Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

assemblée nationale - Page 3

  • Lettre ouverte aux députés à la veille du débat sur l’euthanasie à l’Assemblée nationale

    Madame la Députée,

    Monsieur le Député,

     

    A l’initiative du groupe SRC, la proposition de loi relative au droit de finir sa vie dans la dignité (n°1960 rectifié) va être discutée en séance publique le jeudi 19 novembre, à partir de 9h30.

     

    Cette perspective de légaliser l’euthanasie – qui remporte l’adhésion d’une très large majorité de Françaises et de Français, quelle que soit leur appartenance politique et quelle que soit leur pratique religieuse – répond au seul souci de liberté pour chacun.

    En effet, la législation imparfaite actuelle – mais qui a représenté en son temps une avancée notable, j’en conviens – ne permet pas de garantir aux citoyens de notre pays une fin de vie conforme à leurs volontés.

    Car sans une loi accomplie, nous savons que des euthanasies clandestines sont pratiquées. Sans consultation préalable du patient. Et celui qui souhaite vivre sa vie jusqu’au dernier instant n’est pas respecté.

    Car sans une loi accomplie, nous savons que ceux qui réclament une délivrance, parce qu’ils sont arrivés au bout de leur course terrestre, sont maintenus dans des souffrances inacceptables.

    Car sans une loi accomplie, nous savons que la liberté, l’égalité et la fraternité, en fin de vie, ne sont pas assurées. Et selon que vous êtes puissant ou misérable, votre traitement différera.

     

    La loi qui vous sera proposée jeudi n’est pas celle de l’ADMD. Le législateur a mené sa propre réflexion, sans contrainte, sans pression de notre part. Elle est différente de la nôtre, mais reste une loi d’humanité, de respect et de dignité.

     

    A ceux qui craignent les dérives, je réponds que le législateur doit avoir confiance dans les lois qu’il rédige et qu’il vote. La loi encadre et, précisément, évite les dérives.

     

    Les Françaises et les Français attendent beaucoup de vous, ce jeudi.

     

    Bien à vous,

     

    Jean-Luc Romero

    Président - ADMD

  • Enfin, un débat sur l’euthanasie au Palais Bourbon !

    Presque 30 ans après que le créateur de l’ADMD ait écrit une tribune dans le Monde pour réclamer la reconnaissance d’un droit de mourir dans la dignité, l’Assemblée nationale va enfin discuter jeudi 19 novembre d’une proposition de loi légalisant l’euthanasie. Grâce au groupe PS qui a souhaité utiliser une niche parlementaire, nos députés vont enfin parler de ce que réclament plus de 86 % des Français dans tous les sondages et depuis 20 ans : une loi républicaine de liberté sur la fin de vie.

    Dès septembre, j’annonçais ce texte et ce débat dans mon nouveau livre « les voleurs de liberté » car le président du groupe PS s’y était engagé devant moi avant l’été. Mais je craignais un retour en arrière sous la pression de certains parlementaires. Les Voleurs de liberté n’ont pu empêcher ce débat mais ils empêcheront sûrement l’adoption d’une loi légalisant l’euthanasie.

    Même si je regrette encore que nous ne soyons pas entendus de nos représentants, je me réjouis qu’enfin un débat ait lieu au Parlement. C’est une avancée symbolique prouvant que la loi Leonetti est insuffisante aux yeux de certains de nos élus. Ce débat montrera clairement le décalage important qui existe entre beaucoup de nos représentants et les Français.

    Nous sauront qui soutient une telle loi et qui ne la soutient pas. Tous les électeurs sauront ainsi quels sont les députés qui refusent de les entendre !
    Lire Le Figaro (ici).

  • Audition devant la commission des affaires sociales de l’Assemblée

    A l’occasion de la prochaine discussion au Palais Bourbon et en séance publique de la proposition socialiste « pour le droit de finir sa vie dans la dignité », je serais auditionné par le rapporteur de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale pour ce texte, le député de l’Essonne, Manuel Valls.
    J’aurai ainsi l’occasion de dire que l’ADMD se félicite qu’enfin un texte proposant de légaliser l’euthanasie soit discuté par l’Assemblée nationale, ce qui constitue une première. Même si ce texte a très peu de chance d’être voté, tant les voleurs de liberté que je dénonce dans mon dernier livre sont puissants, je dirai au rapporteur que ce texte a aussi besoin d’être amélioré, notamment quant au nombre de médecins afin de se rapprocher des législations existantes en Belgique, aux Pays-Bas ou encore au Luxembourg.

  • 34 parlementaires interrogent la ministre

    A ce jour 34 parlementaires – PS, Verts, communistes et UMP – ont adressé une question écrite à la ministre de la santé dans laquelle ils lui demandent les raisons pour lesquelles M. Leonetti a exclu la question de la fin de vie des débats sur la révision des lois bioéthiques.AN.JPG

    Dans la plupart de ces questions, les parlementaires rappellent que le Conseil d’Etat demandait que cette question figure dans la révision ; que 88% des Français le souhaitent et que même Jean-François Copé s’y était engagé dans une réponse-circulaire qu’il avait fait envoyer à l’ADMD.

    On attend avec intérêt la réponse que ne manquera pas de faire la ministre à ces 34 représentants de la Nation…

  • RDV avec Jean-Marc Ayrault

    Je rencontre en fin de journée, Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale. En effet, depuis quelques mois, à l’ADMD, nous avons sollicité les parlementaires pour obtenir enfin un débat à l’Assemblée nationale sur la légalisation de l’aide active à mourir. Le groupe socialiste semble prêt à utiliser une niche parlementaire prochainement dans ce sens.
    Le but du rendez-vous de ce soir est de conforter le président du groupe socialiste dans sa décision et de lui demander de tenir compte aussi des parlementaires de toutes tendances – PC, Verts, UMP – qui ont annoncé qu’ils pourraient se rallier à une telle proposition. Un débat initié par le PS, mais dépassant les clivages traditionnels, permettrait de connaître l’avis des députés sur une question essentielle et de débattre enfin et officiellement de l’euthanasie.

  • Intervention à l’Assemblée nationale à 16h00

    J’interviendrai ce samedi 4 avril, à 16h00, en tant que grand témoin au débat organisé à l’Assemblée nationale sur « L’Etat et l’individu » dans le cadre de la 18ème journée du livre politique.
    Ce débat sera animé par le journaliste Michèle Cotta et la journée est dirigée par Luce Perrot.

  • Dépasser les clivages pour une loi de Liberté

    La réunion des parlementaires, organisée mercredi par l’ADMD, a été un succès puisqu’une vingtaine de députés et sénateurs ont répondu à notre invitation lancée en quelques jours pour réagir au rapport Léonetti. Quand on sait le nombre de parlementaires qui siègent effectivement dans les réunions des groupes d’études - parfois 2 ou 3 -, cela démontre que des élus sont vraiment mobilisés pour obtenir une loi de liberté sur notre fin de vie.Conf presse martinez valls.JPG
    Au cours de cette réunion, où des élus UMP, PS, PC et Verts étaient présents, Laurent Fabius a renouvelé sa proposition de mettre une proposition de loi à l’ordre du jour de l’Assemblée. Il a été soutenu par Manuel Valls, président du groupe d’études socialistes sur la fin de vie. L’ancien premier ministre a tendu la main à Henriette Martinez et Alain Fouché de l’UMP pour un travail en commun. L’idée étant d’avoir un texte commun à l’Assemblée nationale et au Sénat soutenu par des élus de toutes tendances. Reste maintenant au groupe PS à l’Assemblée à valider, mi janvier, cette stratégie exceptionnelle. Mais cette question vaut bien qu’on dépasse les clivages et je me réjouis, en tant que président de l’ADMD, d’avoir initié ce rapprochement lors de notre congrès mondial et de l’avoir concrétisé cette semaine.
    Lire la dépêche AFP (ici) et Romandie News (ici).

  • Découpage… Pas tripatouillage !

    Le gouvernement est obligé de redécouper les circonscriptions législatives pour tenir compte de l’évolution de la population. Il y a bien longtemps que le Conseil constitutionnel demande ce réajustement mais les précédents gouvernements, de gauche comme de droite, n’avaient pas eu le courage de mettre en œuvre cette demande.Logo_AN.png
    On sait déjà que certains départements vont perdre des sièges – notamment Paris – et d’autres vont en gagner. Mais, il ne faudrait pas que ce découpage obligatoire se transforme en un tripatouillage général. Dans ce domaine là, on est souvent spécialiste en France. Ainsi pour les élections sénatoriales dimanche prochain des nouveaux sièges vont être créés. Pourtant, dès à présent, avant que l’élection se soit déroulée, on est quasiment sûr que tous ces sièges vont aller à la majorité qui a pourtant perdue toutes les dernières élections locales… Un phénomène étonnant... Il ne faudrait pas que le découpage législatif amène sur le papier aux mêmes conséquences. D’ailleurs, si le gouvernement était tenté par une telle aventure, qu’il n’oublie pas que les changements de mode de scrutin censés être favorables à la majorité en place se sont toujours transformés en boomerang : la droite et la gauche en ont déjà fait les frais.
    Alors décourage, oui. Tripatouillage, non !

  • Mon audition à l’Assemblée nationale

    Mercredi, en ma qualité de président de l’ADMD, j’étais auditionné par la mission sur la fin de vie que préside le député UMP Jean Léonetti à l’Assemblée nationale. J’avais souhaité être entouré de Claudine Lassen, responsable médicale de l’association et de Philippe Lohéac.AN.JPG
    Ce fut un exercice difficile pour moi car je commençais mon nouveau traitement ce jour là, mais je crois avoir réussi à donner le change pour défendre notre revendication : une loi de liberté pour tous les Français. La vidéo intégrale peut être visionnée sur le site de l’Assemblée nationale en cliquant ici.
    Lire aussi l'article de Romandie.com qui reprend la dépêche AFP parue après mon audition en cliquant ici.

  • Audition devant la mission Léonetti

    1205574636.jpgEn fin d’après-midi, à l’Assemblée nationale, je répondrai aux questions des quatre parlementaires de la mission Léonetti sur la fin de vie.
    Cette audition, qui devrait être diffusée sur la chaine parlementaire LCP-AN et sur le site de l'Assemblée nationale, me permettra de défendre la proposition de l’ADMD qui réclame la légalisation de l’aide active à mourir selon certaines conditions. J’essaierai de démontrer la nécessité d’une loi qui protège, évite les dérives et rassure chacun sur les conditions de sa fin de vie. J’espère que les membres de la commission, qui ont montré pour l’instant une hostilité à toute législation qui copierait les modèles belges et néerlandais, sauront entendre avec objectivité la position de l’ADMD qui n’avait pas été entendue officiellement lors de la précédente mission qui avait abouti à la loi Léonetti. Rappelons qu’à cette époque sur 81 auditions, seule une personne avait défendu la légalisation de l’euthanasie alors qu’elle elle réclamée par plus de 80% des Français…

  • Audition de Paul et Danièle Pierra

    1533342185.jpgJe vous conseille de visionner la remarquable et émouvante intervention de Paul et Danièle Pierra devant la mission parlementaire sur la fin de vie sur le site de l’Assemblée nationale.
    Vous pouvez la voir en cliquant ici.

  • Audition par le groupe socialiste

    225296610.gif

    Juste avant le débat auquel je participe dans le 20ème arrondissement, je serais auditionné aujourd'hui, en fin d'après-midi, par le groupe socialiste de l’Assemblée nationale que la question de la fin de vie.
    A une semaine de mon audition devant la commission Léonetti, j’aurai ainsi l’occasion de dire aux parlementaires socialistes qui s’intéressent aux questions de fin de vie, qu’il devient urgent que notre pays adopte une législation de liberté comme en Hollande, en Belgique et bientôt au Luxembourg.

  • La commission Léonetti doit auditionner l’ADMD

    Jean Léonetti a été chargé par le Premier ministre d’une mission d’évaluation de la loi n°2005-370 du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie.
    Les Françaises et les Français attendent une évolution de la loi actuelle afin de répondre à l’ensemble des parcours de fin de vie en tenant compte du choix individuel, dans un esprit républicain et laïque.1205574636.jpg
    Le rapport que remettra le député Léonetti à l’issue de ses travaux sera apprécié non seulement au regard de ses conclusions, mais également de la pluralité des personnes auditionnées.
    A cet égard, je viens d’écrire à M. Léonetti, en ma qualité de président de l’ADMD, pour lui demander de me communiquer le calendrier de ses travaux et la liste des personnes reçues et à recevoir. Alors que la précédente mission n’avait pas cru bon d’auditionner le président de l’ADMD de l’époque, il serait aujourd’hui inconcevable qu’un tel « oubli » se reproduise d’autant que l’ADMD est de loin la plus grande association française qui travaille sur la fin de vie avec plus de … 45.000 adhérents !
    Lire ma réaction dans Libération à l'enquête sur l'affaire Sébire et l'article sur la mission Léonetti en cliquant ici.

  • Victoire de Frédéric Barbier : bonne nouvelle pour les Républicains !

    Malgré l’ambiguïté de l’UMP lourde de conséquences dans ce résultat serré, le candidat républicain Frédéric Barbier a été élu député de la 4ème circonscription du Doubs. 
    On l'a peu entendu hier soir, mais il est aussi bon de rappeler qu'avant le 1er tour, aucun chroniqueur politique ne pariait un euro sur le candidat socialiste. La preuve, une nouvelle fois, qu’une élection n’est jamais gagnée d’avance !
    La défaite du FN est bien sûr rassurante et montre que tous les Français ne tombent pas dans l’adhésion aux mesures démagogiques et au repli sur soi.
    Mais cette bonne nouvelle ne doit pas nous faire oublier qu’élection après élection, le FN arrive en tête devant tous les partis politiques même s’il est n’arrive pas à concrétiser ce score en sièges, une majorité de Français s’opposant encore à lui. Mais pour combien de temps ?
    Les élections départementales et régionales vont être un test très important. Au gouvernement d’avoir enfin des résultats et de tenir ses engagements de campagnes. A l'UMP de cesser sa course a l'extrémisme ! A nous tous de dénoncer la démagogie et l’irréalisme des solutions simplistes du FN.
    En attendant, félicitations au député Frédéric Barbier !