Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le tout dernier été, de Anne Bert, un hymne bouleversant à la vie et à la liberté !

Je ne vais pas vous mentir : on ne sort pas indemne de la lecture du beau livre de Anne Bert, qu’elle a intitulé Le tout dernier été. C’est un ouvrage qui interpelle forcément, émeut souvent et, bien sûr, peut déranger nos certitudes...
Mais, au final, c’est un sentiment de sérénité et d’amour de la vie qui vous envahit dès que vous fermez la dernière page de ce merveilleux journal.
Je n’ai rencontré qu’une seule fois Anne Bert. C’était au retour de mes vacances d’été, sur une belle terrasse ensoleillée de Saint-Germain-des-Prés. Elle venait d’enregistrer une interview pour Marc-Olivier Fogiel. Pour notre seule rencontre, je l’ai trouvée incroyablement drôle, sereine et si pleine de vie malgré cette horrible maladie qui la handicapait déjà tant... Déjà trop !
Dans les nombreux messages que nous échangerons en août et début septembre, elle montrera toujours une vraie sérénité et une sacrée dignité. Et toujours une bonne dose d’humour !
Ce livre, qu’elle m’a fait gentiment envoyer par sa maison d’édition (Fayard), je l’ai lu d’une seule traite dans l’Eurostar qui m’emmenait récemment à Londres.
Dans ce journal, j’ai retrouvé une vraie amoureuse de la vie. De la « vraie vie » ! Elle nous raconte toujours avec une grande élégance et sans pathos ce dernier été, celui de tous les adieux.
C’est bien sûr nostalgique : qui ne le serait pas, connaissant la date exacte de sa propre mort ?
Ce livre, c’est en fait une sorte d’ultime balade.
Bien sûr, la révolte y est sous-jacente, mais la jouissance de ce dernier été est bien là aussi... Ah ! son jardin, les senteurs, ses animaux, cette nature qui lui survivront... quelle belle description elle en fait ! Son mari, sa fille, les êtres aimés...
Bien sûr, Anne explique sa décision de partir en Belgique, mais elle n’impose rien à personne. C’est son choix. D’autres peuvent en faire d’autres. Elle ne juge jamais…
Au début de nos échanges, elle m’avait dit : « Vous savez Jean-Luc, je suis adhérente à l’ADMD, mais je ne suis pas une militante. Je ne l’ai jamais été. » Et je lui avais répondu : « Vous êtes la plus efficace non militante que j’ai connue !» Ça l’avait fait rire. Depuis, je l’appelais affectueusement « ma non militante ». Comme elle le souhaitait, son livre n’est donc pas militant au sens premier du terme, mais il donnera forcément à réfléchir à nombre de celles et de ceux qui sont emplis de certitudes. A celles et à ceux qui prétendent que notre mort ne nous appartient pas. Pour une non militante, elle aura apporté une pierre déterminante au débat sur la fin de vie. Incontestablement…
N’ayez pas peur de le lire, car ce livre nous enrichit et nous élève. Vraiment…
Vous ne retiendrez de ce « tout dernier été » qu’un hymne exceptionnel à la vie et à la liberté écrit par une femme lumineuse et terriblement attachante.
Merci Anne Bert...
Je suis ravi de vous avoir rencontrée. Votre souvenir et votre enseignement se prolongeront au-delà de votre mort, ce lundi 2 octobre 2017…

anne bert,jean-luc romero,le tout dernier été,admd

Commentaires

  • Quel dommage d'être obligé d'aller a l Étranger pour ne plus souffrir.
    Enfin Anne, ne souffre plus
    J'espère que notre nouveau président ira dans le bon sens pour faire évoluer la loi
    Du droit de mourir!!!!!

  • a Anne avec beaucoup de respect
    A sa famille, Anne est dans mes prières et mes pensées depuis longtemps
    Courage à vous qui l'avez tant aimer et soutenue

  • Il y n'y a plus grand chose qui aujourd'hui "nous enrichit et nous élève" !
    Je vais lire le Livre.
    Oui, pas toujours, mais certainement dans le cas de graves maladies, notre mort nous appartient.
    J'en suis convaincu.
    Merci Anne.
    Et merci à Mr Romero-Michel.

  • Merci Mr Romero de ce beau courriel . Que nous gagnons cette lutte je le souhaite de toug cœur
    Que MMe Bert repose en paix.
    Cordialement

  • D'abord je transmet toutes mes condoléances à la famille.
    Ensuite je ressens une tristesse de voir partir cette femme,courageuse devant cette épreuve
    injuste qu'est la maladie, une femme solaire qui en deux mots ,un sourire, vous ensoleiller pour la journée. e n même temps je suis heureux pour elle, elle a réalisé son désir de partir.
    Je je lui souhaite un repos éternel. Moi je ne l'oublierai pas. Merci Madame.

  • hier encore, j'écoutais l'enregistrement de sa voix avec ses mots si justes et si dignes pour répondre à un médecin tout puissant. Quel courage de se battre jusqu'au dernier moment pour une non-militante comme vous dites. j'espère que son combat fera évoluer les mentalités pour plus d'humanité dans la loi sur la fin de vie.

  • Nos parlementaires qui parlementent beaucoup vont-ils enfin prendre la décision qui s'impose, c'est à dire autoriser le choix de chacun d'arrêter la vie "proprement" quand elle est insupportable et quand on décide soi-même de le faire?

  • je suis bouleversée par la disparition d' Anne Bert et indignée que le gouvernement soit resté sur ses positions.....si facile de ne rien entendre.....
    Scandaleux de devoir s'exiler et payer une somme rondelette pour mettre fin à ses souffrances.....on est libre de sa fin de vie quand on est atteint par une maladie dont l'issue est irréversible et dans de grandes souffrances ....
    La France, patrie des droits de l'homme ? droit de vivre mais aussi droit de mourir dans la dignité ......Toutes mes pensées vont à sa famille et que l'ADMD continue sa lutte

  • Une flamme s'est éteinte, je suis triste et à la fois soulagée que la souffrance de cette GRANDE DAME pleine de courage prenne fin comme elle l'avait décidé. j'aurais aimé la connaître .Je présente toutes mes condoléances à ses proches qui l'ont tant soutenue dans sa démarche. Adieu MADAME ANNE BERT.

  • Bonjour, Je me le procure des que possibl,e je vous suis depuis longtemps sans étre militante cependant j'ai écris un livre "L'amour sans temps" de Swingy Leclerc Gruoff édité chez l'Harmatan que l'on peu commander sur internet ou en librairie , je traite de la différence et dans ce contexte le protagoniste aide sa mère a quitter ce monde tout en luttant contre l'acharnement thérapheutique que nous inflige le serment d'hyppocrate. Bien cordialement et au plaisir. Swingy

  • Merci à Madame Anne Bert pour le courage et la force de son combat qui est le nôtre. Admiration et compassion . Toutes nos pensées à sa famille.

  • Très belle rubrique. Je l'ai lue avec beaucoup d'émotion.
    J'admire énormément Anne Bert et japprouve totalement son choix. J'aurais bien voulu lire son livre, mais je ne le pourrais que s'il est numérisé. J'aimerais pourtant comprendre pourquoi elle n'était pas militante... Elle, elle a pu s'offrir "lechoix". Pour ma part je suis militante pour moi-même et pour tous ceux qui ne peuvent pas se l'offrir ce choix... Je suis très reconnaissant à l'ADMD pour son bon travail!

  • La qualité de vie, son appréciation personnelle n'a d'égale que dans la qualité de sa mort consentie et sereine

  • Merci pour ce beau texte. Je lirai très certainement le livre de Anne Bert. Je lui avais écrit, je voudrais qu'elle ait lu ma lettre avant de mourir. Ma soeur aimée est morte il y a plus de 10 ans de cette terrible maladie et a fait preuve comme Anne (et comme semble-t-il les gens atteints de SLA) d'une dignité et d'une maîtrise formidables. J'essaie moi-même d'écrire quelque chose sur cette expérience de partage, de fou rires et de misères...Si seulement ces témoignages pouvaient faire avancer la législation ! Ma soeur avait écrit au ministre, elle avait dans son tiroir des lames de rasoir, il m'a toujours semblé que ce qui était essentiel pour elle était de savoir qu'elle pouvait maîtriser sa fin, le savoir sans forçément en user...Bien à vous

  • Excessivement touchée par le départ de cette femme qui aimait tant la vie, quel courage de quitter justement celle-ci, mais l'handicap et ses souffrances physiques et morales le lui ont donné...
    J'ai perdue ma mère qui est partie en1959, dans de très grandes souffrances.
    Je suppliais le docteur de lui faire des piqures de morphine (INTERDIT...)
    Malgré, tout l''amour que je lui portais, je ne souhaitais qu'une chose qu'elle quitte cette vie de souffrances, pour moi moralement c'était l'horreur d'avoir cette pensée...
    Je souhaite et attends cette loi qui mettras un terme à tant de souffrances.
    Personnellement j'ai fait cette demande par écrit et j' ai donné un exemplaire à mes deux enfants, un à mon docteur traitant et aussi à mon notaire...
    Respectueuses pensées à Anne Bert.

  • Mes très sincères condoléances à la famille d' Anne, mes pensées sont vers vous
    Lorsque j' ai ouvert le mail de Monsieur Roméro, j' ai été extrêmement touchée, Madame Bert
    était soulagée de toutes ses souffrances, mais en même temps, si émue les larmes aux yeux, pourquoi, pourquoi devons-nous nous sauver à l' étranger pour mourir dignement?

  • quand nous rendrons nous notre LIBERTE , symbole de notre pays....soit- disant.....????

  • Bonjour à toutes et tous,
    oui la vie est une chose magnifique, savoureuse quand on a la chance de pouvoir vivre dignement, de pouvoir s'épanouir en famille, dans ses activités et dans son travail. On aimerait que ce soit le lot de tout humain (et même de tout animal) dans ce monde pourri par l'argent, les guerres, les famines, les viols, les maladies dû aux inégalités toujours croissantes.
    Et oh ! combien on aimerait choisir le moment et les conditions à la fin de cette existence si menacée de toutes part, quand elle ne peut plus se poursuivre dans la certitude des lendemains, dans l'amour, l'amitié, les joies et LA SANTE, pour la quitter dignement, sereinement, en toute conscience, en préparant ceux que l'on aime et qu'on laisse derrière soi.
    C'est un droit inaliénable et naturel, et dans ce pays qui se dit démocratique, ce droit nous est refusé et nous serons encore nombreux-ses à devoir nous EXILER pour mourir. Comme l'a fait Anne si noblement. Merci à elle de servir notre cause.

  • Mes bien sincères condoléances à sa famille.
    Son souvenir, présent en nos cœurs, nous encourage, par tous les moyens dont nous disposons, à continuer nos actions pour qu'enfin tous les français qui le veulent puissent ,en toute légalité, demander la mort par suicide assisté.
    Nous n'oublierons pas son exemple.

  • Grand respect pour cette très belle personne ...

  • Puisse l'infinie sagesse envahir tous les cœurs et toutes les têtes. Que la brutalité cesse. Enfin. Merci Anne.

  • j'ai beaucoup de peine ,et je l’admire .dommage d’être oblige de partir
    pour mourir dans la dignité.

  • j'aurais tellement voulu faire ça avec ma mère !

  • Mon droit consiste à gérer ma liberté i_ndividuelle. Pourquoi un homme de loi, un soignant etc.....déciderait de ma fin de vie. Je m'appartiens, nous nous appartenons.
    La loi, à force de donner le pouvoir implicitement au corps médical, est à mon sens une grave erreur. Ce sont eux les assassins. Comment peut-on assister au délitement du corps sans éprouver de la souffrance ? Cette hypocrisie me révolte et je suis toujours dans le même état d'esprit après la mort de ma mère (article paru dans votre journal). La fin de vie, il faut tenir compte de notre avis et de notre volonté écrite, et ce autour d'un consensus familial. La décision n'appartient pas aux médecins, ce sont des décisions conjointes. Quelqu'un disait " Choisir sa mort c'est honorer sa vie" Je ne veux pas devenir cette chose agonisante qui n'a plus la force de rien. Cette vie " c'est l'anti chambre d'une mort qui prend son temps pour arriver". Si la loi n'évolue pas , je ferai comme Anne BERT . MA VIE M'APPARTIENT QU'ON NE L'OUBLIE JAMAIS AU MEME TITRE QUE MA MORT .

  • Merci.
    Bien sûr, je vais lire dès que possible "J'aime trop la vie..."

  • Quelle émotion et quel combat pour ce qui devrait tout simplement être le droit fondamental de choisir sa fin de vie !
    Je vais vite acheter son livre.
    Merci Anne et courage à sa famille

  • Je n'ai pas lu son livre, mais je vais le faire. Déjà je suis très ému par la décision prise par Anne Bert que j'admire. Je suis ému car cette dame qui fait preuve d'un incroyable courage nous donne une incroyable leçon de vie et d'humilité. Puisque son destin ne lui a pas été donné de vivre plus en bonne santé afin de profiter, encore, de sa fille, de son époux et d'autres, nombreux et bels étés, elle a choisie de partir lorsqu' elle possédait encore son bon sens. Je ne peux pas imaginer le courage dont il faut faire preuve pour prendre cette décision. Si d'aventure je devais emprunté le même chemin, je souhaiterais faire être imprégné de ce même courage.
    Bien sûr, il faudrait que chez nous, en France, on arrête de nous imposer des points de vu de politiques et de médecins qui nous prennent pour des demeurés incapables de juger eux mêmes de ce qui est bon ou mauvais pour eux mêmes.
    Encore une fois, adieu Anne et merci de votre courage.

  • Emouvant

  • Pour une "non militante" bravo, merci pour la leçon de vie et respect. Le combat continue.

  • quand les opposants laisseront-ils la LIBERTE à ceux qui le veulent de décider de leur sort ? C'est bien une immense PRETENTION que de vouloir se substituer à la volonté d'autrui.....

  • Quand la médecine ne peut plus rien pour nous, nous devrions avoir le droit et le choix de partir dignement. C'est tellement difficile de prendre cette décision...
    Est-il nécessaire de devoir s'expatrier alors que nous avons besoin de nos proches et de notre environnement familier pour ce dernier voyage?

  • Oui, merci à Anne Bert pour son témoignage. Si nous n'avions que des "non-militantes" de sa trempe, notre combat pour notre ultime liberté serait déjà gagné ! Pourvu que nos "politiciens" aient le courage et l'honnêteté de seulement lire son livre avant de se prononcer...

  • Merci J L ; j'attends que la libraire me fasse signe car le livre est commandé depuis plusieurs jours. En Marche me recule toujours mon RV j'attends le 3° ; tant mieux j'aurais des arguments supplémentaires

  • "j'aime trop la vie pour me laisser mourir" que c'est beau et triste à la fois... saleté de maladie. Je suis admirative de son courage, elle encore jeune et de quitter tous les gens qu'elle aimait... Un exemple pour nous Anne Bert. Respect, Florence Vauléon

  • Respect Madame pour votre courage
    Toutes mes sincères condoléances à vos proches qui doivent être fiers de votre combat
    Cordialement et que votre acte puisse faire avancer les lois joelle

  • Cette "grande" Dame me conforte dans l'idée que notre corps nous appartient et, adhérente à l'ADMD, je veux, si le besoin s'en fait sentir, faire le choix de partir dans un des autres pays pratiquant l'euthanasie, pour mettre fin à mes jours.
    Comment le Gouvernement ne peut il accéder au choix des patients !
    J'ai beaucoup de pensées pour Anne en ce jour depuis que j'avais entendu son interview sur France Inter. J'attends la sortie de son livre. Astrid

  • Sinceres condoleances.
    Merci pour le courage qu elle a temoigne et l exemple qu elle nous a communique.

  • Sinceres condoleances.
    Merci i Anne pour votre courage et l exemple que vous temoigne

  • Je vais sûrement acheter ce livre mais je le lirai plus tard
    Étant confrontée quotidiennement à la maladie ( mon mari est atteint de démence sémantique ) je ne me sens pas le courage de le lire actuellement .
    Nous sommes aussi adhérents à l'ADMD , même si pour mon mari cela ne signifie plus rien .
    Merci et recevez mes sincères salutations

  • Félicitations pour votre courage Madame
    Je suis dans Le même état que vous pour mon avenir

  • Félicitations pour votre courage Madame
    Je suis dans Le même état que vous pour mon avenir

  • J'ai entendu plusieurs fois cette dame qui m'avait boulversé qui parlait avec une grande dignité que c'est triste d'être obligé d'aller a l'étranger pour mourir
    je pense beaucoup a elle et j'achèterais son livre
    qu'elle repose en paix

  • Anne Bert est partie selon sa dernière volonté en ayant programmé la date de son décès et malheureusement hors de son pays.
    J'espère que ses interviews ainsi que son dernier livre ne resteront pas vains et qu'ils contribueront à faire avancer la législation Française dans le bon sens.
    A chacun ses convictions, mais à quoi bon prolonger la vie et les souffrances lorsque l'on sait que la mort est inéluctable. Je suis pour une fin de vie en toute dignité et sérénité.
    Mes pensées vont à toute sa famille, sincères condoléances

  • Très émue par la mort de cette Dame et continuellement horrifiée par ce genre de situation. Que cette personne n'ait pas été entendue comme toutes les autres qui sont dans cet état. Vous annoncez que votre désir est de mourir et la réponse muette vous dit : allez-vous suicider ailleurs! A part les personnes célèbres ou qui ont les moyens et les relations, toutes les autres qui veulent mourir dans la dignité, au mieux on vous laissera mourir de faim et de soif ! Bravo Léonetti!

  • Merci de votre message. Je vais commander le libre. Mes condoléances les plus sincères à tous ceux qui ont aimé Mme Bert.

  • Je remercie M.Romero pour son email. La mort pour Madame Bert était une délivrance.
    Quand elle savait qu'elle n'avait aucune chance de guérir elle avait le droit de décider de partir et ne pas vivre des mois de souffrance......... Chaque personne doit avoir le droit de décider de partir sans attendre une sédation.......

  • Toutes mes condoléances à la famille de Mme Bert.Le courage et les convictions de cette dame,devraient faire réfléchir nos députés,et,enfin, faire voter cette loi sur la fin de vie.
    Pourquoi être obligé de partir à l'étranger !!!!!!!!
    Monsieur ROMERO,respect pour ce combat que vous menez

    Mme Garel Jeanine

  • Je suis profondément bouleversée par la mort de cette Dame et toujours aussi horrifiée qu'elle n'ait pas été entendue. La réponse muette revient à dire :Vous désirez mourir dans la dignité : allez vous suicider ailleurs! Ici on vous met en soins palliatifs on ne vous nourrit plus et on ne vous hydrate plus et que la mort se débrouille avec vous.
    Merci Mr. Léonetti ! Qui dans ce siècle aura enfin le courage de nos amis belges suisses etc...

  • Bonjour, si on fait abstraction de l'émotion qui est d'ordre privé et n'ajoute pas grand chose aux problèmes et aux questions soulevés par Anne Bert, comment à partir de cet événement qu'elle a souhaité rendre public, faire entendre une fois de plus et plus vivement encore que d'habitude, la colère qui s'empare de nous devant l'aveuglement et la surdité des pouvoirs publics qui entend régenter nos vies sans même tenir compte de nos observations ???

  • "Game over" est ce qu'avait dit mon frère par téléphone pour m'annoncer la mort de ma mère de la SLA ... Elle aurait voulu pouvoir choisir sa mort et non finir ses jours à moitié comateuse dans une unité de soins palliatifs au CHU de Montpellier
    Aujourd'hui, un nouveau papillon nous a quitté ...

  • Mourir dans la dignité est encore réservé aux personnes qui ont les moyens d'aller à l'étranger ! Notre pays aime à se complaire dans de telles situations. Cela finira par changer ! Seule la date nous est encore inconnue.

  • Elle a pu choisir sa mort et c'est une chance. Que font ceux qui n'ont pas les moyens de s'exiler ?

  • Merci pour avoir eu le courage de dire et d'avoir porter sur la place publique , d'une voix sereine et forte , le souhait de nombreux humains. L’angoisse , le sourd mal être qu'engendre pour tous , cette main mise du pouvoir scientifique et politique est intolérable .
    Merci à tous ceux qui agissent pour que nous vivions une vie meilleure dans la dignité.
    mceline 81 ans

  • Tout d'abord respect pour cette dame .J'ai moi même accompagner mon frère en juillet 2016 .atteint de la maladie de parkinson ,il a souhaité mourir dans le respect et la dignité, et malheureusement, nous avons du aller en suisse pour un suicide assisté, .Monsieur le président a quand la loi sur le droit de mourir dans la dignité, j'ai le sentiment que vous n'entendez pas les cris ,les souffrances ,le s plaintes de toutes ces personnes qui vous supplie de mettre cette loi en place .j'ai moi même adhéré à l'association 'le droit de mourir dans la dignité, depuis le décès de mon frère, et j'espère que le jour venu je pourrais mourrir en France bravo à l'association et ses dirigeants qui se battent pour ça

  • Que cette dame admirable repose en paix. Puisse-t-elle donner à réfléchir à nos élus...Merci M. Roméro

  • Madame Bert a eu ce courage ! Certains médecins français l'on eu mais à quel prix !
    Sincères condoléances à toute la famille.

  • Je ne connaissais pas Mme Annie Bert, je commande immédiatement son livre.
    Je suis aussi adhérante non militante mais j'ai beaucoup de respect pour la décision decette dame (et que chacun devrait pouvoir prendre).
    Condoléances attristées à sa famille et merci à Mr. ROMERO de nous tenir informés.

  • Quand? pourrons-nous décider de nous-mêmes d'abréger nos souffrances, nous éviter une fin de vie dégradante,lorsqu'une maladie nous condamne sans espoir de guérison, et nous afflige d'une terrible dégradation,peinant encore plus notre entourage lui aussi impuissant, nous laisser la décision de notre fin. Il faut du courage pour anticiper sa volonté et la faire respecter.Continuons tous, à œuvrer dans ce sens auprès de nos élus, l'union et la dignité font la force.le grand courage d'A Bert est l'exemple qui devrait les faire réfléchir et nous écouter.

    Frisano Simone

  • Merci Monsieur ROMERO pour votre persévérance à soutenir ce combat !...
    J'ai lu le livre d'Anne BERT, quelle leçon et quelle dignité de sa part !!
    J'aimerai tellement que vous m'expliquiez l'intérêt qui motive notre gouvernement à ne pas faire le choix de tant d'autres pays sinon celui de continuer encore et toujours cet éternel " parcours des inégalités", car en France en 2017, avec de l'argent on peut "ACHETER" son "DROIT DE MOURIR DANS LA DIGNITE".
    Ne faisant pas partie des "Nantis" je n'aurais, malgré mon désir d'adhérer à l'ADMD, malheureusement pas la possibilité de cette fin de vie.
    Merci sincèrement Monsieur ROMERO, Président de l'ADMD, de continuer à servir notre cause.

  • Merci Monsieur ROMERO pour votre persévérance à soutenir ce combat !...
    J'ai lu le livre d'Anne BERT, quelle leçon et quelle dignité de sa part !!
    J'aimerai tellement que vous m'expliquiez l'intérêt qui motive notre gouvernement à ne pas faire le choix de tant d'autres pays sinon celui de continuer encore et toujours cet éternel " parcours des inégalités", car en France en 2017, avec de l'argent on peut "ACHETER" son "DROIT DE MOURIR DANS LA DIGNITE".
    Ne faisant pas partie des "Nantis" je n'aurais, malgré mon désir d'adhérer à l'ADMD, malheureusement pas la possibilité de cette fin de vie.
    Merci sincèrement Monsieur ROMERO, Président de l'ADMD, de continuer à servir notre cause.

  • JE SUIS ANNE BERT !

  • La France Pays des Droits de l'Homme ????
    Naître et mourir en France, un combat permanent :
    - "Violences faites aux enfants - un silence assourdissant et un scandale sanitaire, social et humain" - Non assistance à personnes en danger (M.Salmona)
    4 millions de victimes d'inceste en France - sondage Harris Interactive 2015 AIVI
    - Prisons - La France condamnée par la Cour européenne des Droits de l'Homme.
    - Droit de mourir dans la DIGNITE - oui, mais pas en France - nous devons nous expatrier !!!
    Je constate, malheureusement que, dans ce pays règne la loi du "Marche ou crève" - jusqu'au bout !

    Alors je me bats, depuis ma plus tendre enfance et je me battrai jusqu'au bout pour ma Liberté et celle de tous ceux et toutes celles qui souffrent - je me bats pour La Vie !

    J'ai vu mon Père mourir dans des souffrances atroces - j'en ai vu et entendu dans les hôpitaux - et aujourd'hui, je dis que ce n'est plus acceptable. Les vétérinaires euthanasient les animaux mais les humains, eux, doivent souffrir jusqu'à leur dernier souffle !

    Je suis à vos côtés, vous tous qui agissez avec l'ADMD. Merci Monsieur Roméro.

    Je présente mes plus sincères Condoléances à la Famille d'Anne BERT - son courage et sa ténacité ont vaincu la mort. Elle vit à travers tout l'Amour qu'elle a donné pour faire évoluer les mentalités. Merci à vous Mme BERT - nous vous Aimons !

    "Il y a la terre des vivants et la terre des morts et le pont qui relie les deux est l'Amour - le seul survivant - le seul sens" ! Wayne Dyer

  • Quel courage et quel combat Mme Anne Bert. Toutes mes sincères condoléances et tout ma sympathie à sa famille.

  • Tout à fait en accord avec les écrits de Claudine De Rycke !!!
    Condoléances à la famille... et courage à Mr ROMERO !

  • Merci pour ce beau texte .Je vais m'empresser d'acheter ce livre qui m'émeut déja.
    Quel courage et quelle lecon de vie.
    Continuez votre lutte monsieur Roméro
    Respect
    Simone Jourjon

  • sinceres condoleances à la famille de mme Bert .Respect pour son courage
    mais pourquoi faut-il aller à l'etranger pour se faire aider pour avoir une mort sans souffrances extremes ...la loi actuelle est insuffisante ....j'ai vu quelqu'un partir apres un coma de plusieurs jours et une sedation profonde de plusieurs jours ...ne peut-on eviter ça pour le malade et sa famille ?
    bravo M.Romero pour le combat que vous menez....ne rien lacher !

  • Tout cela en fait n'est finalement qu'une vaste hypocrisie .. la sédation profonde de résout rien .. si ce n'est laisser une personne qui va mourir dans un état végétatif .. et même si cela dure des mois voire des années ?? .. comment peut-on accepter cela ? .. comment peut-on accepter de faire endurer cela à sa famille ?? c'est ridicule !!
    Heureusement que nous avons des pays frontaliers et amis qui acceptent de recevoir "nos malades en fin de vie" afin de leur donner une fin digne et choisie ...
    Mais qui sont-elles, à la fin, toutes ces personnes qui s'arrogent, en France, le droit de diriger notre fin de vie à l'inverse de ce que nous souhaitons ..
    Bravo encore et encore à l'ADMD pour toutes ces significatives avancées déjà obtenues

  • Quel bel exemple de détermination et d'amour de la vie. Nos condoléances et notre amitié à tous ceux qui l'ont aimée .

  • Je ne vous connais pas, j'ai toutefois suivi vos dernières interventions "publiques" avec le soutien de l' ADMD. Quel courage, sérénité. Merci Madame pour votre message:" J'aime trop la vie". Je vais acheter et le lire livre du courage.
    Reposez en Paix, après ce beau combat.
    Encore un grand merci, et Respect Madame.

  • merci à Anne pour ce livre et son combat. Mes pensées à sa famille.
    Grâce à elle nous serons plus forts et nous vaincrons avec dignité au pays des droits de l'homme.

  • J'ADRESSE MES SINCÈRES CONDOLÉANCES A TOUTE LA FAMILLE DE MADAME ANNE BERT.
    RIEN NE SAURAIT ÊTRE PLUS HONORABLE QUE DE VOULOIR CESSER LE COMBAT QUI ENTRETIENT LA SOUFFRANCE ET LE DÉSARROI . C'EST UNE AUTHENTIQUE PREUVE D'AMOUR. LE COURAGE LIÉ A SA DÉCISION DOIT NOUS INCITER A RENFORCER NOTRE COMBAT COMMUN.
    JEAN-LUC ROMERO MERCI A VOUS ET VOS ÉQUIPES, POUR VOTRE TÉNACITÉ , AFIN QU'ELLE PUISSE NOUS FAIRE GAGNER CE DROIT ESSENTIEL AU SEIN DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE ET DU SÉNAT.

  • Vous êtes en Paix, maintenant, Madame. Je veux dire encore plus, car votre détermination n'était possible qu'avec une paix en vous profonde et sincère.
    J'ai suivi votre combat, avec l' ADMD, à travers vos interventions dans les médias.
    Vous nous laissez un message de courage, quand les forces physiques vous quittaient avec ce livre que je veux lire " le tout dernier été".
    Merci, Madame et reposez en PAIX après ce beau combat de vie, contre l'hypocrisie.
    Adieu.

  • Nous sommes une civilisation du fric. Morts nous ne rapportons plus rien, mais malades, très malades, nous rapportons de l'argent aux hôpitaux et aux pharmacies.
    Nous allons dans l'espace, nous irons sur Mars, mais nous ne sommes même pas capables d'aider ceux qui souffrent et qui sont condamnés à mettre fin à leurs souffrances. Quelle décadence.

  • Je viens d'adhérer à l'ADMD depuis peu bien que j'y réfléchissais depuis quelque temps.
    Je n'ai pas encore lu le livre de madame Bert mais je suis sure qu'il ne fera que renforcer mon avis sur la fin de vie.
    Quand nos dirigeants français seront ils aussi respectueux que les dirigeants Belges, de notre Liberté ultime, celle de la fin de vie.?
    Toutes mes pensées vont vers les proches de Madame Bert.

  • Mon grand respect, Madame Berg, ainsi qu'à votre famille qui vous a entourée si merveilleusement bien.
    Je fais partie de l'ADMD depuis de nombreuses années et je souhaite plus que tout que notre combat pour une vie libre soit enfin reconnu.
    Je pense à vous et à votre dignité, votre courage.

  • sincères condoléances à la famille . Bien entendu je lirai le livre .

  • Bien sûr...j'attends le livre commandé chez ma libraire......le 4 octobre.....
    Moi aussi je partirai en Belgique pour mourir .....je ne crois plus en nos politiques et en nos médecins.......Hollande nous a berné....et que peut faire macron qui n'a rien promis!
    Je suis adhérente à l'arme depuis longtemps....

  • Dans mon message précédent, j'ai mal orthographié votre nom, Anne, pardonnez moi.

  • Quel courage, quelle détermination et quelle dignité... Une belle leçon de vie que de vouloir mourir quand on le décide, sans attendre l'agonie...
    Sincères condoléances à toute votre famille qui vous a accompagné dans votre choix,
    et je suis tellement triste quand je réalise combien il a dû être difficile pour vous et vos proches, de prendre la décision de partir et de devoir quitter votre maison pour en finir avec la souffrance...

  • Le droit de choisir sa fin de vie librement devrait être un droit fondamental inscrit dans la Constitution! Aujourd'hui où l'être humain peut maitriser sa fécondité et donc le début de la vie, puisque les couples non fertiles se voient proposer des solutions pour avoir des enfants, il est inacceptable que le corps medical s'arroge le droit de décider unilatéralement du destin d'un patient.
    Merci à Anne Bert pour son courage et merci à Jean-Luc Romero pour porter ce combat du droit à mourir dans la dignité !

  • J'admire le courage de cette femme qui a su et pu aller au bout de son choix, que nous devons tous respecter.
    Bravo, madame, reposez en paix, vous êtes et resterez un exemple pour tous ceux qui défendent la cause de l'ADMD.
    Je pense aussi à sa famille qui l'a accompagnée, et à qui nous devons envoyer notre soutien moral.
    Et puis.....hélas, honte à ces médecins et à ces élus français qui n'ont pas voulu l'entendre !!!

  • Je suis touchée par cette nouvelle mais aussi soulagée. Anne Bert a fini de souffrir... Avec son départ c'est une force de persuasion qui disparait . Elle a été si courageuse dans son combat contre la maladie et dans son combat pour le droit à mourir dans la dignité.
    Le gouvernement restera-t-il encore une fois insensible?
    Toutes mes condoléances attristées vont à sa famille et tout mon soutien et mes remerciements à monsieur Romero-Michel et l'admd pour le travail accompli.

  • je suis entiérement d'accord avec anne choisir le moment de sa mort et ce que l'on peut appeler un "privilége" moi je n'aurais pas les moyens pour aller dans un pays étranger alors que le gouverment légifére et vite il y a tant de gens qui sont dans cette attente j'ai vu monsieur coulomb qui été pour d'apres ses dires, comme brigitte macron à beaucoup d'influence sur son mai c'est elle qu'il faut convaincre

  • J'ai moi même accompagner mon frère en suisse l'an dernier selon sa volonté, sa maladie de parkinson devenait insupportable, il a demandé le suicide assisté, cette dame ,comme mon frère ont eu beaucoup de courage...Je suis révolté contre ces gouvernements qui n'écoutent pas le s demandes des malades de mourir dans la dignite et le respect ,qand il n'y a plus d'espoir et plus d'envie de vivre .mr le président cette loi qui autorise le droit de mourir dans la dignite doit être validée c innacceptable de devoir partir dans un autre pays .courage continuons de nous battre

  • Ma soeur s'est endormie dans mes bras à Amsterdam en 2013.
    J'espère que la France finira par admettre que nous avons le droit de choisir notre fin de vie.

  • Ma soeur s'est endormie dans mes bras à Amsterdam en 2013.
    J'espère que la France finira par admettre que nous avons le droit de choisir notre fin de vie.

  • Ma soeur s'est endormie dans mes bras à Amsterdam en 2013.
    J'espère que la France finira par admettre que nous avons le droit de choisir notre fin de vie.

  • Un grand merci pour ce témoignage poignant, monsieur Romero. J'ai hate de lire le livre de madame Bert que j'ai commandé suite à son "passage" à France Inter. Je veux lui adresser mes meilleures pensées dans cet "au-delà" qui nous pose forcément question et adresser à ses proches mes cordiales salutations.
    Roger ROBERT

  • Merci Monsieur Jean-Luc ROMERO-MICHEL pour tout les combats que vous menez avec tant d'acharnement et font avancer bien des causes. Vous avez eu la chance de connaître Madame Anne BERT. Je renouvelle toutes mes pensées émues aux proches de cette GRANDE DAME qui nous a donné une belle leçon de VIE ... J'espère que nos élus se sentiront concerné par ce geste ultime afin que ça devienne le dernier.

  • je partage avec émotion tous les hommages et les réflexions de nos amis .

  • Faits voter cette LOI, laissez nous le choix Monsieur Macron de partir dans la dignité, respectez le choix d'une grande majorité de Français souhaitant mourir chez eux, dans leur pays quand il n'y a plus rien à faire.
    Cette LOI, nous l'attendons depuis si longtemps ...

  • Toutes mes pensées vont vers Anne et sa famille. J'admire son courage, c'est un bon exemple pour ceux qui se posent la question de leur fin de vie. J'espère que celui-ci fera évoluer la loi actuelle. Merci pour tous ces témoignages émouvants.

  • Quand nous donnera-t-on la Liberté de choisir notre propre mort notamment en cas de maladie ou accident invalidant ??? C'est selon moi le reflet d'une Démocratie moderne, tolérante, qui respecte la dignité humaine ! Merci à madame Anne BERT pour son courage, son témoignage et sa détermination ! Merci à vous également monsieur Jean Luc Roméro pour la Lutte et l'Espoir que vous véhiculez au quotidien pour que cette cause aboutisse un jour !

  • Merci à M. ROMERO-MICHEL pour son texte.
    J'ai beaucoup d'admiration pour cette grande et belle dame que j'ai eu l'occasion d'entendre à la télévision. Son livre mérite vraiment d'être lu. Son âme fait partie de ces âmes qui sont un cristal et dont l'amour est sa lumière, de même que l'humour aussi (qui est certainement la forme la plus élevée et la plus saine de la lucidité). Merci Madame !
    Mes sincères condoléances vont à sa famille, que l'immense chagrin de son départ ne vous fasse pas oublier l'immense joie de l'avoir connue. Nous sommes nombreux à penser comme elle et à souhaiter avoir autant de courage.

  • Merci Monsieur ROMERO pour votre persévérance à soutenir ce combat !...
    J'ai lu le livre d'Anne BERT, quelle leçon et quelle dignité de sa part !!
    J'aimerai tellement que vous m'expliquiez l'intérêt qui motive notre gouvernement à ne pas faire le choix de tant d'autres pays sinon celui de continuer encore et toujours cet éternel " parcours des inégalités", car en France en 2017, avec de l'argent on peut "ACHETER" son "DROIT DE MOURIR DANS LA DIGNITE".
    Ne faisant pas partie des "Nantis" je n'aurais, malgré mon désir d'adhérer à l'ADMD, malheureusement pas la possibilité de cette fin de vie.
    Merci sincèrement Monsieur ROMERO, Président de l'ADMD, de continuer à servir notre cause.

  • je suis adhérente, non militante. J'espère que notre président actuel prendra la mesure des souhaits de beaucoup d'entre nous. C'est le respect de la vie, le respect de la mort, le respect de l'être humain.
    Jolies pensées pour Anne Bert qui a courageusement vécu sa fin de vie.

  • Adhérent à l'ADMD depuis 2003,j'aurai le mois prochain 85 ans.Atteint d'un lymphome non hodgkinien depuis 6 ans,du type "indolore",jusqu'ici,celui-ci semble s'être "réveillé" en infiltrant des cellules cancéreuses dans ma moelle osseuse qui diminuent fortement la production de mes cellules sanguines nécessaires.D'où perte de poids,grosse fatigue etc...A mon âge,je refuse la chimio qui n'est qu'un acharnement pénible et vain.N'ayant plus la possibilité de me rendre en Suisse ou en Belgique ni les forces de ce faire,me voilà donc en soins palliatifs à domicile avec un équipe qui se fait de son mieux dans le cadre de la loi permise ;l'étape finale étant,comme vous le savez,la mise en sédation profonde.Hypocrisie? Certes,mais c'est le seul choix qui reste actuellement à des cas comme le mien,esseulés dans leur'trou",aussi longtemps que l'euthanasie ne sera pas permise...Néanmoins,je fais remarquer que certains,voire membres de l'ADMD,réussiraient,me semble-t-il, à se procurer les ingrédients nécessaires à une "mise à mort" solitaire!Mais,aucune certitude,aucune preuve.Seulement l'intuition de soupçons non fondés,donc!
    Les présidents passent avec leurs promesses et nous en sommes toujours là,hélas!
    Mais un jour viendra,j'en suis sûr...Je n'en profiterai pas mais les enfants et petits-enfants,peut-être.Je l'espére pour eux.A bientôt...peut-être!!

  • "Néanmoins,je fais remarquer que certains,voire membres de l'ADMD,réussiraient,me semble-t-il, à se procurer les ingrédients nécessaires à une "mise à mort" solitaire!Mais,aucune certitude,aucune preuve.Seulement l'intuition de soupçons non fondés,donc!"
    Je m'interroge aussi à ce sujet... fréquemment. Néanmoins je remercie Monsieur Roméo de poursuivre ce combat avec courage et acharnement. Vous êtes notre porte-parole. Anne Bert est une admirable "non-militante "

  • Mes respects à Mme Bert. Quelle leçon d'humilité pour tous : les politiques pusillanimes, les religions, le corps médical qui s'accroche à son privilège de donner ou pas son accord pour une fin de vie digne. Avant la date fatidique de l'euthanasie de Mme Bert, j'ai écrit à Madame Macron pour qu'elle intercède auprès de son mari afin que cette loi de liberté soit enfin votée.... Pas de réponse encore bien sûr ! Mme Buzyn veut encore réfléchir, débattre ! mais on l'a déjà fait... pour aboutir à la la loi Léonetti-Claes, une véritable honte pour le pays des droits de l'Homme. Il va être temps de faire cesser cette ignominie qui oblige à être riche et bien renseigné pour pouvoir mourir dans la dignité dans un autre pays. Il serait souhaitable de virer de l'ADMD tous ces politicards qui nous ont promis une loi et qui, une fois au pouvoir, nous ont trahis. Adhérente de l'ADMD je souhaite que le combat ne cesse pas .....

  • Il faut absolument pourrir la vie de ces saloperies de soins palliatifs qui nous font vivre dans la terreur et le fanatisme religieux. ET CECI PAR TOUS LES MOYENS.

  • J'ai perdu une amie : maladie de Charcot, 70 ans, révoltée, n'acceptant pas sa maladie, elle si affectueuse, devenue agressive envers ses proches; par moments. Au grand désespoir de ses 3 fils et de ses amis. Elle est morte dans d'atroces souffrances, ce sont les médecins qui ont abrégé. Elle n'avait pas voulu des directives de l'ADMD. C'était en 2016.
    En 2017, j'ai perdu mon compagnon, cancer de l'intestin, une puis deux opérations, il a refusé la troisième : il ne voulait plus vire et a réclamé la mort aux soignants. Mais refus, et mort de faim , de soif, qu'on ne me dise pas qu'il ne souffrait pas ! J'ai vu ses grimaces de douleur! L'agonie a duré 10 jours.

  • J'ai perdu une amie : maladie de Charcot, elle avait 70 ans, révoltée, n'acceptant pas sa maladie, elle si affectueuse, devenue agressive envers ses proches; par moments. Au grand désespoir de ses 3 fils et de ses amis. Elle est morte dans d'atroces souffrances, ce sont les médecins qui ont abrégé. Elle n'avait pas voulu des directives de l'ADMD. C'était en 2016.
    En 2017, j'ai perdu mon compagnon, cancer de l'intestin, une puis deux opérations, il a refusé la troisième : il ne voulait plus vire et a réclamé la mort aux soignants. Mais refus, et mort de faim , de soif, qu'on ne me dise pas qu'il ne souffrait pas ! J'ai vu ses grimaces de douleur! L'agonie a duré 10 jours.

  • Merci, Jean-Luc, pour nous avoir prévenus , pour ton beau message qui donne aussi envie d'acheter et de lire le livre d'Anne. UN GRAND MERCI aussi pour ta présence à la Direction, toujours actif, avec l'équipe, depuis tant d'années...
    Merci, Anne, pour ce que tu nous apportes en courage et en joie. Puisses-tu être heureuse là où tu es, et puisse ta famille sentir ta présence malgré tout.
    J'en profite aussi, pour cette première fois où j'écris sur internet, pour dire tout le bien que je pense de notre déléguée pour la Loire Atlantique, pour sa disponibilité, sa simplicité , sa joie et sa chaleur
    Cordialement,
    Muriel MEYER

  • Merci à vous pour votre article qui peut être lu sur le mien ici :
    http://kimcat1b58.eklablog.com/le-tout-dernier-ete-d-anne-bert-a132051914

    Merci à Anne. Qu'elle repose en paix !
    Béa Kimcat

  • Merci d'avoir publié mon post sur Anne Bert.

  • Merci d'avoir publié mon post sur Anne Bert.

  • Merci pour cette lettre et l'existence de l'ADMD. Peut-être avez-vous reçu Libre Adieu qu'Adel Hakim, souffrant de la même maladie a laissée quelques 10 jours avant de sa mort… chez lui, le transport étant impraticable. Si non, la voici :
    Théâtre des Quartiers d’Ivry
    Accès Réserver
    Lettre d’info Twitter Rejoignez-nous sur Facebook Youtube Google + Instagram Flux RSS

    OK
    La saison
    L’Atelier Théâtral
    Manufacture des Œillets
    Le Théâtre
    Avec les publics
    Infos pratiques
    road_vous_etes_iciAccueil > Le Théâtre > Libre Adieu A- A+


    ©Nabil Boutros
    Le mardi 29 août 2017 à Ivry-sur-Seine, Adel Hakim - auteur, metteur en scène, comédien et codirecteur du Théâtre des Quartiers d’Ivry - est décédé chez lui, entouré de ses proches.

    Atteint depuis 2 ans et demi d’une sclérose latérale amyotrophique, son état de santé s’était si fortement dégradé ces dernières semaines, qu’il ne lui a pas été possible (ainsi qu’il le souhaitait) de faire le voyage pour mourir à Zurich , auprès de l’association Dignitas.
    Il a souhaité expliquer son choix et son engagement de mourir dans la dignité dans une lettre que nous vous communiquons.

    Adel Hakim a été inhumé lundi 4 septembre, au cimetière communal d’Ivry en présence d’un grand nombre de personnes réunies autour de lui pour un dernier adieu.
    Sa lettre LIBRE ADIEU a été également diffusée à la presse française qui en a témoigné dans plusieurs articles.
    « Spectateurs et acteurs ne sont pas face à face mais côte à côte, ils font un bout de chemin ensemble, ils se racontent une histoire. Et cette histoire devient, le temps du chemin parcouru, la métaphore de toute une vie. » Adel Hakim


    LIBRE ADIEU

    En 1975 la France rend légale l’interruption volontaire de grossesse.
    En 1981 la France proclame l’abolition de la peine de mort.
    En 2013 la France légalise le mariage pour tous.
    Chacune de ces lois élève le niveau de respect et de dignité des citoyens.

    Une personne désespérée de son mode de vie, de ses souffrances physiques ou mentales, des violences, des injustices et humiliations qu’elle subit au quotidien peut vouloir se donner la mort. Le plus souvent en s’isolant. Se pendre, se tirer une balle dans la tête, avaler des masses de cachets, se faire harakiri.

    Ou devenir kamikaze. Seul ce dernier choix de suicide pris par de jeunes terroristes est empreint de colère et de vengeance qui va chercher à tuer des victimes innocentes.

    Le 17 décembre 2010 a eu lieu en Tunisie une auto-immolation par le feu de Mohamed Bouazizi sur une place publique. Les autorités avaient confisqué la marchandise à ce jeune vendeur ambulant de fruits et légumes dans la ville de Sidi Bouzidi. La révolution tunisienne a débuté ce jour-là nommée « Révolution du Jasmin », rappelant la « Révolution des Œillets » au Portugal de 1974.

    C’est dire combien la relation entre la vie et la mort porte du sens à l’humanité. Un sens qui ne peut être ignoré. Les sociétés capitalistes, donc purement matérialistes, ne font que l’occulter. Cette ignorance finit par produire des drames puis des tragédies.

    L’expérience que je vis depuis près de trois ans, affecté d’une sclérose latérale amyotrophique, maladie dégénérative avec, justement, une espérance de vie de deux ans et demi, m’a fait découvrir de manière intime une nouvelle expérience de vie. Une autre liberté. Une liberté interdite par la législation française.

    Malgré cette interdiction des autorités françaises de faire un choix de fin de vie tel qu’un suicide assisté, je me considère comme un privilégié. Malheureusement, la majorité des français n’ont pas accès à ce type de privilèges. Ceci m’attriste pour eux. Une lutte doit être constamment menée par les citoyens pour défendre les concepts de Liberté, Égalité, Fraternité. Et qu’une concrétisation de ces concepts soit un jour acquise.

    Ce privilège que j’ai eu repose sur mon statut, mes ressources financières, l’ouverture d’esprit de mon entourage. Aucun de mes proches, dont ma fille unique Lou, ne s’est opposé à ma décision. Ce privilège m’a permis d’adhérer à une association en Suisse, Dignitas, pour fixer mon dernier jour de vie sur notre planète : le lundi 28 août 2017.

    Avec Dignitas tout est mis en œuvre de manière rigoureuse sur les plans administratif, juridique, médical. Une forte attention aux demandes des patients. Cette attention est accordée avec une parfaite distance, avec respect et sans empathie.

    Malgré toute ma confiance et mon estime à l’égard de Dignitas, le fait qu’il faille voyager en ambulance pendant 8 heures vers les alentours de Zurich alors que je réside à Paris est un déplacement lourd pour moi et pour les proches qui m’accompagnent.

    Problèmes d’élocution, de salivation, de fasciculation, de perte de poids, d’affaiblissement des muscles, de respiration, d’alimentation... Des symptômes caractéristiques de cette maladie qui a surgi dans mon cerveau et qui a affecté une partie de mes neurones.

    Prendre la parole clairement, argumenter, dialoguer, lire des textes en public fait partie du métier théâtral et des activités artistiques du spectacle vivant. Perdre la capacité de parler, de m’exprimer oralement en tant qu’homme de théâtre a un impact primordial. Malgré cette difficulté, j’ai essayé de poursuivre le plus longtemps possible ma fonction de metteur en scène, d’auteur et de directeur. Mais pas en tant qu’acteur.

    L’équipe du Théâtre des Quartiers d’Ivry, centre dramatique national du Val-de-Marne, a été assez vite au courant de ma maladie. Elle m’a fortement soutenu dans mon travail. Elle a accepté que je reste au poste de co-directeur artistique avec Elisabeth Chailloux jusqu’à la fin de notre mandat qui vient à échéance au 31 décembre 2018. Ce ne sera pas le cas pour moi. Je n’y serai pas. Cette échéance est trop lointaine pour mon corps.

    Avec l’évolution de cette maladie qu’aucun traitement médical ne peut faire régresser, j’ai tout fait pour être présent à l’inauguration de la Manufacture des Œillets. Et poursuivre la première saison du Théâtre des Quartiers d’Ivry dans ce magnifique lieu. Je souhaite donc à tous une belle saison 17-18 et une belle année 2018.

    Depuis quelques mois, perdre mon autonomie en termes de mouvement, de paraplégie m’est devenu insupportable. D’où mon souhait d’aller auprès de Dignitas. Il ne s’agit pas d’une euthanasie mais d’un suicide assisté avec une volonté consciente du patient de mettre fin à ses jours compte tenu de sa difficulté à survivre. Comme quoi parfois une mort sereine est la seule solution face aux souffrances générées par l’acharnement thérapeutique.

    Dans cette situation, le fait de pouvoir adresser un Libre Adieu est très étonnant. Une fois la date fixée pour passer de l’autre côté du miroir, le sens de chacun des jours restants est une boule de cristal d’une richesse infinie.

    Cette date de dernier jour de vie décidée en amont est impossible pour la très grande majorité des humains. Néanmoins, un équilibre Ying et Yang, Eros et Thanatos, Vie et Mort, rassérène. Il n’est pas nécessaire d’être angoissé par l’idée de la mort. Il faut l’accepter car c’est un passage inéluctable vers l’au-delà. Aucun de nous n’est immortel. Aussi faut-il vivre avec plaisir, partage, solidarité, porter attention et secours, entre autres, aux démunis et aux migrants.

    Alors, ADIEU, chers vivants !

    Avant notre naissance, tout au long de notre vie et après notre mort, nos cellules, nos molécules, notre esprit, nos rêves, nos souvenirs, appartiennent au système Solaire, à la Voie Lactée, à notre Galaxie et à l’Univers dont nous ignorons les limites.

    Je vous embrasse avec tous les espoirs de paix et d’amour que nous portons dans nos cœurs.

    Adel Hakim
    Ivry sur Seine, 15 août 2017
    Contactez-nous Plan du site Crédits

  • Je lis et relis les témoignages mais ne vois pas le mien ! ! !

    Je ne pense pas que celui-ci passera, mais je sais que vous allez le lire
    En quoi mon indignation sur la politique actuelle, a-t-elle pu vous choquer ?
    Adhérente mais non militante pour des raisons de santé
    Respect, Madame Bert, pour votre courage et votre détermination. RIP

  • Bientôt une semaine d'Anne nous a quittés ...
    Merci d'avoir publié mon commentaire après son départ. Depuis lundi je ne cesse de de penser à elle et à son courage et je garde une étoile de plus dans mon cœur. En attendant un peu d'espoir, je continue a me rendre régulièrement dans l'EHPAD ou séjourne ma sœur entourée de fantômes qui n'on plus d'identité et j'ai de plus en plus de mal a supporter cette situation. Merci Jean-Luc pour votre lutte et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour vous aider.

  • Aujourd'hui dimanche , voila une semaine que êtes partie MADAME et j'espère que vous veillez sur nous. Je ne peux m'empêcher de revenir en arrière en 2011 lorsque ma mère de 101 ans suppliait le chirurgien qui a oser l'opérer à deux reprises d'une occlusion intestinale alors qu'elle lui demandait de l'aider à partir en pleine conscience. Elle est décédée quelques jours plus tard dans une unité de soins palliatifs dans des conditions lamentables. Aujourd'hui je continue le même parcours d'accompagnent avec ma sœur qui a un handicap de naissance et qui séjourne dans un EHPAD pour une durée que j'appréhende, malgré l'affection que j'ai pour elle, mais je ne la reconnais plus. Nous avons 20 ans de différence, elle vient de fêter ses 87 ans et me prend pour sa "maman". Je suis épuisée mais je trouverai l'énergie de lutter avec votre aide. Merci à pour votre combat pour nous donner notre choix de vie.

  • anne bert j avais vu votre temoignage a la télé ,avec émotion, reposez enfin en paix, je voudrais faire comme vous arrivée en fin de vie, ma vie devient insupportable

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel