Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeux olympiques

  • Athlètes LGBT aux JO en Russie :L’essentiel ne sera plus de participer … mais de ne pas se faire arrêter !(Tibune Obs.com)

    Poutine qui réécrit Coubertin, qui l’eut cru ?
    Car oui, c’est bien de cela dont il s’agit. La loi voulue par Poutine et votée par les parlementaires russes (joli pléonasme), loi qui pénalise la propagande des relations sexuelles non-traditionnelles (sic) auprès des mineurs va s’appliquer lors des Jeux Olympiques de 2014. Le défi pour tout athlète LGBT ne sera plus de participer … mais de ne pas se faire arrêter !
    Cette loi me laisse pensif et inquiet : comment fera un athlète homosexuel s’il veut embrasser son compagnon pour fêter une victoire ou chercher du réconfort en cas de défaite ? Le regard que lancera une athlète lesbienne à sa femme pour se donner du courage sera-t-il à même de justifier une amende ? Un champion olympique portant un badge Rainbow ou Act Up sera-t-il dégagé manu militari du podium ? A toutes ces questions, heureusement, nous avons la réponse : le Comité international olympique a affirmé avoir «reçu l'assurance du plus haut échelon du gouvernement russe que la loi n'affecterait pas ceux qui assisteront ou participeront aux Jeux Olympiques ». Sportif homo adulé dans les stades, sportif homo délinquant hors des stages… Pas facile de s’y retrouver !
    Cette perspective, que je traite volontairement sur le ton d’un humour grinçant, n’a pour but que de mettre en lumière une terrible réalité. L’heure est grave concernant les droits humains en Russie et tout particulièrement la situation des LGBT.
    En 2006, comme d’autres élus et militants européens, j’étais à la première Gay Pride russe, à Moscou, en soutien aux militants russes qui, avec beaucoup de courage, ont agi pour imposer à la société russe la réalité des personnes LGBT. Non pas en termes de droits mais simplement en termes d’existence ! Les laisser seuls, il ne pouvait en être question. Concrètement, comment cela s’est-il passé ? Mal, très mal. Les arrestations policières et violences des groupuscules mais aussi des passants en général ont empêché la tenue de cette courte marche.
    En 2006, j’avais quand même l’espoir que les choses avancent malgré le statut particulier de la Russie, grande puissance économique devant laquelle beaucoup hésitent à s’opposer ; certaines voix, habituellement fortes, deviennent subitement assez fluettes quand est évoqué le dossier russe … Manifestement, le climat de la Mère Patrie favorise les extinctions de voix !
    De cet espoir que reste-t-il en 2013 ? Laissons parler les chiffres : selon les enquêtes du centre Lévada, en 2013, 34% des personnes interrogées en Russie croient que l’homosexualité est une maladie, 23% une perversion. 49% préféreraient que l'on soigne les homosexuels soit psychologiquement, soit physiquement. 16% pensent qu’il faudrait les isoler, et 5% estiment que la solution serait de les « liquider » physiquement. Ai-je besoin de commenter ces données ?
    Pour faire évoluer les choses dans un sens positif, nul doute que la solution serait une politique d’éducation qui permettrait de faire comprendre les personnes dans leurs singularités. Je crois profondément que, majoritairement, dans les situations de stigmatisation, c’est bien l’ignorance qui est à la base de tout.
    Aujourd’hui, de ces réflexions, nous n’en sommes pas encore là. Même très loin ! En rendant illégal et répréhensible le fait de faire toute propagande des relations sexuelles non-traditionnelles auprès des mineurs, le pouvoir russe a préféré légaliser les discriminations, consacrer les préjugés comme composantes principales de la loi et ainsi légitimer les violences homophobes. Car, c’est de cela dont il s’agit : un blanc-seing signé, une nouvelle fois, par les plus hautes autorités aux homophobes de Russie !
    Face à cela, notre réaction doit être forte. Le « doit » implique l’obligation ! Laissez-moi tout de même rappeler que la Russie est membre du Conseil de l’Europe depuis 1996 : à l’époque déjà des voix s’étaient déjà élevées contre cette adhésion que beaucoup jugeaient choquante et scandaleuse, au mieux fort étonnante. Fallait-il refuser son adhésion ? Non, je ne crois pas. Faut-il tout accepter depuis son adhésion ? Sûrement pas ! Le Conseil de l’Europe s’est, à plusieurs reprises, prononcé sur le cas russe et l’a condamné, notamment sur la question de l’interdiction des gays pride. Est-ce suffisant ? Non. Aujourd’hui, c’est clair, le Conseil de l’Europe doit taper du poing sur la table. Beaucoup plus fermement. Il en va, au-delà de sa crédibilité, de sa raison d’être même.
    Au-delà du rôle du Conseil de l’Europe, outre le gouvernement, les villes et collectivités françaises peuvent également agir dans le cadre des accords de jumelage ou de coopération avec des villes russes : les remettre en cause ou profiter de l’existence des ces accords pour interpeler le élus russes.
    Cette réflexion, elle doit se faire rapidement, sans avoir besoin de recourir forcément à des commissions, études, comités, etc… Certaines villes comme Valenciennes, Bordeaux, Paris, se sont déjà exprimées sur le sujet et ont indiqué que les accords concernaient surtout le domaine culturel, sans relations directes avec le pouvoir russe. Ces réactions sont importantes, mais il faut aller bien plus loin.
    La Russie nous lance un défi. Non pas un défi aux seules associations de défense des droits et libertés des LGBT mais un défi à nous tous, un défi aux valeurs humaines que nous défendons.
    Le choix est devant nous. Le choix est devant les dirigeants européens : soit défendre ces valeurs, soit accepter qu’elles ne soient que déclarations et bouts de papier.
    Nous ne pouvons rester neutres. Ce non-choix signifierait simplement d’accepter de se renier nous-mêmes.
    Alors quel sera notre choix ?
    A lire aussi sur Obs.com (ici).

  • 4 médailles d’or pour l’Ile-de-France

    Je n’ai pas beaucoup évoqué les jeux olympiques sur mon blog, mais ce n’est pas par désintérêt pour les performances de nos sportifs qui avec 40 médailles n’ont pas démérité. Mieux, l’Europe avec 87 médailles d’or, 99 d’argent et 92 de bronze a fait de notre continent un exemple en termes de performances sportives.Logo Pékin 2008_svg.png

    Vous permettrez aussi au modeste élu d’Ile-de-France que je suis de féliciter les sportifs issus de notre région qui avec 4 médailles d’or sur les 7 obtenues par la France placent notre région capitale dans le top 20… des meilleurs pays !

    Mais vous aurez compris que mon manque de réaction l’aura été pour ne pas en rajouter… J’ai dit, à plusieurs reprises, que la situation au Tibet, le traitement des dissidents, la liberté de la presse sans oublier le traitement fait aux séropositifs s’étaient aggravés. Pourtant, ces jeux, selon le discours du CIO et de bien des gouvernements, aideraient – nous avait-on promis ! - à une démocratisation de la Chine… On vu le résultat. Tous les observateurs ont constaté un durcissement brutal du régime. Et tout cela sans de réaction internationale.

    Une excellente raison de ne pas en faire trop sur ces jeux dont on n’a pas de quoi être si fiers… hormis bien sûr des performances brillantes de nos sportifs !

  • Laure Manaudou a encore droit au respect !

    Laure Manaudou.jpgEn revenant de Mexico, j’ai été frappé à la lecture des quotidiens et des hebdos par la violence des attaques contre Laure Manaudou. Des violences à la hauteur des louanges qu’elle reçut de la même presse par le passé.

    Laure Manaudou a certes raté totalement des JO 2008 : la faute à ses choix d’entrainements, à sa vie privée ? Ou tout simplement un épuisement physique et moral après tant d’années de pressions et d’entrainements intensifs ?

    Qui peut en vouloir à une jeune femme qui a hissé – tout le monde semble l’avoir oublié ! – la natation française à un niveau qu’elle n’avait jamais connu ?

    On déteste toujours ce qu’on a adoré. Je pense pourtant qu’une jeune femme a le droit aussi à l’erreur ! Même si elle porte l’espoir d’un pays, elle n’en demeure pas moins une jeune fille. Avec ses défauts et … ses qualités. Laure Manaudo a encore droit au respect !

  • Des jeux et …on oublie tout !

    Je viens à peine de rentrer du Mexique et je constate qu’en France - comme au Mexique et dans le monde -, les télés sont suspendues aux médailles que nos champions nationaux remportent ou du moins tentent de remporter à Pékin.
    Sain intérêt pour le sport. Incontestablement.
    Mais en même temps, on constate que tous les graves problèmes se retrouvent marginalisés. Comme si les jeux permettaient de faire oublier au peuple la dure réalité du monde… Le temps d’un été ?JO pékin.jpg
    Droits de l’homme en Chine, interdiction d’entrée des séropos dans le pays des JO, on se demande encore si cela a existé un jour et si un seul des dirigeants du monde s’en rappelait en assistant à la séance d’ouverture…
    Invasion de la Géorgie par la Russie, presque un fait divers international… Alors qu’il s’agit d’une invasion militaire inadmissible… à quelques heures, y fait-on attention ? - de Paris…
    Mise en branle de la justice un 15 août pour interroger les parents du jeune Rémy qui s’est suicidé alors qu’il réclamait juste le droit de mourir et d’arrêter son calvaire. Personne ne s’en étonne alors que pour bien de crimes, le 15 août est resté un jour… férié !
    Bref des jeux et on oublie tout !

  • Les députés européens pour la liberté de circuler des séropos !

    574839610.jpgHier, au nom d’Elus Locaux Contre le Sida, je me suis réjouis dans un communiqué que, dans le cadre de l'examen d'un texte sur les conditions d’exemption de visas pour les Etats-Unis, les parlementaires européens aient réclamé la suppression de l’interdiction de voyager opposée aux personnes touchées par le VIH/sida.
    En effet, depuis 20 ans, et comme les lecteurs de mon blog le savent, les Etats-Unis refusent aux personnes touchées par le VIH/sida d’entrer sur leur territoire. Ces mesures discriminatoires sont totalement inutiles : inacceptables humainement, humiliantes pour les malades, elles sont même dangereuses sur le plan de la santé publique et ont été, à de nombreuses reprises, condamnées notamment par l’ONUSIDA.

    227751596.gif


    La demande des parlementaires européens pourra trouver une concrétisation lors du sommet Etats-Unis / Union européenne organisé le 12 juin prochain. C’est pourquoi, une nouvelle fois, j’appelle le gouvernement français à porter avec force et détermination cette revendication lors de ce sommet.
    J’ai profité de cet événement pour rappeler que le cas des Etats-Unis n’est pas isolé. Ainsi, 12 autres pays, dont la Chine, pays organisateur des Jeux Olympiques, interdisent toute entrée sur leur territoire aux personnes touchées par le VIH/sida. Plus largement, ce sont même la moitié des pays membres de l’ONU qui appliquent des mesures discriminatoires aux séjours de plus de trois mois. Parmi ces pays, plusieurs sont membres de l’Union européenne

  • Flamme olympique à Paris : une honte

    Hier soir en regardant les images des JT sur la passage de la flamme olympique, j’ai eu honte. Honte de voir des militants enchaînés par le cou par les policiers français, des militants blessés, un journaliste violemment blessé par les forces de l’ordre, des arrestations sans ménagement.

    1046425484.2.gif

    Certes le passage de la flamme aurait dû être une fête, mais n’est-ce pas les Chinois qui ont amené à cette situation où les défenseurs des droits de l’homme se devaient de réagir.
    Même à Paris, ce sont  les responsables chinois qui menaient le jeu éteignant la flamme olympique à la surprise de David Douillet lui-même et annulant même leur passage sur le parvis de l’hôtel de ville…
    En Chine, le drapeau tibétain est interdit. En France des policiers l’ont enlevé chaque fois qui l’ont pu sur le passage de la flamme.
    Les autorités françaises, par leur ambiguïté, le CIO par sa passivité n’ont pas de quoi être fiers.

  • Flamme olympique à Paris, Séropos interdits en Chine !

    Alors que la flamme olympique va traverser Paris demain, personne n’évoque parmi les scandales qui se déroulent en Chine l’interdiction d’entrée et d’installation des séropositifs et les traitements limites que vivent les Chinois malades du sida.
    Il faut vraiment que la France fasse enfin entendre une parole forte contre ce pays qui viole les droits de l’homme, nie les droits élemtnaires d’un peuple, emprisonne ses opposants et maltraite les malades du sida.

    1046425484.gif

    Communiqué de presse du 7 avril 2008
    Alors que la flamme olympique traverse Paris et que le débat est vif et légitime sur le boycott de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques par les politiques, Jean-Luc Romero rappelle que la Chine a déjà décidé le boycott de 33 millions de personnes dans le monde !

    Alors que la flamme olympique traverse actuellement Paris, Jean-Luc Romero dénonce la politique des autorités chinoises à l’approche des JO faite de répressions sanglantes et d’emprisonnements de dissidents. II s’associe au mouvement visant à un boycott symbolique de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques par les politiques.
    En effet comment rester inactif face à la répression dramatique dont ont été victimes les tibétains ? Comment rester les bras ballants, sans réactions, face à un pays qui emprisonne les journalistes, qui viole au quotidien les principes fondamentaux des droits de l’homme ? Comment ne pas hurler notre colère alors que les dissidents au régime, qui ne réclament que la démocratie, sont jetés en prison ? 
    Les intérêts économiques ne peuvent en aucun cas justifier le silence de l’Europe. ELCS s’associe donc au mouvement de protestation générale visant à un boycott de la cérémonie d’ouverture des JO.
    Jean-Luc Romero dénonce également la politique discriminatoire du gouvernement chinois au regard des personnes séropositives : la Chine fait partie des 13 pays, avec les Etats-Unis et la Russie, à interdire l’entrée sur son territoire aux personnes touchées par le VIH/sida; ce faisant la Chine considère les 33 millions de personnes séropositives comme des menaces à l’ordre public, pire comme des criminels !