Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ma 7ème chronique pour l’émission de Brigitte Lahaie sur Sud Radio (16 octobre 2018)  

Bonjour Brigitte, Bonjour à votre invité et à tous les auditeurs,

La semaine dernière, rappelez-vous chère Brigitte, j’avais évoqué ce parlementaire, le député Hervé Saulignac, qui avait fait adopter, en commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, un amendement supprimant la discrimination qui existe entre hétérosexuels et homosexuels pour le don du sang.
En effet, depuis le début des années sida, les gays sont exclus du don du sang. Cela pouvait bien sûr s’entendre au début de la pandémie où l’on manquait d’informations et où les tests n’avaient pas la même fiabilité.
Mais, aujourd’hui, un hétéro qui lui a pris des risques avant de donner son sang, n’est interdit de don du sang que pendant quatre mois alors que, depuis juillet 2016, les gays peuvent certes enfin donner leur sang mais, après… un an d’abstinence !
Le député Saulignac avait, dans un premier temps, convaincu ses collègues de tous les groupes politiques – rare pour le dire ! – de supprimer cette discrimination et d’interdire le don du sang aux seules personnes qui ont une conduite à risques et, cela pendant quatre mois, cessant ainsi de stigmatiser un groupe entier de la population. Pour mémoire, 85% des gays ne sont effectivement pas séropositifs…
Ce député n’avait fait que proposer ce qui est en vigueur en Espagne et en Italie et cela depuis 2001 – c’est-à-dire, depuis plus de 17 ans.
Malheureusement, la ministre de la santé ne l’a pas vu ainsi.
Au lieu de se réjouir que des députés dépassent enfin les clivages habituels, elle a demandé le rejet pure et simple de l’amendement. Ce qui a été fait mais de très peu de voix. Il faut dire qu’il y avait bien peu de députés en séance.
Certes, pour être honnête, la ministre a annoncé qu’elle attendait une étude qui sort en novembre et qu’il valait mieux changer cette réglementation de manière réglementaire, c’est-à-dire par le gouvernement. Ce qui lui paraît le plus efficace et, ajoute-t-elle, le plus rapide.
Elle ne ferme donc pas la porte à une évolution prochaine.
Mais, en évoquant une étude et sans préciser ni les conditions de la future réglementation ni le calendrier, il est un peu dommage de ne pas savoir saisi l’opportunité de voir des parlementaires de toutes tendances voter la fin d’une discrimination que l’exigence absolue de la sécurité transfusionnelle n’explique plus vraiment en 2018.
C’est si rare d’entendre des députés allant des Républicains à la France Insoumise s’accorder pour affirmer que la distinction entre des hétéros et gays ayant des conduites à risques n’avait plus de sens à l’aune de l’amélioration des tests et de ce qui est mené, depuis presque deux décennies, dans d’autres pays voisins.
Baser une interdiction, qui est légitime – je le rappelle ! - pour assurer la sécurité transfusionnelle, ne peut l’être pour une population entière, mais pour les personnes qui ont réellement un comportement à risques. C’est en fait du bon sens.
On a donc plus qu’à espérer que la ministre respecte son engagement.
C’est possible, faisons confiance, mais cela nécessite une fois de plus d’être vigilant et que les politiques cessent de penser comme le disait si bien, mais avec un cynisme certain, Jacques Chirac, que les promesses ne sont faites que pour celles et ceux qui les entendent.
En politique, et ça devrait être ça le fameux nouveau monde politique dont on nous parle tant, les promesses doivent être faites pour être enfin tenues.
Comptez en tous cas pour moi, chère Brigitte, pour suivre l’évolution de ce dossier et vous dire si l’on peut faire confiance en la promesse ministérielle ! Novembre, c’est demain…
C’est d’autant plus important qu’on n’a jamais assisté à autant d’agressions homophobes, en province mais aussi à Paris, que ces dernières semaines. Supprimer cette discrimination dans ce contexte, ce serait bien sûr un symbole fort.
A la semaine prochaine.

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel