Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

aids - Page 4

  • A Grenoble contre le sida !

    Ce lundi 20 avril, à 18h00, j’animerai une réunion d’Elus Locaux Contre le Sida à l’hôtel de ville de Grenoble.
    Alors que jamais autant de gens n’ont vécu avec le VIH/sida en France et dans le monde, il devient urgent que les élus se remobilisent !

    grenoble,jean-luc romero,elcs,sida,aids

     

  • Don du sang : un acte citoyen … pour tous ! (ma tribune au Huffington Post)

    « Nul ne peut être exclu du don de sang en raison de son orientation sexuelle ». En quelques mots, l’Assemblée nationale mettait fin, ce 3 avril, à une interdiction vieille de plus de 30 ans, une interdiction que je combats depuis bien des années tant je la sais aussi discriminatoire qu’inutile !
    Rappelons ici la législation française actuelle : actuellement en France, un homme ayant eu des rapports sexuels avec un homme ne peut pas donner son sang, il s’agit là d’une contre-indication permanente. Oui permanente ! A vie en somme. Récente ou ancienne, protégée ou non, il suffit donc d’une seule relation sexuelle avec un autre homme pour se voir refuser de manière définitive de faire don de son sang. Une personne qui n’aurait eu que des relations hétérosexuelles à risques se verrait opposer une interdiction mais temporaire…
    En résumé : un homme n’ayant qu’un seul rapport sexuel protégé avec un homme il y a 20 ans : exclu à vie. Une personne ayant des relations hétérosexuelles continuellement à risque : exclu mais provisoirement …
    Sincèrement, je pense que, à moins d’être particulièrement de mauvaise foi, nous ne pouvons que toutes et tous, quelque soit nos opinions sociétales ou politiques, n’y voir qu’une aberration, aberration que les représentants de la Nation ont unanimement corrigé ce 3 avril !
    Attention, j’en vois déjà certains crier au puissant lobby LGBT… il n’est pas de mon propos que de créer une discrimination positive, voire de dire que le don du sang est un droit opposable. En aucun cas ! Le préalable, il est clair pour moi : le don du sang n’est pas un droit. Pas un droit mais un acte civique, un acte citoyen susceptible de recevoir des limitations pour garantir la sécurité transfusionnelle. Tout le monde le reconnaît de manière totalement définitive et sans discussion aucune. Je ne suis pas pour l’ouverture totale, je suis simplement pour l’application d’un critère très simple : celui des comportements. Si risque il y a, il y a exclusion temporaire. C’est simple, c’est efficace, cela respecte tant les droits des personnes que la santé publique, c’est compréhensible de tous et toutes.
    Alors, oui, je l’affirme : être homosexuel n’est pas un risque en soi … de même qu’être hétérosexuel n’est pas un risque en soi !
    Hasard du calendrier ( ?), le CCNE, saisi il y a deux ans rendait dans le même temps son avis sur cette question ; la réponse, on pouvait s’y attendre tant l’instance est devenue conservatrice, c’est : ne faisons rien, attendons, réfléchissons. Heureusement que nos voisins européens qui ont mis en place un système clair et efficace avec donc ce critère du comportement à risques n’ont pas attendu. Je rappelle tout de même au comité que la HALDE et le Défenseur des droits se sont prononcés pour la levée de l’interdiction permanente et donc l’application d’un critère unique quelle que l’orientation sexuelle : celui du comportement. L’avocat général de la Cour Européenne de Justice s’est prononcé également contre cette interdiction de principe affirmant que l’exclusion ne pouvait venir que de « l’identification d’une conduite ou d’une attitude précises exposant le candidat au don à un risque élevé de contamination. » Clair, net, précis, efficace.
    Ce vote du 3 avril, il est fort, il est important mais il n’est pas définitif. Il nous faudra, toutes et toutes rester extrêmement vigilants et quand je dis cela je pense mobilisés à, d’une part, le vote définitif de cet amendement dans la loi de santé, d’autre part sa transcription dans du concret via un arrêté. On connaît trop de belles dispositions votées et qui sont restées lettre morte …

     

  • Mobilisons-nous pour le Sidaction !

    A partir de demain et jusqu’au 29 mars se déroule le Sidaction.
    Alors que jamais autant de gens n’ont vécu avec le VIH/sida dans le monde  - 34 millions – et en France – 150 000 -, la mobilisation contre le sida et en solidarité avec les personnes touchées baisse dangereusement.
    Globalement, les pouvoirs publics ne font plus du VIH/sida un enjeu important de santé publique. Pourtant les moyens sont plus que jamais nécessaires.
    Durant ces trois jours, soyons donc solidaires et soutenons le Sidaction !

    Sidaction2015.png

     

  • 101 000 signataires pour les Soins Funéraires pour tous !

    Ma pétition et celle d'ELCS pour les soins funéraires pour tous a largement dépassé les 101 000 signataires sur Change.org ! A quelques jours de la discussion du projet de loi santé de Marisol Touraine qui comprend la levée de cette interdiction, il s'agit de mobiliser les députés pour qu'ils votent  cette loi et ne se défaussent pas comme ils l'ont fait pour la loi fin de vie !

    Pétition100000.PNG

  • Rencontre avec le maire de Toulouse sur la lutte contre le sida

    Alors qu'à sa demande la ville de Toulouse a obtenu le label "ville engagée contre le sida" d'ELCS, à l'occasion de mon déplacement à Toulouse ce lundi, je rencontrerai, au Capitole, Jean-Luc Moudenc, maire de la ville et Daniel Rougé son maire-adjoint en charge de la santé.
    A quelques jours du Sidaction, il s'agira de faire un point sur la mobilisation de la ville rose contre cette pandémie.

    jean-luc moudenc,jean-luc romero,toulouse,elcs,sida,aids,santé

  • Réunion avec le professeur Daniele Zullino

    Lors de ce déplacement à Genève consacré au sida et à la réduction des risques chez les usagers de drogue, je rencontrerai le professeur Daniele Zulino qui est en charge du programme de délivrance d’héroïne sous contrôle médical.

    genève,jean-luc romero,daniel zullino,sida,aids

  • Rencontre avec le député Romain de Sainte-Marie

    Après ma rencontre avec le groupe Sida Genève, j’ai une réunion avec le député suisse socialiste Romain de Sainte-Marie à Genève.
    Ce dernier se bat actuellement pour que les tests au VIH/sida soient remboursés, ce qui n’est toujours pas le cas en Suisse …

    genève,jean-luc romero,romain de sainte marie,suisse,sida,aids

     

  • Sortie d’ELCS Infos numéro 37

    En cette vingtième année d’existence, Elus Locaux Contre le Sida (ELCS) sort sa 37ème lettre d’information.
    Vous pouvez demander à recevoir cette lettre en écrivant (ici) pu la lire en pdf (ici).
    Et n’hésitez pas à nous rejoindre et à adhérer à ELCS (ici) !
    On a besoin de vous !

    elcs,jean-luc romero,sida,aids,politique,france

     

  • Ipergay : place à la décision politique ! (tribune dans le Huffington Post)

    Une diminution de 86% du risque d’infection au VIH : voilà ce que montre l’essai Ipergay. En somme, pour des hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes (HSH), très exposés par leurs pratiques sexuelles au risque d'infection par le VIH, la prise d'un traitement antirétroviral (Truvada) au moment des rapports sexuels diminue de 86% le risque d'infection. L’efficacité préventive du traitement est démontrée et affirmée !
    Cette nouvelle est assurément enthousiasmante et porteuse de bien d’espoirs. Mais si l’enthousiasme est une bonne chose, l’euphorie est, a contrario, une bien mauvaise conseillère, surtout dans un combat aussi délicat que peut l’être la lutte contre le sida, une lutte tout autant sociale que sociétale.
    C’est pour cela que je pense important de rappeler divers éléments : il faut réaffirmer que cette étude, aussi essentielle soit-elle, concerne les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) particulièrement exposés au VIH ; elle n’est donc pas « transférable » d’emblée à la population générale. Nous ne pouvons non plus ignorer que le tiers des participants a été atteint par une IST comme la gonorrhée, la syphilis, l’hépatite C … Enfin, et c’est la question des représentations qui m’inquiète : en aucun cas, il ne faut laisser penser que le Truvada serait la pilule miracle qui va solutionner le VIH/sida. Nous connaissons tous l’emballement médiatique et ses raccourcis mais cet emballement doit être accompagné pour faire comprendre tout l’intérêt du Truvada sans hypertrophier son utilité et surtout sa portée.
    Ceci étant dit, il n’en reste pas moins que ces annonces peuvent et vont sûrement faire évoluer de manière extrêmement forte et positive la politique de prévention en France. Désormais, le scientifique a fait son travail, il appartient désormais au politique de le faire !
    Concrètement, il va s’engager un travail d’information et de pédagogie mais surtout un travail d’influence, de vulgarisation, de traduction pour que ces annonces soient suivies d’effets et de faits. Si la plupart des outils composant la prévention combinée sont disponibles ou en phase de l’être très bientôt, aujourd'hui, le Truvada n’est à ce jour pas autorisé en France comme traitement préventif…
    Plus globalement, nul doute qu’un important travail de communication devra être fait pour expliquer au mieux les enjeux du traitement comme outil de prévention et la politique de prévention combinée, une prévention qui permet de s’adapter à tous, en fonction de ses envies, ses besoins, son vécu, ses possibilités.
    Espérons simplement que le politique fasse preuve de pragmatisme et d’efficacité et ne soit pas freiné par la frilosité et le moralisme ambiants !
    A lire aussi sur The Huffington Post (ici).

  • Bureau national d’Elus Locaux Contre le Sida (ELCS)

    Ce soir, se déroulera le bureau national d’ELCS.

    Alors que notre association fête ses 20 ans d’existence - un anniversaire dont on se serait bien passé ! – il s’agit de faire un point sur la mobilisation contre le sida des nouveaux élus issus des élections locales de 2014 et sur les villes qui pourraient avoir le label « ville engagée contre le sida. »
    Nous préparerons aussi la soirée des 20 ans qui se déroulera le 11 juin à la mairie du 10ème arrondissement de Paris.

     

  • Mon Edito à la newsletter du Crips de février 2015

    2015 est une année tout simplement essentielle pour le Crips Île-de-France : alors, quelle sera notre feuille de route ?
    Ce sera une année où le Crips renforcera toujours plus son maillage territorial sur l’Île-de-France visant ainsi à éliminer tout désert de prévention et à réduire les inégalités territoriales. Le Bus Info Prévention et le nouveau Cybercrips en seront des outils essentiels, tant dans l’action directe que comme supports au développement des compétences des professionnels. Le travail avec les « petites » associations ainsi qu’avec les collectivités locales, en somme avec les acteurs de proximité, sera également valorisé et renforcé.
    Cette année, nous souhaitons que le Crips se situe au cœur de l’actualité : soyons plus visibles autour des festivals et des journées mondiales, soyons pro-actifs et innovants et ce, afin de pouvoir toucher au mieux le grand public et affirmer notre identité. Soyons fiers des messages que nous pouvons faire passer ! Etre au cœur de l’actualité, c’est aussi être au cœur des luttes et des défis sociétaux : salles de consommation à moindre risque, éducation thérapeutique, actions auprès des publics vulnérables, nouvelles modalités de dépistage… Le Crips est un acteur de santé, un acteur citoyen et sociétal.
    Cette année, le Crips œuvrera au-delà de ses frontières naturelles d’action que sont le territoire francilien. L’initiative 5% qui priorise la jeunesse ou la ministre de l’Outre-mer, George Pau-Langevin, qui déclare vouloir créer un Cybercrips dans chaque DOM, voilà de belles opportunités pour le Crips.
    Une année où le Crips travaillera avec les associations, toujours mieux et toujours plus, mais saura aussi multiplier les partenariats. Certains sont déjà noués notamment avec HF prévention ou Paris 2018 et bien d’autres pourraient l’être par la suite avec d’autres organismes associés notamment le Centre Hubertine Auclert, avec le Planning familial, avec les associations d’éducation populaire, les fédérations de parents d’élèves ou les universités et centres de recherche.
    Travaillons sur des synergies : ensemble, nous ne serons que plus efficaces et visons, je le redis et le redirai encore et toujours, une valeur simple qui est tout autant un but qu’un moteur : l’engagement à faire bouger les lignes !

     

     

  • Mon Edito à la newsletter du Crips de janvier 2015

    Il y a quelques jours, quelques semaines, se tenait la Journée mondiale de lutte contre le sida. Une des journées internationales parmi les plus suivies et un moment de mobilisation évidemment essentiel pour lequel le Crips Île-de-France a pris toute sa part : fort de son rôle de rassembleur et comme il le fait désormais depuis plusieurs années, le Crips a été à l’initiative d’un village interassociatif à Paris permettant ainsi à une vingtaine d’acteurs de la lutte contre le sida et contre les discriminations d’informer le grand public, de communiquer et d’échanger. Un village qui a connu un vif succès avec la venue de très nombreuses personnes, parmi elles, notamment, la maire de Paris, le directeur exécutif de l’ONUSIDA, des représentants de collectivités étrangères etc.
    Pour cette journée mondiale de lutte contre le sida, le Bus Info Prévention était également de la partie puisque, pendant plus d’une semaine autour du 1er décembre, le BIP a sillonné le territoire francilien à la rencontre des jeunes ! Un maillage territorial indispensable alors que l’égalité des territoires et des personnes devant la prévention doit indéniablement être une de nos priorités qui doit guider l’ensemble de nos actions.
    Quelques jours après, c’était la Journée mondiale des droits de l’homme : à cette occasion, le Crips accueillait des militants LGBT d’Afrique sub-saharienne réunis à l’initiative de Thomas Fouquet-Lapar. Le but de ce rassemblement ? La création d’une plate-forme francophone sur les droits LGBT, une plate-forme de plaidoyer : un beau projet et un projet nécessaire face aux terribles réalités de terrain !
    Voilà comment s’est terminé l’année 2014 : d’une bien belle manière vous en conviendrez. Alors, plutôt que de céder à cette sympathique coutume des bonnes résolutions de début d’année, résolutions aussi clairement déclamées main sur le cœur que vite oubliées, faisons cette fois-ci plus simple. Disons-nous que cette fin 2014 trace la route pour 2015 : des échanges, du plaisir, l’envie de faire évoluer les choses et de l’engagement! Voilà ce que je veux vous souhaiter à toutes et à tous pour 2015.

     

     

  • Conseil d’administration du CRIPS Ile-de-France

    Ce vendredi, je présiderai le conseil d’administration du Crips Ile-de-France.
    Ce sera l’occasion de faire le bilan de la mobilisation du 1er décembre et du village associatif et de valider les actions 2015.
    Plus que jamais, la mobilisation contre le sida est essentielle dans une région qui rassemble plus de la moitié des cas de VIH/sida de tout le pays…

    crips,jean-luc romero,sida,ile-de-france,aids,vih,hiv,santé,politique

     

  • Mon 3ème vœu politique pour 2015 : le début de la fin de sida !

    La lutte contre le sida est un combat individuel que j’ai transformé il y a plus de 25 ans en un combat collectif.
    Rarement, la mobilisation contre un virus aura été portée à ce point par les malades eux-mêmes et par la société civile.
    Comme le montre le très beau film « A normal Heart » de la chaîne HBO, en 1981, les responsables politiques du monde entier se moquaient de ce virus qui semblait alors ne toucher que des homosexuels… Le fameux cancer gay !
    L’hécatombe mondiale – encore 4000 morts par jour du sida en 2015 ! – et la mobilisation des malades ont obligé les gouvernements à bouger.
    L’accès à la prévention et au traitement n’est toujours pas universel mais le nombre de personnes sous traitements a heureusement considérablement augmenté.
    La France a donné un mauvais signal en décembre en amputant 25 millions d’euros de la taxe sur les billets d’avion et on sent que la mobilisation politique mondiale faiblit.
    Pourtant aujourd’hui, si on y met les moyens, on a la certude que le sida pourrait disparaître d’ici 20 ans. Imaginez toutes ces nouvelles générations sans sida ! Quel beau rêve !
    Ce rêve est possible et mon 3ème vœu pour 2015 est que la mobilisation mondiale s’opère pour qu’on puisse enfin apercevoir le début de la fin du sida…

     

  • « The Normal Heart » mon film coup de cœur 2014

    Il est rare qu’un film me marque au point de le regarder de nombreuses fois en si peu de temps.
    Ce film est sorti au printemps 2014 sur la chaîne américaine HBO en prime time. Il raconte la mobilisation des gays new-yorkais en 1981 face à cette nouvelle maladie qui semblait toucher les homosexuels qui voient leur système immunitaire s’effondrer.
    La multiplication des cas et des morts ne mobilise pas les pouvoirs publics, notamment le maire de New York, qui malgré l’accroissement rapide du nombre de personnes touchées ne réagissent pas.
    La mobilisation d’activistes, qui vont créer la 1ère association de lutte contre le sida de New York, est exemplaire.
    The Normal Heart décrit fidèlement la panique qui va peu à peu toucher le monde entier. Telle une nouvelle peste, les malades vont vite être stigmatisées, montrés du doigt. Seule la solidarité des militants gays permet alors de ne pas laisser tomber celles et ceux qui meurent dans une indifférence glacée.
    Ce film est très fort mais aussi plein d’espoir car il montre que lorsque des militants des lèvent et se substituent aux pouvoirs publics pour gérer un grand problème de santé publique, ils font avancer la société.
    Je ne peux que vous recommander ce film… Un film qui nous grandit !

    the normal heart,jean-luc romero,sida,aids,new york

     

     

  • Mon itw dans Kaële

    Kaelecouv.jpg

    Kaele12014.jpg

    kaele22014.jpg

  • Fête annuelle des Petits Bonheurs

    les petits bonheurs,jean-luc romero,sida,aids,hiv,vih

    Ce samedi après-midi, je serai très heureux de passer à la grande fête annuelle des Petits Bonheurs.
    Cette association qui fait de petits et grands plaisirs aux malades du sida est rare dans le paysage de la lutte contre le VIH.
    Je suis très admiratif de leur travail…

    les petits bonheurs,jean-luc romero,sida,aids,hiv,vih

    les petits bonheurs,jean-luc romero,sida,aids,hiv,vih

     

  • Back to Saint-Louis !

    Comme toujours et pour rappeler que la vie avec le VIH n’est pas une sinécure, je vous donne mes résultats bruts, du moins ceux qui ne sont pas dans  les normes…

    41EXJHCEX0L__SL500_.jpg


    Hier, j’avais donc mon rendez-vous avec le professeur Rozenbaum à l’hôpital Saint-Louis.
    Voilà les résultats.
    Les monocytes sont à 127/mm3 pour une normale entre 200 et 1000.Les Lymphocytes T CD4 sont à 314/mm3 pour 333 en septembre et une normale qui les situe au-dessus de 500.
    La Protéinurie est à 511 mg/l pour une normale qui les situe à moins de 150 ; la Glycosurie à 2,46g/l pour une normale entre 0,06 à 0,17. Le rapport Protéinurie/Créatunirie est à 506mg/g pour une normale entre 22 et 221. Enfin le rapport Microalbuminurie/Créatinurie à 85,3mg/g pour une normale entre 1,8 à 22.
    Une bonne nouvelle : la charge virale est indétectable !
    L’avenir dure toujours…

     

     

     

  • Edito de Jean-Luc Romero-Michel à la newsletter du CRIPS de décembre

    L’ONUSIDA a lancé sa nouvelle campagne « Close the gap » pour la Journée mondiale de lutte contre le sida. « Combler l’écart » oui, car comme le rappelle l’ONUSIDA, « mettre fin à l’épidémie de sida d’ici à 2030 est possible, mais seulement en comblant l’écart entre les gens qui ont accès aux services de prévention, de traitement, de soins et de soutien concernant le VIH et les gens qui sont laissés pour compte ».
    Nul doute que cette campagne doit résonner en France tant les défis sont nombreux en termes de promotion du dépistage, d’éducation à la sexualité, de lutte contre la stigmatisation et les discriminations.
    C’est pour cela que le village associatif organisé par le Crips Île-de-France a toute son importance et revêt également une forte portée symbolique : en souhaitant regrouper les acteurs associatifs franciliens le 1er décembre, Place de la République à Paris, notre volonté est bel et bien de montrer la richesse de la réponse au VIH/sida et surtout l’interdépendance des réponses. Politique ambitieuse de prévention et respect et promotion des droits humains sont liés, cette évidence, très largement documentée, il faut le marteler ! Sans cesse et sans relâche ! Et cela en dépit des préjugés que certains peuvent avoir.
    Alors que plus de 6.000 personnes découvrent leur séropositivité chaque année en France, que 30.000 personnes séropositives en France ne connaissent pas leur statut sérologique, que jamais autant de personnes n’ont vécu avec ce virus dans le monde, nul doute que cette Journée mondiale doit être une journée de mobilisation importante. La lutte est une promesse et une promesse est faite pour être tenue !

    crips-logo2012-rvb.jpg

     

  • Anne Hidalgo appelle les maires des capitales à s’engager contre le sida !

    anne hidalgo,jean-luc romero,sida,aids,paris

    anne hidalgo,jean-luc romero,sida,aids,paris

    anne hidalgo,jean-luc romero,sida,aids,paris

    Anne Hidalgo, qui a toujours été très mobilisée contre le sida, invite des maires de capitales étrangères à s’engager contre le sida.
    Dans une déclaration de Paris qui devraient être signée ce lundi 1er décembre, journée mondiale contre le sida, les villes s’engageraient à atteindre en 2020 l’objectif de 90% de personnes séropositives connaissant leur statut sérologique ; 90% de personnes recevant un traitement ARV et 90% des personnes sous traitement à avoir une charge virale indétectable.
    Cette déclaration sera un moment très fort du combat contre le sida en cette journée symbolique et Paris montre encore qu’elle est à la pointe quand il s’agit de lutter contre cette pandémie.

    anne hidalgo,jean-luc romero,sida,aids,paris