Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bertrand delanoë - Page 3

  • Notre 14 juillet vaut bien une fermeture retardée du métro !

    Comme plus de 600.000 personnes, j’ai eu la chance – accompagné de ma mère qui, à 77 ans, est montée pour la première fois sur la Tour Eiffel – d’assister au magnifique feu d’artifice du 14 juillet à Paris. Je profite de ce post pour féliciter les artificiers pour ce show digne d’une grande capitale et bien sûr le maire de Paris de s’être entouré des meilleurs professionnels pour donner du plaisir aux Parisiens mais aussi à tant d’étrangers.Feu d'aritfice 14 juillet.jpg
    Je regrette par contre que la RATP n’ait pas cru bon pour le jour de la fête nationale d’élargir ses horaires d’ouverture. Imaginez 600.000 personnes se dépêchant d’arriver aux plus proches stations dès le feu d’artifice terminé pour ne pas rater le dernier métro. Résultat, à Invalides notamment, une marée humaine tentait – souvent en vain – d’entrer dans la station !
    Alors que la RATP ouvre son métro la nuit entière ou élargit ses horaires pour des manifestations comme la nuit blanche ou la fête de la musique, le jour de la fête nationale – et alors que 600.000 personnes assistent au feu d’artifice – aucune mesure n’a été prise en ce sens. Je viens d’adresser une question écrite à Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France mais aussi du STIF, pour qu’il demande à la RATP et à la SNCF de prévoir dès 2009 une fermeture du métro à 2 heures pour le 14 juillet… Notre fête nationale le vaut bien… Autant que la fête de la musique…

  • Article dans Le Républicain Lorrain

    Républicain lorrain 14 oct 2008.JPG

  • Interview dans le Républicain Lorrain

    Républicain Lorrain 13.06.08.JPG

  • Bertrand Delanoë : de l’audace à … assumer !

    Certains commentateurs ont cru bon nous expliquer que le chef de l’Etat préférerait avoir en face de lui à la prochaine présidentielle Bertrand Delanoë plutôt que Ségolène Royal notamment parce qu’il serait plus facilement battu à cause de son homosexualité… J’ai du mal à croire que notre Président puisse penser cela et ce serait, si tel était le cas, un bien mauvais calcul.1497381668.jpg
    Parce que Bertrand Delanoë en assumant son identité s’est attiré la sympathie et l’admiration de bien des Français. Et comme il l’écrit dans son livre, s’ils pensent que certains pourraient essayer d’utiliser sa vie privée pour lui nuire, force est de constater que toutes ces tentatives ont été vouées d’échec jusqu’à ce jour. Certes, l’homophobie reste une réalité mais pour une fraction peu importante de la population. Le seul problème est que cette fraction s’est radicalisée d’où l’augmentation ces dernières années des violences homophobes. Mais de là à penser que l’homophobie supposée de la majorité des Français empêchera l’élection d’un président gay est une erreur que nos stratèges politiques feraient mieux de ne pas commettre. D’autant que l’audace de Bertrand Delanoë à assumer est réconfortante et vivifiante…

  • L’obsession anti gays de Christian Vanneste

    Après avoir porté plainte contre moi pour un message écrit par un mineur sur mon blog, Christian Vanneste attaque cette fois-ci Bertrand Delanoë pour diffamation.393248971.JPG
    Alors que Christian Vanneste a été condamné à deux reprises pour propos homophobes - en première instance et en appel -, le député UMP du Nord, humilié lors des dernières élections municipales alors qu’il avait l’investiture de l’UMP, semble faire de son combat contre l’homosexualité, une obsession. Après moi, après Delanoë, quel gay sera prochainement assigné en justice par Vanneste ? La suite nous le dira. Mieux vaut en rire !
    Retrouvez l’interview que j’ai donnée au site interactif du Monde « Le Post » en cliquant ici.

  • Pour Paris, mon choix c’est Delanoë !

    1847263279.jpgComme tous les Parisiens, j’aime ma ville. Je l’aime tant que j’ai toutes les ambitions pour elle. Je veux aussi vivre dans une ville tolérante ouverte et qui vive avec son temps, qui ait même un temps d’avance... C’est pourquoi sans hésitation, dimanche prochain, je voterai Bertrand Delanoë !

    Communiqué de presse du 11 mars 2008
    Elections municipales :
    A Paris, Jean-Luc Romero appelle au rassemblement autour de Bertrand Delanoë.
    Au plan national, il estime que l’échec de l’UMP est mérité car elle a perdu son âme
    en soutenant Christian Vanneste condamné pour homophobie

    Jean-Luc Romero, président d’Aujourd’hui, Autrement, conseiller régional (Majorité présidentielle) d’Ile-de-France et ancien secrétaire national de l’UMP, appelle à se rassembler autour de Bertrand Delanoë dimanche prochain à Paris.

    Le maire de Paris est le seul candidat à pouvoir défendre une vision ouverte, tolérante et ambitieuse pour Paris. Les élus de l’UMP de Paris, notamment les parlementaires, se sont discrédités depuis des années en se prononçant contre toute avancée sociétale : en votant contre le PaCS, en refusant de prendre en compte, comme des familles à part entière, les familles monoparentales pourtant majoritaires à Paris, en défendant une politique hostile aux circulations douces, en ne prenant pas la mesure de l’attente des 40.000 personnes vivant avec le sida dans notre ville qui est la plus touchée d’Europe par cette maladie.

    L’absence de renouvellement des équipes, le refus d’intégrer et d’accompagner les nouveaux modes de vie des Parisiens ont définitivement discrédité les vieilles équipes de l’UMP pour conduire avec un temps d’avance Paris.

    Jean-Luc Romero, qui n’est désormais plus adhérent de l’UMP , estime que l’échec général de l’UMP est aussi justifié par son soutien immoral au seul député condamné pour homophobie. L’UMP a préféré soutenir un homme - qui n’a jamais regretté ses propos - pour gagner une ville et une communauté urbaine. Au final, elle n’aura ni gagné cette grande commune du Nord, ni la communauté urbaine et aura donc perdu son âme pour rien.

    Après avoir milité pendant tant d’années pour faire évoluer la droite sur les questions de société, Jean-Luc Romero constate que la droite est aujourd’hui toujours incapable de vivre avec son temps et cela malgré la bonne volonté de certains dirigeants de l’UMP comme Alain Juppé, Roselyne Bachelot ou Rama Yade.

  • Quelques réactions à mon choix pour Paris

    338778567.JPGJ’ai plutôt été agréablement surpris par les e-mails et textos que j’ai reçus suite à mon soutien à Corinne Lepage et le Modem dans le 12ème ardt de Paris, puis à Bertrand Delanoë comme maire de Paris.
    Certes quelques insultes , voir un commentaire très fin sur ce blog où un internaute m’appelle Jean-Cul – il fallait le trouver…
    Une dépêche AFP est sortie à 13h00 (cliquez ici) puis une autre de l'agence Reuters (Cliquez ici) et vous pouvez retrouvez quelques articles : Le Point (cliquez ici), Le Monde (cliquez ici), Le Nouvel Obs.com (cliquez ici), Melty.com (Cliquez ici), Télé News (cliquez ici), 20 Minutes (cliquez ici), Le Parisien (cliquez ici), Libération (cliquez ici)etc…
    Sans oublier mon podcast audio sur Le Monde.fr en cliquant ici et encore là...

  • Mon choix, c’est Lepage pour le 12è et Delanoë Pour Paris !

    393248971.JPGJ’ai attendu de connaître programmes et candidats pour me prononcer sur les élections municipales à Paris. Mon choix est désormais fait : c’est Lepage pour cet arrondissement qui m’est cher, le 12ème ardt, et Bertrand Delanoë comme maire de Paris au 2ème tour.
    Le communiqué ci-dessous vous donnera les raisons précises de mon choix. Depuis la dernière présidentielle, j’ai commencé à me désolidariser d’une majorité dont je ne partage plus l’essentiel des options. Quand un parti comme l’UMP choisit de soutenir officiellement le seul député condamné pour homophobie, quand les députés UMP de Paris votent sans rechigner les franchises médicales qui s’attaquent aux malades et s’opposent à toute avancée sociétale, euthanasie, mariage gay, etc., je me dois de le dire et de soutenir ceux dont je suis aujourd’hui le plus proche. Je crois toujours qu’aujourd’hui, les vieux clivages droite-gauche n’ont plus de sens, mais la droite parisienne ne semble pas s’en être rendu compte. C’est, ceci dit, avec nostalgie que je franchis ce pas, mais aussi avec tristesse pour n’avoir pu faire évoluer la droite à Paris.

     

    Communiqué du 3 mars 2008
    Elections municipales à Paris :
    Jean-Luc Romero appelle à voter Lepage (liste Sarnez) dans le 12ème au 1er tour,
    Et au rassemblement autour de Bertrand Delanoë au 2ème tour.

     

    Au premier tour des élections municipales, Jean-Luc Romero, président d’Aujourd’hui, Autrement, conseiller régional (Majorité présidentielle) d’Ile-de-France, appelle à voter dans le 12ème arrondissement, où il vit depuis plus de 20 ans, pour la liste conduite par Corinne Lepage (Modem- liste Sarnez), en raison de son discours d’ouverture et de la constance de son combat environnemental et pour contrer la campagne « limite » menée par l’UMP dans le 12ème ardt.
    Ancien secrétaire national de l’UMP, Jean-Luc Romero tire les conclusions du conservatisme des responsables de l’UMP de Paris qui n’ont pas su prendre la mesure des évolutions de la société - contrairement à certains responsables nationaux de la majorité présidentielle - et n’ont jamais ouvert leur cœur aux nouvelles aspirations de Parisiennes et de Parisiens, plus libres, plus festifs, plus tolérants, plus métissés qu’eux.
    Au second tour, sans aucune hésitation, Jean-Luc Romero appellera à un large rassemblement autour de Bertrand Delanoë, seul candidat en mesure de faire la synthèse des listes allant de la gauche au centre en passant par la société civile. Durant la précédente mandature, Bertrand Delanoë a su modifier profondément le visage de Paris pour en faire une capitale moderne et audacieuse, sensible aux minorités et aux démunis, humaine et rassembleuse. Il est également le seul à pouvoir mettre en œuvre ce Grand Paris, condition sine qua non pour résoudre nos problèmes de logement, de pollution, de transports et économiques.
    Par ailleurs, et comme la plupart des militants historiques de la lutte contre le sida, de la chiraquienne Line Renaud au mitterrandiste Pierre Bergé, il ne peut accepter que les 40 000 Parisiens vivant avec le sida – soit l’équivalent de la population totale des deux premiers arrondissements de Paris et un quart des cas de sida de tout le pays ! – soient totalement oubliés du programme et des déclarations de l’UMP-Paris. Comme bien des militants de la lutte contre le sida, il choisit de soutenir le candidat qui a apporté, durant tout son précédent mandat, un soutien constant et sans réticence à ce combat pour la vie et contre les préjugés.
    Jean-Luc Romero qui, depuis de nombreuses années, a essayé de faire avancer la droite parisienne et francilienne sur les sujets de société et encore récemment dans un livre intitulé «  La Nuit des petits couteaux - Qui gagnera la bataille de Paris ? », constate qu’il a échoué et choisit comme maire de la capitale française un homme de rassemblement qui porte non seulement une vision ambitieuse et humaine pour Paris mais bien des combats communs nationaux comme celui sur le sida, contre les franchises médicales, sur la légalisation de l’euthanasie, sur la lutte contre les discriminations et pour l’égalité entre tous les couples.