Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon édito dans Le Journal de l'ADMD (150)

Je ne peux pas débuter cet éditorial sans être en pensée, d’abord avec toutes celles et tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont souffert durant la très difficile période que nous avons traversée au printemps ; et bien sûr, avec nos proches qui ont succombé. Ils savent ma compassion et ma solidarité. Ensuite, avec toutes celles et tous ceux qui, en prenant des risques, ont poursuivi leur mission au service du public, et notamment les personnels soignants. Dans notre association, je voulais remercier nos salariés, nos bénévoles, nos délégués qui sont restés à l’écoute de nos adhérents.
Il est encore trop tôt pour tirer les leçons de la très récente crise sanitaire au regard de la loi française sur la fin de vie, la loi du 2 février 2016 dite Claeys-Leonetti, mais il est absolument certain que cette crise, inédite, a souligné les carences de la loi française sur la fin de vie, ainsi que de la prise en charge dans les hôpitaux et les Ehpad, malgré l’extraordinaire investissement humain des personnels.

2020couv[1].jpg

Depuis le 17 mars, notre association a été dans l’impossibilité de réunir ses adhérents, de communiquer fréquemment avec celles et ceux qui, éloignés de l’informatique, n’ont pas ou pas aisément accès à Internet. Ceux-là se sont probablement sentis isolés, délaissés. J’en suis désolé, et c’est pourquoi j’ai souhaité écrire personnellement à chacun d’entre vous durant ce confinement. Aussi, dès que nous le pourrons – très certainement dès le mois de septembre – nos délégués organiseront de nouveau des réunions avec vous ; moi-même, je reprendrai mes déplacements dans nos délégations pour vous retrouver et vous parler de notre revendication, de la loi d’ultime liberté que nous souhaitons légitimement. Mais d’ores et déjà, j’ai demandé à nos délégués d’organiser des pique-niques qui permettront, dans cet été que je souhaite paisible, tout en maintenant les gestes barrières et la distanciation physique nécessaire, de retisser le lien de solidarité et d’amitié qui unit les adhérents de notre belle association. Nos délégués vous informeront… Et puis notre assemblée générale, la 40e , se tiendra comme prévu le samedi 10 octobre prochain, à Dijon, à l’invitation de notre délégué pour la Côte-d’Or, Serge Bacherot, et des bénévoles de la délégation ; peut-être que son format devra être modifié afin de tenir compte des contraintes sanitaires qui nous seront alors imposées. Bien sûr, je vous en dirai plus dès que cela sera possible…`À quelques jours de la période estivale qui vous permettra, je l’espère très sincèrement, de retrouver celles et ceux dont l’affection nous a tant manqué durant les longues semaines de confinement, je vous souhaite le meilleur. À celles et ceux que la maladie ou la solitude accablera, je vous dis ma solidarité et mon empathie. Pour finir, permettez-moi de me souvenir de deux membres éminents de notre comité d’honneur : Guy Bedos et Marcel Maréchal, décédés à quelques jours d’intervalle. Nous leur rendons hommage à la page 5 de ce Journal.
Amicalement.
Jean-Luc Romero-Michel,
président bénévole, délégué pour les 12e & 13e arrdts de Paris
@JeanLucRomero

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel