Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ma 1ère chronique pour l’émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio

Bonjour Brigitte et chers auditeurs,
D’abord merci, chère Brigitte, de me donner cette opportunité d’intervenir régulièrement dans votre émission dont l’utilité n’est plus à démontrer.
Pour cette première chronique, si vous le voulez bien, j’ai souhaité me pencher sur les états généraux de la bioéthique qui se déroulent cette année.
En effet, le législateur, depuis la 1ère loi bioéthique en 1988, a souhaité que ces lois soient révisées régulièrement pour tenir compte des progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé.
Un débat public doit avoir lieu avant ces révisions et le Comité consultatif national d’éthique est chargé de ce débat.
Neuf thèmes ont été identifiés et soumis aux citoyens : d’une part, sept domaines où les progrès scientifiques ont été constants comme l’embryon humain et les cellules souches, l’intelligence artificielle ou encore la santé et l’environnement.
D’autre part, deux thèmes qui font l’objet de grands débats dans le pays ont aussi été abordés : la procréation et la question de la fin de vie.
De janvier à avril, 21 000 citoyens ont participé aux 271 événements organisés par le CCNE, plus de 29 000 ont donné leur avis sur un site web dédié et enfin un comité citoyen composé de 22 personnes représentatives de la diversité de la population française a accompagné le processus.
Le CCNE se réjouit de cette participation, mais force est de constater que moins de 50 000 citoyens, si on ajoute artificiellement les participants aux réunions et ceux qui ont contribué au site, ont donné leur avis sur ... plus de 65 millions de Français. Pas de quoi faire cocorico...
Le débat n’a pas eu la publicité qu’il méritait et l’organisation a pu poser de sacrées questions. Les réunions devaient être animées par des personnes neutres et, au final, pas mal de militants souvent peu progressistes ont été choisis. Par exemple, et comme l’a dénoncé l’association SOS Homophobie, à Lyon, un membre d’Alliance Vita a animé un débat sur la procréation médicalement assistée. Pour nos auditeurs qui ne connaitraient pas Alliance Vita, c’est une association opposée au mariage pour tous, à l’avortement, et à une fin de vie choisie... Vous imaginez l’objectivité.
Je ne peux évoquer les 9 thèmes. Quelques mots sur la fin de vie et surtout sur la procréation...
La fin de vie, un des rares thèmes qui concerne 100% d’entre nous.
J’espère ne pas vous l’apprendre, chers auditeurs, mais nous allons toutes et tous mourir. Désolé pour cette mauvaise nouvelle !
Les politiques ont beaucoup de mal à avancer sur ce thème où les lobbys des mandarins et des religieux ont réussi à se faire entendre jusqu’à présent. Dans notre pays, ce n’est pas souvent le mourant qui décide ce qui est le mieux pour lui ou pour elle, mais celles et ceux qui sont autour du lit.
Le comité citoyen l’a d’ailleurs constaté et aux 2/3 de ses membres s’est prononcé pour que la loi aille plus loin que l’actuel laisser mourir où l’on vous endort et après avoir arrêté de vous alimenter et de vous hydrater, on attend votre mort qui peut mettre des semaines à arriver.
Espérons que sur cette question, les parlementaires seront un peu courageux et vont voter les propositions de loi dont ils sont à l’origine...
Le thème de la procréation a été celui qui a, une fois encore, été au cœur des polémiques car la Manif pour Tous s’est mobilisée pour s’opposer à la PMA ouvertes à toutes les femmes et bien sûr à la gestation pour autrui qu’on évoquera une prochaine fois.
Emmanuel Macron a fait une seule promesse sociétale lorsqu’il était candidat aux élections présidentielles : celle de permettre aux femmes seules d’accéder à la PMA, cette procréation étant actuellement réservée aux seuls couples hétérosexuels.
Le CCNE s’est d’ailleurs prononcé, il y a quelques temps, en faveur de cette promesse électorale. On se demande d’ailleurs pourquoi ce thème a été remis en débat alors que l’élection de Macron a donc au final validé cette promesse.
La Manif pour tous s’est engouffrée dans ce débat et a mobilisé les siens pour s’opposer à cette proposition en essayant de réussir, une nouvelle fois, ce qu’elle a obtenu en 2013.
En effet, rappelez-vous, François Hollande s’était engagé à accorder la PMA aux femmes seules. Face à la mobilisation de la Manif pour tous, il avait cédé sur ce point faisant une demie réforme en autorisant certes le mariage pour tous et l’adoption mais sans accorder aux femmes et donc aux lesbiennes la possibilité de bénéficier d’une PMA. Dans son dernier livre, François Hollande reconnait que son recul était une erreur...
En effet, après avoir expliqué que tous les couples doivent avoir les mêmes droits, que l’amour homosexuel ne peut être inférieur à l’amour hétérosexuel, comment ne pas aller au bout de ce raisonnement ?
Les sondages montrent que les Français y sont favorables. La majorité parlementaire de Emmanuel Macron aussi. Reste donc maintenant au Président de la République à nous dire s’il tiendra cet engagement et montrer que les promesses électorales sont enfin faites pour être tenues et qu’elles n’engagent pas seulement celles et ceux qui les entendent. Mais surtout, celles et ceux qui les font !
C’est d’autant plus urgent, qu’on ne peut continuer à avoir des femmes qui sont contraintes de partir en Espagne ou en Belgique - les fameux bébés Thalys - pour bénéficier d’une PMA. Une fois de plus, cela favorise les plus aisées, ce qui est, vous en conviendrez, injuste au pays des droits de l’homme et de la femme et celui qui prétend défendre l’égalité.
En fait, la loi n’est donc plus respectée.
Donc il est temps de mettre le droit en conformité avec la réalité sociétale et les évolutions familiales...
La balle est donc dans le camp du gouvernement et de la majorité et, si vous le voulez bien Brigitte, on suivra cela dans les semaines qui viennent...
Je vous remercie...

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel