œuvre pour aboutir à la fin au VIH/sida.
    Oui, chère Brigitte, un monde sans sida, c’est aujourd’hui possible.
    L’ONUSIDA a même fixé la date de la fin de la pandémie à 2030 … Dans un peu plus de dix ans…
    Vous imaginez, chers auditeurs, que des générations pourraient naître à partir de cette date sans qu’aucun enfant ne soit porteur du VIH. 
    Quel rêve fou pour celles et ceux qui, comme moi, ont connu le début de la pandémie et vu mourir tant de proches dans des souffrances indescriptibles et rejetés parfois même par leurs familles.
    Pour en arriver là, il y a une étape intermédiaire : il faut que 90% des personnes séropositives soient dépistées en 2020, dans un peu plus d’un an. Que 90% de ces personnes dépistées soient mises sous traitement et que 90% de ces personnes traitées soient sans charge virale détectable. On pourrait même rajouter que 90% des discriminations qui frappent les personnes touchées aient enfin disparues.
    En effet, dès qu’une personne est mise sous traitement, elle devient vite indétectable, c’est-à-dire qu’elle ne peut plus infecter.
    On ne le sait pas assez, mais la plupart des personnes séropositives, qui connaissent leur statut et qui sont sous traitement, ne peuvent plus infecter.
    Ce qui fait dire, non sans raison, au professeur Rozenbaum, l’un des codécouvreurs du VIH, que le meilleur moyen de ne pas attraper le VIH est de… coucher avec un séropositif sous traitement et sans charge virale. Provocateur mais vrai.
    Une réalité d’ailleurs que méconnaissent la plupart de nos concitoyens et sûrement de vos auditeurs chère Brigitte.
    Sur le papier tout est donc possible.
    Sauf que la pression politique n’est pas là et donc le nerf de la guerre, c’est-à-dire les moyens financiers, non plus.
    La France qui a même choisi d’aller plus loin en votant le trois fois 95 n’a atteint que 2 de ces 3 objectifs ambitieux et n’est plus le pays européen le plus engagé pour faire accéder les pays les plus pauvres à la prévention et à l’accès universel aux traitements.
    L’année prochaine une grande réunion internationale du Fonds mondial, qui permet de faire accéder les pays les moins riches aux traitements, aura lieu en France. Une opportunité exceptionnelle !
    Il faut que la France en profite pour s’engager fortement et renouer avec le grand discours mobilisateur que portaient les présidents Chirac et Lula.
    Depuis le début de la pandémie, plus de 40 millions de personnes sont mortes du sida, encore un million succombent annuellement, soit 2500 personnes par jour. Ces morts ne doivent plus exister.
    Nous sommes criminels de laisser ces personnes mourir alors que nous avons les traitements pour leur permettre de survivre.
    C’est donc la mobilisation citoyenne qui peut encore faire entendre à nos responsables que ce beau défi doit être gagné.
    C’est ce dont nous parlerons aussi aux États généraux d’ELCS jeudi dès 16H00 et n’hésitez pas à nous rejoindre en vous inscrivant par mail à info@elcs.fr !
    Un monde sans sida, c’est possible, il dépend aussi de vous. De nous !
    A la semaine prochaine.

  • Mon discours aux 23èmes Etats généraux d'ELCS

    Madame la ministre, Madame la maire, Chère Anne, Chers amis,

    Évidemment, vous imaginez l’émotion que j’ai eue tout cet après-midi et particulièrement, maintenant, en conclusion de ces 23èmes états généraux, en pensant à Christophe Michel-Romero, qui les a organisés ces 11 dernières années.
    Je remercie vraiment Philippe d’avoir voulu lui rendre un hommage tout à l’heure à la fin de notre réunion.

    paris,jean luc romero michel,christophe michel romero


    Permettez-moi de remercier particulièrement Anne Hidalgo et son adjointe Anne Souruys pour la mobilisation de la ville qui est exemplaire notamment grâce à Vers Paris sans sida que mène Eve Plenel et que je remercie aussi pour son intervention ce soir.
    Merci à mon ami et collègue Jean Spiri de représenter la région et pour son engagement dans le cadre de Une Ile-de-France sans sida.
    Merci, madame la ministre d’être présente ce soir. Vraiment. Je sais que l’actualité au Parlement vous concernant est très chargée et je vous suis donc reconnaissant d’être à nos côtés dans un contexte de démobilisation de la société contre le VIH/sida. Alors qu’il n’y a jamais eu autant de gens vivant avec ce virus, cette question de santé publique est sortie des radars.
    C’est bien dommage et je le dis notamment pour les élus car avec cet espoir fou, mais possible, d’un monde sans sida, c’est maintenant plus que jamais qu’il faudrait se mobiliser et tout mettre en œuvre pour aboutir à la fin au VIH/sida.
    Vous imaginez, chers amis, que des générations pourraient naître à partir de cette date sans qu’aucun enfant ne soit porteur du VIH !

    paris,jean luc romero michel,christophe michel romero


    Quel rêve fou pour celles et ceux qui, comme moi, ont connu le début de la pandémie et vu mourir tant de proches dans des souffrances indescriptibles et rejetés parfois même par leurs familles.
    Je serai court, car tout a été dit et reviendrai juste sur quelques points : le soutien au développement de la politique de réduction des risques à direction des usagers de drogue, la lutte contre la sérophobie, le sexisme et les LGBTQIphobies avec notre exposition et notre pétition sur change.org. Et enfin, la réunion du Fonds mondial l’an prochain en France.
    Je voudrai remercier Anne pour la mobilisation de Paris dans son soutien à la salle de consommation à moindre risques et ta demande, Anne, de l’ouverture d’autres salles à Paris et en Ile-de-France. Je voulais dire à quel point, à ELCS, nous soutenons cette démarche efficace pour la santé des usagers mais aussi pour la sécurité. Je n’insiste pas et je sais que tu en parleras, chère Anne.
    ELCS est mobilisé depuis toujours contre les discriminations : rappelez-vous le combat que nous menons encore contre les interdictions de circulation dans le monde – une quarantaine de pays les pratiquent encore -, celui contre l’interdiction même partielle du don au sang par les gays ou celui lancé par ELCS mais gagné avec les associations sur l’interdiction des soins de conservation pour les personnes séropositives.
    Notre combat contre la sérophobie aura cette année été particulièrement marqué par notre livre et l’exposition Portraits de vi(H)es. Cette expo a dépassé tous nos espoirs et tourne depuis un an partout, aujourd’hui à la région Ile-de-France et ici à la mairie de Paris, la semaine prochaine à l’Assemblée nationale, lundi et vous êtes les bienvenus, au Mans, à Toulouse, à Strasbourg et dans bien d’autres endroits la semaine prochaine.

    paris,jean luc romero michel,christophe michel romero


    Il était important de donner un visage au VIH et de dire ce qu’est la vie avec le sida et de faire tomber aussi des idées fausses et de donner des informations que nos concitoyens ne connaissent pas vraiment.
    En effet, qui sait à part les militants que dès qu’une personne est mise sous traitement, elle devient vite indétectable, c’est-à-dire qu’elle ne peut plus infecter.
    On ne le sait pas assez, mais la plupart des personnes séropositives, qui connaissent leur statut et qui sont sous traitement, ne peuvent plus infecter.
    Ce qui fait dire, non sans raison, au professeur Rozenbaum, l’un des codécouvreurs du VIH/sida, que le meilleur moyen de ne pas attraper le VIH est de… coucher avec un séropositif sous traitement et sans charge virale. Provocateur mais vrai.
    Outre cette expo et ce livre qui vont, grâce au laboratoire Gilead, continuer à vivre en 2019, nous portons actuellement la demande que la lutte contre le sexisme et les LGBTQIphobies devienne la Grande Cause Nationale 2019.
    Plus de 45 000 internautes ont déjà signé notre pétition sur change.org et je vous invite à en faire de même et à en parler avec vos amis.

    paris,jean luc romero michel,christophe michel romero


    Une grande cause, ça donne des moyens, des campagnes gratuites dans les médias, ça fait travailler les associations ensemble et ça oblige tous les ministères, de manière transversale, à travailler sur ces thèmes.
    Anne Hidalgo fut la première à suivre cette demande. Depuis, des élus de tous bords et nombre de personnalités ont signé. Et j’espère pouvoir compter sur votre soutien, chère madame la ministre, même si la décision ne vous appartient pas.                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Enfin, l’année prochaine une grande réunion internationale du Fonds mondial, qui permet de faire accéder les pays les moins riches aux traitements, aura lieu en France. Une opportunité exceptionnelle !
    Il faut que la France en profite pour s’engager fortement et renouer avec le grand discours mobilisateur que portaient les présidents Chirac et Lula.
    Depuis le début de la pandémie, plus de 36 millions de personnes sont mortes du sida, encore un million succombent annuellement, soit 2500 personnes par jour.
    Ces morts ne doivent plus exister.

    paris,jean luc romero michel,christophe michel romero


    Nous sommes criminels de laisser ces personnes mourir alors que nous avons les traitements pour leur permettre au moins de survivre.
    C’est donc la mobilisation citoyenne qui peut encore faire entendre à nos responsables que ce beau défi doit être gagné.
    Un monde sans sida, c’est possible, il dépend aussi de vous. De nous !
    Je vous remercie.

     

  • 23èmes Etats Généraux d'ELCS à la mairie de Paris

    Ce jeudi, dès 16H, se dérouleront les 23èmes Etats Généraux d'ELCS à l'hôtel de ville. La réunion sera clôturée par la ministre de la santé, Agnés Buzuyn. Un hommage sera rendu à Christophe Michel-Romero à cette occasion.

    EGELCSBandeau pupitre.JPG

  • Retrouvez ma Chronique "Sexy news" chez Brigitte Lahaie sur Sud Radio vers 14H20.

    Vignette Sud Radio version 2.png

  • Inscrivez-Vous aux XXIIIèmes Etats Généraux d'Elus Locaux Contre le Sida du 22 novembre !

    Les 23èmes Etats Généraux d'ELCS auront lieu à la mairie de Paris ce jeudi 22 novembre dès 16H.
    Nous vous y attendons nombreuses et nombreux. La réunion sera ouverte par Anne Hidalgo, clôturée par la ministre de la santé et un hommage sera rendu en fin de journée à Chrsitophe Michel-Romero.
    Durant le cocktail, vous pourrez revoir l'exposition Portraits de Vi(h)ES et le livre sera offert aux participants.
    Vous pouvez vous inscrire en envoyant un mail à : info@elcs.fr

    IMG_1629.JPG

  • SurVivant sort chez Reader's Digest, l'occasion de toucher un autre public...

    Mon livre "SurVivant - mes 30 ans avec le sida" sorti en 2016 chez mon éditeur Yves Michalon vient de paraître dan sua célébré revue Reader's Digest. L'occasion de toucher un autre public.

    ReadersDigest.JPG

    ReadersDigest2.JPG

    ReadersDigest4.jpg

    readersDigest3.JPG

  • Compte rendu de la remise du label d'ELCS à Marseille dans La Provence

    fullsizeoutput_89cd.jpeg

  • Marseille reçoit le label "ville engagée contre le sida" de ELCS

    Ce vendredi, en fin d'après-midi, j'aurai le plaisir de remettre le label ville engagée contre le sida à Marseille. Depuis très longtemps la cité phocéenne est très engagée dans ce combat pour la vie.

    ELCS logo 2012.jpg

    marseille,jean luc romero,elcs,sida

    marseille,jean luc romero,elcs,sida

  • Ma 7ème chronique pour l’émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio (16 octobre 2018)  

    Bonjour Brigitte, Bonjour à votre invité et à tous les auditeurs,

    La semaine dernière, rappelez-vous chère Brigitte, j’avais évoqué ce parlementaire, le député Hervé Saulignac, qui avait fait adopter, en commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, un amendement supprimant la discrimination qui existe entre hétérosexuels et homosexuels pour le don du sang.
    En effet, depuis le début des années sida, les gays sont exclus du don du sang. Cela pouvait bien sûr s’entendre au début de la pandémie où l’on manquait d’informations et où les tests n’avaient pas la même fiabilité.
    Mais, aujourd’hui, un hétéro qui lui a pris des risques avant de donner son sang, n’est interdit de don du sang que pendant quatre mois alors que, depuis juillet 2016, les gays peuvent certes enfin donner leur sang mais, après… un an d’abstinence !
    Le député Saulignac avait, dans un premier temps, convaincu ses collègues de tous les groupes politiques – rare pour le dire ! – de supprimer cette discrimination et d’interdire le don du sang aux seules personnes qui ont une conduite à risques et, cela pendant quatre mois, cessant ainsi de stigmatiser un groupe entier de la population. Pour mémoire, 85% des gays ne sont effectivement pas séropositifs…
    Ce député n’avait fait que proposer ce qui est en vigueur en Espagne et en Italie et cela depuis 2001 – c’est-à-dire, depuis plus de 17 ans.
    Malheureusement, la ministre de la santé ne l’a pas vu ainsi.
    Au lieu de se réjouir que des députés dépassent enfin les clivages habituels, elle a demandé le rejet pure et simple de l’amendement. Ce qui a été fait mais de très peu de voix. Il faut dire qu’il y avait bien peu de députés en séance.
    Certes, pour être honnête, la ministre a annoncé qu’elle attendait une étude qui sort en novembre et qu’il valait mieux changer cette réglementation de manière réglementaire, c’est-à-dire par le gouvernement. Ce qui lui paraît le plus efficace et, ajoute-t-elle, le plus rapide.
    Elle ne ferme donc pas la porte à une évolution prochaine.
    Mais, en évoquant une étude et sans préciser ni les conditions de la future réglementation ni le calendrier, il est un peu dommage de ne pas savoir saisi l’opportunité de voir des parlementaires de toutes tendances voter la fin d’une discrimination que l’exigence absolue de la sécurité transfusionnelle n’explique plus vraiment en 2018.
    C’est si rare d’entendre des députés allant des Républicains à la France Insoumise s’accorder pour affirmer que la distinction entre des hétéros et gays ayant des conduites à risques n’avait plus de sens à l’aune de l’amélioration des tests et de ce qui est mené, depuis presque deux décennies, dans d’autres pays voisins.
    Baser une interdiction, qui est légitime – je le rappelle ! - pour assurer la sécurité transfusionnelle, ne peut l’être pour une population entière, mais pour les personnes qui ont réellement un comportement à risques. C’est en fait du bon sens.
    On a donc plus qu’à espérer que la ministre respecte son engagement.
    C’est possible, faisons confiance, mais cela nécessite une fois de plus d’être vigilant et que les politiques cessent de penser comme le disait si bien, mais avec un cynisme certain, Jacques Chirac, que les promesses ne sont faites que pour celles et ceux qui les entendent.
    En politique, et ça devrait être ça le fameux nouveau monde politique dont on nous parle tant, les promesses doivent être faites pour être enfin tenues.
    Comptez en tous cas pour moi, chère Brigitte, pour suivre l’évolution de ce dossier et vous dire si l’on peut faire confiance en la promesse ministérielle ! Novembre, c’est demain…
    C’est d’autant plus important qu’on n’a jamais assisté à autant d’agressions homophobes, en province mais aussi à Paris, que ces dernières semaines. Supprimer cette discrimination dans ce contexte, ce serait bien sûr un symbole fort.
    A la semaine prochaine.

     

     

  • Ma 6ème Chronique pour l’émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio (9 octobre 2018)

    Bonjour Brigitte, Bonjour à votre invité et à tous les auditeurs,

    La semaine dernière, un parlementaire, le député Hervé Saulignac a fait adopter en commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale un amendement qui supprime la discrimination qui existe entre hétérosexuels et gays pour le don du sang.
    Pour mémoire, c’est la circulaire du 20 juin 1983 du Directeur Général de la Santé, Jacques Roux, qui a exclu du don du sang les homosexuels. Nous étions alors au début des années sida.
    En effet, un hétéro qui a pris des risques avant de donner son sang est interdit de don pendant quatre mois alors que depuis juillet 2016, les gays peuvent enfin donner leur sang mais, après un an d’abstinence !
    Imaginez, un jeune gay obligé de n’avoir aucune relation sexuelle pour donner son sang ! Inconcevable pour beaucoup… Oserait-on demander cela à un hétéro ?
    Certes, vous me direz chère Brigitte, que l’interdiction est basée sur l’épidémiologie car les gays sont plus touchés par le VIH que les hétéros – 13% des gays pour 0,2% de la population générale.
    Mais si cet argument était pertinent, pourquoi n’interdit-on pas, par exemple, pendant un an, le don du sang à un africain du sud hétéro qui vient d’un pays où 15% de la population générale est infectée par le virus. Idem pour tous ceux et pour toutes celles qui viennent d’une zone très touchée par le VIH/sida.
    Baser une interdiction, qui est légitime pour assurer la sécurité transfusionnelle, ne peut l’être pour une population entière, mais pour les personnes qui ont réellement un comportement à risques.
    Dès 2002 déjà, le Comité national consultatif d’éthique estimait que si « le principe de sécurité doit être un principe absolu, il ne pouvait servir à justifier un traitement discriminatoire. »
    Sur ma saisine et celle d’Elus Locaux Contre le sida, le 6 février 2006, la Halde considérait que « la décision d’exclusion définitive du don du sang d’une personne paraît devoir être prise sur la base des risques liés à son comportement » et, en juillet 2006, Xavier Bertrand, alors ministre de la santé, demandait qu’on transforme l’interdiction faite à un groupe en une interdiction pour des comportements. Mais son administration ne suivra pas.
    En 2012, en pleine campagne présidentielle, François Hollande assure « Oui, je mettrai fin à l’exclusion du don du sang […] parce qu’il est dévastateur à tout niveau d’accréditer une forme de présomption de séropositivité des hommes homosexuels. »
    Mais le 4 novembre 2015, sa ministre de la santé, Marisol Touraine, annonce juste une levée partielle du don du sang avec cette fameuse année d’abstinence.
    Pourtant, elle aurait pu s’inspirer de nos voisins, l’Espagne et l’Italie, qui, dès 2001, excluaient du don du sang pour une période déterminée tous ceux et toutes celles qui avaient des comportements à risques sans distinguer entre hétéros et homos.
    Et, bien sûr, ils n’ont eu aucun scandale du sang contaminé depuis…
    Aujourd’hui, les tests réalisés sur le sang sont de plus en plus perfectionnés mais durant une douzaine de jours, il y a une période silencieuse où on ne peut détecter le VIH.
    C’est en posant les bonnes questions qu’on assure vraiment la sécurité et non pas en poussant des gens à mentir comme ça a été souvent le cas par le passé.
    Si l’Assemblée nationale adopte cet amendement, ce sera la fin d’une discrimination et cela permettra à plus de personnes de faire des dons du sang.
    On en a tant besoin, chère Brigitte !
    A la semaine prochaine. 

  • Ma tribune dans le Huffington Post sur le don du sang et les gays

    Député.e.s, mettez fin aux discriminations qui touchent les personnes homosexuelles dans l'accès au don du sang !

    La commission des Affaires sociales a adopté un amendement mettant fin à une discrimination subie par les homosexuel.le.s dans l’accès au don du sang. Concrètement aujourd’hui encore, une personne homosexuelle qui a eu un ou plusieurs rapports avec un individu de son sexe doit attendre douze mois avant de pouvoir donner son sang, alors même que pour les hétérosexuel.le.s, la contre-indication est de quatre mois en cas de nouveau partenaire*. Une discrimination à peine voilée qui pourrait bientôt tomber car l’amendement en question, déposé par le socialiste Hervé Saulignac, doit encore être adopté en séance publique ce jeudi 11 octobre à l’occasion de l’examen de la proposition de loi "visant à la consolidation du modèle français du don du sang."

    Aucun fondement médical

    Cette période d’abstinence demandée aux homosexuel.le.s est complètement disproportionnée, au vu des techniques de dépistage récemment développées. Il suffit en effet que de 10 à 12 jours, période dite de la « fenêtre silencieuse », pour que le VIH puisse être détecté dans l’organisme, 30 fois moins que ce qui est demandé aux LGBT. Conscientes de cela, l’Espagne et l’Italie dès 2001 excluaient du don du sang pour une période déterminée tous ceux et toutes celles qui avaient des comportements à risques sans distinguer ente hétéros et homos. Aucun scandale de sang contaminé n’a été relayé depuis.

    Ce passage, au gré de l’arrêté du 5 avril 2016 fixant les critères de sélection des donneurs de sang, d’une exclusion à vie à une contre-indication de douze mois pour les personnes homosexuelles n’est par ailleurs que pure hypocrisie, puisque ce sont en réalité 93,8% de cette population qui est écartée du don du sang[1]. Il s’agit donc encore une fois d’une exclusion à peine masquée des personnes homosexuelles du don du sang.

    Mobilisation pour la levée d’une discrimination qui ne dit pas son nom

    Dès 2002 déjà, le Comité national consultatif d’éthique estimait que si « le principe de sécurité doit être un principe absolu, il ne pouvait servir à justifier un traitement discriminatoire. » Sur ma saisine et celle d’Élus locaux contre le Sida (ELCS), le 6 février 2006, la Halde considérait que « la décision d’exclusion définitive du don du sang d’une personne doit être prise sur la base des risques liés à son comportement » et, en juillet 2006, Xavier Bertrand, alors ministre de la santé, demandait qu’on transforme l’interdiction faite à un groupe en une interdiction pour des comportements. Mais son administration ne suivra pas.

    Députés, prenez vos responsabilités !

    L’heure est aux responsabilités. Une responsabilité d’abord vis-à-vis des receveurs. Ces dernières années l’Établissement français du sang (EFS) n’a cessé de diffuser à des intervalles courtes des messages d’alerte annonçant une possible pénurie. Dans ce contexte, il est mal venu de refuser l’accès au don du sang à des personnes homosexuelles ne présentant pas de comportements à risque. Les quatre mois d’abstinence demandés aux hétérosexuel.le.s (en cas de nouveau partenaire) sont déjà bien supérieurs aux douze jours de la fenêtre silencieuse. En outre, ouvrir le don du sang à des personnes homosexuelles dans les mêmes conditions que les hétérosexuel.le.s permettrait d’accroitre de façon non-négligeable l’approvisionnement nécessaire en produits sanguins. D’après les estimations de la Direction générale de la santé (DGS), le passage d’une exclusion définitive à une contre-indication de douze mois pour les personnes homosexuelles pourrait avoir déjà permis à l’EFS de gagner trois jours d’autosuffisance supplémentaires. Imaginez ce que ce serait si l’on changeait enfin de paradigme pour prendre enfin en compte les comportements à risque plutôt que les populations à risque… des pénuries très certainement moins nombreuses !

    Députés, vous avez également une responsabilité vis-à-vis des LGBT car en laissant la loi inchangée, vous acceptez d’une certaine façon que l’on présume séropositive toute une population. Et cela n’est pas sans nourrir l’homophobie qui se manifeste de plus en plus dans nos rues. Pas plus tard qu’hier, un couple homosexuel était passé à tabac dans le 19èmearrondissement de Paris.

    Députés, de tous bords, le temps est venu de faire face à vos responsabilités et de mettre fin à une discrimination qui n’a que trop longtemps été admise sous couvert médical. Soyez nombreux à voter pour cet amendement de raison jeudi 11 octobre !

     

    [1]Annie VELTER et Alice BOUYSSOU-MICHEL, « Relations stables et comportements sexuels à risques : enquête Anrs presse gay 2004 », in Sexualité, relations et prévention chez les homosexuels masculins : un nouveau rapport au risque, Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales, 2007. Disponible à ce lien : < http://doc.hubsante.org/doc_num.php?explnum_id=4276>

    * Pour les personnes hétérosexuelles, le monopartenariat permet de donner son sang. En cas de nouveau partenaire, il faut être abstinent pendant 4 mois.

     

  • Enfin !!! Don du sang: La durée d’abstinence demandée aux homosexuels pourrait être alignée sur celle des hétérosexuels.

    Enfin !!!
    Don du sang: La durée d’abstinence demandée aux homosexuels pourrait être alignée sur celle des hétérosexuels. Hier, à l'assemblée nationale, a été adopté en commission un amendement du député Saulignac allant dans ce sens. 
    Si le Parlement adoptait cet amendement, ce serait la fin d’une discrimination et une règle juste qui assure la sécurité transfusionnelle !
    Depuis des années, avec Elus Locaux Contre le Sida, nous nous battons contre cette discrimination !

    IMG_0390.JPG

  • Rencontre avec le docteur Philippe Sueur à Pattaya

    Ce vendredi, je profiterai de mes vacances à Pattaya pour joindre l'utile à l'agréable.
    J'irai ainsi visiter le centre du docteur Philippe Sueur qui s'est engagé contre le sida en 2013 à Pattaya.
    Grâce à des dons publics et privés, il peut soigner des personnes vivant avec le VIH. Il est le seul médecin français reconnu pour cela par le ministère de la santé thaï. Une belle rencontre en perspective...

  • Départ pour des vacances de ressourcement...

    Après ce cruel décès qui m'a frappé avec la mort de mon mari Christophe Michel-Romero, j'ai choisi de continuer et même d'intensifier toutes mes actions militantes, notamment contre le sida et pour une fin de vie digne. C'était une forme d'hommage au militant exceptionnel que Chris fut. Un besoin aussi de ne pas s'arrêter pour ne pas s'effondrer.
    Aujourd'hui, j'ai besoin de prendre des vacances et de me reposer.
    Nous devions partir dans un pays lointain ce mercredi et je maintiens ce départ. Je sais que ce ne sera pas simple de partir seul après 11 ans de merveilleuses vacances partagées, mais je sais aussi que j'ai besoin de me ressourcer, de réfléchir à l'avenir sans Chris.
    Je souhaite à celles et à ceux qui ont la chance d'avoir de belles vacances d'en profiter intensément. Je souhaite aux malades et aux personnes âgées beaucoup de courage en cette période de canicule.
    Je pense enfin à celles et ceux qui vivent un deuil comme moi. Que nous en ressortions encore plus forts avec la force de notre bien aimé toujours en nous.
    Bel été !

    christophe michel romero,jean-luc romero-michel,été,vacances