Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

homophobie - Page 6

  • Athlètes LGBT aux JO en Russie :L’essentiel ne sera plus de participer … mais de ne pas se faire arrêter !(Tibune Obs.com)

    Poutine qui réécrit Coubertin, qui l’eut cru ?
    Car oui, c’est bien de cela dont il s’agit. La loi voulue par Poutine et votée par les parlementaires russes (joli pléonasme), loi qui pénalise la propagande des relations sexuelles non-traditionnelles (sic) auprès des mineurs va s’appliquer lors des Jeux Olympiques de 2014. Le défi pour tout athlète LGBT ne sera plus de participer … mais de ne pas se faire arrêter !
    Cette loi me laisse pensif et inquiet : comment fera un athlète homosexuel s’il veut embrasser son compagnon pour fêter une victoire ou chercher du réconfort en cas de défaite ? Le regard que lancera une athlète lesbienne à sa femme pour se donner du courage sera-t-il à même de justifier une amende ? Un champion olympique portant un badge Rainbow ou Act Up sera-t-il dégagé manu militari du podium ? A toutes ces questions, heureusement, nous avons la réponse : le Comité international olympique a affirmé avoir «reçu l'assurance du plus haut échelon du gouvernement russe que la loi n'affecterait pas ceux qui assisteront ou participeront aux Jeux Olympiques ». Sportif homo adulé dans les stades, sportif homo délinquant hors des stages… Pas facile de s’y retrouver !
    Cette perspective, que je traite volontairement sur le ton d’un humour grinçant, n’a pour but que de mettre en lumière une terrible réalité. L’heure est grave concernant les droits humains en Russie et tout particulièrement la situation des LGBT.
    En 2006, comme d’autres élus et militants européens, j’étais à la première Gay Pride russe, à Moscou, en soutien aux militants russes qui, avec beaucoup de courage, ont agi pour imposer à la société russe la réalité des personnes LGBT. Non pas en termes de droits mais simplement en termes d’existence ! Les laisser seuls, il ne pouvait en être question. Concrètement, comment cela s’est-il passé ? Mal, très mal. Les arrestations policières et violences des groupuscules mais aussi des passants en général ont empêché la tenue de cette courte marche.
    En 2006, j’avais quand même l’espoir que les choses avancent malgré le statut particulier de la Russie, grande puissance économique devant laquelle beaucoup hésitent à s’opposer ; certaines voix, habituellement fortes, deviennent subitement assez fluettes quand est évoqué le dossier russe … Manifestement, le climat de la Mère Patrie favorise les extinctions de voix !
    De cet espoir que reste-t-il en 2013 ? Laissons parler les chiffres : selon les enquêtes du centre Lévada, en 2013, 34% des personnes interrogées en Russie croient que l’homosexualité est une maladie, 23% une perversion. 49% préféreraient que l'on soigne les homosexuels soit psychologiquement, soit physiquement. 16% pensent qu’il faudrait les isoler, et 5% estiment que la solution serait de les « liquider » physiquement. Ai-je besoin de commenter ces données ?
    Pour faire évoluer les choses dans un sens positif, nul doute que la solution serait une politique d’éducation qui permettrait de faire comprendre les personnes dans leurs singularités. Je crois profondément que, majoritairement, dans les situations de stigmatisation, c’est bien l’ignorance qui est à la base de tout.
    Aujourd’hui, de ces réflexions, nous n’en sommes pas encore là. Même très loin ! En rendant illégal et répréhensible le fait de faire toute propagande des relations sexuelles non-traditionnelles auprès des mineurs, le pouvoir russe a préféré légaliser les discriminations, consacrer les préjugés comme composantes principales de la loi et ainsi légitimer les violences homophobes. Car, c’est de cela dont il s’agit : un blanc-seing signé, une nouvelle fois, par les plus hautes autorités aux homophobes de Russie !
    Face à cela, notre réaction doit être forte. Le « doit » implique l’obligation ! Laissez-moi tout de même rappeler que la Russie est membre du Conseil de l’Europe depuis 1996 : à l’époque déjà des voix s’étaient déjà élevées contre cette adhésion que beaucoup jugeaient choquante et scandaleuse, au mieux fort étonnante. Fallait-il refuser son adhésion ? Non, je ne crois pas. Faut-il tout accepter depuis son adhésion ? Sûrement pas ! Le Conseil de l’Europe s’est, à plusieurs reprises, prononcé sur le cas russe et l’a condamné, notamment sur la question de l’interdiction des gays pride. Est-ce suffisant ? Non. Aujourd’hui, c’est clair, le Conseil de l’Europe doit taper du poing sur la table. Beaucoup plus fermement. Il en va, au-delà de sa crédibilité, de sa raison d’être même.
    Au-delà du rôle du Conseil de l’Europe, outre le gouvernement, les villes et collectivités françaises peuvent également agir dans le cadre des accords de jumelage ou de coopération avec des villes russes : les remettre en cause ou profiter de l’existence des ces accords pour interpeler le élus russes.
    Cette réflexion, elle doit se faire rapidement, sans avoir besoin de recourir forcément à des commissions, études, comités, etc… Certaines villes comme Valenciennes, Bordeaux, Paris, se sont déjà exprimées sur le sujet et ont indiqué que les accords concernaient surtout le domaine culturel, sans relations directes avec le pouvoir russe. Ces réactions sont importantes, mais il faut aller bien plus loin.
    La Russie nous lance un défi. Non pas un défi aux seules associations de défense des droits et libertés des LGBT mais un défi à nous tous, un défi aux valeurs humaines que nous défendons.
    Le choix est devant nous. Le choix est devant les dirigeants européens : soit défendre ces valeurs, soit accepter qu’elles ne soient que déclarations et bouts de papier.
    Nous ne pouvons rester neutres. Ce non-choix signifierait simplement d’accepter de se renier nous-mêmes.
    Alors quel sera notre choix ?
    A lire aussi sur Obs.com (ici).

  • La Russie peut-elle continuer à stigmatiser les homosexuels ?

    La Russie fait partie du Conseil de l’Europe et devrait adhérer à une charte de respect des droits humains inhérents à notre vieille Europe. Pourtant, et depuis longtemps, ce pays stigmatise les homosexuels.
    Malgré les nombreuses remontrances du Conseil de l’Europe, la Russie interdit, année après année, les Gays Pride. Les LGBT sont interdits d’expression dans ce pays. Cela ne s’est pas arrangé avec le vote d’une loi contre une prétendue propagande homosexuelle.
    Avec cette loi, tout propos favorable à l’homosexualité peut conduire en prison. Les autorités russes ont même prévenu que, lors des prochains Jeux Olympiques d’hiver qui doivent s’y produire, tout athlète étranger qui ferait la promotion de l’homosexualité subirait immédiatement la force de cette loi liberticide.
    Face à cette fuite en avant homophobe des autorités russes, il devient urgent que la communauté internationale réagisse. A Londres, symboliquement, des bars gays ont déjà décidé de ne plus servir de vodka russe dans leurs établissements.
    Au delà de ce symbole solidaire, les Etats du Conseil de l’Europe doivent se mobiliser tout comme les diplomaties. De même, de nombreuses villes françaises ont des jumelages avec d’autres collectivités russes. Elles devraient profiter de cette proximité pour les interpeller et les sensibiliser à ces attaques aux droits humains que subissent les LGBT.
    Il faut enfin une réaction énergique car le président Poutine, qui a déjà raillé la France pour le vote du mariage pour tous, se sentira libre d’aller toujours plus loin dans la stigmatisation des homosexuels. Et ça devient urgent ! Très urgent !

    russie,jean-luc romero,homophobie,politique,france,poutine

  • Message pour la conférence de presse de HF Prévention

    Message de Jean-Luc Romero

    Conseiller régional Ile-de-France

    Président d’honneur d’HF Prévention

     

     

     

    Mesdames, Messieurs,

     

    La thématique retenue pour cette conférence de presse « VIH et Les Populations Invisibles - Un Constat Alarmant » renvoie indéniablement à un domaine pour lequel la réponse faite par les associations, le monde médical et les pouvoirs publics se doit d’être extrêmement déterminée.

     

    La promotion du dépistage avec comme buts de réduire le nombre de personnes ne connaissant pas leur statut sérologique et de favoriser un recours précoce au dépistage est clairement acté que soit par les associations, le monde médical et le monde politique ; cela passe donc par une généralisation de l’offre de dépistage mais aussi et surtout par une diversification des offres de dépistage, notamment en direction des publics les plus vulnérables. Parmi ces publics les plus exposés, il y a bien évidemment les HSH avec une prévalence haute au VIH et aux IST. D’où ces actions de dépistage rapide organisés par HF Prévention sur des lieux de rencontre, des actions qui ont une réelle utilité et qui je l’espère, vont encore se développer. Je ne veux pas m’étendre de trop sur le sujet, les brillants intervenants à cette conférence de presse auront à cœur de vous donner des données objectives sur cette thématique et de les décortiquer au mieux.

     

    En effet, je voudrais évoquer ici le contexte dans lequel l’équipe de HF Prévention évolue au quotidien. L’association a su se développer fortement, notamment sur le plan géographique ; je reconnais bien là l’obstination et l’engagement son président, Jérôme André, un acteur de la lutte engagé depuis fort longtemps dans ce combat pour la vie et la dignité. Et je crois bien que l’association ne va pas s’arrêter en si bon chemin !

     

    Il n’en reste pas moins qu’il faut être vigilant pour que son activité ne soit pas entravée. Les tags scandaleusement inscrits il y a quelques semaines sur un lieu de drague gay et pour lesquels l’association a tout fait légitimement déposé plaine, ne sont qu’une illustration du déferlement homophobie de ces derniers mois où on a vu cette parole homophobe se libérer et être scandaleusement légitimée ! Je rappelle tout de même cette évidence : l’association œuvre dans l’intérêt collectif et elle n’a en aucun cas à subir de pressions ou d’intimidations. En tant qu’élus, il faudra être extrêmement vigilant sur ce point : la lutte contre l’homophobie ne peut supporter aucune nuance ni aucune faiblesse de notre part. HF Prévention doit pouvoir compter sur notre soutien plein et entier pour exercer ses missions, tant au niveau de leur bon déroulé que dans les moyens alloués. Il peut compter sur le mien.

     

  • Rédacteur en chef invité de Criticize-me

    Je suis le rédacteur en chef invité de Criticize-me durant cette semaine chargée en événements pour les causes que je défends. Vous pouvez retrouver dès à présent mon 1er édito : « Bas les masques ! » en cliquant (ici).

    criticize-me,jean-luc romero,politique,homophobie

     

    Edito de Jean-Luc Romero

     

    Bas les masques ! Tel pourrait être le slogan de ces derniers mois tant nombreux sont ceux qui, se drapant dans ce si légitime et si confortable manteau du débat démocratique, ont pu se découvrir quelque peu en ce printemps 2013, pour laisser apparaître le visage hideux de l’homophobie.

     

    De l’homophobie ordinaire. La fameuse homophobie ordinaire. Vous savez, celle que les LGBT subissent au quotidien, avec des injures, des petites phrases méprisantes, des regards en coin. Celle qui explique avec des pseudo-arguments moyenageux qu’un amour homosexuel ne vaut pas un amour hétérosexuel. Celle qui est à la base de tous les dérapages d’élus, comme celui du maire du 8e arrondissent de Paris qui prédit inceste et pédophilie suite à l’ouverture du mariage pour tous. Celle qui légitime que le maire d’Arcangues, comme d’autres hors-la-loi décide de ne pas appliquer la loi de la République faisant ainsi peu de cas de notre démocratie où - faut-il le rappeler ? - nul n’est censé ignorer la loi. Celle qui a conduit à l’agression sauvage dont ont été victimes Wilfred et Olivier. Celle qui a pour conséquence que les risques pour un jeune homosexuel de faire une tentative de suicide sont dix fois plus élevés que pour un jeune hétérosexuel.

     

    Soyons francs, cette homophobie ordinaire est clairement un problème d’éducation car, au fond, ça change quoi pour les opposants à l’égalité qu’on puisse s’aimer ? Cette question, je le pose très sérieusement et très sincèrement. N’allez pas me ressortir cette fameuse ritournelle de la fin de notre civilisation : comme nous-tous j’entends et je lis qu’un simple battement d'ailes d'un papillon pouvait déclencher une tornade à l'autre bout du monde, mais j’avoue que je ne savais pas qu’un baiser amoureux pouvait mettre à bas notre civilisation. Promis, je tâcherai d’y penser la prochaine fois que j’embrasserai mon futur mari !

     

    Alors ça change quoi ? Ca change quoi d’accepter l’autre avec ses différences ? En fait rien. Strictement rien. Cela ne retire rien aux hétérosexuels tout en étant fondamental pour les LGBT. Ce message est au cœur de la campagne interassociative portée par le Crips Ile-de-France sous ce slogan : « C’est important pour moi. Ca change quoi pour toi ? » : je vous laisse la découvrir et y participer ! (en note de bas de page : www.cachangequoipourtoi.fr).

     

    Je conclus cet édito par une évidence qui, comme toutes les évidences méritent d’être rappelées : si l’homosexualité n’est pas un choix, l’homophobie en est un. Et ce choix là, ce choix de la stigmatisation et des préjugés, il a des conséquences dramatiques (en note de bas de page : www.elcs.fr). Alors mesdames et messieurs les opposants à l’égalité, en êtes-vous simplement conscients ?

     

  • Lettre ouverte au maire d'Arcangues : Ne pas respecter la loi : voilà le vrai danger pour notre civilisation !

    Ne pas respecter la loi : voilà le vrai danger pour notre civilisation !

     

    Monsieur le maire,

     

    Je n’ose vous appeler cher ami, étant homosexuel, je ne voudrais pas que vous puissiez vous imaginer une seconde une quelconque approche pernicieuse de ma part : comment ca, les homosexuels ne sont-ils pas tous des malades et des pervers en puissance ? Pardonnez-moi ce trait d’esprit caustique mais on en a tellement entendu depuis quelques mois... Mais vous avez bien dit que vous n’étiez pas homophobe, alors je me reprends.

     

    Monsieur le maire, j’ai appris, il y a assez longtemps, cette phrase : « Nul n’est censé ignorer la loi… ». Ces quelques mots fondent notre République et notre démocratie. Nous connaissons tous cette maxime qui, très simplement, garantit le vivre-ensemble Naïvement, je pensais que vous connaissiez vous aussi ces quelques mots, notamment parce que vous êtes élu depuis 30 ans. Je dois me rendre à l’évidence : non ! Conscient de cet état de fait ; vos collègues élus, le préfet et d’autres encore se sont chargés de rafraichir votre mémoire républicaine… sans trop de succès manifestement !

     

    Monsieur le maire, certains pourraient avoir une forme de sympathie pour cette image d’Epinal du village gaulois qui rentre en résistance. Soyons sérieux : on peut avoir une conviction sans tomber dans le ridicule. Vous rendez-vous compte que c’est l’image de votre ville que vous écornez ? 30 ans de mandat et c’est ça que vous souhaitez que l’on associe à votre ville : « Arcangues, le village hors-la loi », « Arcangues et la discrimination à l’honneur », « Arcangues le village homophobe » … Ne faites pas peser sur vos administrés votre homophobie larvée et votre désir de reconnaissance médiatique, tout ceci, sans mauvais jeu de mots, fait un bien mauvais mariage !

     

    Monsieur le maire, vous faites partie de ces gens pour qui la reconnaissance de l’égalité et la fin d’une discrimination étatique signent l’effondrement de notre civilisation. J’avoue que, quand j’embrasse mon compagnon, je ne ressens pas cette pression mais bien plus le vertige de l’amour mais bon passons. Je vais vous dire ce qui serait un vrai danger pour notre pays, notre République, notre démocratie : le fait qu’on choisisse ou non d’appliquer une loi pour seul critère, le fait qu’on l’on l’aime ou pas. La loi s’impose à toutes et tous, que l’on soit d’accord ou pas. Ne pas appliquer une loi parce que vous la jugez illégitime, c’est la porte ouverte à la remise en cause totale de notre démocratie.

     

    Ne pas respecter la loi : voilà le vrai danger pour notre civilisation ! En êtes-vous seulement conscient ?

     

    Jean-Luc Romero, citoyen français, homosexuel et futur marié heureux

     

  • Anti mariage pour tous : un harcèlement anti démocratique !

    Depuis le vote de la loi sur le mariage pour tous, une minorité ultra virulente ne cesse de multiplier les actions médiatiques et violentes ou harcèlent les responsables engagés pour l’égalité des droits sur les réseaux sociaux.
    Cette minorité se répand sur Twitter condamnant la « dictature socialiste » dans laquelle nous serions. Cette situation les oblige, à les entendre, à entrer en résistance !
    Ceci pourrait être comique si ce mouvement marginal, mais actif, ne se prenait pas au sérieux.
    Car aucun argument rationnel ne le convainc.
    François Hollande a été élu démocratiquement. Faux assurent-ils sans rire.
    Les députés élus en juin 2012 sont légitimes. Non, hurlent-ils.
    La loi sur le mariage pour tous a été adoptée après des mois de débat. Non, hurlent-ils encore, souvent au bord de l’hystérie.
    Aucun argument rationnel ne trouve donc d’échos dans ce groupe qui est désormais entré en résistance contre l’ennemi intérieur ! De Gaulle doit s’en retourner dans sa tombe !
    Etant convaincus d’être dans un régime autocrate soutenu par une presse qui désinforme, nos résistants d’opérette s’estiment donc légitimes à contester la loi et à organiser des happenings permanents. Leur prochain objectif : perturber le très populaire tour de France comme ils ont essayé de le faire au tournoi de Rolland Garros.
    Je n’ose rajouter le harcèlement que les partisans du mariage vivent sur les réseaux sociaux : à l’homophobie s’est ajoutée une haine que je ne croyais plus possible en 2013.
    Tout ceci prêterait à sourire - tant c’est le reflet d’une minorité -, si des élus de la République n’emboitaient pas le pas à nos ridicules résistants.
    Le maire d’Arcangues, en refusant de marier un couple homosexuel, franchit une ligne rouge inacceptable. Outre de violer la loi, il encourage ces extrémistes dans leur refus de respecter la loi et la démocratie.
    Il est donc temps que ce harcèlement démocratique cesse.
    La loi est votée par le Parlement élu par le peuple.
    Les extrémistes doivent enfin connaître la rigueur de la loi…
    Lire aussi L'humanité (ici).

  • Mon billet dans Friendly Magazine : le pseudo lobby gay, un mythe comparé au lobby religieux !

    Le pseudo lobby gay, un mythe comparé au lobby religieux !

    Par Jean-Luc Romero auteur d’Homopoliticus

    (Editions La Cerisaie et DVD Ina Editions)

     

     

    N’en déplaise aux Boutin, Barjot et autres grenouilles de bénitier, si un lobby est puissant dans notre pays, c’est bien plutôt celui de l’Eglise soutenu par des élus très conservateurs qui ont géré trop longtemps notre pays ! Et qui ont perdu contact avec le 21ème siècle.

    Il y a deux ans, flânant dans les rues de Rome, je m’arrêtais à la magnifique Basilique des Saints Ambroise et Charles Borromée. A la sortie était mis à la disposition des visiteurs un argumentaire<!--[if !supportFootnotes]-->[1]<!--[endif]-->, en plusieurs langues – notamment en français – sur les « relations homosexuelles » avec cette question : « Comment l’Eglise catholique les considère-t-elle ? »

    En conclusion de ce riche quatre pages sur papier glacé, signé de Monseigneur Raffaello Martinelli, l’adresse aux responsables politiques est sans ambiguïté : « Dans le cas où se propose pour la toute première fois un projet de loi favorable à la reconnaissance légale des unions homosexuelles, le parlementaire catholique a le devoir moral d’exprimer clairement et publiquement son désaccord et voter contre ce projet de loi. Voter positivement un texte législatif aussi nocif pour le bien commun de la société  est un acte gravement immoral. » Rien que ça !

    Et de poursuivre : « Au cas où une loi de ce genre serait en vigueur, les parlementaires catholiques doivent s’y opposer de toutes leurs forces et manifester leur opposition. S’il n’est pas possible d’abroger complètement une telle loi, ils pourraient légalement offrir leur propre proposition en vue de limiter les dégâts de la loi et limiter les effets négatifs sur le plan de la culture et de la moralité publique, de telle sorte que soit claire et nette l’opposition personnelle et absolue à une loi de ce genre et que soit évité le danger du scandale. »

    Certes, la Basilique Sainte-Clotilde, à côté de notre Assemblée nationale, que fréquentent assidument nombre de parlementaires français pro life, n’a pas encore oser adresser un tel document aux élus français, mais on voit bien que si un vrai lobby, en France et dans le monde, agit avec la force du désespoir contre l’égalité homos/hétéros, c’est bien la hiérarchie de l’église catholique et les responsables religieux en général. Et le pseudo et fantasmatique lobby gay fait bien pâle figure à côté d’une telle puissance !

    Avec les manifestations anti mariage pour tous, l’influence du lobby catholique a montré sa puissance – et sa richesse – dans notre pays car personne ne doute sérieusement de la mobilisation de toutes les paroisses pour que les manifestations anti égalité des droits fassent le plein de pratiquants accompagnés de leurs bébés ou de leurs jeunes enfants ainsi embrigadés dans un combat dont ils ne comprennent rien.

    Pire, Monseigneur Barbarin n’a pas hésité à bafouer officiellement la laïcité française puisqu’il affirme, désormais suivi par les autres prélats français, que les parlementaires ne sont pas élus pour faire des lois sur la famille, sur le mariage pour tous ou sur l’euthanasie. Que ces questions les dépassent : sous-entendu, elles doivent demeurer la chasse gardée des religions !

    Qui sait d’ailleurs que dans notre République laïque les représentants des religions sont tous représentés dans les comités consultatifs ou éthiques comme le Conseil consultatif national d’éthique ou encore le conseil national du sida et que ces mêmes autorités – un par religion monothéistes soit 4 représentants des religions – sont même directement désignés par le président de la République alors qu’aucun représentant d’associations laïques et/ou de libres penseurs n’y est pratiquement jamais nommés ?

    En juin prochain, je ne veux pas croire que le puissant lobby religieux, qui a certes le droit de participer au débat démocratique mais pas celui d’imposer sa conception religieuse à tous les Français, ressortira victorieux des débats législatifs et citoyens visant à ouvrir le mariage pour tous aux LGBT.

    L’amour homosexuel vaut l’amour hétérosexuel et la République doit reconnaitre tous les amours. Pas seulement ceux qui ont l’adhésion des Eglises et des religieux !

    friendly magazine,jean-luc romero,politique,homophobie,gay

     

     

     

     

    <!--[if !supportFootnotes]-->

    <!--[if !supportFootnotes]-->[1]<!--[endif]-->www.sancarlo.pcn.net

  • Invité de la Rédaction de Voltage à 12h25

    voltage fm,jean-luc romero,elcs,homophobieA l'occasion du lancement de la campagne d'Elus Locaux Contre le Sida"L'homophobie est un choix, l'homosexualité n'est pas un choix", je serai l'invité de la rédaction de Voltage FM ce mardi à 12h25.

  • L'homophobie est un choix, l'homosexualité n'est pas un choix ! (campagne ELCS)

    AfficheHomophobie cp.jpg

  • Lancement de la campagne du Crips contre les discriminations LGBT

    Ce soir, j’ai invité les associations LGBT pour le lancement de l’année de mobilisation du Crips Ile-de-France contre les discriminations LGBT.
    Depuis que je suis président du Crips, j’ai proposé à nos instances que tous les ans, nous nous mobilisions sur un thème lié aux discriminations. L’année dernière, nous avions choisi la sérophobie et, cette année, les discriminations LGBT.
    Après l’explosion de l’homophobie ces derniers mois, ce ne sera pas une année pour rien !

     

  • Mon message-vidéo pour la Grande Scène contre l’homophobie de Marseille

    Ce samedi 18 mai, à Marseille, Fierté Provence organise un grand moment festif et militant intitulé « La Grande scène contre l’homophobie. »
    A la demande des organisateurs, j’ai envoyé ce petit message vidéo qui sera diffusé cet après-midi parmi bien d’autres messages de soutien.

     


    Message de Jean-Luc Romero pour la grande scène... par jeanlucromero

  • Message vidéo pour le prix du Refuge contre l’homophobie

    Etant à l’étranger, je n’ai pu accueillir les membres du jury du Prix du Refuge contre l’homophobie et notamment sa présidente Anne Hidalgo.
    Je vous joints le petit message que j’ai fait à cette occasion importante.

     


    Message vidéo de Jean-Luc ROMERO pour le prix... par jeanlucromero

  • Demain : Journée mondiale contre l’homophobie : plus que jamais utile !

    Demain, se déroule la journée mondiale contre l’homophobie. Après les déferlements d’homophibe auquel on a pu assister depuis des mois, cette journée est indispensable !
    Le racisme, l’antisémitisme, le sexisme, les discriminations faites aux personnes en raison de leur état de santé ou l’homophobie doivent être combattus avec détermination.
    Depuis le débat sur le mariage pour tous, certains opposants, notamment sur les réseaux sociaux, ont cru bon déverser leur haine.
    Ceci n’est pas acceptable dans une démocratie, dans le pays des Droits de l’homme.
    Plus que jamais cette année, cette journée contre l’homophobie est donc plus qu’utile !

     

  • Haine ordinaire et homophobie sur Twitter (II)

    A plusieurs reprises, je vous ai signalé des messages haineux reçus sur Twitter. Depuis le lancement du débat sur le mariage pour tous, certains ont choisi de déclarer leur haine et même d'appeler au meurtre. Tout cela ne peut rester impuni et il est aussi important que chacun prenne la mesure de ce mouvement homophobe. C'est pourquoi je continuerai à publier régulièrement des messages choquants. Que chacun puisse ainsi prendre la mesure de la haine homophobe de certains anti maraiage pour tous... Voici donc une seconde série de messages.

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

     

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

     

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

    twitter,jean-luc romero,homophobie,londres

     

  • 1ère marche des Fiertés de Crest

    Des homosexuels et des hétérosexuels choqués par l’attitude d’Hervé Mariton contre le mariage pour tous ont décidé d’organiser une Marche des fiertés, à Crest petite commune de la Drôme dont Hervé Mariton est le maire.
    A l’invitation du collectif LGBT et hétérosolidaire de Crest, je participerai donc à cette marche symbolique qui se déroule ce samedi dès 14h00 à Crest.

     

    Crest.JPG

  • Rediffusion de Homopoliticus à 20h30 sur LCP-AN

    Beau symbole que de rediffuser Homopoliticus que j'ai co écrit avec le réalisateur Aleksandar Dzerdz ce 1er mai ! Pour celles et ceux qui n'ont pas vu ce film, ni lu mon livre, c'est donc le moment.
    En ce jour de luttes, vous pourrez voir ou revoir Homopoliticus sur LCP-AN à 20h30. N'hésitez pas. Le voir après le débat sur le mariage pour tous permet de mieux comprendre le long chemin qui a été nécessaire pour en arriver là...
    (Vous pouvez aussi vous procurer le DVD aux Editions de l'INA)

    homopoliticusDVD_3D_BD.jpg

  • Contre l'homophobie, ce dimanche à 15h00 à Bastille !

    ManifHomophobie.jpg

    act up,jean-luc romero,homophobie,bastille,paris

    act up,jean-luc romero,homophobie,bastille,paris

    act up,jean-luc romero,homophobie,bastille,paris

    act up,jean-luc romero,homophobie,bastille,paris

    act up,jean-luc romero,homophobie,bastille,paris

    act up,jean-luc romero,homophobie,bastille,paris

    act up,jean-luc romero,homophobie,bastille,paris

    act up,jean-luc romero,homophobie,bastille,paris

     

  • Haine et homophobie sur Twitter d'anti mariage pour tous

    A plusieurs reprises, je vous ai signalé des messages haineux reçus sur Twitter. Depuis le lancement du débat sur le mariage pour tous, certains ont choisi de déclarer leur haine et même d'appeler au meurtre. Tout cela ne peut rester impuni et il est aussi important que chacun prenne la mesure de ce mouvement homophobe. C'est pourquoi je continuerai à publier régulièrement des messages choquants. Que chacun puisse ainsi prendre la mesure de la haine homophobe de certains anti maraiage pour tous...

    Tweets14avril2013.PNG

    Tweets14avril2013B.PNG

    Tweets14avril2013C.PNG

    Tweets14avril2013D.PNG

    Tweets14avril2013E.PNG

    Tweets14avril2013F.PNG

    Tweets14avril2013G.PNG

    Tweets14avril2013H.PNG

    Tweets14avril2013I.PNG

    Tweets14avril2013J.PNG

    Tweets14avril2013K.PNG

     

  • Walesa, le crépuscule d’un symbole !

    En 1984, Lech Walesa était pour beaucoup le symbole de la liberté et de la révolution ouvrière face au totalitarisme.
    En 2013, il est devenu un vieux monsieur aigri qui ne s’exprime que pour rejeter l’autre.
    Ses dernières déclarations sur les gays ont fini de ternir sa réputation. Pour lui, les gays n’ont pas à siéger au premier rang des bancs parlementaires. Ils n’ont pas à défiler dans les rues et donner des idées à ses enfants !
    Au Parlement polonais, il y a justement un député ouvertement gay et une députée transsexuelle.
    Les déclarations de Walesa ont tellement choqué les élus que les députés assis au premier rang ont laissé les deux élus LGBT s’y installer. Un défi lancé à Walesa à la hauteur de son intolérance !