Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

russie

  • Saint-Pétersbourg : Merci à l'ambassade de France en Russie !

    Merci aux représentants de l’ambassade de France en Russie de m’avoir permis de rappeler à Saint-Pétersbourg que derrière le mot sida, il y a des femmes et des hommes et qu’il faut arrêter de stigmatiser gays, travailleuses du sexe, trans, usagers de drogues et migrants,...

    j9GODYedQ6KyS37v+gSa4Q.jpg

  • Co-présidence de table-ronde et intervention sur le rôle des élus dans la lutte contre le sida

    Ce lundi, à la conférence de Saint-Péters bourg j'assurerai la co-présidence d'une table-ronde et j'interviens sur le rôle des élus dans la lutte contre le sida.

    E6D2B17C-F899-478D-80D5-93B01D817432.jpg

    fullsizeoutput_a716.jpeg

     

  • Départ pour Saint Pétersbourg

    A l'invitation de l'ambassade de France en Russie, j'interviendrai à la conférence internationale sur el sida à Saint-Pétersbourg. Je ne manquerai pas d'évoquer la situation des populations vulnérables notamment en Russie !

    C0AA2B86-04FB-442D-AF79-5AD731A43F0E.jpg

  • Mobilisation internationale contre la politique homophobe de la Russie

    Aujourd’hui, à 14h45, devant l’ambassade de Russie à Paris, SOS Homophobie relaiera l’appel international à se mobiliser contre les deux lois adoptées en Russie qui punissent les actes de propagande homosexuelle et répriment les offenses aux sentiments religieux.
    Cet été, j’ai écrit une lettre ouverte à Vladimir Poutine car les atteintes aux droits de l’Homme en Russie ne sont plus acceptables.
    Alors que la Russie doit organiser en 2014 les Jeux Olympiques, les grandes démocraties doivent réagir vigoureusement et non par de simples communiqués alambiqués.
    Quant aux défenseurs des droits de l’Homme, leur mobilisation est essentielle et leur pression permettra une vraie prise de conscience internationale. D’où l’intérêt de la manifestation de SOS Homophobieet de toutes celles qui ont lieu simultanément dans le monde.

    sos homophobie,jean-luc romero,russie,vladimir poutine,politique,homosexualité

     

  • Invité du Mouv' vendredi à 12h00

    Je serai l'invité de Stéphanie Cabre sur le Mouv' dans l'émission "La Terrasse", de 12H00 à 13H00, ce vendredi 30 août.
    Je m'étais trompé la semaine dernière de date d'émission... Le retour de vacances fut dur !
    L'émission sera consacrée à l'homophobie en Russie et à ma lettre ouverte à Poutine.

    le mou,jean-luc romero,stéphanie cabre,homophobie,russie,poutine

  • Открытое письмо Владимиру Путину (Lettre ouverte à Vladimir Poutine)

    Открытоеписьмо Владимиру Путину

    Open letter to Mr Vladimir Poutine

    Lettre ouverte à Vladimir Poutine

     

     

     

    Мистер Президент,

     

    благодаря налоговому раю, дарованному вами Жерару Депардье, и политическому убежищу, предоставленному Эдварду Сноудену, во Франции и во всём остальном мире вы стали широко известны своей щедростью и готовностью брать под крыло вдов и сирот.

     

    Простите меня, если я испорчу эту картину доброты и заботы, напомнив вам о законе, за который вы – или, прошу прощения, депутаты российского парламента – проголосовали в июне. Это весьма расплывчатый закон о запрете пропаганды «нетрадиционных сексуальных отношений» несовершеннолетним и о наказании за неё.

    Благодаря неопределённой формулировке этого закона, любое обсуждение тем, связанных с ЛГБТ, оказывается под запретом, поскольку пропагандой может считаться любая информация. Говорить о предотвращении самоубийств среди гомосексуальных подростков? Нельзя. Говорить о терпимом отношении к различиям между людьми? Нельзя. Говорить о своём недовольстве? Нельзя. Говорить о насилии со стороны гомофобов? Нельзя. Говорить о равенстве, браке и соблюдении прав ЛГБТ – нет, нет и нет.

     

    Мистер Президент, этот закон, помимо того, что он портит ваш образ «защитника слабых и уязвимых», является ошибкой. Гигантской ошибкой. Исторической, трагической ошибкой. Но что хорошо в ошибках – их можно исправлять.

    Хотя я называю это государственной гомофобией, вы можете возразить, что закон отражает мнение большинства вашего населения, по-видимому, гомофобно настроенного, и что это в любом случае не касается меня, поскольку я гражданин Франции.

     

    С одной стороны, я должен с вами согласиться относительно общественного мнения в вашей стране. По последним данным опросов, что я видел, 34% опрошенных считают гомосексуальность болезнью, 23% - извращением, 49% уверены, что гомосексуалов должны лечить врачи или психиатры, 16% требуют их изоляции, а 5% вообще считают, что их необходимо «ликвидировать». Я побывал на первом гей-параде в Москве в 2006 году, и не мог не заметить агрессию как со стороны небольших групп экстремистов, так и со стороны обычных прохожих.

     

    Но в такой ситуации не кажется ли вам, как главе государства, что вы должны заставлять общество меняться, а не позволять ему цепляться за убеждения, основанные скорее на невежестве, чем на здравом смысле?

     

    Нет никаких сомнений в том, что предрассудки и дискриминация рождены невежеством. Необходима смелая политика просвещения, основанного на знаниях, а не на промывании мозгов; на стремлении узнать других людей, а не отвергать их систематически. Но это даже не приходит вам в голову, поскольку вы позволяете всем этим небольшим группам проявлять свою ненависть по отношению к людям, которых вы считаете недочеловеками и даже преступниками.

     

    Вы можете также сказать, что это внутренне дело России. Но это я могу лишь ответить, что многие согласны с вами: стоит лишь заговорить о России, этой великой экономической державе, владеющей столькими природными ресурсами, и все сразу же умолкают. Некоторые голоса, обычно громко звучащие, стихают, как только речь заходит о России. Очевидно, таково влияние российского климата!

     

    Но все эти люди неправы, как и вы. Неправы, потому что Российская Федерация входит в Совет Европы, а это, как вы можете помнить, организация, целью которой является защита прав человека, демократии и правового государства. Это важные проблемы Российской Федерации, неоднократно проявлявшей своё неуважение к ним. Сегодня Совет Европы должен высказаться бесстрашно. Это вопрос уже не законности, но выживания. Потому что мы ясно видим, какова ваша цель.

     

    Мистер Президент, вы бросаете вызов демократам – не только тем обществам, где отстаиваются права ЛГБТ, но и каждому из нас, гуманистическим ценностям, которые мы защищаем, политическому строю, который некоторыми считается слабым, но является единственным по-настоящему действенным: демократии.

     

    Вы заставляете нас сделать выбор: сдаться и смириться с тем, что наши ценности – это всего лишь слова и ничего не значащие бумаги, или отстаивать эти ценности всеми силами, решительно и неуклонно. Мы не можем оставаться равнодушными, потому что сделать такой «выбор» для нас означало бы отречься от самих себя.

    Вы должны заставить вас смягчиться. Мы обязаны заставить вас сменить курс действий, потому что невозможно представить проведение Олимпийских Игр 2014 года в стране, которая не уважает права человека.

     

    Главы государств, например, президент Обама, уже высказались. Международному олимпийскому комитету тоже придётся сказать своё слово, а не отделаться лишь общими гуманистическими заявлениями.

     

    Мистер Президент, когда главы государств признают свои ошибки, это только делает им честь. Вы всё еще можете пойти другим путём, а не тем гомофобным, которым вы идёте сейчас. Вы так гордитесь своей страной и её историей, так не становитесь же таким главой государства, который позволит России вернуться в средневековье и стать тоталитарной, душащей свободу страной.

     

    Мистер Президент, пожалуйста, примите это обращение убеждённого активиста.

     

    Жан-Люк Ромеро. (Jean-Luc ROMERO)

    www.jeanluc-romero.com

  • Invité du Mouv' dans la Terrasse à 12H00

    Je serai l'invité de Stéphanie Cabre sur le Mouv' dans l'émission "La Terrasse", de 12H00 à 13H00, ce mardi 27 août. L'émission sera consacrée à l'homophobie en Russie et à ma lettre ouverte à Poutine.

  • Lettre ouverte à Vladimir Poutine

    Monsieur le Président,
    Entre l’asile fiscal accordé à Gérard Depardieu et l’asile politique d’Edward Snowden, vous êtes, ces derniers temps, sous le feu des projecteurs, aussi bien tricolores que mondiaux : quel homme de cœur vous êtes, prêt à prendre sous votre aile protectrice la veuve et l’orphelin !
    Pardonnez-moi, d’ores et déjà de casser quelque peu l’ambiance et loin de moi l’envie d’exercer un droit d’inventaire tant à la mode en ce moment, mais je souhaiterais évoquer une loi que vous avez votée, pardon que les parlementaires russes ont votée, en juin, loi qui, de manière extrêmement floue, dispose que la propagande pour les « relations sexuelles non traditionnelles » devant mineur sera pénalisée.
    Grâce à cette notion non-définie de propagande, cette réglementation permet d’interdire au final de parler des thématiques LGBT puisque tout type d’information diffusé pourrait ainsi être considéré comme étant de la propagande ! Parler de prévention du suicide des jeunes homosexuels : non. Parler d’acceptation des différences : non. Parler de mal-être : non. Parler des violences homophobes : non. Parler des droits, d’égalité, de mariage et de la visibilité des droits LGBT : non, non, non et surtout non !
    Monsieur le Président, cette loi, au-delà du fait de casser votre image de « protecteur du plus faible », est une erreur. Une erreur grossière. Une erreur historique tout autant que dramatique. Mais l’avantage des erreurs c’est qu’elles peuvent se corriger.
    Alors que je m’insurge naturellement contre l’instauration de cette homophobie d’Etat, vous pourriez d’abord me répondre que cette loi va dans le sens de l’opinion publique de votre pays qui semble majoritairement homophobe et, ensuite, que cela ne regarde pas le simple citoyen Français que je suis.
    D’une part, sur l’argument de l’opinion, je ne pourrais malheureusement que vous donner raison. Les dernières données, à ma connaissance montrent que 34% des personnes interrogées en Russie croient que l’homosexualité est une maladie, 23% une perversion. 49% préféreraient que l'on soigne les homosexuels soit psychologiquement, soit physiquement. 16% pensent qu’il faudrait les isoler, et 5% estiment que la solution serait de les « liquider » physiquement ! Moi-même qui étais présent à la première Gay Pride en 2006 à Moscou, je n’ai pu que constater les violences des groupuscules extrémistes mais aussi des passants en général.
    Mais, face à cet état de fait, votre rôle, en tant que chef de l’Etat, ne serait-il pas plutôt de faire évoluer la société plutôt que la figer dans des certitudes qui sont bien plus des manifestations d’ignorance que de réels avis ? Car, c’est bel et bien de l’ignorance que naît le préjugé et la stigmatisation. Ce qu’il faudrait c’est une politique d’éducation ambitieuse basée sur la connaissance et non sur l’endoctrinement, fondée sur l’apprentissage de l’Autre et non son rejet systématique. Mais de cela, il n’en n’est pas question selon vous, vous qui avez préféré signer un blanc-seing à tous les groupuscules du pays leur permettant d’exprimer leur haine sur des personnes que vous avez consacrées non seulement comme des sous-citoyens, mais aussi désormais comme des délinquants.
    D’autre part, vous pourriez également me dire que cette loi regarde exclusivement les affaires internes de la Russie. Face à cet argument, je ne pourrais que constater que beaucoup sont d’accord avec vous : dès que l’on parle de la Russie, cette grande puissance économique avec tant de ressources naturelles, beaucoup hésitent à s’opposer ; certaines voix, habituellement fortes, deviennent subitement assez fluettes quand est évoqué le dossier russe … Manifestement, le climat russe favorise les extinctions de voix ! Mais ces gens là ont tort. Tout comme vous.
    Tort, parce que la Fédération de Russie fait partie du Conseil de l’Europe, organisme qui a pour but, rappelez-vous, de défendre les droits de l'Homme, la démocratie et l'état de Droit. Vastes thématiques qui trouvent un terrain d’action fort intéressant au sein de la Fédération de Russie, maintes fois condamnée dans ce cadre. Aujourd’hui, le Conseil de l’Europe doit prendre ses responsabilités et, réellement et sans ambages ou ronds de jambe, taper du poing sur la table. Ce n’est même pas une question de légitimité mais bien plus de survie ! Car nous voyons bien finalement où vous voulez en venir.
    Monsieur le Président, vous lancez un défi aux démocrates : non pas un défi aux associations de défense des LGBT mais un défi à nous tous, un défi aux valeurs humaines que nous défendons, un défi à un régime politique qu’on qualifie de faible et qui pourtant est la meilleure des organisations : la démocratie.
    Vous nous obligez à faire un choix : capituler et accepter que nos valeurs ne soient que belles déclarations et bouts de papier ou défendre ces mêmes valeurs, les défendre bec et ongles, concrètement, obstinément. Nous ne pouvons rester neutres car ce non-choix signifierait simplement d’accepter de se renier nous-mêmes.
    Nous devons vous faire entendre raison. Nous devons vous faire plier, car il ne peut être envisageable qu’en 2014, les Jeux olympiques aient lieu dans un pays qui ne respecte pas les droits humains. Déjà, des chefs d’Etat comme le président Obama se font entendre. Le CIO devra aussi prendre ses responsabilités et ne pas se contenter de vagues déclarations humanistes.
    Monsieur le président, c’est l’honneur des hommes d’Etat de reconnaître leurs erreurs. Il est encore temps de revenir sur votre politique homophobe. Vous qui avez une si haute idée de votre pays et de sa grande histoire, ne soyez donc pas le chef de l’Etat qui fera retourner la Russie dans l’obscurantisme des pays liberticides et autoritaires.
    Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de mes salutations les plus militantes.
    Jean-Luc Romero
    A lire aussi sur le Huffington Post (ici), Newsring (ici), Yagg (ici) et 360° (ici). Et article dans ParisMatch.fr (ici). 

  • Athlètes LGBT aux JO en Russie :L’essentiel ne sera plus de participer … mais de ne pas se faire arrêter !(Tibune Obs.com)

    Poutine qui réécrit Coubertin, qui l’eut cru ?
    Car oui, c’est bien de cela dont il s’agit. La loi voulue par Poutine et votée par les parlementaires russes (joli pléonasme), loi qui pénalise la propagande des relations sexuelles non-traditionnelles (sic) auprès des mineurs va s’appliquer lors des Jeux Olympiques de 2014. Le défi pour tout athlète LGBT ne sera plus de participer … mais de ne pas se faire arrêter !
    Cette loi me laisse pensif et inquiet : comment fera un athlète homosexuel s’il veut embrasser son compagnon pour fêter une victoire ou chercher du réconfort en cas de défaite ? Le regard que lancera une athlète lesbienne à sa femme pour se donner du courage sera-t-il à même de justifier une amende ? Un champion olympique portant un badge Rainbow ou Act Up sera-t-il dégagé manu militari du podium ? A toutes ces questions, heureusement, nous avons la réponse : le Comité international olympique a affirmé avoir «reçu l'assurance du plus haut échelon du gouvernement russe que la loi n'affecterait pas ceux qui assisteront ou participeront aux Jeux Olympiques ». Sportif homo adulé dans les stades, sportif homo délinquant hors des stages… Pas facile de s’y retrouver !
    Cette perspective, que je traite volontairement sur le ton d’un humour grinçant, n’a pour but que de mettre en lumière une terrible réalité. L’heure est grave concernant les droits humains en Russie et tout particulièrement la situation des LGBT.
    En 2006, comme d’autres élus et militants européens, j’étais à la première Gay Pride russe, à Moscou, en soutien aux militants russes qui, avec beaucoup de courage, ont agi pour imposer à la société russe la réalité des personnes LGBT. Non pas en termes de droits mais simplement en termes d’existence ! Les laisser seuls, il ne pouvait en être question. Concrètement, comment cela s’est-il passé ? Mal, très mal. Les arrestations policières et violences des groupuscules mais aussi des passants en général ont empêché la tenue de cette courte marche.
    En 2006, j’avais quand même l’espoir que les choses avancent malgré le statut particulier de la Russie, grande puissance économique devant laquelle beaucoup hésitent à s’opposer ; certaines voix, habituellement fortes, deviennent subitement assez fluettes quand est évoqué le dossier russe … Manifestement, le climat de la Mère Patrie favorise les extinctions de voix !
    De cet espoir que reste-t-il en 2013 ? Laissons parler les chiffres : selon les enquêtes du centre Lévada, en 2013, 34% des personnes interrogées en Russie croient que l’homosexualité est une maladie, 23% une perversion. 49% préféreraient que l'on soigne les homosexuels soit psychologiquement, soit physiquement. 16% pensent qu’il faudrait les isoler, et 5% estiment que la solution serait de les « liquider » physiquement. Ai-je besoin de commenter ces données ?
    Pour faire évoluer les choses dans un sens positif, nul doute que la solution serait une politique d’éducation qui permettrait de faire comprendre les personnes dans leurs singularités. Je crois profondément que, majoritairement, dans les situations de stigmatisation, c’est bien l’ignorance qui est à la base de tout.
    Aujourd’hui, de ces réflexions, nous n’en sommes pas encore là. Même très loin ! En rendant illégal et répréhensible le fait de faire toute propagande des relations sexuelles non-traditionnelles auprès des mineurs, le pouvoir russe a préféré légaliser les discriminations, consacrer les préjugés comme composantes principales de la loi et ainsi légitimer les violences homophobes. Car, c’est de cela dont il s’agit : un blanc-seing signé, une nouvelle fois, par les plus hautes autorités aux homophobes de Russie !
    Face à cela, notre réaction doit être forte. Le « doit » implique l’obligation ! Laissez-moi tout de même rappeler que la Russie est membre du Conseil de l’Europe depuis 1996 : à l’époque déjà des voix s’étaient déjà élevées contre cette adhésion que beaucoup jugeaient choquante et scandaleuse, au mieux fort étonnante. Fallait-il refuser son adhésion ? Non, je ne crois pas. Faut-il tout accepter depuis son adhésion ? Sûrement pas ! Le Conseil de l’Europe s’est, à plusieurs reprises, prononcé sur le cas russe et l’a condamné, notamment sur la question de l’interdiction des gays pride. Est-ce suffisant ? Non. Aujourd’hui, c’est clair, le Conseil de l’Europe doit taper du poing sur la table. Beaucoup plus fermement. Il en va, au-delà de sa crédibilité, de sa raison d’être même.
    Au-delà du rôle du Conseil de l’Europe, outre le gouvernement, les villes et collectivités françaises peuvent également agir dans le cadre des accords de jumelage ou de coopération avec des villes russes : les remettre en cause ou profiter de l’existence des ces accords pour interpeler le élus russes.
    Cette réflexion, elle doit se faire rapidement, sans avoir besoin de recourir forcément à des commissions, études, comités, etc… Certaines villes comme Valenciennes, Bordeaux, Paris, se sont déjà exprimées sur le sujet et ont indiqué que les accords concernaient surtout le domaine culturel, sans relations directes avec le pouvoir russe. Ces réactions sont importantes, mais il faut aller bien plus loin.
    La Russie nous lance un défi. Non pas un défi aux seules associations de défense des droits et libertés des LGBT mais un défi à nous tous, un défi aux valeurs humaines que nous défendons.
    Le choix est devant nous. Le choix est devant les dirigeants européens : soit défendre ces valeurs, soit accepter qu’elles ne soient que déclarations et bouts de papier.
    Nous ne pouvons rester neutres. Ce non-choix signifierait simplement d’accepter de se renier nous-mêmes.
    Alors quel sera notre choix ?
    A lire aussi sur Obs.com (ici).

  • La Russie peut-elle continuer à stigmatiser les homosexuels ?

    La Russie fait partie du Conseil de l’Europe et devrait adhérer à une charte de respect des droits humains inhérents à notre vieille Europe. Pourtant, et depuis longtemps, ce pays stigmatise les homosexuels.
    Malgré les nombreuses remontrances du Conseil de l’Europe, la Russie interdit, année après année, les Gays Pride. Les LGBT sont interdits d’expression dans ce pays. Cela ne s’est pas arrangé avec le vote d’une loi contre une prétendue propagande homosexuelle.
    Avec cette loi, tout propos favorable à l’homosexualité peut conduire en prison. Les autorités russes ont même prévenu que, lors des prochains Jeux Olympiques d’hiver qui doivent s’y produire, tout athlète étranger qui ferait la promotion de l’homosexualité subirait immédiatement la force de cette loi liberticide.
    Face à cette fuite en avant homophobe des autorités russes, il devient urgent que la communauté internationale réagisse. A Londres, symboliquement, des bars gays ont déjà décidé de ne plus servir de vodka russe dans leurs établissements.
    Au delà de ce symbole solidaire, les Etats du Conseil de l’Europe doivent se mobiliser tout comme les diplomaties. De même, de nombreuses villes françaises ont des jumelages avec d’autres collectivités russes. Elles devraient profiter de cette proximité pour les interpeller et les sensibiliser à ces attaques aux droits humains que subissent les LGBT.
    Il faut enfin une réaction énergique car le président Poutine, qui a déjà raillé la France pour le vote du mariage pour tous, se sentira libre d’aller toujours plus loin dans la stigmatisation des homosexuels. Et ça devient urgent ! Très urgent !

    russie,jean-luc romero,homophobie,politique,france,poutine

  • La « propagande » de l’homosexualité pénalisée en Russie

    La Russie s’illustre depuis des années par une homophobie d’Etat qui va jusqu’à empêcher toute manifestation favorable à l’homosexualité. Ainsi, les Gay Pride ont toujours été interdites à Moscou.
    Récemment,la Douma a décidé d’aller plus loin en pénalisant la « propagande » de l’homosexualité aux mineurs.
    Sachant que rien ne définit la « propagande », cette loi est un moyen de museler les rares militants qui ont le courage de se battre pour la visibilité des homosexuels et contre l’homophobie.
    En évoquant les mineurs, la Douma sous-entend aussi que les enfants doivent être protégés de l’homosexualité…
    Seul un député a osé voter contre cette loi liberticide. Les autres ont voté d’un seul homme pour cette loi qui est une terrible attaque contre la liberté d’expression…
    Je souhaite bien du courage aux militants LGBT russes qu’il faut plus que jamais soutenir face à la haine homophobe de l’Etat russe.

  • Se mobiliser contre la censure de l’homosexualité à Saint-Pétersbourg

    Hier, les parlementaires de Saint-Pétersbourg ont rendu contraires à la loi la lecture, l’écriture ou les débats concernant l’homosexualité. Si un tel texte était mis en oeuvre, beaucoup de militants craignent une contagion en Russie. Pour mémoire, la Russie continue à interdire les Gays Pride malgré les reproches permanents du Conseil de l’Europe qui y voit une scandaleuse atteinte à la liberté de manifester.
    Après ce vote, le gouverneur a cependant la possibilité de mettre son véto. L’Association « All out » a lancé une campagne de signatures qui a atteint déjà 270 000 noms. Quant on sait les efforts que déploie Saint-Pétersbourg pour attirer les touristes, on imagine bien qu’une telle pétition peut inquiéter les autorités russes et peut être convaincre le gouverneur d’utiliser son véto.
    Je vous invite donc à signer cette pétition en cliquant (ici).

  • L’Europe impuissante face aux oukases de Moscou

    Moscou multiplie les coups de force depuis sa violation de l’intégrité territoriale de la Géorgie. Ainsi, le Parlement russe a reconnu l’indépendance des Républiques séparatistes géorgiennes d’Abkhazie et d’Ossétie du sud en contradiction avec le principe fondamental du droit international des peuples comme l’a rappelé la chancelière allemande.Blason Géorgie.png

    Face à ce nouveau coup de force inacceptable et contraire aux accords signés par la Fédération russe, l’Union Européenne semble une nouvelle fois bien impuissante et peu prompte à réagir collectivement.

    Certes, lundi un sommet extraordinaire des chefs d’Etat européens sera enfin convoqué, mais n’aurait-il pas dû l’être dès la violation de l’intégrité territoriale de la Géorgie pour parler d’une seule voix ?