Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

aids - Page 7

  • Pot convivial au stand France à destination de la communauté française

    Banniere FRMelbourne.jpg

    Afin de permettre aux Français présents à la 20ème conférence internationale sur le sida à Melbourne de se rencontrer dès le début de cette conférence, un pot sera organisé au stand France qui est géré par des salariés du Crips Ile-de-France dont je suis le président.
    Dès midi, les Français, mais aussi tous ceux qui s’intéressent à l’action de la France et des associations de notre pays dans la lutte contre le sida, sont les bienvenus.

    france,jean-luc romero,melbourne,crips,sida,aids,hiv,vih,politique

    france,jean-luc romero,melbourne,crips,sida,aids,hiv,vih,politique 

  • Ouverture de la 20ème conférence internationale sur le sida à Melbourne

    C’est aujourd’hui que s’ouvre la 20ème conférence internationale sur le sida à Melbourne.
    Après 30 heures de voyage et le décalage, il faut surtout s’habituer aux températures d’hiver. Il commençait enfin à faire beau à Paris que me revoici plongé en plein hiver…
    Cette conférence est originale et unique en cette époque de désintérêt sur le VIH/sida parce qu’elle réunit médecins, chercheurs mais aussi activistes et responsables politiques.
    Alors qu’il n’y a jamais eu autant de gens vivant avec le VIH/sida, il faut comme le proclame le slogan de cette conférence : « Stepping up the pace », « Accélérer le rythme »…

    melbourne,jean-luc romero,sida,aids,politique

     

    melbourne,jean-luc romero,sida,aids,politiquemelbourne,jean-luc romero,sida,aids,politique
  • Arrivée sur le sol australien...

    Ca y est ! Après plus de 30 heures de voyage et un départ vendredi matin de Paris, me voici sur le sol australien. Un sol que, en tant que séropositif, j’aurais pu avoir du mal à fouler si la législation concernant l’entrée des personnes séropositives n’avait pas changé fort opportunément et fort légitimement quelques jours avant le début de cette XXe conférence internationale sur le sida. A ce sujet, j’avais interpellé le professeur Barré-Sinoussi, présidente l’International Aids Society, sur le sujet ainsi que diverses personnalités et organismes australiens ; je suis heureux de voir que la mobilisation a payé ! Concrètement ; aujourd’hui, la demande de visa de tourisme ou d’établissement d’une personne séropositive sera jugé sur les mêmes critères que pour une personne souffrant de n’importe quelle maladie chronique. Une juste évolution des choses mais ce combat est bien loin d’être fini !
    Mais ne boudons pas notre plaisir. Demain, c’est le début de la conférence. Moi qui ait participé à ce nombreuses conférences de ce type, j’en connais la nécessité et toute l’utilité : comme lieu d’annonces majeures, comme lieu d’échanges, comme lieu de plaidoyer. Comme lieu d’accélération de la lutte. Oui, voilà ce que représente cette conférence : un lieu d’accélération de la lutte !
    Alors que la fin du sida n’est plus une notion utopique mais un concept qui peut concrètement être pensée, les défis sont immenses : en termes de prévention avec le rôle préventif du traitement, en termes de financement avec l’accès aux traitements, en termes de recherche avec cette mutualisation des efforts, en termes de cadre sociétal : à ce sujet, je vous engage à vous rendre sur le site de la conférence pour signer la déclaration de Melbourne qui engage à abolir les législations discriminatoires et à porter le combat sur la lutte contre la stigmatisation des populations dites vulnérables.
    En somme, tout ceci annonce une semaine extrêmement riche !

     

  • Arrivé à Melbourne : le stand France ouvert dès demain !

    Après plus de 30 heures de vol, me voilà arrivé ce soir avec la petite équipe du CRIPS à Melbourne en Australie.
    Demain se déroulera la séance d’ouverture de la 20ème conférence internationale sur le sida et bien sûr le stand France géré par le Crips sera ouvert !

    melbourne,jean-luc romero,crips,sida,aids,santé,politique,france

    melbourne,jean-luc romero,crips,sida,aids,santé,politique,france

     

  • Départ pour la conférence internationale sur le sida

    melbourne,jean-uc romero,sida,aids,vih,france,région ile-de-france

    Ce matin, je m’envole pour Melbourne pour la 20ème conférence internationale sur le sida qui s’y tiendra du 20 au 25 juillet.
    Cette conférence, qui réunit tous les deux ans patients, activistes, médecins, chercheurs, responsables politiques, est importante pour la mobilisation internationale contre le VIH.
    Malheureusement, elle se déroule cette année dans un pays qui interdit l’installation aux personnes séropositives. Il nous faudra interpeller les autorités australiennes sur cette question.
    En ce qui me concerne j’irai en ma qualité de représentant de la région Ile-de-France qui est investie à l’international contre le sida et en tant que président du Crips qui gérera le stand France.

     

  • Ma tribune au Huffington Post : La XXè Conférence internationale sur le sida : un lieu où se crée l’espoir, mais où les discriminations persistent !

    Un lieu dédié aux militants, un concentré d’énergie.
    Un lieu d’échanges pour des personnes de tout horizon, de tout pays, de toute culture.
    Un lieu où se dessine le futur.
    Un lieu où se crée l’espoir.
    Un lieu de solidarité.
    Je pourrais continuer longtemps mais je pense que ces quelques qualificatifs se suffisent à eux-mêmes et définissent bien ce qui va se dérouler à partir de dimanche au Centre des Congrès de Melbourne pour la XXè Conférence internationale sur le sida.
    Certains esprits chagrins auront à cœur de dénoncer ces grandes conférences comme inutiles ou un peu « paillette », préférant, tout à leur bonne conscience, appeler à dépenser cet argent sur le terrain. Une vision très moraliste et bien éloignée des réalités : ces conférences sont utiles, essentielles même ; elles permettent pour 15.000 acteurs de la lutte, un partage à très grande échelle des connaissances, des projets, des outils et bien plus encore, elles constituent une accélération de la lutte au niveau mondiale. Voilà pourquoi, je serai, une nouvelle fois, présent à cette conférence, aussi bien en tant que représentant de la région Île-de-France que président du Crips Île-de-France, association coordonnant le stand de la France. Aussi parce qu’elles sont un exemple de la solidarité entre les peuples, et singulièrement entre populations du sud, plus touchées, mois bien traitées, et populations du nord, relativement nanties. D’ailleurs, les acteurs des pays du sud sont très présents dans ces conférences et elles sont pour eux un moment important de la lutte mondiale que nous devons mener pour éradiquer cette maladie.
    Certes, je dois vous dire qu’il y a encore peu, je n’arrivais pas à comprendre que cette conférence puisse se tenir en Australie. Non pas que j’avais un ressenti négatif à l’encontre de ce pays, bien au contraire, mais ce pays faisait partie de la liste de la quarantaine de pays qui, à travers le monde, restreignent la liberté de circulation et d’établissement des personnes séropositives uniquement à cause de leur statut sérologique. Depuis longtemps je mène ce combat contre ces restrictions aussi inhumaines qu’inutiles et contre-productives et si la conférence de 2012 avait pu se tenir à Washington, c’était justement parce que les Etats-Unis avaient aboli cette scandaleuse législation qui interdisait à toute personne séropositive d’entrer sur son territoire. En Australie, début juillet, la législation a évolué et désormais l’examen de la demande d’établissement sur le territoire australien d’une personne séropositive sera soumis aux mêmes critères qu’une personne atteinte par une maladie chronique. Bien sûr, je ne peux que me féliciter de cette annonce, j’avais notamment interpellé le professeur Barré-Sinoussi, présidente de l’IAS, sur le sujet, mais permettez-moi quand même de juger cette évolution législative à la limite du tardif … vous en conviendrez !
    Dans ce combat pour la vie, l’égalité, la dignité et la solidarité, les défis nous les connaissons, ils ont été identifiés, ils sont nombreux et immenses.
    Quelle prévention alors que l’OMS a récemment demandé aux « hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes » de prendre des antirétroviraux « comme une méthode supplémentaire de prévention » se ralliant de façon très claire à la prévention combinée ? Mais avec quels financements quand on ne peut empêcher presque 5.000 personnes de mourir par jour faute de traitements ?
    Justement, quel accès aux ARV face aux neuf millions de personnes qui en ont besoin urgemment ? Quel financement alors que la taxe sur les transactions financières a du plomb dans l’aile ?
    Quelle recherche dans un contexte de crise mondiale ? Comment les chercheurs travaillant sur le VIH/sida peuvent-ils construire des collaborations plus fortes avec ceux œuvrant sur d’autres maladies ?
    Quelle défense des droits humains pour lesquels nous savons bien – relisons Thomas Mann ! – que le respect et la promotion sont des conditions sine qua non de l’efficacité de la riposte mondiale au VIH/sida ? Un respect et une promotion largement remises en cause par le développement très inquiétant des législations criminalisant l’homosexualité, notamment dans certains pays africains.
    Quel activisme ? Alors que la lutte contre le sida a permis l’émergence des concepts de démocratie sanitaire, de l’implication des personnes vivant avec le VIH et d’autres modèles de développement et d’organisation des soins, la remise en cause de l’exceptionnalisme du VIH/sida pose question.
    Des débats passionnants s’annoncent, des débats pour sauver des vies, des débats pour permettre aux 34 millions de personnes séropositives de vivre sans honte et sans stigmatisation. Je le redis : cette XXè Conférence internationale de lutte contre le sida ne doit pas être considérée uniquement comme un instantané de la lutte mais bien plus pour ce qu’elle représente réellement : un message de mobilisation pour tous les gouvernements, un élan international de solidarité et un cri de rage et d’espoir lancé à la face du monde !
    A Lire sur Le Huffington Post (ici).

     

     

  • Mon interview dans La Marseillaise sur le sida

    Dimanche 22 juin 2014 La Marseillaise Guide API ROMERO SIDA.jpg

  • Visite de l’association GNP+

    La directrice de GNP+, Suzette Moses-Burton nous recevra aujourd’hui pour présenter les actons de GNP+ aux Pays-Bas et faire visiter ses structures.
    Il sera important pour nous de comparer les différentes approches entre la France et les Pays-Bas sur la question de la lutte contre le sida et la réduction des risques chez les usagers des drogues.

    gnp+,jean-luc romero,sida,pays-bas,aids

     

  • Déplacement à Amsterdam sur la réduction des risques

    Ce jeudi, je serai avec le directeur opérationnel du Crips à Amsterdam pour rencontrer les responsables de l’association Correlation Network/ Fondation De Regenboog Groep.
    Ce sera l’occasion pour nous d’évoquer la manière dont les Pays-Bas gèrent les problèmes d’addiction et de lutte contre le sida au moment où le Crips prépare pour septembre une campagne grand public sur la réduction des risques à destination des usages de drogue.

    crips,jean-luc romero,sida,aids,amsterdam

     

  • Rencontre avec le député-maire Gabriel Serville

    En ma qualité de président d’ELCS, je rencontrerai ce soir l’élu guyanais Gabriel Serville pour parler de la lutte contre le sida.
    Gabriel Serville est en effet député en Guyane région particulièrement touchée par la pandémie de VIH/sida.

     

  • Rencontre avec Roberto Romero, vice-président de la région Ile-de-France

    Je recevrai ce lundi Roberto Romero, vice-président de la région Ile-de-France, au Crips afin de faire un point sur nos actions communes.
    Le Crips est aussi engagé, à la demande de la région Ile-de-France, dans des actions internationales qui concernent son secteur de compétences.
    En 2000, j’avais fait voter un amendement à la région qui fait que dans nos accords de coopération décentralisée, il doit y avoir un volet sida.
    Le Crips, a notamment soutenu la création d’un Criaps au Chili, formé de nombreux médiateurs de santé à travers le monde…

    roberto romero,jean-luc romero,ile-de-france,crips,sida,aids

     

  • 9 mai 1994- 9 mai 2014 : déjà 20 ans sans lui…

    20 ans !
    20 ans déjà qu’Hubert nous a quitté en ce beau mois de mai.
    20 ans que le sida ne lui a laissé, contrairement à moi, aucune chance.
    Ce salop de virus a emmené l’homme qui m’a permis d’aimer ce que j’étais, d’assumer ce que je suis devenu.
    Sans lui, je ne serai sûrement pas ce militant acharné que rien n’ébranle. Jamais.
    20 ans, c’est long dans une vie. Et pourtant, j’ai, chaque jour, l’impression de l’avoir quitté il y a juste une petite poignée d’heures.
    Rien n’a plus jamais été pareil depuis son départ mais la vie est là. C’est grâce à lui…Il m’a donné la force de continuer. Pour lui comme pour tant d’autres.
    Je ne l’oublie jamais comme je n’oublie pas ces amis fauchés dans leur jeunesse par un virus qui ne leur a laissé aucune chance. Contrairement à moi… Pourquoi ?
    Une question qui me taraudera jusque ma mort.
    En attendant, que dire à part, qu’Hubert me manque. Seconde après seconde, minute après minute, heure après heure. Année après années…hub-jl baiser.jpg

  • Passer de 95 000 à 100 000 signataires pour les Soins funéraires pour tous !

    Ce fut une belle surprise de voir des dizaines de milliers d’internautes – plus de 95 000 à ce jour – signer la pétition que j’ai lancée avec Elus Locaux Contre le Sida (ELCS) pour que Marisol Touraine autorise enfin les soins de conservation pour les défunts atteints du VIH/sida ou d’hépatites virales.
    Cette discrimination n’a aucun sens en terme de santé publique, n’est pas utile pour la sécurité des thanatopracteurs et est insupportable en terme de discriminations.
    Les séropositifs qui sont déjà discriminés tout au long de leur vie le sont aussi après leur mort. Insupportable !
    Notre pétition a ému comme le prouve le nombre très élevé des signataires. Mais on sait que si 95 000 c’est énorme, il y a des caps symboliques qui marquent.
    100 000 signataires est un objectif. Certes, 5000 signataires supplémentaires ce n’est que 5% de l’ensemble des signataires, mais ce sont ces derniers milliers qui sont les plus difficiles à obtenir.
    C’est pourquoi, nous avons besoin de vous pour relayer cette pétition auprès de vos proches et sur les réseaux sociaux. Ce cap de 100 000 est très symbolique et je sais pouvoir compter sur votre aide. Pour retrouver la pétition (ici). Merci d’avance !

    Pétition30avril2014.PNG

     

  • Soutien aux militants sénégalais contre le sida

    Depuis quelques années, le Crips-Ile-de-France et la région Ile-de-France invitent des militants de la lutte contre le sida de nos zones de coopération décentralisée pour les former et leur permettre de coopérer avec les associations franciliennes. Récemment, ce furent des militants sud-africains, cette semaine, à l’occasion de la conférence francophone sur le VIH qui se déroule en France, nous avons invité un activiste sénégalais à y assister et à être formé au Crips. Arrivé jeudi, il reste une dizaine de jours en France. Je me réjouis de sa présence et que notre région et le Crips aient un rôle dans la mobilisation internationale contre le sida et dans l’aide aux militants des pays émergents.

  • Lettre ouverte au Président Hollande sur les soins funéraires pour tous (A lire sur le Huffington Post)

    Monsieur le Président de la République,

    Avec cette lettre ouverte, j’en appelle à vous.
    J’en appelle à l’homme dépositaire de la plus haute fonction de l’Etat, un homme qui, par sa voix, parle au nom de tous les Français, un homme qui est le garant de la devise de notre République : « Liberté, Egalité, Fraternité ». J’en appelle à vous sur un sujet douloureux, un sujet que vous connaissez et qui, à mon sens, aurait pu être solutionné autrement qu’en en appelant à vous. Ce sujet, c’est l’interdiction des soins de conservation pour les personnes décédées touchées par le VIH/sida ou une hépatite virale. Aujourd’hui, après plus de 30 années de lutte contre le VIH/sida, 30 ans d’action, 30 ans d’engagement, quelle est la situation : l’Etat français interdit que les proches, les amis, la famille d’une personne décédée touchée par le VIH ou une hépatite virale puisse lui rendre un dernier hommage… Monsieur le Président de la République, cette situation est inhumaine : rajouter de la souffrance à un moment de choc aussi dur que l’annonce d’un décès, empêcher le deuil, discriminer les malades même après leur mort … est-ce une solution dont la France, pays des Droits de l’homme, puisse réellement s’honorer ? Je vous laisse seul juge. Monsieur le Président de la République, insupportable sur le plan humain, cette réglementation est également dangereuse sur le plan de la santé. D’abord sur le plan de la santé publique : cette réglementation ne fait que renforcer le climat de stigmatisation qui enserre les malades et, toutes les études le démontrent, la sérophobie est un frein très fort à l’efficacité de toute politique de prévention et de promotion du dépistage. Ensuite, cette réglementation est tout autant néfaste à la santé des thanatopracteurs : comment imaginer que les professionnels puissent être réellement protégés alors que 30% des personnes séropositives au VIH, en France, ignorent leur séropositivité ? C’est bien plus par un environnement de travail adéquat à leurs pratiques et le respect de certaines précautions universelles que la santé des thanatopracteurs sera protégée plus que par une réglementation qui fait naître un sentiment subjectif de sécurité, sentiment objectivement illusoire. … … Plusieurs années déjà que nous nous battons pour réclamer la levée de l’interdiction. Plusieurs années que les ministres concernés - quatre ministres déjà ! - sont approchés et nous écoutent avec bienveillance, sans que, concrètement, cela change quoique ce soit. Plusieurs années que nous espérons, que des annonces sont attendues, que les réponses sont contradictoires et les espoirs déçus. Pourtant, tous les acteurs de la lutte contre le sida demandent la levée de cette interdiction : les associations bien sûr, mais aussi le Conseil national du sida, le Haut Conseil à la Santé publique, le Défenseur des droits, l’IGA et l’IGAS... Et 93.000 concitoyens qui oint signé une pétition que j’ai lancé sur change.org/SidaSoins Funéraires en décembre dernier. Tous demandent la même chose et personne n’est écouté sérieusement. Je connais votre engagement déterminé et humaniste dans la lutte contre le VIH/sida, depuis de nombreuses années, que ce soit en France et dans le monde. Je sais votre conviction d’être au plus proche des problèmes des Français et je ne doute pas de votre volonté d’écouter nos concitoyens qui souhaitent dire un dernier au revoir aux leurs. C’est pour tout cela, monsieur le Président de la République que j’en appelle à vous. Pour protéger la santé des professionnels que sont les thanatopracteurs. Pour mettre fin à une discrimination inhumaine. Pour que nos morts ne soient plus des pestiférés. Pour affirmer que chaque défunt a droit au respect.
    Nous comptons sur vous. Je vous remercie de l’attention que vous porterez à cette lettre et vous prie de croire, monsieur le Président de la République, en l’expression de ma très haute considération.
    Jean-Luc Romero
    A lire aussi sur le Huffington Post.

  • Back to Paris !

    Après une petite escapade en Tunisie, retour à Paris ce jeudi pour une fin de semaine qui sera chargée entre la mairie du 12ème arrondissement de Paris ou encore la conférence francophone sur le sida dès dimanche à Montpellier.
    En attendant, bonne fin de semaine à toutes et tous…

    paris,jean-luc romero,sida,montpellier,aids

  • ELCS Infos n° 36 est sorti ! Elus, engagez-vous contre le sida !

    Alors que plus de 500 000 conseillers municipaux ont été élus ou réélus fin mars, Elus Locaux Contre le Sida sort un ELCS Infos spécial.
    En effet, dans ce numéro 36, il est expliqué pourquoi les élus, en dépassant leurs clivages politiques, doivent s’engager dans la lutte contre le sida et surtout comment le faire. Ce numéro pédagogue et surtout à destination des nouveaux élus municipaux leur explique comment devenir élu ou ville engagés contre le sida.
    Espérons que la nouvelle génération d’élus nous rejoindra dans ce combat pour la vie !

    elus locaux contre le sida,jean-luc romero,sida,politique,aids

     

     

     

  • 95 000 signataires pour les soins funéraires pour tous : passons à 100 000 !

    Ceux qui veulent faire une belle action en ce week-end pascal, je vous propose de signer la pétition que j’ai lancée avec Elus Locaux Contre le Sida pour autoriser enfin les soins de conservation pour les personnes mortes atteintes du VIH/sida ou des hépatites virales.
    95 000 d’entre vous ont déjà signé notre pétition : c’est formidable et inespéré. Cela a déjà permis que la ministre Marisol Touraine annonce que cette discrimination doit cesser. Mais aujourd’hui, comme avec les trois précédents ministres, aucune date n’est donnée pour la fin de cette discrimination ! Le combat est donc loin, contrairement à ce qu’ont écrit certains medias, d’être terminé !
    Il faut donc amplifier le mouvement : atteindre les 100 000 signataires serait très symbolique : aidez-moi. Signez et/ou faites tourner cette pétition (ici).

     

  • Participez à l'opération Selfie pour les #SoinsFunerairesPourTous

    La levée de l'interdiction des soins funéraires pour les séropositifs, un principe "acquis" ? 
    Toute la presse en parle ! La ministre Marisol Touraine a déclaré que la levée de l'interdiction des soins funéraires pour les séropositifs était désormais "un principe acquis". C'est une grande nouvelle pour tous ceux qui, comme vous, ont signé ma pétition pour que la ministre de la Santé mette fin à cette discrimination injuste.
    Mais ce n'est pas suffisant : quatre ministres de la Santé se sont succédés depuis que j'ai lancé ce combat et ils ont tous jugé cette interdiction discriminatoire. Le prédécesseur de Marisol Touraine, Xavier Bertrand, avait même envoyé le dernier jour de ses fonctions une lettre à toutes les associations en affirmant que la levée de l'interdiction était acquise et qu'il ne restait plus qu'à signer le décret. Or, deux ans plus tard, rien n'a changé.
    Je veux avoir confiance en la parole publique de Marisol Touraine, mais ce qui est important aujourd'hui c'est de savoir concrètement quand cette pratique discriminatoire sera abrogée.
    Dans le courrier qu'elle a écrit pour annoncer la levée, Marisol Touraine dit préparer, en lien avec les services du ministère de l'Intérieur, le cadre juridique qui permettra la pratique des soins funéraires pour les personnes décédées du Sida ou d'une hépatite.
    Nous avons assez attendu. Le gouvernement doit s'organiser pour que cette pratique cesse : Marisol Touraine doit annoncer officiellement un calendrier pour la levée de l'interdiction!
    Nous devons montrer que derrière les 94.000 signataires de la pétition (ici), il y a des hommes et des femmes qui attendent plus que des déclarations, qui souhaitent obtenir des actes. Pour cela, mettons en scène notre mobilisation.
    Faites comme moi : prenez-vous en photo et envoyez-la via Twitter à la ministre de la Santé en y incluant ce message : " Les #SoinsFunerairesPourTous, c'est maintenant ! @MarisolTouraine ". Cliquez ici pour envoyer votre photo et le message via Twitter.
    Vous n’avez pas Twitter ? Postez votre photo sur Facebook ou envoyez-la à info@elcs.fr : nous réaliserons une grande fresque qui reprendra toutes vos photos et nous la ferons parvenir à Marisol Touraine.
    Nous y sommes presque, restons mobilisés et continuons à faire signer autour de nous : www.change.org/SidaSoinsFuneraires
    Merci à tous !

    marisol touraine,jean-luc romero,elcs,change.org,aids,sida

  • Rencontre avec les responsables de l’Inter-LGBT

    Ce lundi, je rencontre les responsables de l’Inter-LGBT pour évoquer des pistes de collaboration avec le Crips-Île-De-France. En effet, le Crips, dont le cœur de l’activité concerne le VIH mais aussi les discriminations liées à l’orientation sexuelle, multiplie les rencontres pour mieux collaborer avec les associations de terrain.
    Dans un contexte de hausse des contaminations au VIH chez les gays, il est important de réfléchir à de nouvelles formes de collaboration…

    inter lgbt,jean-luc romero,crips,sida,aids,homophobie,politique,france,santé,ile-de-france