Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

françois bayrou

  • Interpellation des candidats opposés au droit de mourir dans la dignité

    L’ADMDa lancé aujourd’hui une campagne pour interpeller trois des principaux candidats à l’élection présidentielle qui ont dit clairement qu’ils s’opposaient à toute évolution de la loi sur la fin de vie. Cette campagne s’adresse donc à François Bayrou, Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy. Espérons que ces visuels forts, conçus bénévolement par l’agence Melville pour l’ADMD, les amèneront à revenir sur une position moins tranchée et à entendre les 94% de Français qui souhaitent une évolution de la loi !

    nicolas sarkozy,jean-luc romero,françois bayrou,marine le pen,politique,admd,euthanasie,france

    nicolas sarkozy,jean-luc romero,françois bayrou,marine le pen,politique,admd,euthanasie,france

    nicolas sarkozy,jean-luc romero,françois bayrou,marine le pen,politique,admd,euthanasie,france

  • Un budget de l’Etat insincère

    On se demande vraiment pourquoi le gouvernement s’obstine à faire discuter un budget finalisé cet été, présenté en septembre, et qui ne prend pas en compte la crise fincière qui secoue la planète et n’épargne pas la France… Pourquoi nous refait-on toujours le coup du nuage de Tchernobyl qui, comme par hasard, s’arrêterait aux frontières dela France.
    Si l’on peut se réjouir que Nicolas Sarkozy ait joué, avec Gordon Brown notamment, un rôle moteur en Europe ces derniers temps, il des difficile de comprendre l’obstination française à ne presque rien changer dans le budget 2009.
    Pourtant, de Dominique de Villepin à Alain Lambert, sans oublier les socialistes, de nombreuses fois réclament des adaptations substanceilles du budget 2009 de la France dont les prévisions de croissance sont totalement obsolètes et faussent tout. Même Alain Lambert, qu’on ne peut soupçonner de rapprochement avec M. Bayrou ou le PS, réclame que le budget 2009 revienne sur une partie des 15 milliards accordés par le gouvernement français dans son paquet fiscal de 2007. A moins que le gouvernement, une fois de plus alourdisse la dette qui atteint déjà 1200 milliards d’euros… quoiqu’il décide, une chose est sûre, le budget examiné par les parlementaires est insincère.