Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ma Chronique sur Sud Radio - Page 2

  • Retrouvez ma chronique hebdo "Sexy News" dans l'émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio vers 14H20

    Comme tous les mardis, vous pourrez retrouvez ma chronique hebdo "Sexy News" dans l'émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio vers 14H20. Je parlerai aujourd'hui de la relation compliquée des élus avec les questions LGBTQI.

  • Ma 2ème Chronique pour l’émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio

    Bonjour Brigitte, Bonjour à toutes et à tous,

    Vous vous rappelez, chère Brigitte et chers auditeurs, la semaine dernière, j’évoquais la révision des lois bioéthiques qui ont fait l’objet d’un débat citoyen qui est loin d’avoir eu l’impact qu’il aurait dû avoir. Je n’y reviendrai pas, je vous l’ai expliqué mardi dernier.
    Nous nous étions arrêtés sur deux des thèmes de ces révisions, la fin de vie et la procréation médicalement assistée.
    Je voudrai aujourd’hui dire quelques mots sur la place de l’humain au cœur du système de santé et sur la gestation pour autrui.
    Il n’est pas anodin que, durant les débats citoyens, le peu de Français qui y ont participé se soient inquiétés de la place de l’humain au cœur du système de santé comme la place du citoyen usager par rapport à l’administration ou les équipes soignantes.
    C’est aujourd’hui une question essentielle.
    Depuis les années 80, les militants de la lutte contre le sida ont revendiqué le doit d’être acteurs de leur propre santé. Le développement d’Internet fait qu’aujourd’hui, les malades ou futurs malades se renseignent directement et sont parfois mieux informés que leurs propres soignants. Pourtant, à l’hôpital, il est difficile de se faire entendre. On a l’impression que dès que l’on franchit les portes de l’hôpital, nous ne sommes plus un citoyen ou une citoyenne à part entière.
    La démocratie sanitaire, dont on parle tant, reste embryonnaire en France. Tout le monde admire son médecin mais on ne peut plus entendre ceux qui n’ont comme seule explication en nous donnant un nouveau traitement : c’est pour votre bien. On attend désormais d’un soignant qu’il nous dise les avantages et les inconvénients du traitement, qu’il nous propose et que nous décidions ensuite si nous voulons ou pas de ce traitement. Espérons que la parole citoyenne sur ce point sera entendue.
    Autre thème pour le moins controversé, la Gestation Pour Autrui (GPA) faisait partie du débat. Je rappelle que la GPA est une pratique sociale de procréation dans laquelle une femme, appelée mère porteuse, est inséminée par des embryons et accouche d’un enfant qui est remis aux parents à l’origine de cette GPA.
    Aujourd’hui, un certain nombre de pays l’autorisent ou ne l’interdisent pas notamment l’Afrique du Sud, le Royaume-Uni, la plupart des États des États-Unis, l’Inde, la Grèce, la Belgique, les Pays-Bas ou encore la Russie...
    La France l’interdit et d’après le Conseil consultatif national d’éthique, le débat citoyen aurait rejeté de manière massive sa légalisation.
    Quel que soit l’opinion qu’on ait sur la question, il faut regretter qu’un vrai débat en France n’ait jamais eu vraiment lieu sur la GPA qui, malgré nos lois, est une réalité en France où de nombreux enfants français sont nés d’une GPA à l’étranger.
    En fait, en France, le débat est faussé depuis le départ puisque les adversaires ont réduit la GPA à une question exclusivement LGBT, à la question de ces horribles couples gays richissimes qui iraient, paraît-il, acheter des enfants à l’étranger.
    Sur cette question, il faut être clair, elle concerne tout le monde et principalement les hétérosexuels. L’immense majorité des GPA sont le fait de couples hétéros dont la femme a une pathologie qui l’empêche malheureusement d’enfanter. Ce serait bien ne ne pas l’oublier d’autant que l’immense majorité des pays, qui l’autorisent, la refusent pour les couples LGBTQI. Imaginez la Russie accueillant des gays pour une  GPA...
    En tous cas, cette question mérite un vrai débat dans le pays en partant sur cette base et en arrêtant ce focus aussi malsain qu’absurde sur les homosexuels.
    Ce vrai débat n’aura pas eu lieu pendant la consultation citoyenne. Pourtant, une question mérite d’être réglée rapidement celle de l’établissement d’un état-civil français pour ces enfants nés par GPA à l’étranger. Ces enfants existent et sont français de par leurs parents.
    Ce serait bien d’arrêter de sanctionner ces enfants à qui personne n’a demandé s’ils voulaient naître.
    Mais, en attendant le vrai débat qu’on s’occupe au moins et enfin de l’intérêt de ces enfants. C’est en fait une urgence.
    A la semaine prochaine.

    IMG_0323.JPG

  • 2ème chronique chez Brigitte Lahaie sur Sud Radio vers 14H20

    Retrouvez-moi pou ma seconde chronique hebdo dans l'émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio vers 14H20. Je continuerai, cette semaine, à parler de bioéthique.

  • Ma 1ère chronique pour l’émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio

    Bonjour Brigitte et chers auditeurs,
    D’abord merci, chère Brigitte, de me donner cette opportunité d’intervenir régulièrement dans votre émission dont l’utilité n’est plus à démontrer.
    Pour cette première chronique, si vous le voulez bien, j’ai souhaité me pencher sur les états généraux de la bioéthique qui se déroulent cette année.
    En effet, le législateur, depuis la 1ère loi bioéthique en 1988, a souhaité que ces lois soient révisées régulièrement pour tenir compte des progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé.
    Un débat public doit avoir lieu avant ces révisions et le Comité consultatif national d’éthique est chargé de ce débat.
    Neuf thèmes ont été identifiés et soumis aux citoyens : d’une part, sept domaines où les progrès scientifiques ont été constants comme l’embryon humain et les cellules souches, l’intelligence artificielle ou encore la santé et l’environnement.
    D’autre part, deux thèmes qui font l’objet de grands débats dans le pays ont aussi été abordés : la procréation et la question de la fin de vie.
    De janvier à avril, 21 000 citoyens ont participé aux 271 événements organisés par le CCNE, plus de 29 000 ont donné leur avis sur un site web dédié et enfin un comité citoyen composé de 22 personnes représentatives de la diversité de la population française a accompagné le processus.
    Le CCNE se réjouit de cette participation, mais force est de constater que moins de 50 000 citoyens, si on ajoute artificiellement les participants aux réunions et ceux qui ont contribué au site, ont donné leur avis sur ... plus de 65 millions de Français. Pas de quoi faire cocorico...
    Le débat n’a pas eu la publicité qu’il méritait et l’organisation a pu poser de sacrées questions. Les réunions devaient être animées par des personnes neutres et, au final, pas mal de militants souvent peu progressistes ont été choisis. Par exemple, et comme l’a dénoncé l’association SOS Homophobie, à Lyon, un membre d’Alliance Vita a animé un débat sur la procréation médicalement assistée. Pour nos auditeurs qui ne connaitraient pas Alliance Vita, c’est une association opposée au mariage pour tous, à l’avortement, et à une fin de vie choisie... Vous imaginez l’objectivité.
    Je ne peux évoquer les 9 thèmes. Quelques mots sur la fin de vie et surtout sur la procréation...
    La fin de vie, un des rares thèmes qui concerne 100% d’entre nous.
    J’espère ne pas vous l’apprendre, chers auditeurs, mais nous allons toutes et tous mourir. Désolé pour cette mauvaise nouvelle !
    Les politiques ont beaucoup de mal à avancer sur ce thème où les lobbys des mandarins et des religieux ont réussi à se faire entendre jusqu’à présent. Dans notre pays, ce n’est pas souvent le mourant qui décide ce qui est le mieux pour lui ou pour elle, mais celles et ceux qui sont autour du lit.
    Le comité citoyen l’a d’ailleurs constaté et aux 2/3 de ses membres s’est prononcé pour que la loi aille plus loin que l’actuel laisser mourir où l’on vous endort et après avoir arrêté de vous alimenter et de vous hydrater, on attend votre mort qui peut mettre des semaines à arriver.
    Espérons que sur cette question, les parlementaires seront un peu courageux et vont voter les propositions de loi dont ils sont à l’origine...
    Le thème de la procréation a été celui qui a, une fois encore, été au cœur des polémiques car la Manif pour Tous s’est mobilisée pour s’opposer à la PMA ouvertes à toutes les femmes et bien sûr à la gestation pour autrui qu’on évoquera une prochaine fois.
    Emmanuel Macron a fait une seule promesse sociétale lorsqu’il était candidat aux élections présidentielles : celle de permettre aux femmes seules d’accéder à la PMA, cette procréation étant actuellement réservée aux seuls couples hétérosexuels.
    Le CCNE s’est d’ailleurs prononcé, il y a quelques temps, en faveur de cette promesse électorale. On se demande d’ailleurs pourquoi ce thème a été remis en débat alors que l’élection de Macron a donc au final validé cette promesse.
    La Manif pour tous s’est engouffrée dans ce débat et a mobilisé les siens pour s’opposer à cette proposition en essayant de réussir, une nouvelle fois, ce qu’elle a obtenu en 2013.
    En effet, rappelez-vous, François Hollande s’était engagé à accorder la PMA aux femmes seules. Face à la mobilisation de la Manif pour tous, il avait cédé sur ce point faisant une demie réforme en autorisant certes le mariage pour tous et l’adoption mais sans accorder aux femmes et donc aux lesbiennes la possibilité de bénéficier d’une PMA. Dans son dernier livre, François Hollande reconnait que son recul était une erreur...
    En effet, après avoir expliqué que tous les couples doivent avoir les mêmes droits, que l’amour homosexuel ne peut être inférieur à l’amour hétérosexuel, comment ne pas aller au bout de ce raisonnement ?
    Les sondages montrent que les Français y sont favorables. La majorité parlementaire de Emmanuel Macron aussi. Reste donc maintenant au Président de la République à nous dire s’il tiendra cet engagement et montrer que les promesses électorales sont enfin faites pour être tenues et qu’elles n’engagent pas seulement celles et ceux qui les entendent. Mais surtout, celles et ceux qui les font !
    C’est d’autant plus urgent, qu’on ne peut continuer à avoir des femmes qui sont contraintes de partir en Espagne ou en Belgique - les fameux bébés Thalys - pour bénéficier d’une PMA. Une fois de plus, cela favorise les plus aisées, ce qui est, vous en conviendrez, injuste au pays des droits de l’homme et de la femme et celui qui prétend défendre l’égalité.
    En fait, la loi n’est donc plus respectée.
    Donc il est temps de mettre le droit en conformité avec la réalité sociétale et les évolutions familiales...
    La balle est donc dans le camp du gouvernement et de la majorité et, si vous le voulez bien Brigitte, on suivra cela dans les semaines qui viennent...
    Je vous remercie...

     

     

  • Chronique sur Sud Radio dans l'émission de Brigitte Lahaie à 14H15

    Brigitte Lahaie m'a proposé de faire une chronique hebdo dans son émission. Ce sera donc une première pour moi ce mardi et vous pourrez entendre ma 1ère chronique vers 14H15 sur Sud Radio...

    brigitte lahaie,jean luc romero,sud radio

  • Ma chronique numéro 12 pour l’émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio du 27 novembre

     

    Bonjour Brigitte, Bonjour à votre invitée, Marie-Laure Peretti, et à tous les auditeurs de Sud Radio,

    La semaine dernière, le président de la République a reçu à l’Élysée des associations LGBTQI suite aux remous qu’avait suscité l’annonce par le gouvernement que le projet de loi permettant aux femmes seules, et donc aussi aux lesbiennes, de pouvoir accéder à la procréation médicalement assistée serait reporté.
    En effet, les associations LGBTQI étaient très remontées devant la nouvelle reculade du gouvernement qui a annoncé que la PMA ne serait pas discutée au Parlement avant les élections européennes.
    Les militantes et les militants ont l’impression de revivre une partie du scénario du mariage pour tous. Comme un terrible flash back !
    A l’époque, le gouvernement avait attendu pour faire cette réforme essentielle et avait cédé à la manif pour tous en retirant de la réforme l’accès à la PMA pour les femmes célibataires et sans raisons médicales.
    On a vu durant l’année de discussion du mariage pour tous que la longueur des débats n’a fait qu’alimenter une haine homophobe et transphobe.
    Bien sûr les réseaux sociaux n’ont pas aidé à l’apaisement donnant, à tort, le sentiment aux homophobes qu’ils sont nombreux à penser ce qu’ils pensent.
    Emmanuel Macron s’est pourtant engagé clairement, durant sa campagne électorale, à ouvrir la PMA à toutes les femmes. Le Conseil consultatif national d’éthique s’est aussi prononcé en faveur de cette ouverture. Enfin, l’opinion publique est, dans les sondages, majoritairement favorable à cette réforme.
    En réalité, tous les feux sont donc au vert.
    De ce fait, il est incompréhensible que l’on repousse une réforme qui, au final, a donc été validée par le suffrage universel. On ne peut pas reprocher si souvent aux hommes et femmes politiques de ne pas tenir leurs promesses et, quand ils veulent les tenir, les menacer et les intimider comme tente de le faire la manif pour tous.
    A celles et à ceux qui ne connaissent pas tous les tenants et les aboutissants de cette grande question de société, je recommande la lecture du livre très documenté de la journaliste Bénédicte Flye Saint Marie, PMA, le grand débat. Paru chez Michalon, ce livre réunit les avis des experts de tous bords et aide à se forger son opinion.
    Quoi qu’il en soit, ce débat devrait avoir lieu en 2019 comme l’a redit Emmanuel Macron aux associations qu’il recevait. Mais, il faudra aussi être vigilant que l’on ne construise pas une PMA à deux vitesses.
    Une PMA qui continuerait à être remboursée par la sécurité sociale pour les couples hétérosexuels et, une autre, qui serait à la charge financière des femmes seules.
    C’est une idée saugrenue qui circule et il ne faudrait pas que le gouvernement croyant contenter tout le monde choisisse cette voie. Ce serait alors une grave erreur.
    C’est peu dire que nous n’avons pas fini de parler sur cette antenne de ce débat éthique qui, au final, ne fait que commencer.
    Si vous le permettez, chère Brigitte, j’en profite pour rappeler que ELCS a lancé une pétition sur change.org pour faire de la lutte contre le sexisme et les LGBTQIphobies la grande cause nationale.
    Alors que le prolongement du débat sur la PMA risque de conduite à des dérapages, comme celui de Laurent Wauquiez la semaine dernière, faire de ce combat la grande cause permettrait d’obtenir de grandes campagnes de communication et obligerait tous les ministères, de manière transversale, à mettre en œuvre un vrai travail contre le sexisme, l’homophobie et la transphobie.
    Pour en convaincre le gouvernement, si vous ne l’avez pas encore fait, signez cette pétition !
    Je vous remercie.
    A la semaine prochaine.