Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

parlement

  • L'égalité, c'est aujourd'hui ! L'égalité, c'est maintenant !

    L'égalité, c'est maintenant ! Enfin...

    Ouial'agalité.JPG

  • Loi sur le mariage pour tous : un vote historique pour l’égalité des droits !

    Cet après-midi, après les questions d’actualité, les députés vont adopter le projet de loi sur le mariage pour tous qui permettra enfin aux couples homosexuels d’avoir les mêmes droits que les couples hétérosexuels.
    C’est un vote historique dans le pays des droits de l’Homme.
    Après tant d’années de luttes pour l’égalité des droits, et malgré l’hostilité virulente de la très grande majorité des élus UMP, le gouvernement a entendu cette exigence d’égalité des droits que le président de la République avait osé porter durant sa campagne électorale. C’était sa 31èmeproposition pour la France.

    parlement,jean-luc romero,homosexualité,france


    Bien sûr, cette loi n’est pas adoptée définitivement par le législateur : le Sénat va être saisi et il faudra sûrement plusieurs lectures devant chacune des chambres du Parlement pour que la loi devienne effective. Les homosexuels ne pourront donc profiter de la Saint Valentin, dans deux jours, pour s’unir !
    Mais, le vote de ce mardi restera historique comme le fut, au début du mois, le vote de l’article 1 qui prévoit que l’article 143 du Code civil est ainsi écrit : « Le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe. »
    Désormais, une majorité de députés reconnaît que l’égalité doit aussi concerner les homosexuels, ce même parlement qui en 1960 listait l’homosexualité parmi les fléaux sociaux, le même Parlement qui ne s’offusquait pas en 1968 quand l’homosexualité soit classée dans les maladies psychiatriques.
    Dans la lignée des lois de 1982 sur la dépénalisation de l’homosexualité, de 1999 sur l’adoption du PaCS - qui voyait enfin le couple gay entrer dans le droit -, l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe, est une grande conquête sociale et sociétale.
    Dommage que la droite, - excepté quelques députes comme le courageux Franck Riester, Benoist Apparu, Jean-Louis Borloo, Jean-Christophe Lagarde -contrairement aux conservateurs anglais, n’ait pas cru bon accompagner cette belle avancée. Décidemment, depuis le début de la Vème République, la droite n’aura pas compris la société dans laquelle elle vit et aura toujours eu un problème avec l’homosexualité !
    Lire aussi NouvelObs.com (ici).

    parlement,jean-luc romero,homosexualité,france

     

  • Journée de la femme : le combat continue !

    Ce 8 mars, c’est la journée internationale de la femme.
    On pourrait légitimement penser qu’en 2012, le combat pour l’égalité hommes-femmes serait gagné. Il n’en est rien : dans la vie privée, professionnelle ou politique, les femmes ne sont pas les égales des hommes.
    En France, le Parlement est l’un de ceux en Europe qui fait le moins de place à la représentation des femmes. Les femmes dans les conseils d’administration de grandes entreprises sont très peu représentées. Et les salaires de femmes, pour un poste équivalent à un homme, sont de 20% inférieurs…
    Le combat doit donc continuer car rien ne justifie que la moitié de l’humanité n’ait pas les mêmes droits que l’autre moitié.

  • Ne pas rogner les droits du Parlement

    Ces dernières semaines, le PS qui s’était endormi - telle la Belle au bois dormant - s’est réveillé au Parlement menant une guérilla contre des textes gouvernementaux qu’il estimait mauvais comme la réforme de l’audiovisuel et le travail du dimanche. Comme toute opposition le fait – la droite ne s’en est heureusement jamais privée, n’oublions pas que pour le PaCS, Mme Boutin a parlé 5h25 sans s’arrêter ! -, il est du rôle de l’opposition de dénoncer les mesures qu’elle estime contraire à l’intérêt du pays. Dans un pays où la plupart des pouvoirs sont concentrés par le même mouvement politique et que beaucoup de medias sont proches du chef de l’Etat, il est bien logique que l’opposition cherche à marquer les esprits en utilisant toutes les armes de procédure parlementaire dont elle dispose.assemblée nationale.jpg

    Même si, dans le même temps, on peut aussi comprendre l’exaspération du gouvernement qui veut aller vite dans certaines réformes, il n’est jamais sain dans une démocratie de limiter et le temps de parole et le droit d’amendement des parlementaires et des élus en général ?

    Une bonne loi est une loi qui a été largement discutée. Et plutôt que de s’attaquer au droit de l’opposition, ne conviendrait-il pas d’arrêter de surcharger l’agenda parlementaire et de laisser ainsi le temps aux Parlementaires de jouer le rôle en amendant les textes ? Non seulement pour en empêcher le vote. Mais aussi et surtout pour les améliorer…

     

  • Audition au Conseil d’Etat

    Dans le cadre de la réalisation d’une étude préalable au réexamen de la loi relative à la bioéthique, je serais auditionné ce mardi, à sa demande, par le Conseil d’Etat. En effet, la plus haute juridiction administrative a été chargée par le Premier ministre de faire cette étude car la loi du 6 août 2004 avait prévu que cette loi devrait faire l’objet d’un nouvel examen d’ensemble par le Parlement dans les 5 ans.Conseil d'Etat_Paris.jpg

    Lors de mon audition, je rappellerai notamment qu’il m’apparaît important que les questions liées à la fin de vie soient incluses dans cette loi au même titre que les grandes questions liées au début de la vie…

  • Un petit oui pour une réformette

    Assemblee_Nationale.jpgUne seule voix aura permis à la réforme constitutionnelle de passer lundi soir. Une victoire à entendre la majorité, une défaite à écouter l’opposition. Chacun y retrouvera ses petits…
    Bref, les jeux politiciens continuent pour une réforme de la constitution utile mais qui s’apparente plus à une réformette. Pas de quoi triompher à droite. Pas de quoi non plus être fiers à gauche d’avoir voulu empêcher l’adoption d’une réforme qui améliore incontestablement les droits de l’opposition et du citoyen.
    Mais on est loin de cette 6ème république aujourd’hui nécessaire… Bref, beaucoup de bruit pour pas grand-chose.

  • Voter la réforme constitutionnelle !

    Quand j’ai créé le parti Aujourd’hui, Autrement, j’ai défendu dans un manifeste la mise en place d’une 6ème République, régime présidentiel équilibré où enfin le Parlement pourrait jouer son rôle. Evidemment, la réforme constitutionnelle, présentée par le gouvernement, ne va pas assez loin. Elle est très timorée : j’aurai souhaité la suppression du poste de Premier ministre, la fin du droit de dissolution et du 49.3, la création du référendum d’initiative populaire, la réforme du Sénat et l’instauration d’une dose de proportionnelle pour les élections législatives, etc…

    1947404957.jpg


    Le compte est donc loin d’y être. Mais est-ce une raison pour voter contre les avancées que propose le gouvernement ? Je ne le crois pas.
    En effet, ce texte permettra enfin un début de rééquilibrage des pouvoirs entre le Parlement et le gouvernement, le partage de l’ordre du jour, la limitation des mandats du président à deux successifs, le droit de veto du Parlement sur les nominations, l’interdiction du cumul ministre et exécutif local,…
    Toute avancée démocratique est bonne à prendre. Alors, il serait bien que chacun y songe. Ce qui n’empêche pas de dire que cette réforme des institutions est totalement insuffisante…