Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Santé - Page 3

  • Retrouvez ma Chronique "Sexy news" chez Brigitte Lahaie sur Sud Radio vers 14H20

    Vignette Sud Radio version 2.png

  • Exposition Portraits de VI(h)ES à l'Assemblée nationale à 18H00

    Ce soir, j'inaugurerai l'exposition Portraits de VI(h)ES à l'Assemblée nationale avec son président Richard Ferrand. C'est important que cette expo qui donne des visages à ce virus puisse être vue par nos députés... Le sida se soigne aussi par la politique...

    elcs,jean luc romero,richard ferrand

    elcs,jean luc romero,richard ferrand

  • Retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi à 12H sur Périscope

    TALKdulundi_V3.png

  • La fin du Sida, c’est encore possible ! (ma tribune dans le Huffington Post)

    Alors que nous célébrons aujourd’hui la Journée mondiale de lutte contre le Sida, il est temps pour nous de faire le bilan. Dans nos représentations collectives, le Sida est encore perçu comme une maladie sans issue. Pourtant, la fin du Sida, c’est bien possible ! pour peu que nous nous donnions les moyens.
    Le cadre d’action onusien
    L’ONUSIDA souhaite mettre un terme au Sida à l’horizon 2030 ! Mais pour y parvenir, il faudrait d’ici 2020 que : 90% des personne séropositives soient dépistées, que 90% de ces personnes séropositives soient sous traitement et qu’enfin 90% d’entre elles aient une charge virale indétectable. Alors quel bilan pouvons-nous dresser ? car au final, 2020 c’est demain !
    La poursuite de ces objectifs reste malheureusement très disparate à travers le globe. La région la plus avancée reste sans aucun doute l’Amérique du Nord et l’Europe occidentale et centrale. Mais là encore certains chiffres sont loin du compte. En 2017, d’après une enquête de l’ONUSIDA parue en 2018, au sein de la région « Amérique du Nord et Europe de l’Ouest et centrale », seulement 65% des personnes vivant avec le VIH ont une charge virale indétectable. Nous sommes bien loin des 90% escomptés à l’horizon 2020 !

     

     

    EN 2017, PART DES PERSONNES SÉROPOSITIVES[1]

    OBJECTIFS D’ICI 2020 : 90 – 90 - 90

    …DÉPISTÉES

    …SOUS TRAITEMENT

    …AYANT UNE CHARGE VIRALE INDÉTECTABLE

    AFRIQUE AUSTRALE ET DE L’EST

    81%

    66%

    52%

    AFRIQUE DE L’OUEST ET CENTRALE

    48%

    40%

    29%

    AFRIQUE DU NORD ET MOYEN-ORIENT

    50%

    29%

    22%

    AMÉRIQUE DU NORD ET EUROPE DE L’OUEST ET CENTRALE

    85%

    76%

    65%

    AMÉRIQUE LATINE

    77%

    61%

    52%

    ASIE ET PACIFIQUE

    74%

    53%

    45%

    CARAÏBES

    73%

    57%

    40%

    EUROPE DE L’EST ET ASIE CENTRALE

    73%

    36%

    26%

     

    Poursuivre les mesures préventives…
    Les effets combinés de la hausse des dépistages et des traitements ont prouvé leur pouvoir préventif. Plus le nombre de personnes séropositives sont dépistées, plus elles sont sous traitement, moins elles présentent un risque de transmission du virus. Les centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) jouent déjà un rôle très important dans ce sens.
    Mais il faudrait désormais aller plus loin. Les autotests, par exemple, présentent l’avantage de toucher encore plus de populations : celles et ceux pour qui la discrétion est indispensable ou qui par pudeur seraient plus à même de réaliser le test seuls. Aussi, pas tout le monde vit près d’un CeGIDD ! L’autotest a donc cette capacité de réduire les distances entre le patient et son dépistage. Mais son coût reste tout de même onéreux et non remboursé par l’Assurance maladie : comptez environ 20€ ! Les organismes de couverture sociale devraient au moins prendre en charge une partie de son coût.
    De la même manière, le remboursement annoncé par Agnès Buzyn du préservatif est une bonne nouvelle que je souhaite saluer de nouveau. Il s’agit d’un premier pas vers la gratuité. Le préservatif est à la base de toute politique de prévention du VIH. Mais là encore, de nombreuses questions restent en suspens : quel est le niveau de remboursement ? le reste à charge sera-t-il remboursé par les mutuelles ? dans quelles conditions se fera la prescription ? Autant d’interrogations qui laissent penser qu’un simple remboursement partiel sur la base d’une prescription médicale ne peut s’avérer pleinement satisfaisante.
    …De façon à la fois systémique et ciblée
    Nous pouvons déployer toutes les mesures préventives que l’on veut. Si l’on ne lutte pas efficacement contre les préjugés sérophobes, tout ce travail peut s’avérer inefficace. Le regard que jette la société sur les personnes séropositives est bien hostile et accusateur. Les personnes séropositives ont presque tendance à se sentir coupables d’avoir contracté le virus. C’est consternant de noter une telle évolution depuis les années 1990 où une véritable empathie se dégageait des premières campagnes de sensibilisation. Cette hostilité désormais quasi-endémique peut malheureusement freiner certaines personnes à se faire dépister, par crainte de découvrir qu’elles appartiennent à un groupe longtemps pointé du doigt. Il est donc très important de lutter contre la sérophobie ; il en va de la lutte même contre le VIH !
    À Élus locaux contre le Sida (ELCS), que j’ai le plaisir de présider, nous avons conçu avec l’aide de mon défunt époux, Christophe, à qui je souhaite rendre ici un hommage, une exposition itinérante. Nous l’avons intitulée : « Portraits de Vi(h)es ». Christophe avait conçu cette exposition comme un moyen de sortir les personnes séropositives de leur statut de patient et leur redonner la place de sujet. Mon vœu serait que le travail de Christophe se poursuive avec des initiatives similaires partout en France, en Europe et dans le monde pour combattre la sérophobie et de ne pas créer chez les personnes qui souhaitent se faire dépister une peur supplémentaire à celle de contracter le virus : appartenir une catégorie sociale à la marge !
    Il y a aussi des populations vulnérables que l’on doit prendre en compte avec plus de précautions : les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH) et les personnes nées à l’étrangers – dont les ¾ en Afrique subsaharienne. Ces deux populations constituent respectivement 45% et 38% des nouvelles découvertes en France en 2017[2]. Il convient d’accorder plus de moyens à la prévention pour ces populations et s’adresser à elles dans les lieux de socialisation communautaires.
    Sur la question des personnes nées à l’étranger, il convient d’intégrer davantage les enjeux de lutte contre le Sida aux politiques françaises d’aide au développement. Aujourd’hui, le Conseil national pour le développement et la solidarité internationale (CNDSI), ne comporte aucune association agissant exclusivement dans le champ du VIH[3], même si je tiens à saluer la présence d’associations comme Médecins du Monde. La prise en compte de la propagation du virus doit orienter les champs d’action de notre aide au développement.
    Aussi, ne laissons pas de côté ces populations, oubliées de la prévention : les seniors ont constitué en 2016 20% des nouvelles découvertes de séropositivité[4]. Pourtant, la prévention ne s’adresse que très peu à cette population.
    Une maladie politique
    Nous avons aujourd’hui les moyens et les outils pour lutter contre le Sida en France mais aussi dans le monde. Nous avons juste besoin d’une volonté politique forte et d’une mobilisation médiatique importante. Nous devons changer de paradigme et replacer le problème dans son contexte mondial. Et c’est en cela que nous devons interpeller nos politiques, non seulement pour agir au niveau de la France, mais aussi poursuivre ce qui se fait déjà pour aider et accompagner les pays les plus pauvres dans leur combat contre la maladie. En ce sens, le fait que la France soit à ce jour le deuxième donateur du fonds mondial de lutte contre le Sida, en plus d’accueillir, en octobre 2019, la prochaine Conférence de reconstitution des ressources de ce Fonds est le signe que nous devons maintenir la pression sur nos dirigeants pour porter la voix d’un internationalisme anti-Sida actif.  
    En hommage à Christophe Michel-Romero, ma moitié d’Orange

    « Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis » Victor Hugo

     

    [1]UNAIDS data 2018. Disponible à ce lien : http://www.unaids.org/sites/default/files/media_asset/unaids-data-2018_en.pdf

    [2]« Le VIH/sida en France en 2018 » Vih.org. Disponible à ce lien : http://vih.org/dossier/vihsida-en-france-en-2018

    [3]Consultez la liste des membres du CNDSI à ce lien : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/aide-au-developpement/le-conseil-national-pour-le-developpement-et-la-solidarite-internationale-cndsi/

    [4]Santé Publique France, « Découvertes de séropositivité́ VIH chez les seniors en France, 2008-2016 », 27 novembre 2018. Disponible à ce lien : http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2018/40-41/pdf/2018_40-41_1.pdf

  • #LeTalkDuLundi sur la #findevie ! (Édition du 26 novembre 2018)

  • Mobilisation contre le sida à Puteaux et hommage à Christophe Michel-Romero

    Comme tous les ans, Puteaux ville engagée contre le sida se mobilise. Outre l'exposition Portraits de Vihes, un hommage sera rendu par la maire à Christophe qui co-organisait avec la ville ces rendez-vous pendant plus de 11 ans..

    christophe michel romero,jean luc romero michel,piteux,sida

    christophe michel romero,jean luc romero michel,piteux,sida

    christophe michel romero,jean luc romero michel,piteux,sida

  • Rediffusion du débat sur Solidays et le sida sur LCP-AN à 14H55

    5ae697f4-a832-41a6-b6fc-aa5241e39636.jpg

    lcp an,jean luc romero,elcs,sida

  • Rencontre annuelle des associations de lutte contre le sida avec Anne Hidalgo

    Depuis plus de dix ans, bien avant d'avoir été maire de Paris, Anne Hidalgo reçoit les associations de lutte contre le VIH/sida pour un échange informel et surtout pour leur rendre hommage en cette journée mondiale de lutte contre le sida.

    sida,jean luc romero,anne hidalgo


    Je serais heureux de retrouver tant de militantes et militants ce 1er décembre, alors qu'il y a 31 ans exactement, je prenais mon premier traitement contre le VIH/sida.

  • Mobilisation contre le sida à Strasbourg

    Après Paris 12 et Le Mans, mercredi; Toulouse hier, je serai aujourd'hui à Strasbourg avec mon amie Elisabeth Ramel pour mobiliser encore et toujours contre le sida.
    A 16H30, nous inaugurerons l'expo Portraits de VIHES d'Elcs avec Alexandre Feltz, maire adjoint à la santé. A 18H, je participerai à la conférence débat vivre avec le VIH. Nous vous attendons nombreuses et nombreux.

    strasbourg,jean luc romero,elcs,sida

  • Débat dans Droit de Suite sur LCP-AN sur le sida vers 21H25

    Suite au documentaire sur les Solidays, je participerai au débat sur LCP-AN, Droit de suite avec Luc Barruet, Maïtena Biraben et Jean-Louis Touraine vers 21H25 jusque 22h00.
    Nous y parlerons bien sûr des 20 ans des Solidays mais aussi de la situation du VIH/sida et des défis pour arriver un monde sans sida !

    5ae697f4-a832-41a6-b6fc-aa5241e39636.jpg

    lcp an,jean luc romero,sida,elcs

  • Exposition Portraits de VI(h)ES à Toulouse à 19H00

    Avec Laurent Lesgourgues, conseiller municipal délégué à la Santé de Toulouse, je lancerai l'exposition d'ELCS Portraits de Vi(h)es ce jeudi à 19H00.
    Vous êtes tous et toutes les bienvenus à cette manifestation qui a lieu à la veille du 1er décembre, journée mondiale contre le sida.

    071dbbda-323b-4a89-9304-0c9c2f5f0231.jpg

    elcs,jean luc romero,sida,toulouse

  • Le Mans, ville engagée contre le sida et expo Portraits de Vihes

    Je serai ce mardi en fin d'après-midi pour signer avec le maire du Mans le label ville engagée contre le sida. Le Mans sera ainsi une des nouvelles villes à entrer dans ce réseau de cités qui ont décidé d'agir pour en finir avec le VIH/sida.
    D'autre part, grâce à Homogène et la Fnac, l'exposition Portraits de Vihes sera inaugurée ce mercredi soir.

    expo.jpg

    le mans,jean luc romero,elcs,sida

    le mans,jean luc romero,elcs,sida

    le mans,jean luc romero,elcs,sida

    le mans,jean luc romero,elcs,sida

    le mans,jean luc romero,elcs,sida

  • Mobilisation contre le sida à la mairie de Paris 12 !

    Ce matin, avec la maire et ma collègue Fadila Taïeb, nous avons accueilli Eve Plenel, directrice de Paris sans sida qui est venue rencontrer les acteurs de jeunesse et Santé du 12ème pour leur parler de la mobilisation de Paris contre le sida.
    Merci à Eve pour sa mobilisation quotidienne !

    eve plenel,jean luc romero,sida,paris

  • Soirées de Solidarité Sida et du Refuge

    Ce soir, je passerai aux deux soirées de gala de Solidarité Sida et Le Refuge pour témoigner de mon soutien à ces deux grandes associations.

    le refuge,jean luc romero,solidarité sida

    le refuge,jean luc romero,solidarité sida

    le refuge,jean luc romero,solidarité sida

  • Retrouvez-moi pour #LeTalkDuLundi à 12H sur Périscope

    TALKdulundi_V3.png

  • Ma chronique numéro 11 pour l’émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio

    Bonjour Brigitte, Bonjour à votre invité et à tous les auditeurs de Sud Radio,

    Ce jeudi, à l’hôtel de ville de Paris, en présence de la maire Anne Hidalgo et de la ministre de la santé, se dérouleront les 23èmes états généraux d’Elus Locaux Contre le Sida pour mobiliser les élus et toute la société sur la nécessité de tout mettre en œuvre pour aboutir à la fin au VIH/sida.
    Oui, chère Brigitte, un monde sans sida, c’est aujourd’hui possible.
    L’ONUSIDA a même fixé la date de la fin de la pandémie à 2030 … Dans un peu plus de dix ans…
    Vous imaginez, chers auditeurs, que des générations pourraient naître à partir de cette date sans qu’aucun enfant ne soit porteur du VIH. 
    Quel rêve fou pour celles et ceux qui, comme moi, ont connu le début de la pandémie et vu mourir tant de proches dans des souffrances indescriptibles et rejetés parfois même par leurs familles.
    Pour en arriver là, il y a une étape intermédiaire : il faut que 90% des personnes séropositives soient dépistées en 2020, dans un peu plus d’un an. Que 90% de ces personnes dépistées soient mises sous traitement et que 90% de ces personnes traitées soient sans charge virale détectable. On pourrait même rajouter que 90% des discriminations qui frappent les personnes touchées aient enfin disparues.
    En effet, dès qu’une personne est mise sous traitement, elle devient vite indétectable, c’est-à-dire qu’elle ne peut plus infecter.
    On ne le sait pas assez, mais la plupart des personnes séropositives, qui connaissent leur statut et qui sont sous traitement, ne peuvent plus infecter.
    Ce qui fait dire, non sans raison, au professeur Rozenbaum, l’un des codécouvreurs du VIH, que le meilleur moyen de ne pas attraper le VIH est de… coucher avec un séropositif sous traitement et sans charge virale. Provocateur mais vrai.
    Une réalité d’ailleurs que méconnaissent la plupart de nos concitoyens et sûrement de vos auditeurs chère Brigitte.
    Sur le papier tout est donc possible.
    Sauf que la pression politique n’est pas là et donc le nerf de la guerre, c’est-à-dire les moyens financiers, non plus.
    La France qui a même choisi d’aller plus loin en votant le trois fois 95 n’a atteint que 2 de ces 3 objectifs ambitieux et n’est plus le pays européen le plus engagé pour faire accéder les pays les plus pauvres à la prévention et à l’accès universel aux traitements.
    L’année prochaine une grande réunion internationale du Fonds mondial, qui permet de faire accéder les pays les moins riches aux traitements, aura lieu en France. Une opportunité exceptionnelle !
    Il faut que la France en profite pour s’engager fortement et renouer avec le grand discours mobilisateur que portaient les présidents Chirac et Lula.
    Depuis le début de la pandémie, plus de 40 millions de personnes sont mortes du sida, encore un million succombent annuellement, soit 2500 personnes par jour. Ces morts ne doivent plus exister.
    Nous sommes criminels de laisser ces personnes mourir alors que nous avons les traitements pour leur permettre de survivre.
    C’est donc la mobilisation citoyenne qui peut encore faire entendre à nos responsables que ce beau défi doit être gagné.
    C’est ce dont nous parlerons aussi aux États généraux d’ELCS jeudi dès 16H00 et n’hésitez pas à nous rejoindre en vous inscrivant par mail à info@elcs.fr !
    Un monde sans sida, c’est possible, il dépend aussi de vous. De nous !
    A la semaine prochaine.

  • Mon discours aux 23èmes Etats généraux d'ELCS

    Madame la ministre, Madame la maire, Chère Anne, Chers amis,

    Évidemment, vous imaginez l’émotion que j’ai eue tout cet après-midi et particulièrement, maintenant, en conclusion de ces 23èmes états généraux, en pensant à Christophe Michel-Romero, qui les a organisés ces 11 dernières années.
    Je remercie vraiment Philippe d’avoir voulu lui rendre un hommage tout à l’heure à la fin de notre réunion.

    paris,jean luc romero michel,christophe michel romero


    Permettez-moi de remercier particulièrement Anne Hidalgo et son adjointe Anne Souruys pour la mobilisation de la ville qui est exemplaire notamment grâce à Vers Paris sans sida que mène Eve Plenel et que je remercie aussi pour son intervention ce soir.
    Merci à mon ami et collègue Jean Spiri de représenter la région et pour son engagement dans le cadre de Une Ile-de-France sans sida.
    Merci, madame la ministre d’être présente ce soir. Vraiment. Je sais que l’actualité au Parlement vous concernant est très chargée et je vous suis donc reconnaissant d’être à nos côtés dans un contexte de démobilisation de la société contre le VIH/sida. Alors qu’il n’y a jamais eu autant de gens vivant avec ce virus, cette question de santé publique est sortie des radars.
    C’est bien dommage et je le dis notamment pour les élus car avec cet espoir fou, mais possible, d’un monde sans sida, c’est maintenant plus que jamais qu’il faudrait se mobiliser et tout mettre en œuvre pour aboutir à la fin au VIH/sida.
    Vous imaginez, chers amis, que des générations pourraient naître à partir de cette date sans qu’aucun enfant ne soit porteur du VIH !

    paris,jean luc romero michel,christophe michel romero


    Quel rêve fou pour celles et ceux qui, comme moi, ont connu le début de la pandémie et vu mourir tant de proches dans des souffrances indescriptibles et rejetés parfois même par leurs familles.
    Je serai court, car tout a été dit et reviendrai juste sur quelques points : le soutien au développement de la politique de réduction des risques à direction des usagers de drogue, la lutte contre la sérophobie, le sexisme et les LGBTQIphobies avec notre exposition et notre pétition sur change.org. Et enfin, la réunion du Fonds mondial l’an prochain en France.
    Je voudrai remercier Anne pour la mobilisation de Paris dans son soutien à la salle de consommation à moindre risques et ta demande, Anne, de l’ouverture d’autres salles à Paris et en Ile-de-France. Je voulais dire à quel point, à ELCS, nous soutenons cette démarche efficace pour la santé des usagers mais aussi pour la sécurité. Je n’insiste pas et je sais que tu en parleras, chère Anne.
    ELCS est mobilisé depuis toujours contre les discriminations : rappelez-vous le combat que nous menons encore contre les interdictions de circulation dans le monde – une quarantaine de pays les pratiquent encore -, celui contre l’interdiction même partielle du don au sang par les gays ou celui lancé par ELCS mais gagné avec les associations sur l’interdiction des soins de conservation pour les personnes séropositives.
    Notre combat contre la sérophobie aura cette année été particulièrement marqué par notre livre et l’exposition Portraits de vi(H)es. Cette expo a dépassé tous nos espoirs et tourne depuis un an partout, aujourd’hui à la région Ile-de-France et ici à la mairie de Paris, la semaine prochaine à l’Assemblée nationale, lundi et vous êtes les bienvenus, au Mans, à Toulouse, à Strasbourg et dans bien d’autres endroits la semaine prochaine.

    paris,jean luc romero michel,christophe michel romero


    Il était important de donner un visage au VIH et de dire ce qu’est la vie avec le sida et de faire tomber aussi des idées fausses et de donner des informations que nos concitoyens ne connaissent pas vraiment.
    En effet, qui sait à part les militants que dès qu’une personne est mise sous traitement, elle devient vite indétectable, c’est-à-dire qu’elle ne peut plus infecter.
    On ne le sait pas assez, mais la plupart des personnes séropositives, qui connaissent leur statut et qui sont sous traitement, ne peuvent plus infecter.
    Ce qui fait dire, non sans raison, au professeur Rozenbaum, l’un des codécouvreurs du VIH/sida, que le meilleur moyen de ne pas attraper le VIH est de… coucher avec un séropositif sous traitement et sans charge virale. Provocateur mais vrai.
    Outre cette expo et ce livre qui vont, grâce au laboratoire Gilead, continuer à vivre en 2019, nous portons actuellement la demande que la lutte contre le sexisme et les LGBTQIphobies devienne la Grande Cause Nationale 2019.
    Plus de 45 000 internautes ont déjà signé notre pétition sur change.org et je vous invite à en faire de même et à en parler avec vos amis.

    paris,jean luc romero michel,christophe michel romero


    Une grande cause, ça donne des moyens, des campagnes gratuites dans les médias, ça fait travailler les associations ensemble et ça oblige tous les ministères, de manière transversale, à travailler sur ces thèmes.
    Anne Hidalgo fut la première à suivre cette demande. Depuis, des élus de tous bords et nombre de personnalités ont signé. Et j’espère pouvoir compter sur votre soutien, chère madame la ministre, même si la décision ne vous appartient pas.                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Enfin, l’année prochaine une grande réunion internationale du Fonds mondial, qui permet de faire accéder les pays les moins riches aux traitements, aura lieu en France. Une opportunité exceptionnelle !
    Il faut que la France en profite pour s’engager fortement et renouer avec le grand discours mobilisateur que portaient les présidents Chirac et Lula.
    Depuis le début de la pandémie, plus de 36 millions de personnes sont mortes du sida, encore un million succombent annuellement, soit 2500 personnes par jour.
    Ces morts ne doivent plus exister.

    paris,jean luc romero michel,christophe michel romero


    Nous sommes criminels de laisser ces personnes mourir alors que nous avons les traitements pour leur permettre au moins de survivre.
    C’est donc la mobilisation citoyenne qui peut encore faire entendre à nos responsables que ce beau défi doit être gagné.
    Un monde sans sida, c’est possible, il dépend aussi de vous. De nous !
    Je vous remercie.

     

  • Retrouvez-moi pour une réunion ADMD à Annecy à 10H

    IMG_1643.JPG

  • Débat sur la fin de vie à La Libre Pensée Romande à Genève 

    A 20h, à l’invitation de La Libre Pensée Romande, je participerai à un débat sur la fin de vie à Genève - 15, rue des Savoises. Genevois et frontaliers, vous êtes les bienvenus !

  • 23èmes Etats Généraux d'ELCS à la mairie de Paris

    Ce jeudi, dès 16H, se dérouleront les 23èmes Etats Généraux d'ELCS à l'hôtel de ville. La réunion sera clôturée par la ministre de la santé, Agnés Buzuyn. Un hommage sera rendu à Christophe Michel-Romero à cette occasion.

    EGELCSBandeau pupitre.JPG